Avatar : La Voie de l’Eau n’est pas seulement le film de l’année : il est l’un des plus beaux films de l’histoire du cinéma, ce à quoi s’ajoute un profond conte écologique. Du grand cinéma dans toute sa splendeur. Voici notre critique (dithyrambique, mais c’est mérité). Sans spoilers.

Les attentes étaient élevées. Très élevées. Alors on se délecte d’autant plus d’une réussite quasi totale. Avatar : La Voie de l’Eau est au cinéma ce 14 décembre 2022 et James Cameron signe un nouveau chef-d’œuvre, dix ans après Avatar.

Les 3h10 n’auront pas eu raison de notre plaisir : tout au contraire, quitter Pandora fut difficile. Notre seule envie, lorsque le générique démarre, est de retourner, déjà, sur cette exolune. Pour ne pas quitter cette bulle de rêve, cette utopie cinématographique délicate et spectaculaire que nous offre James Cameron.

Extrait du trailer d'Avatar : La Voie de l'Eau. // Source : Avatar 2 / 20th Century
Extrait du trailer d’Avatar : La Voie de l’Eau. // Source : Avatar 2 / 20th Century

Entre contemplation poétique et spectacle visuel phénoménal

Ne tournons pas autour du pot : La Voie de l’Eau est l’un des plus beaux films de l’histoire du cinéma et il va marquer les esprits. La beauté esthétique subjugue chaque instant du long-métrage de James Cameron. Plus encore que lors du premier film, les effets spéciaux révolutionnaires sont certes gages de splendeur visuelle, mais servent avant-tout une direction artistique à couper le souffle.

La beauté esthétique subjugue chaque instant du long-métrage de James Cameron.

Bien-sûr, cela offre un théâtre de choix aux scènes d’action — un peu plus nombreuses que dans Avatar 1. Le spectacle est grandiose. Mais ce n’est pas l’action qui se distingue le plus. James Cameron avait besoin de 3h10 pour incorporer à son film de longues séquences de contemplation poétique. Le temps s’allonge pour accompagner l’immensité et l’intimité de moments au lyrisme envoutant.

Avatar 2 fait la part belle aux séquences poétiques envoutantes. // Source : Disney
Avatar 2 fait la part belle aux séquences poétiques envoutantes. // Source : Disney

Le scénario est, d’ailleurs, relativement épuré. Malgré un laps de temps entre les deux films, l’histoire est la continuité directe des événements d’Avatar. Et comme dans le premier film, le récit sert avant-tout de structure : la narration s’exprime dans une myriade d’éléments — des personnages puissants, touchants, une mise en scène riche.

C’est aussi grâce à un scénario épuré qu’Avatar 2 (comme Avatar 1 avant lui) parvient à dégager une telle beauté en tout. La saga ne serait pas aussi puissante si l’on suivait un énième polar SF dans l’espace dont il faudrait suivre chaque rebondissement. Avatar est un conte. Un conte est souvent simple sur le papier, mais d’une richesse folle en chaque chose. Sous l’eau, comme dans les airs, la magie d’Avatar : La Voie de l’Eau est autant dans le grand spectacle que dans les silences, les regards, les larmes, les sourires.

L’écologie toujours au cœur d’Avatar

Avatar : La Voie de l’Eau n’est pas n’importe quel type de conte : c’est un conte écologique. Dans le premier film, il s’agissait déjà de protéger l’écosystème de Pandora de la destruction face à l’impérialisme d’une entreprise humaine. La suite reprend plus ou moins la même rhétorique et la même structure en la matière, mais en allant plus loin.

Kiri dans Avatar 2 : La Voie de l'Eau. // Source : Disney
Kiri dans Avatar 2 : La Voie de l’Eau. // Source : Disney

Et la contemplation, dont nous avons tant vanté les mérites, est justement le véhicule de cette écologie cinématographique. En exprimant la beauté et l’altérité de Pandora, James Cameron accentue la violence commise contre cet écosystème. Le réalisateur a compris que nous sommes des êtres d’émotions. Être bavard sur un sujet est parfois moins transperçant que de développer l’amour et la curiosité envers les enjeux dont il est question.

Contemplation et écologie

En 2009, Avatar mettait l’accent sur la flore de Pandora et la destruction de l’arbre au sein duquel les Na’vi vivaient en symbiose. La biodiversité est davantage au cœur de la suite : la protection des espèces est au cœur du film. Les animaux sous-marins de Pandora jouent un rôle prépondérant : ils seront, à leur tour, confrontés à la cruauté humaine.

Le verdict

Source : Avatar 2 affiche du titre
10/10

Avatar 2 : La Voie de l’Eau

Voir la fiche
Il n’y a pas d’offres pour le moment

Avatar : La Voie de l’Eau est l’un des plus beaux films de l’histoire du cinéma et inscrit définitivement la saga Avatar comme une oeuvre cinématographique importante. James Cameron ne fait pas tout reposer sur la beauté visuelle : la créativité artistique est frappante et la poésie des séquences ensorcelle. L’action ne gâche rien à cette poésie, en alternant entre douceur et grand spectacle.

Le scénario est certes structurellement proche du premier opus, mais ce n’est qu’une trame pour une ambition narrative plus vaste : James Cameron est en train de bâtir un conte écologique ambitieux. La Voie de l’Eau développe une trame autour de la biodiversité de Pandora.

En bref, on ne cessera de réaffirmer ce fait étonnant : 3h10 nous semblait bien long sur le papier, et pourtant, nous ne voulions tout bonnement pas quitter Pandora au déclenchement du générique. On ne peut pas faire plus clair.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !