Les salles de cinéma ont encore un bel avantage sur le streaming : elles offrent une expérience nettement supérieure. Seul problème, il n’est parfois pas facile de choisir une séance au vu du très grand nombre d’options proposées.

Attendu le 14 décembre, Avatar 2 : la Voie de l’Eau illustre parfaitement la complexité du cinéma d’aujourd’hui. Dans les grands multiplex comme ceux de Pathé, le dernier film de James Cameron est projeté en différentes versions. Il y a bien sûr la 2D et la 3D (que l’on a l’impression de connaître depuis toujours), mais aussi plein de versions alternatives que les non-technophiles ne connaissent pas forcément. Pathé propose des salles HFR (High Frame Rate), des salles Dolby Cinema, des salles IMAX, des salles 4DX, des salles ScreenX et des salles Onyx LED. Et on en oublie sans doute, comme la projection 70 mm pour certains films.

À quoi correspondent ces appellations ? Dans cet article, nous allons revenir sur les bienfaits et les méfaits de ces technologies. Lesquelles méritent l’investissement ? Quelles sont celles qui ne servent à rien d’autre qu’à vous faire payer plus cher ? Voici l’avis de cinéphiles qui en ont marre de voir leurs proches faire les mauvais choix.

IMAX et Dolby Cinema : les meilleures expériences cinématographiques en 2022

Malheureusement (et sans surprise), les meilleures technologies de diffusion ne sont pas disponibles dans toutes les villes. Les salles IMAX et Dolby Cinema sont, sans la moindre contestation possible, les meilleurs endroits pour découvrir un blockbuster. Certes, les séances coûtent cher (comptez plus de 20 euros pour un billet), mais la qualité de l’expérience n’a vraiment aucun équivalent. Quand le film vaut le coup, il faut vraiment opter pour une de ces deux technologies.

IMAX : un format souvent carré, une expérience toujours géniale

En France, il y a approximativement une vingtaine de salles IMAX (la plupart sont chez Pathé). Très populaire aux États-Unis, l’IMAX existe sous différentes formes. Il est parfois sur pellicule, parfois numérique (IMAX Laser). Certains cinémas ont opté pour un ratio carré (le vrai IMAX), d’autres conservent un ratio plus panoramique (mais tout de même plus haut que dans les salles normales). L’IMAX permet à l’image de toucher le sol et le plafond, pour vous permettre de voir plus de choses sur un même plan. Certains films l’exploitent merveilleusement bien, en cachant des détails importants dans ces zones de l’écran.

Quoi qu’il en soit, les salles IMAX proposent toujours un écran beaucoup plus grand, beaucoup plus lumineux et bien mieux défini. Elles proposent aussi une incroyable expérience sonore surround (la démonstration, au début du film, est géniale). Certains réalisateurs, comme Christopher Nolan, ne jurent que par lui et tournent tous leurs films sur des pellicules IMAX (70 mm). Bien sûr, tous les films peuvent être projetés dans une salle IMAX, même s’ils n’ont pas été tournés pour. L’IMAX est le meilleur moyen de visionner un film selon l’œil de son réalisateur, d’autant plus que les salles sont généralement plus grandes (donc aucune tête ne cachera le bas de l’écran).

Dolby Cinema, du luxe et un concentré de technologies

Si l’IMAX a été inventé il y a plusieurs décennies (mais a mis du temps à arriver en France), le Dolby Cinema est beaucoup plus récent. Créé en 2014 pour contrer la montée en puissance de l’IMAX, ce format est présent dans une dizaine de salles en France aujourd’hui. Pour se distinguer, il mise notamment sur le luxe. Les salles Dolby Cinema sont généralement équipées de fauteuils en cuir inclinables, avec beaucoup plus d’espace que dans les autres salles (certaines salles IMAX en bénéficient aussi, mais ce n’est pas un standard).

Les fauteuils de la salle Dolby Cinema du Pathé Beaugrenelle. Des boutons permettent de s'allonger. // Source : Numerama
Les fauteuils de la salle Dolby Cinema du Pathé Beaugrenelle. Des boutons permettent de s’allonger. // Source : Numerama

Bien sûr, pour rivaliser avec l’IMAX, Dolby ne s’est pas contenté de jolis fauteuils. Le Dolby Cinema est la fusion de deux technologies inventées par l’entreprise américaine : le Dolby Vision, qui permet un taux de contraste jamais vu au cinéma (1 000 000 : 1), une luminosité d’exception (y compris en 3D) et une super colorimétrie. Et le Dolby Atmos, une technologie audio que l’on trouve dans plein d’autres salles et, parfois, à la maison. Ce mélange délivre une expérience hors norme, qui transforme le cinéma en un vrai spectacle.

