Reed Hastings a signé un contrat pour sortir un livre sur les spécificités de son entreprise, qui affirme développer une culture différente des autres multinationales américaines. Voici ce qui la caractérise.

Reed Hastings est en train d’écrire un livre sur « les succès de Netflix », la multinationale qu’il a co-fondée il y a 20 ans, a rapporté la newsletter Pacific le 18 juillet 2018, écrite par un journaliste de CNN. Co-rédigé avec l’auteure Erin Meyer, ce livre sera publié aux éditions Penguin Press.

Netflix ne fait pas grand chose comme les autres. À l’origine, le géant américain était une entreprise d’envoi de DVD à louer par voie postale, qui a développé une plateforme de mise en ligne de contenus visionnables en streaming. Cette interface a peu à peu pris de l’ampleur, pour devenir le cœur de métier de Netflix : proposer des abonnements mensuels qui donnent accès à un large catalogue de séries, films, animés, spectacles, documentaires, originaux ou non.

Le nouveau logo de Netflix

« Liberté et responsabilité »

Netflix communique beaucoup sur ses valeurs d’entreprise. Les cadres responsables des contenus comme Ted Sarandos ou Cindy Holland insistent souvent sur le fait qu’ils donnent de grandes libertés et de grandes responsabilités à leurs subalternes. Il arrive ainsi qu’une série puisse être commandée sans avoir besoin d’une validation des plus hauts dirigeants de l’entreprise.

Liberté et responsabilité : ces deux mots sont les premiers d’une présentation de 125 diapo — qui a depuis été consultée 18 millions de fois dans sa version en ligne — créée en 2009 pour dessiner les grandes lignes de la politique interne de Netflix. Patty McCord, ancienne responsable des talents qui a rédigé ces diapos en 2009, a depuis été renvoyée de l’entreprise.

Capture d’écran de la diapo de 2009. Netflix/SlideShare

L’accent sur l’individu

En 2017, cette politique a été largement revue et modifiée, passant des 125 diapos à « 10 pages en prose », pour « clarifier les points qui soulevaient des questions ». Mais les « valeurs principales » restent les mêmes.  À présent, la firme met en avant 5 valeurs-clé qu’elle met au-dessus de tout et qui la différencie des autres :

  • Encourager la prise de décision par les employés
  • Partager les informations de manière globale, transparente et délibérée
  • Être extraordinairement bienveillants les uns avec les autres
  • Ne garder que les gens qui sont extrêmement efficaces
  • Éviter de mettre en place des règles

Netflix met beaucoup l’accent sur l’individu. Les salariés sont officiellement invités à « avoir le courage de dire ce qu’ils pensent », à « admettre leurs erreurs quand ils en ont fait », et « à agir dans l’intérêt de l’entreprise ». « Vous ne dites des choses sur vos collègues que si ce sont des choses que vous leur diriez en face », dispose aussi la nouvelle politique interne. Les personnes qui respectent ces valeurs font partie de la « dream team » (sic) : « Une dream team, ça signifie que vous vous poussez à être le meilleur collègue possible, vous faites très attention à vos collègues, et vous avez conscience que vous ne ferez peut-être pas toujours partie de cette équipe », décrit l’entreprise sur son site de recherche d’emplois.

Le « test du manager »

En échange, la multinationale propose de très hauts salaires, des congés illimités et des bonus — ainsi qu’une prime de départ pour celles et ceux qui ne passeraient pas le « test du manager », en place depuis au moins 2009. Pour décider si une personne a sa place dans une équipe, les dirigeants demandent si son manager se battrait pour qu’elle reste dans l’entreprise. Si l’employé ne passe pas ce test, la firme lui « donnera promptement et respectueusement une généreuse indemnité de départ pour qu'[elle] puisse trouver quelqu’un pour ce poste qui fasse [d’elle] une meilleure dream team. »

À noter que cette manière de réfléchir correspond au marché américain, où le travail est beaucoup plus flexible et les lois protègent beaucoup moins les salariés du licenciement.

Capture d’écran de la diapo de 2009. Netflix/SlideShare

Partager sur les réseaux sociaux