Le co-fondateur d'une organisation satanique a expliqué vouloir porter plainte contre la série Netflix Les nouvelles aventures de Sabrina. Il accuse ses producteurs d'avoir copié une statue.

Mise à jour du 9/11 : Une plainte a finalement bien été déposée, rapporte EnGadget. Elle vise Netflix et les studios de production Warner Bros. Le Temple satanique leur demande le versement de 150 millions de dollars (soit environ 130 millions d’euros) pour violation de droits d’auteur, contrefaçon et atteinte à la réputation d’une marque. La plainte précise que la statue réalisée par le Temple en 2013-2014 est une œuvre protégée par un droit d’auteur.

Retrouvez ci-dessous l’article original, publié le 2 novembre :

Les nouvelles aventures de Sabrina, une série diffusée depuis le 26 octobre sur Netflix en France, n’a pas fait que des heureux. L’adaptation de la série comics Sabrina, l’apprentie sorcière et son spin-off d’horreur risque même de coûter à la plateforme de streaming une action en justice.

Le logo de Netflix // Source : Netflix

C’est Lucien Greaves, le co-fondateur du Satanic Temple (temple satanique en français), qui a annoncé cela sur Twitter le 29 octobre. « Oui, nous entamons une action en justice à propos de #TheChillingAdventuresofSabrina », a-t-il écrit.

Une plainte pour violation de droit d’auteur

En cause : une statue, représentée dans la série dans le hall d’entrée d’une école où va Sabrina. Supposée représenter le « dark lord » (seigneur des ténèbres), elle ressemble à deux gouttes d’eau à une sculpture du Baphomet. Mi-homme mi-chèvre, celui-ci est une illustration du diable… financée et créée par The Satanic Temple, et à priori bien protégée par des droits d’auteurs.

Lucien Greaves a assuré ne pas vouloir d’argent, mais que la statue soit retirée de la série. «  Je ne sais pas combien de travail cela demande, écrit-il, mais je refuse simplement de voir notre monument utilisé de cette façon à perpétuité. Je ne veux pas qu’il soit associé à [cette série ]. »

Certains internautes lui ont fait remarquer qu’il existait des représentations très similaires du Baphomet antérieures à celle du Temple dont il le co-fondateur. Dont celle-ci, qui date du 19e siècle.

Partager sur les réseaux sociaux