Pour toutes ces raisons, on ne peut que recommander l’IMAX et le Dolby Cinema pour tous les films importants. Les deux existent en 2D et en 3D, mais ne fuyez pas cette dernière option. La 3D est bien plus impressionnante en IMAX et en Dolby Cinema qu’ailleurs, grâce à des projecteurs capables d’envoyer beaucoup plus de lumière.

Le reste, avec des avantages et des inconvénients

4DX : ça bouge, mais quel intérêt ?

Le succès de la 4DX est assez mystérieux. Présente dans un très grand nombre de salles, cette technologie coréenne a réussi à s’imposer dans l’imaginaire collectif comme meilleure que les salles classiques. À chaque sortie majeure (un Marvel, un Fast & Furious…), des centaines de personnes optent pour cette option en pensant que la 4DX est forcément la meilleure option du marché, puisque 4 est plus grand que 3 (3D). Les exploitants ont réussi à créer ce mythe, alors que la 4DX n’apporte en réalité pas grand-chose cinématographiquement, alors qu’elle coûte plus cher.

À vrai dire, les salles 4DX sont généralement des salles normales. L’écran et les haut-parleurs ne répondent à aucun standard, la seule différence concerne les sièges et des capteurs présents dans la salle. Oubliez le luxe du Dolby Cinema, on a ici des sièges qui peuvent bouger. Les salles 4DX diffusent aussi des odeurs, de la vapeur d’eau et des effets de lumière. Elles reprennent un concept anciennement réservé aux parcs d’attractions, mais l’élargissent à tous les films. Bien entendu, aucun réalisateur ne pense son film pour la 4DX (alors que la 3D nécessite des caméras spéciales). Les effets spéciaux sont rajoutés par la société qui propose la 4DX.

À qui se destine la 4DX ? Clairement pas à une personne qui cherche à bénéficier de la meilleure expérience. Même si l’on pense bien faire en optant pour cette technologie, on assiste en réalité à un spectacle artificiel. En revanche, pour un film spectaculaire (automobile par exemple), c’est un très bon moyen de se divertir (particulièrement avec des enfants). On ne recommande toutefois pas la 4DX pour un film comme Avatar 2.

ScreenX : le film continue sur les côtés

Créée par la même entreprise que la 4DX, la technologie ScreenX essaye aussi de donner l’impression qu’elle « augmente » l’expérience du cinéma. Une nouvelle fois, rien ne change au niveau de la projection et du son. En revanche, le ScreenX rajoute des projecteurs à gauche et à droite des sièges, pour que le filme s’étende sur les côtés de la salle. À quoi ça sert ? Tout dépend du film. Quand le réalisateur et le studio jouent le jeu, on peut voir de vraies choses invisibles dans le film original à l’écran. Le reste du temps, on reproduit généralement un motif. Pourquoi pas l’essayer une fois, mais ce n’est pas une révolution.

Le film Captain Marvel en ScreenX a un intérêt limité, ce qui apparaît sur les côtés n'apporte rien à l'histoire. // Source : ScreenX
Le film Captain Marvel en ScreenX a un intérêt limité, ce qui apparaît sur les côtés n’apporte rien à l’histoire. // Source : ScreenX

Onyx LED : le cinéma avec une télé géante

Pour certains, l’Onyx LED est le futur. L’idée derrière cette technologie est simple : transformer une salle de cinéma en un salon avec un téléviseur géant, de 10 mètres de diagonale. L’Onyx LED n’utilise pas de projecteurs, mais diffuse le film directement sur un écran LED, ce qui veut dire que la lumière se projette en direction des yeux. Les couleurs et la luminosité sont donc meilleures, mais la technologie peut être assez aveuglante. Toutefois, elle gomme plusieurs des défauts de la projection, en offrant une image belle même dans les coins. Dans le futur, si les coûts baissent, il est possible que de plus en plus de cinémas optent pour un écran géant. Pour l’instant, on en trouve très peu en France.

La salle Onyx LED du Pathé Beaugrenelle, avec un écran géant et aucun vidéoprojecteur (l'écran illumine la salle). // Source : Pathé
La salle Onyx LED du Pathé Beaugrenelle, avec un écran géant et aucun vidéoprojecteur (l’écran illumine la salle). // Source : Pathé

Un des avantages de l’Onyx LED est que tous les films peuvent y être projetés, alors que le Dolby Cinema et l’IMAX nécessitent des traitements spéciaux (il y a donc des films français !). Seul bémol, les salles Onyx LED se contentent généralement d’une expérience audio très classique.

