Marshall Eriksen vous manque et vous attendez avec impatience la troisième saison de Ted Lasso ? Vous allez adorer Shrinking, disponible sur Apple TV+. Cette comédie pleine d’empathie sur un psy au bord du gouffre est une petite douceur, qui aborde le deuil avec une étrange sérénité.

À 80 ans, il était temps que l’iconique Harrison Ford mette enfin un pied dans le monde merveilleux des séries. C’est désormais chose faite avec la comédie solaire Shrinking, disponible sur Apple TV+. L’interprète d’Indiana Jones et d’Han Solo dans Star Wars a toujours la forme, et il le prouve brillamment avec ce rôle de thérapeute ronchon et solitaire, complètement à contre-emploi.

Dans Shrinking, il forme un duo improbable avec Jason Segel, inoubliable Marshall Eriksen dans How I Met Your Mother. Également psychologue, ce dernier tente de se remettre d’un deuil en… révélant leurs quatre vérités à ses patients. Sur le papier comme à l’écran, cela annonce forcément des catastrophes, mais évidemment, la série laisse aussi entrevoir le long chemin de la guérison intérieure.

Shrinking emprunte la bienveillance de Ted Lasso

Si vous avez vu (et forcément aimé) Ted Lasso, vous ne serez clairement pas dépaysés par cette comédie à la douceur d’un réglisse, très sucré, mais parfois amer. Les deux séries partagent des thématiques communes (la santé mentale, les masculinités…), mais aussi une bienveillance à toute épreuve qui réchauffe nos petits cœurs déprimés par la période hivernale (et les actualités désastreuses). Et ce n’est pas un hasard si le psy de Shrinking se rapproche de la force tranquille de l’entraîneur de foot américain : ces deux pépites d’Apple TV+ partagent les mêmes têtes pensantes. Cette fois, Brett Goldstein et Bill Lawrence (également derrière Scrubs) ont partagé leur talent d’écriture avec Jason Segel, également co-créateur.

Shrinking avec Jason Segel (How I Met Your Mother) // Source : Apple TV+
Jimmy (à droite) n’hésite pas à entraîner ses patients dans de folles aventures // Source : Apple TV+

Un trio de feu, au service d’une histoire banale au premier abord. Après des séries comme After Life de Ricky Gervais sur Netflix, la problématique du deuil semble ainsi vue et revue. Pourtant, Shrinking parvient à apporter un œil nouveau sur cet événement toujours aussi douloureux. Sans inventer l’eau chaude, la série met en scène des dialogues réparateurs, qui font du bien à l’âme. Le tout sur une bande originale folk aux petits oignons, qui nous accompagne encore sur Spotify après le visionnage.

Une bande aussi cool que Marshall, Lily, Ted, Robin et Barney

Mais comme How I Met Your Mother en son temps, Shrinking est aussi une comédie avant tout. Et on retrouve donc tout ce qui peut faire le sel de ce genre de séries : des blagues finement écrites, un timing comique qui fonctionne, une énergie communicative, mais surtout une bande de personnages aussi agaçants qu’attendrissants. Et sur ce point, Shrinking possède de sérieux arguments à mettre sur la table. Le duo Jason Segel – Harrison Ford fonctionne étonnement à merveille, permettant aux deux acteurs de montrer l’étendue de leur talent.

Harrison Ford et Jason Segel dans Shrinking // Source : Apple TV+
Harrison Ford et Jason Segel dans Shrinking // Source : Apple TV+

Si Jason Segel ne se renouvelle pas vraiment depuis son rôle dans How I Met, il propose tout de même une performance touchante, dans la peau de Jimmy, ce psy qui décide de miser sur l’honnêteté. Bourré de névrose et plombé par la tristesse, Jimmy est un personnage auquel on peut facilement s’identifier. De sa relation avec sa fille ado à sa lente descente aux enfers après la mort de sa femme en passant par son implication envahissante dans la vie de ses patients, le personnage sert de fil rouge à la série, permettant aux autres protagonistes de prendre parfois le devant de la scène.

