Jim Ryan, CEO de PlayStation, a douché les espoirs de commercialisation d'un nouveau casque PlayStation VR. Du moins, à court terme...

Sony a vendu 5 millions de PlayStation VR, selon ses chiffres annoncés au dernier CES. Il s’agit d’un volume très encourageant pour un accessoire qui coûte très cher et qui n’a pas été suivi par un catalogue de jeux très poussés. Pour l’heure, aucune deuxième génération n’a été officialisée pour la PS5, ce qui peut faire craindre le pire concernant l’avenir de la technologie. À en croire les récents propos de Jim Ryan partagés dans les colonnes du Washington Post le 29 octobre, il faudra effectivement faire montre de patience.

Le CEO de PlayStation a émis des doutes sur l’avenir à court terme de la réalité virtuelle, et ce discours peut trancher avec le petit succès du PlayStation VR. « PlayStation croit en la réalité virtuelle. Sony croit en la réalité virtuelle, et nous croyons que, à un moment, la réalité virtuelle sera importante dans les divertissements interactifs. Dès cette année ? Non. L’année prochaine ? Non  », indique l’intéressé. Quand la PS5 a été évoquée pour la première fois, en 2019, Mark Cerny, son architecte, confiait pourtant : « la réalité virtuelle est très importante pour [Sony]. » À l’époque, il faisait croire que Sony capitaliserait vite dessus. 

PlayStation VR // Source : Sony

Si même Sony ne croit plus en la réalité virtuelle…

Sony n’a visiblement pas envie de s’embarrasser avec la réalité virtuelle lors des premières années du cycle de vie de la PlayStation 5. C’est très étonnant, dans le sens où le premier PlayStation VR avait constitué un petit événement sur le marché des jeux vidéo et, mieux, sur le segment de la réalité virtuelle. Alors que, sur Steam, la part des utilisateurs d’un casque pèse moins de 2 %, Sony est parvenu à convaincre une frange plus importante des propriétaires de la PS4 (un peu moins de 5 %).

« Nous sommes ravis de l’expérience que nous avons acquise avec le PlayStation VR », explique Jim Ryan. Il sous-entend que le casque restait une expérimentation sur la PlayStation 4. Les joueurs ont en tout cas très vite saisi les limites : trop de sacrifices à faire sur la partie visuelle, une logistique à prévoir (il faut de la place) et une facture élevée (quand on additionne le prix de tous les accessoires). Pour mieux faire avaler la pilule, le PlayStation VR sera compatible avec la PlayStation 5, mais il faudra demander un adaptateur spécifique (à cette adresse) — il est gratuit.

Sony a-t-il tort de tourner le dos à la réalité virtuelle à court terme ? Peut-être. En 2020, la technologie s’est offert un vrai porte-étendard — Half-Life : Alyx — tandis que Facebook a rencontré un franc succès avec son Oculus Quest 2. Comme le rapporte The Verge dans un article publié le 30 octobre, le casque aurait été précommandé cinq fois plus que son prédécesseur.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo