Dès début 2020, la série culte Friends ne sera plus sur Netflix US. La perte est immense pour le géant américain.

Adieu les « on faisait une pause ! » de Ross et les commentaires sarcastiques de Chandler : Friends va quitter Netflix aux États-Unis à partir de début 2020, soit dans moins d’une année. Cette décision a été confirmée ce 9 juillet 2019 au cours de la présentation de HBO Max, la future plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) que va lancer WarnerMedia.

Netflix a confirmé sur Twitter qu’il perdrait les droits de diffusion de Friends à partir de début 2020 sur sa plateforme américaine. Concernant les autres pays comme la France, rien n’est encore sûr : les droits sont négociés différemment, et tant que HBO Max n’arrive pas dans l’hexagone, il est possible que Friends reste disponible chez nous un petit moment. Contacté à ce sujet, Netflix confirme que cette annonce ne concerne que les États-Unis.

Friends est un « doudou » très lucratif

Dans la bataille entre les services de SVOD, l’histoire à tendance à se répéter ces derniers temps : outre Atlantique, Netflix a récemment confirmé perdre les droits de diffusion de The Office, concordant avec le lancement de la future plateforme de NBCUniversal.

Les séries cultes de cet acabit sont une poule aux œufs d’or pour les géants de la vidéo en ligne, parce qu’elles ne sont pas du tout consommées de la même manière que les nouveaux contenus originaux par les abonnés. Comme le montrait le Wall Street Journal dans une enquête, une série inédite comme Stranger Things est énormément regardée le mois de sa sortie, mais plus beaucoup au cours de l’année — il n’y a qu’à voir comment la saison 3, sortie le 4 juillet, a été binge-watchée en intégralité par 18 millions de comptes abonnés en 4 jours. À l’inverse,The Office ou Friends, avec leur dizaine de saisons et centaines d’épisodes qui peuvent se regarder (globalement) dans le désordre, sont consommées uniformément sur l’année : elles font office de « doudou », de stabilité et de facilité à l’heure où la masse de nouveaux contenus mensuels est tellement grande que les abonnés ne savent plus où donner de la tête.

Ces contenus dits « froids » ou « de catalogue » sont donc très importants pour les plateformes de SVOD, car ils leur assurent de retenir sur le long terme les utilisateurs qui se seraient abonnés pour visionner certaines séries originales, qui servent quant à elles de produit d’appel.

« Friends » // Source : NBC

C’est pour cette raison que Netflix avait déboursé 100 millions de dollars en 2018 pour obtenir les droits (non exclusifs !) de Friends pour une petite année, tandis que Warner avertissait déjà sur ses plans de rapatrier la série des années 90 sur sa propre plateforme, le temps venu. La multinationale de Reed Hastings risque-t-elle pour autant de se faire devancer par des concurrentes ? La probabilité est faible, au vu de l’avance qu’elle a pris — on décomptait 148 millions d’abonnés mondiaux en avril dernier, dont 5 millions en France.

« Le marché pourra accueillir deux ou trois services de streaming à la demande, avec Netflix »,  affirmait en décembre 2018 Randall Stephenson, le président d’AT&T, le géant des télécoms qui a racheté WarnerMedia, rapporté dans le New York Times. « Nous voulons être un de ces deux ou trois », continuait-il. Or au rythme où se multiplient les services de SVOD (NBC, Disney+, Amazon Prime Video, AppleTV+, Hulu), il semblerait que certains pourraient ne jamais percer. Il n’est pas dit que Friends ne reviendra pas un jour sur Netflix US…

À lire sur Numerama : Ce graphique montre pourquoi Netflix est si dépendant de Friends et The Office

Partager sur les réseaux sociaux