On l'attendait, ce petit Nécromancien. Arrivé avec le soleil, la plage et les vacances, il faut reconnaître que le petit nouveau de l'équipe Diablo 3 a su nous tenir à l'intérieur.

C’est loin d’être un scoop : Blizzard sait faire des jeux vidéo et sait faire plaisir aux joueurs qui sont déjà convaincus depuis de nombreuses années par ses titres. Avec la sortie du Nécromancien pour Diablo 3, le challenge était pourtant de taille : la classe est celle qui a été la plus demandée sur le jeu depuis sa sortie en 2012, n’ayant pas d’équivalent dans les choix proposés à l’époque. Mais à cette nostalgie réclamée par les joueurs s’ajoutent plusieurs autres défis : le gameplay doit s’adapter à un jeu entièrement nouveau, le personnage doit avoir une bonne dynamique et surtout, Blizzard doit innover, apporter de la fraîcheur.

Et puis le Nécro et les fans de Diablo, c’est une longue histoire d’amour. De manière tout à fait subjective, il s’agit du personnage le plus cool de Diablo 2, avec ses synergies complètement pétées, ses skills gores à souhait et ses petites remarques complètement déplacées sur le fait que, comme un mauvais personnage de Scream Queens, il kiffe la mort. Le Nécro n’est pas à prendre à la légère et à 15 balles le personnage additionnel, Blizzard avait la pression pour contenter tout le monde. Nous devons reconnaître que le cocktail concocté par le géant nous a ravi les papilles.

Sprouuutch

 

La même chose en 2017

Tout d’abord, il faut savoir que Blizzard a casé la nostalgie, comme une case à cocher dans le cahier des charges. Le Nécro ressemble à ce qu’on se souvient de lui et, de manière particulièrement fine, Blizzard offre aux joueuses et aux joueurs la possibilité de débloquer tous les vieux sorts très tôt dans le jeu. Cela fait qu’on se retrouve très rapidement avec un build Nécro de Diablo 2, oscillant entre Lance d’Os et Explosion de cadavre. Ça éclabousse dans tous les sens, les explosions s’enchaîne et on retrouve la puissance de notre ami prophète de Rathma. Le tout dans des décors somptueux et avec de nouvelles animations aussi fluides que brutales.

Ce petit périple dans nos souvenirs dure le temps de la montée en niveaux. Si vous avez déjà pas mal joué et que vos points de Parangon sont hauts, vous pourrez commencer le jeu en Tourment 1 sans trop de problème, ce qui vous permettra d’atteindre le niveau 70 entre la fin de l’acte 1 et le début de l’acte 2. Et c’est sur la fin de son leveling que le personnage prend toute sa profondeur — notamment quand on le combine avec les bons sets. Car toute la dynamique du Nécromancien va reposer, à haut niveau, sur deux choses : les cadavres et le sang.

Toute la dynamique du Nécromancien va reposer, à haut niveau, sur deux choses : les cadavres et le sang.

Oui, le sang. Par exemple, sur le set Trag’Oul fondé sur la compétence Lance macabre, vous allez devoir attaquer avec votre ressource la plus précieuse : votre barre de vie. En échange d’attaques extrêmement puissantes, vous sacrifiez un pourcentage non négligeable de votre vie. Le gameplay qui était hyper passif dans la montée en niveau (invocations et on laisse le jeu jouer à notre place) devient très technique. Il faut savoir juger en permanence de ce qu’il faut faire avec son stock de cadavres (attaquer ou reprendre de la vie), se placer, maudire les ennemis pour maximiser sa survie et surtout, équiper les bons items et gemmes pour maintenir des dégâts et de la régénération de vie constante.

Le résultat, c’est un gameplay novateur pour Diablo 3 et qui met le joueur en permanence dans une situation de mort précaire (comble pour un nécromancien). On est toujours à la limite de donner le coup de trop qui pompera trop de sang d’un coup. Le sentiment de puissance conféré par Royaume des morts qui, en gros, vous transforme pendant 10 secondes en une machine à DPS invincible, est aussi jouissif. Ces mécaniques sont difficile à maîtriser mais très gratifiantes pour le joueur qui possède le bon stuff — à noter qu’en une quinzaine d’heures, je possède déjà les 3 sets et la quasi-totalité des objets liés à la classe, roulant sur les failles supérieures 50 tout seul et bien plus haut à 4.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à cette sortie est d’avoir lancé le Nécro en décalé par rapport aux saisons qui apportent des défis et une progression plus agréable que le jeu classique où nous sommes tous trop puissants et trop riches. En effet, la prochaine saison commence fin juillet et je ne sais pas si j’aurais le courage de remonter un Nécromancien si tôt, de même que j’ai l’impression d’avoir fini le personnage bien trop vite. Pour tout le reste, c’était que du plaisir. Morbide, certes, mais du plaisir quand même.

Partager sur les réseaux sociaux