HFR : la fin des films à 24 images par seconde

Vous le savez peut-être, le cinéma est filmé à 24 images par seconde. Dans la très grande majorité des salles françaises, on se contente donc de ce taux de rafraîchissement.

Dans certaines salles françaises (le sigle « HFR », pour High Frame Rate, est généralement indiqué), les projecteurs peuvent monter plus haut. Même si on peut aller au-dessus, le standard pour la technologie HFR est généralement de 48 images par seconde, ce qui donne l’impression que l’image est deux fois plus fluide. Dans les films d’action, la différence peut être assez remarquable. Il est cependant rare qu’un film entier soit tourné à 48 fps, les réalisateurs se contentent généralement de certaines scènes. Et si vous vous posez la question, les salles IMAX et Dolby Cinema disposent bien sûr d’un taux de rafraîchissement plus élevé que 24 fps.

2D ou 3D, l’éternel dilemme

Enfin, reste la question de la 2D et de la 3D. La quasi-totalité des blockbusters depuis 10 ans est diffusée en 3D, et c’est généralement ces versions que les diffuseurs poussent le plus. Pourquoi ? Sans doute parce que la 3D coûte plus cher et qu’une salle rapporte plus d’argent (les lunettes sont aussi souvent vendues aux spectateurs, ce qui fait des recettes supplémentaires).

Certains détestent la 3D, et on peut les comprendre. Il faut toutefois noter que toutes les 3D ne se valent pas. Dans une salle classique, 4DX ou ScreenX, on a généralement une version très standard de la 3D, qui obscurcit énormément l’image avec un effet de profondeur assez faible. En revanche, dans une salle premium (Dolby Cinema ou IMAX) ou juste récente, on peut avoir une 3D vraiment active, bien plus agréable. Le Dolby Cinema impressionne le plus puisqu’il offre une luminosité inouïe en 3D. Elle reste deux fois inférieure à ce que la même salle proposerait en 2D, mais elle est largement aux normes pour ne pas gâcher un film.

Les lunettes RealD sont les plus répandues dans les cinémas. Dolby et IMAX utilisent des technologies différentes. // Source : RealD
Les lunettes RealD sont les plus répandues dans les cinémas. Dolby et IMAX utilisent des technologies différentes. // Source : RealD

Pour un film premium, choisissez une salle premium

Vous l’avez sans doute compris, nous sommes des amateurs des salles premium, c’est-à-dire IMAX ou Dolby Cinema (on aime aussi l’Onyx LED, puisqu’il permet d’avoir droit à un niveau de détail fantastique). Nos recommandations sont les suivantes :

  • Pour une expérience optimale, mieux vaut favoriser le Dolby Cinema ou l’IMAX. Tout est meilleur avec ces technologies (la taille de l’écran, les couleurs, la luminosité, le taux de contraste, le son…). C’est, de très loin, le meilleur moyen de profiter du cinéma. Bien entendu, les meilleures sales coûtent aussi plus cher. On les conseille pour les films les plus spectaculaires seulement, pour ne pas se ruiner non plus.
  • L’Onyx LED, même s’il est très rare, reproduit l’expérience de la télé à la maison. Au lieu d’un projecteur, on a un écran géant. C’est parfait pour regarder un film sombre (il y a plus de détails) ou très coloré (l’image sera magnifique). Mais le son n’est pas exceptionnel.
  • La 4DX et le ScreenX donnent l’impression d’être géniaux, mais ne le sont pas. Il s’agit plus de salles de divertissement que de salles de cinéma premium. On les recommande pour les films d’avion, mais pas pour tous les blockbusters. Mieux vaut privilégier une meilleure salle.
  • La 3D, quand elle peut être évitée, n’est pas indispensable. La 2D offre une meilleure luminosité et fatigue moins les yeux. En revanche, dans les salles premium ou modernes, la 3D est bien meilleure. Là, elle vaut le coup.

Enfin, nous n’avons pas évoqué dans cet article les différentes technologies audio. Le Dolby Atmos est ce qui se fait de mieux aujourd’hui, d’autant plus qu’on le trouve dans de nombreuses villes (IMAX a sa propre technologie équivalente). Si vous n’avez pas la possibilité d’aller dans une salle premium, essayez au moins de régaler vos oreilles grâce à l’Atmos.


Construisez avec nous l’avenir de Numerama en répondant à ces questions !