Rebel Moon et Star Wars ont quelques points communs, mais ce ne sont pas les sabres de Nemesis.

Zack Snyder développe dorénavant son propre univers de SF sur Netflix, dans la saga Rebel Moon, dont la Partie 1 : Enfant du feu est en ligne ce 22 décembre 2023 sur la plateforme de streaming. Un univers qui est cependant inspiré de beaucoup d’autres œuvres de la science-fiction, dont Star Wars. La bande-annonce avait déjà surpris les internautes en montrant des sabres qui s’illuminaient. Serait-ce là des sabres laser ? Réponse.

Les sabres de Nemesis dans Rebel Moon. // Source : Netflix
Les sabres de Nemesis dans Rebel Moon. // Source : Netflix

Star Wars infuse Rebel Moon, mais pas pour les sabres

Ironiquement, ce ne sont pas les sabres qui sont le plus inspirés par Star Wars. Ceux-ci appartiennent au personnage interprété par Bae Doo-na, à savoir Nemesis. Cette héroïne, qui réclame vengeance pour le meurtre de ses enfants, est une combattante hors pair, qui mobilise notamment les arts martiaux. Elle est bien équipée de deux sabres.

Ces sabres cependant n’ont absolument rien de « laser ». Ils sont métalliques, plats, à la pointe non fendue. Ils sont donc particulièrement épais, à l’image de ce que l’on trouverait dans la science fantasy japonaise — Final Fantasy ou Evangelion. Les sabres laser, eux, ont une dimension technologique. Leur manche déploie un faisceau.

Par ailleurs, Nemesis, pour manier ses sabres, a eu besoin de se couper les mains. Elle les a remplacées par des gantelets biotechnologiques, ce qui en fait une cyborg, une personne « augmentée ». Paradoxalement, les sabres s’illuminent en prenant feu, ce qui semble moins technologique que dans Star Wars.

Si ce sont donc loin d’être des sabres laser dans Rebel Moon, la saga de Zack Snyder puise toutefois énormément dans Star Wars. En particulier dans son schéma narratif : un empire omnipotent et conquérant, dirigé par un empereur aux pouvoirs sombres et quasi magiques, une armée cruelle. Star Wars, on le sait, s’est toujours inspiré des régimes autoritaires pour dépeindre son empire — dont les analyses le rapproche parfois du nazisme par exemple –, et Rebel Moon fait de même.

L’esthétique de Kora, par ailleurs, est similaire aussi à l’esthétique de Star Wars : elle est ainsi très, très proche de Rey.

Rey et Kora sont des héroïnes assez proches. // Source : Netflix/Lucasfilms
Rey et Kora sont des héroïnes assez proches. // Source : Netflix/Lucasfilms

Dans les deux cas, le genre relève aussi d’une forme de science fantasy, ce genre à mi-chemin entre la science-fiction et la fantasy : dans Star Wars comme dans Rebel Moon, ce sont des space operas aux moult espèces aliens (avec la même scène d’un « bar » pour le représenter, d’ailleurs), avec une politique étendue sur plusieurs planètes, mais où les pouvoirs de certains protagonistes et où certains événements ne sont pas scientifiquement expliqués, plus proches du surnaturel.

De manière plus terre à terre, la comparaison est logique dans l’histoire de Rebel Moon : c’est un film que Zack Snyder avait initialement pitché à Lucasfilms, en tant que nouvel opus de Star Wars. C’est l’abandon du projet qui a conduit le réalisateur à se lancer dans son propre monde de SF.

Source : Montage Numerama

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.