C'est fait : DHL va enfin tester son premier programme de livraison autonome l'année prochaine. Les camions électriques équipés de puces Nvidia accompagneront dans un premier temps les livreurs et les facteurs pour améliorer leur efficacité sur le terrain.

Dans l’automobile autonome, Nvidia a aujourd’hui un problème d’image : difficile pour celui que l’on connaît comme un constructeur de cartes graphiques pour joueurs de mettre en avant qu’il est aussi l’un des fabricants les plus engagés dans la course à la voiture autonome. Alors quand un de ses modules entre en phase de test bien réel chez l’un de ses partenaires, Nvidia ne peut pas manquer l’occasion de l’annoncer lors de sa GPU Tech Conférence. Et avec DHL, groupe postal allemand qui s’exporte dans le monde entier, l’Américain a joué un grand coup.

En effet, dès l’année 2018, DHL va faire entrer en phase de test des véhicules de livraison équipés d’une technologie les rendant capables d’une autonomie de niveau 5. Cette flotte d’essai sera propulsée par les modules ad hoc de Nvidia pensés pour la conduite autonome : des blocs Drive Px équipés de différents GPU pas plus grands qu’une plaque d’immatriculation américaine et qui viennent donner de l’intelligence aux différents capteurs du véhicule. Bref, Nvidia devient grosso modo le cerveau des véhicules de DHL, les StreetScooters électriques équipés de différents capteurs et agrégateurs par l’entreprise ZF.

Pas question pourtant de laisser le véhicule en autonomie totale dans un premier temps. L’idée est plutôt d’optimiser le temps de travail des coursiers (on évoque « 30 % d’efficacité en plus » et des facteurs qui doivent s’arrêter fréquemment quand ils couvrent un quartier. Les véhicules de DHL pourront donc, par exemple, suivre un facteur quand il doit livrer des colis sur plusieurs numéros d’une rue d’affilée à basse vitesse : l’humain n’a pas à reprendre les commandes, redémarrer le véhicule, faire un nouvel arrêt, etc. De même, il sera possible pour un livreur, après avoir fait quelques livraisons sur un même tronçon, d’invoquer son camion de livraison pour qu’il le rejoigne un peu plus loin.

Pour Jensen Huang, CEO de Nvidia, « le développement des véhicules de livraison autonome montre comment l’intelligence artificielle et le deep learning sont en train de redéfinir l’industrie de la logistique  ». Et en effet, DHL n’utilise pas uniquement les modules Px de Nvidia à l’intérieur des véhicules : de l’autre côté de la chaîne, un supercalculateur équipé avec des cartes Nvidia DGX-1 va entraîner les algorithmes de l’entreprise pour affiner le comportement des StreetScooters en condition réelle et apprendre des situations vécues par les véhicules.

À terme, DHL et Nvidia ne cachent pas leur ambition : rendre complètement autonome la livraison. Les deux partenaires imaginent déjà des camions entièrement autonomes parcourir les rues allemandes avec vos colis dans des compartiments à déverrouiller avec un code quand ils arriveront chez vous, au beau milieu de la nuit. En bref, le rêve d’un Amazon.

Partager sur les réseaux sociaux