C'est la première refonte conséquente de l'offre gratuite de Spotify depuis 2014. L'application, qui souhaite continuer à rivaliser face à Apple et Amazon, tient à offrir de solides arguments à ses 90 millions d'utilisateurs mais aussi attirer de nouveaux abonnés.

Ce mois d’avril est chargé en événements pour Spotify. Après son entrée en bourse le 3 avril 2018, le leader du streaming musical a annoncé mardi le lancement de sa nouvelle offre gratuite afin de dynamiser son taux de conversion d’abonnés.

La plateforme qui revendique plus de 70 millions d’abonnés payants est menacée par les chiffres d’Apple Music. Est-ce que ce changement sera suffisant pour conserver son statut de leader ?

À l’occasion d’une conférence tenue au Gramercy Theater à New-York ce 24 avril, Gustav Söderström le CEO de Spotify a déclaré « Nous le faisons parce que nous savons que cela nous aidera à stimuler la croissance. »

Plus souple, plus pratique, que réserve la nouvelle offre ?

Jusqu’ici, les utilisateurs non-abonnés n’avaient accès qu’au mode aléatoire, circonscrit à une playlist dont les morceaux étaient sélectionnés par l’algorithme de l’application, morceaux eux-mêmes soumis à une limite d’écoutes. Désormais, Spotify entend offrir plus que ce mode aléatoire, ce qui a son intérêt, puisque la société affirme que 60 % de ses abonnés payants seraient passés par l’offre gratuite.

Quelle refonte pour cette offre gratuite ? Tout d’abord, avant de retrouver le mode aléatoire, les 90 millions d’utilisateurs non-abonnés de Spotify devront d’abord passer par les 15 playlists proposées par la plateforme. Soit 750 chansons et plus de 40 heures de musique gratuitement accessibles, sans limite d’écoutes cette fois-ci. Une offre considérable, comparée à l’ancienne.

60 % de ses abonnés payants seraient passés par l’offre gratuite

En plus de cet élargissement, l’usager pourra personnaliser les playlists qui lui seront soumises en sélectionnant les artistes qu’il apprécie lors de son inscription. Quant à ceux déjà présents, la personnalisation du contenu se fera en fonction de leur bibliothèque.

Certaines choses ne changent pas : les utilisateurs non-abonnés devront toujours passer par des publicités pour continuer à utiliser le service et il ne leur sera pas possible de télécharger les musiques proposées. En ce qui concerne les nouvelles fonctionnalités, Spotify promet un mode « basse consommation » qui réduirait de 75 % la consommation des données 4G.

Partager sur les réseaux sociaux