Le rover Opportunity n'a plus donné de signe de vie depuis sept mois. Mais la NASA a encore des cartes en main.

Cela fait des mois que la NASA a perdu tout contact avec Opportunity, à cause d’une intense tempête de poussière qui a balayé la surface martienne. Après tout ce temps sans résultat, le pessimisme gagne du terrain chez les équipes chargées de s’occuper du rover. Certes, il a pu y avoir un regain d’espoir en septembre, lorsque l’astromobile a été repéré depuis l’orbite, mais les choses en sont restées là depuis.

Pour autant, l’agence spatiale américaine n’a pas encore baissé les bras. Le 25 janvier, elle a annoncé le déclenchement d’une nouvelle stratégie sur plusieurs semaines. L’idée ? Transmettre de nouvelles commandes à Opportunity afin que cela lui permette de résoudre « des événements de faible probabilité qui auraient pu se produire à bord d’Opportunity, l’empêchant ainsi de transmettre ».

Opportunity // Source : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Nouvelles instructions

Ces commandes sont en capacité de résoudre trois cas de figure :

  • une défaillance de l’antenne parabolique grand gain (HGA), qui sert à communiquer directement avec la Terre sur la plage de fréquences de la bande X ;
  • une double défaillance sur l’antenne HGA et sur l’antenne omnidirectionnelle LGA (faible gain), qui communique aussi en bande X, mais à un débit plus faible ;
  • un décalage au niveau de l’horloge interne du rover, qui fournit une période de temps pour son cerveau informatique.

Pour la NASA, la probabilité que l’un de ces dysfonctionnements ait eu lieu est faible, car il aurait fallu au préalable une cascade d’évènements incertains pour le déclencher. Cela dit, l’agence doit maintenant explorer des pistes moins évidentes. Parmi les consignes qui sont envoyées  figurent le passage sur la radio de secours en bande X, la réinitialisation de l’horloge et la réponse en bande UHF (ultra haute fréquence).

Si une réponse est obtenue de la part de l’astromobile, les équipes pourront à ce moment-là tenter d’en reprendre le contrôle. Dans le cas contraire, les équipes impliquées prévoient de se réunir pour discuter des éventuelles prochaines étapes. Mais les options sur la table se raréfient. 2019 sera assurément décisive pour l’avenir d’un rover dont la carrière sur Mars aura duré plus de 14 ans.

Partager sur les réseaux sociaux