Avant d’assister à l’impact de DART sur Dimorphos, le petit satellite LICIACube s’est tourné vers une autre cible. Il a vu la Terre et la Lune, deux petits points flous à 11 millions de kilomètres de lui.

La sonde DART s’est écrasée sur un astéroïde. Cependant, tout était prévu : il s’agissait d’un test, le tout premier dans l’histoire de l’humanité, pour tenter de modifier la trajectoire d’un astéroïde dans l’espace. L’impact de DART a pu être immortalisé dans des images stupéfiantes. Un petit satellite baptisé LICIACube a notamment servi à capter, dans l’espace, l’exercice de déviation de l’astéroïde Dimorphos.

Mais LICIACube a aussi eu le temps d’observer autre chose. « Avant d’assister à l’impact de la mission DART sur Dimorphos, le satellite italien a braqué ses instruments sur notre planète et son satellite », a indiqué le compte Twitter de la mission LICIACube, le 2 octobre 2022. Effectivement, le petit satellite a pu transmettre un « selfie interplanétaire », avec deux points flous qui s’avèrent être la Terre et la Lune.

La Terre et la Lune. // Source : Via Twitter @LICIACube (image recadrée)
La Terre et la Lune. // Source : Via Twitter @LICIACube (image recadrée)

La Terre, une tache bleue à 11 millions de km de LICIACube

L’agence spatiale italienne ne mentionne pas la date exacte à laquelle a été obtenue cette image. On sait simplement que la captation date d’avant la collision de DART avec Dimorphos, survenue dans la nuit du 26 au 27 septembre. Lorsque l’impact s’est produit, la mission se trouvait à une distance de 11 millions de kilomètres de notre planète. Il semble assez vertigineux de se dire, en regardant cette photo de la Terre, que c’est depuis cette petite tache bleue que les astronomes du monde entier ont commencé à surveiller les conséquences du crash de DART sur Dimorphos.

Comment saura-t-on si le vaisseau DART a bien dévié l’astéroïde sur lequel il s’est pulvérisé ? Il va falloir du temps : les scientifiques vont utiliser le fait que Dimorphos est une lune, en orbite autour d’un autre astéroïde (Didymos). Les éclipses de ce couple d’astéroïdes permettent de capter des baisses de luminosité régulières au cours du temps (puisque, de notre point de vue, l’un des deux astéroïdes passe devant l’autre, puis inversement). En suivant les moments auxquels les éclipses ont lieu, les astronomes peuvent déterminer le temps qu’il faut à Dimorphos pour tourner autour de Didymos. On s’attend à voir ce paramètre changer progressivement, depuis l’impact de DART.

Ce que les scientifiques ont déjà pu observer, très peu de temps après le crash, c’est qu’une gigantesque queue de matière s’est formée derrière Dimorphos. L’astéroïde percuté par DART est devenu actif, comme une comète.

Rappelons que Didymos et sa lune ne représentent aucun danger avéré pour notre planète. Ce binome est certes classé dans la catégorie des objets potentiellement dangereux. Cela veut dire que sa trajectoire l’amène à proximité de notre planète, et qu’il est donc surveillé. Mais, à ce jour, aucun risque concret d’impact d’astéroïde sur la Terre n’est avéré. Cela n’empêche néanmoins pas de se préparer à cette éventualité.