Papy Ford fait de la résistance

Harrison Ford semble ainsi s’éclater en incarnant Paul, un thérapeute complètement antisocial et renfermé sur lui-même, dont la soirée de rêve consiste à boire du vin sous un plaid chez lui, dans sa « forteresse de solitude ». Atteint de la maladie de Parkinson, le mentor de Jimmy devra lui aussi faire face à ses propres douleurs passées, en renouant le contact avec sa fille. Mais au-delà de cette trame plutôt classique, Paul mène aussi une vie sexuelle épanouie, avec une femme de son âge. Faire son entrée fracassante dans le monde des séries en parlant de sexualité plutôt taboue à 80 ans, même brièvement, franchement, on adore. Bravo, Harrison.

Papy Ford est ronchon dans Shrinking (mais on l'adore quand même) // Source : Apple TV+
Papy Ford est ronchon dans Shrinking (mais on l’adore quand même) // Source : Apple TV+

Mais le cabinet de psy de Jimmy et Paul est aussi occupé par une troisième thérapeute : la géniale Gaby. Jessica Williams, qui l’interprète, est tout simplement la révélation de Shrinking. Déjà aperçue dans Love Life, l’actrice est au cœur des meilleurs gags de la série, grâce à son débit de mitraillette et ses injures à chaque phrase. On vous prévient : vous allez rêver de devenir sa meilleure amie à l’issue des dix épisodes, tant son personnage envahi l’écran pour notre plus grand plaisir.

Shrinking est la série doudou de l’hiver 2023

Avec ce trio de psys qui ont autant besoin de thérapie que leurs propres patients, Shrinking dresse un portrait plutôt terre à terre d’une profession souvent trop mise sur un piédestal. Dans la lignée d’En thérapie, mais en plus léger, cette comédie américaine montre les psychologues dans toute leur vulnérabilité. Chaque protagoniste se dévoile ainsi au fur et à mesure dans un ballet thérapeutique vraiment agréable. Plus lumineuse que d’autres fictions sur le deuil et les maux de l’âme, Shrinking parvient à développer sa narration réconfortante sur des épisodes courts de 30 minutes, parfaits pour un petit coup de boost sans prise de tête.

Gaby, la meilleure psy du monde // Source : Apple TV+
Gaby, la meilleure psy du monde // Source : Apple TV+

Bien plus pertinente que d’autres comédies d’Apple TV+ comme Loot ou Mythic Quest, la série parvient même à distiller de petites punchlines sur la sexualité féminine, les pères dysfonctionnels ou le racisme avec un naturel déconcertant. Alors, évidemment, Shrinking ne révolutionnera pas le monde des séries. Malgré sa délicatesse, certains cliffhangers sont un peu grossiers, tandis que certaines résolutions semblent faciles comme la fin de l’épisode 7, permettant à nos personnages de profiter d’un barbecue idéal sous un grand soleil, dans la joie la plus totale. Mais après tout : n’est-ce pas ce que l’on aime dans ce genre de séries doudou ?

Le verdict

Shrinking avec Jason Segel (How I Met Your Mother) // Source : Apple TV+
8/10

Shrinking

Voir la fiche

Avec son pitch gnangnan au premier abord, Shrinking peut ressembler à une énième comédie sans saveur. Pourtant, vous auriez tort de vous en passer, tant la série parvient à toucher en plein cœur. À mi-chemin entre Ted Lasso et How I Met Your Mother, cette première saison met en scène Jason Segel dans le rôle d’un psy qui ose l’honnêteté totale avec ses patients. Il forme un duo savoureux avec Harrison Ford, qui fait enfin ses premiers pas dans le monde du petit écran, à l’âge de 80 ans. Avec ses personnages adorables et son approche délicate du deuil, Shrinking s’impose tout simplement comme l’une des meilleures comédies disponibles sur Apple TV+.

Source : Montage Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.