Le prix du bitcoin est en chute depuis près de 6 mois. La nouvelle n’est pas appréciée dans le secteur des crypto-monnaies, mais elle pourrait être une aubaine pour les spécialistes de la cybersécurité.

On le sait désormais depuis quelques années : les ransomwares sont les cyberattaques les plus répandues. Rien que pour les six premiers mois de 2022, ce ne sont pas moins de 236,1 millions de tentatives d’attaques au rançongiciel qui ont été répertoriées par les chercheurs de SonicWall, un cabinet spécialisé en cybersécurité.

Pourtant, ce chiffre impressionnant n’est pas un record, et il s’agit même d’une chute de 23% par rapport aux chiffres qui avaient été relevés à la même période en 2021. Et la cause, selon les chercheurs, serait la chute du prix du bitcoin.

Le prix du bitcoin a aussi un impact sur les cyberattaques // Source : Kanchanara / Unsplash
Le prix du bitcoin a aussi un impact sur les cyberattaques. // Source : Kanchanara / Unsplash

Les ransomwares seraient moins rentables

Les ransomwares, aussi appelés rançongiciels, sont des programmes malveillants qui bloquent les appareils infectés et chiffrent toutes les données stockées dessus. Ils peuvent toucher tout le monde, le matériel informatique d’hôpitaux ou celui de La Poste, les ordinateurs de grandes universités comme ceux de particuliers. Pour les victimes, entreprises comme particuliers, le seul moyen de les retrouver est, bien souvent, de payer une rançon — dans la plupart des cas, en crypto-monnaies.

Les crypto-monnaies sont très utilisés par les cybercriminels pour plusieurs raisons : elles sont anonymes, elles ne dépendent pas de banques, et les transactions sont immédiates. De plus, les pirates peuvent également avoir recours à des protocoles mixeurs pour renforcer leur anonymat, et être sûrs de ne pas être identifiables. Le bitcoin et les autres actifs numériques présentent donc de nombreux atouts pour les cybercriminels — sauf qu’en ce moment, leurs prix sont en chute libre, et l’exploitation de ransomwares ne serait donc plus du tout aussi rentable.

Le nombre de ransomwares est en baisse  // Source : Canva
Le nombre de ransomwares est en baisse. // Source : Canva

Entre janvier et juin 2022, le prix du bitcoin est passé de 46 000 dollars à 17 000, une chute qui a entraîné avec elle les prix de toutes les autres crypto-monnaies. Les chercheurs ont conclu que cette dégringolade avait en partie repoussé les cybercriminels, qui ont privilégié d’autres attaques que celle par rançon. Il est fort possible qu’une forte augmentation des prix du bitcoin encouragerait la reprise des attaques aux rançongiciels.

Sonic Wall indique que le prix du bitcoin « a régulièrement servi d’indicateur à la quantité des attaques par ransomware », même si d’autres variables rentrent en compte. Le rapport de Sonic Wall parle également de l’amélioration de la sécurité des appareils, ou encore du renforcement de la lutte contre la cybercriminalité de la part des forces de police pour expliquer cette soudaine baisse. En 2021, l’énorme attaque sur Colonial Pipeline, aux États-Unis, a ainsi poussé le FBI à former une équipe spécialisée dans la lutte contre les ransomwares.

Les rançongiciels ne représentent cependant qu’une partie de toutes les cyberattaques — et Sonic Wall révèle malheureusement que le nombre total d’attaques répertoriées depuis le début de l’année a, lui, augmenté de 11%. Une statistique qui montre qu’il faut, plus que jamais, avoir une bonne hygiène numérique.