Netflix aurait dépensé plus de 500 millions de dollars pour les droits de la série culte Seinfeld pendant 5 ans, au niveau mondial. La bataille pour les contenus « froids » n'est pas prête de s'arrêter.

Seinfeld est l’une des séries cultes les plus populaires des années 1990, et Netflix a vraiment besoin d’elle. La plateforme américaine de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) vient de conclure un énorme partenariat sur 5 ans avec Sony pour les droits de diffusion au niveau mondiale de la série de Jerry Seinfeld, pour un montant qui s’élèverait à plus de 500 millions de dollars, selon le Hollywood Reporter.

La série arrivera sur Netflix en 2021, a annoncé le Los Angeles Times, qui a révélé en premier l’information.

Seinfeld // Source : NBC

Netflix a besoin de séries « froides »

500 millions de dollars pour 5 ans : les chiffres semblent énormes mais sont pourtant cohérents avec la guerre que se mènent actuellement les géants de la SVOD pour obtenir des contenus « froids », très populaires sur les services de streaming :

Jusqu’en juin 2021, les 181 épisodes de Seinfeld seront diffusés sur Hulu outre Atlantique. En France, Seinfeld est pour l’instant disponible sur Amazon Prime Video avec d’autres nombreuses séries cultes comme Lost ou The Office. Mais à partir de 2021, Netflix aura les droits mondiaux de la série comique à succès, et pendant 5 ans : on ne risque donc plus de la voir ailleurs pendant un moment.

« Ils veulent faire notre série, mais avec des gens plus beaux », avait taclé Jerry en 2016 au cours d’un podcast à propos de la concurrence avec la série Friends, qui a été lancée par la même chaîne américaine que Seinfeld, NBC, 5 ans après. Seinfeld est considérée comme l’une des meilleures sitcoms « modernes » (si ce n’est la meilleure) avec ses personnages déjantés et cyniques, et des rebondissements sur leur vie dans l’Upper West Side de New York.

« Friends » sur Netflix et bientôt sur HBO Max

Les séries cultes ne sont pas regardées de la même manière

Pourquoi les plateformes s’écharpent-elles tant pour des séries qui ont 30 ans (car, oui, Seinfeld a 30 ans cette année) ? Netflix a beau avoir énormément de nouveaux contenus originaux — et investir massivement dans ces productions —, les abonnés, eux, adorent les contenus « doudous ».

La différence avec les contenus originaux réside dans les pratiques de consommation : une enquête du Wall Street Journal montrait (avec quelques limites évidemment dues au fait que Netflix ne donne pas de chiffres officiels) qu’aux États-Unis une série comme The Office (culte) était regardée beaucoup, toute l’année, tandis qu’une série comme Stranger Things était énormément visionnées, mais seulement pendant quelques mois au moment de la sortie d’une nouvelle saison, avant de retomber.

Ainsi, le volume de minutes regardées pour des séries de « catalogue froid » est (en tout cas jusqu’à présent) plus grand que n’importe quelle nouvelle série-événement produite par une plateforme de SVOD. Pour combien de temps ? Les géants de la vidéo en ligne n’ont pas le luxe d’attendre pour le savoir : en misant sur des droits de diffusion de 5 années, ils réussissent à sécuriser leur avenir tout en s’assurant que la concurrence ne mette pas la main dessus pendant longtemps.

Graphique du Wall Street Journal à partir de données Nielsen // Source : WSJ

Il convient toutefois de noter qu’à échelle mondiale, des séries comme The Office ou Friends sont bien plus populaires que Seinfeld (la production est bien moins culte en France qu’aux États-Unis, par exemple), ce qui pousse à penser que le montant dépensé par Netflix est vraiment très élevé, et que la concurrence a dû être rude.

Partager sur les réseaux sociaux