Rockstar Games a officialisé le développement du futur GTA, qui prendra la suite de GTA V, mais sans date précise. On a imaginé plusieurs améliorations que le jeu pourrait apporter.

Rockstar Games s’est contenté d’un tweet et de quelques lignes dans un communiqué pour officialiser le prochain GTA. On aurait pu espérer une bande-annonce, mais le studio peut se permettre d’être très minimaliste pour officialiser un projet qui risque rapidement de prendre la place d’Elden Ring, en tête des jeux les plus attendus.

Pour le moment, on ne sait rien de ce GTA, qu’on appellera GTA 6 (ou GTA VI en respectant la nomenclature), le temps que Rockstar Games en dise davantage. « Nous sommes impatients à l’idée de partager plus de détails quand nous serons prêts », a simplement indiqué le développeur, qui serait bien inspiré de partager une vidéo, sinon une image, pour fêter les 25 ans de la saga.

En attendant de découvrir de plus amples détails sur GTA 6, on a réfléchi à plusieurs points que Rockstar Games pourrait améliorer.

GAT
Les femmes dans GTA // Source : Rockstar Games

Ces choses qu’on adorerait voir dans GTA 6

Une héroïne

La licence GTA repose parfois un peu trop sur des clichés liés à la représentation des femmes (elle-même liée à l’univers des gangsters, peu féminisé, encore moins féministe par essence). Images sexy (pour ne pas dire sexiste), mini-jeux avec des travailleuses du sexe, personnages sous-écrits… GTA V est tellement violent avec les femmes que l’enseigne Target avait retiré le jeu de la vente en Australie. Certes, GTA est connu pour être satirique, mais les jeux pourraient bousculer quelques codes pour s’élever. On pourra d’ailleurs reconnaître que Rockstar Games a fait quelques efforts avec GTA V, qui s’appuie sur un casting féminin bien plus marquant.

Mais GTA 6 pourrait définitivement enterrer le débat en proposant d’incarner une femme — une première dans la saga phare (hors GTA Online). Il ne serait pas inconcevable de l’imaginer, d’autant que Rockstar Games ne serait pas obligé de l’imposer pendant tout le jeu (GTA V s’appuie sur trois héros). Deux héros, une héroïne pour GTA 6 constituerait déjà un grand pas en avant, surtout si l’écriture suit.

Un GTA ailleurs qu’aux États-Unis

Exception faite d’une extension du tout premier GTA se déroulant à Londres, la licence a toujours pris pour socle les États-Unis — avec des villes fictives inspirées des grandes métropoles américaines (Los Santos = Los Angeles). S’aventurer ailleurs, permettrait aux joueuses et aux joueurs de voir autre chose et à Rockstar Games de se moquer de la culture d’un pays différent. Tour le monde y gagnerait.

Un gameplay moins lourd

Qu’on se le dise, GTA V, si excellent soit-il dans sa proposition globale, offre un gameplay d’une lourdeur impardonnable. Entre la conduite risible, les phases de tir sans aucun challenge ou encore les déplacements d’un autre temps, on ne compte plus les moments pénibles qui pénalisent l’expérience (on ne vous a même pas parlé des vols en avion). Et ce ne sont pas les nombreuses limites de Red Dead Redemption 2, pourtant plus récent, qui prêchera pour la paroisse de Rockstar Games. Le studio a cette fâcheuse tendance à délaisser le gameplay pour miser sur le reste. On adorerait que cela change.

En prime, comme GTA V date quand même de 2013, on espère des améliorations substantielles pour le gameplay de GTA 6.

Un monde ouvert plus intelligemment rempli

Le trop peut parfois être l’ennemi du bien. Depuis GTA V, les jeux en monde ouvert ont copieusement évolué. Aujourd’hui, on ne recherche plus forcément l’opulence quand on se balade dans des environnements étendus, mais une structure plus intelligemment remplie, invitant davantage à l’exploration pure (The Legend of Zelda: Breath of the Wild) qu’à l’achèvement de multiples objectifs qui finissent par tous se ressembler (Assassin’s Creed). Car on n’a toujours pas envie de passer 500 heures sur un jeu vidéo.