L’entreprise Colossal avait déjà annoncé travailler sur la résurrection de deux espèces, le mammouth et le Tigre de Tasmanie. Avec un nouveau financement, ils ajoutent le Dodo à la liste.

Lorsqu’une espèce s’éteint, il n’en reste plus le moindre individu sur Terre. Des millions d’espèces ont connu ce sort. Aujourd’hui, toutefois, beaucoup d’animaux disparus ou menacés le sont en raison des activités humaines : c’est la 6e extinction de masse. L’entreprise biotechnologique baptisée Colossal entend rembobiner les choses avec, pour objectif, la dé-extinction. Ce terme est très clair, puisqu’il s’agit de faire revivre une espèce disparue, en annulant, en somme, leur extinction.

Colossal avait déjà fait l’actualité, il y a de cela plusieurs mois, annonçant lancer des travaux pour faire revivre le mammouth, mais aussi le Tigre de Tasmanie. L’entreprise In-Q-Tel, elle-même financée par la CIA, a investi en septembre 2022 dans Colossal. Ayant reçu un nouveau financement de 150 millions de dollars de la part de plusieurs investisseurs, Colossal vient d’annoncer l’ajout un nouvel animal à sa liste du projet de dé-extinction : le Dodo.

Capture d'écran de la page Dodo de Colossal Biosciences // Source : Colossal
Capture d’écran de la page Dodo de Colossal Biosciences // Source : Colossal

Faire renaître le Dodo et le réintroduire dans son habitat naturel

Le Dodo est l’espèce éteinte la plus emblématique. Cet oiseau — décrit souvent à tort comme « maladroit et pataud — était autrefois présent sur l’île Maurice, où il n’avait pas vraiment de prédateurs. Mais l’arrivée des Européens a accéléré son déclin, jusqu’à ce que l’animal disparaisse totalement à la fin du 17e siècle. Il ne reste plus que quelques traces de certains spécimens, rares, et précieusement conservés.

Pour son éventuelle dé-extinction, il y aurait une première phase purement génétique, visant à reconstituer le génome de l’espèce. « Les prédictions seront alimentées par des analyses comparatives, la biologie computationnelle, l’apprentissage automatique et des méthodes empiriques », explique Colossal. Il faudra s’aider de ciseaux génétiques (similaires à CRISPR-Cas9), cultiver des tissus, et tout cela en passant par le biais de plusieurs espèces cousines, comme le poulet. C’est une reconstitution étape par étape, entre biologie, technologie et génétique. Puis seulement après tout cela, il y aura une phase d’incubation d’œufs… et peut-être d’éclosion du tout premier « nouveau » Dodo. Les étapes nombreuses décrites par Colossal rappellent que l’objectif d’une résurrection est encore lointain.

Pour faire renaître le Dodo, il faudra en passer par des poulets, et des ciseaux génétiques, ou encore de la culture de tissus... // Source : Colossal
Pour faire renaître le Dodo, il faudra en passer par des poulets, et des ciseaux génétiques, ou encore de la culture de tissus… // Source : Colossal

Ce n’est pas tout. Colossal ne souhaite pas seulement faire renaître l’espèce, mais lui redonner vie jusqu’au bout : l’idée serait celle d’un réensauvagement, c’est-à-dire de réintroduire l’espèce dans son habitat naturel.

Colossal indique que le Dodo fait office de tête de gondole d’une stratégie plus large. En travaillant sur sa dé-extinction, l’entreprise espère développer une sorte de « boîte à outils » génétique qui pourrait s’appliquer à la résurrection et à la réintroduction d’autres espèces d’oiseaux éteintes à cause de l’humanité.

Notre podcast 6e extinction : l’épisode du Dodo

Voulez-vous connaître la véritable histoire du Dodo, cette espèce emblématique et fascinante ? Notre podcast La 6e extinction, porté par la vulgarisatrice scientifique Marie Treibert, plonge dans le récit méconnu et surprenant de cette espèce. Sur toutes les plateformes d’écoute ou sur le player ci-dessous :

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !