C’était un test de déviation d’astéroïde, une première historique. La Nasa a envoyé le vaisseau DART se crasher sur Dimorphos. À quoi ressemble une telle collision ? De nouvelles images nous montrent la scène.

Le vaisseau DART a parcouru 11 millions de kilomètres pendant 10 mois pour finalement se crasher, le 27 septembre 2022, dans l’astéroïde binaire Didymos — et plus précisément sa « lune » Dimorphos. Mais tout cela était prévu et même souhaité : il s’agissait d’un test de déviation. L’objectif est que l’humanité ne revive pas l’impact qui a décimé les dinosaures, il y a plusieurs millions d’années : en clair, il s’agit d’apprendre à dévier tout astéroïde potentiellement dangereux, au cas où.

Ce test est une première historique. La collision — qui a eu lieu à 20 000 km/h — va dorénavant être étudiée par les scientifiques afin, notamment, de conclure à une réussite ou non quant à la déviation. La tâche s’annonce délicate. D’ici à ce que les conclusions soient obtenues et diffusées, on peut en tout cas profiter d’images impressionnantes.

Depuis la première vidéo diffusée par la Nasa juste après le crash, montrant les derniers instants de DART, d’autres captations ont été publiées. On les doit à un minuscule satellite et à des télescopes terrestres.

LICIACube : des images vertigineuses de la première déviation d’astéroïde

Un tout petit satellite de 14 kilos — baptisé LICIACube — a suivi de près le vaisseau spatial DART, afin d’en observer les effets. Le 27 septembre au soir, les premières images prises par LICIACube ont été diffusées. Elles sont brutes, donc évidemment bien plus flous qu’un film hollywoodien. Mais elles n’en donnent pas moins le vertige.

Image 1 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 1 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 2 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 2 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 3 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 3 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 4 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa
Image 4 par LICIACube du crash de DART pour dévier Dimorphos. // Source : ASI/Nasa

Le crash de DART dans Dimorphos depuis la Terre

Ce ne sont pas les seules images publiées. Car beaucoup de télescopes établis sur Terre ont tourné leur lentille vers cet événement spatial historique. À commencer par le Virtual Telescope. « Nous avons vu en temps réel, de nos propres yeux, les effets de l’impact de la DART sur l’astéroïde Didymos, sa cible, le rendant beaucoup plus brillant, avec un énorme nuage de débris », écrivent les astronomes, en révélant la photo qu’ils ont capturée.

La zone du crash est entourée. // Source : Virtual Telescope
La zone du crash est entourée. // Source : Virtual Telescope

Le Virtual Telescope en a également produit une animation :

Vidéo du crash de DART dans l'astéroïde. // Source : Virtual Telescope
Vidéo du crash de DART dans l’astéroïde. // Source : Virtual Telescope

Le South African Astronomical Observatory a également pu enregistrer la collision, grâce aux deux astronomes Nicolas Erasmus et Amanda Sickafoose. La vidéo a été publiée sur le compte Twitter de l’observatoire :

Une capture très similaire a eu lieu aussi du côté de l’observatoire ATLAS, qui a également diffusé la vidéo sur Twitter :

En plus de l’étude à distance, une mission européenne baptisée Hera va être mobilisée sur place d’ici à 2024-2026 pour analyser les effets de la collision sur l’astéroïde. L’engin aura sur lui des outils d’analyse et des caméras.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.