Le Japon accueillera en 2020 les Jeux olympiques d'été. À cette occasion, le pays fera la démonstration de son savoir-faire technologique. La technologie autonome au sein des voitures sera notamment mise en avant.

Le Japon entend bien profiter des Jeux olympiques d’été qui se dérouleront à Tokyo en 2020 pour faire la démonstration de son savoir-faire technologique. C’est le cas dans la 5G, où des tests sont en cours dans le pays. C’est aussi valable pour la robotique, dans la mesure où le gouvernement entend organiser des épreuves « sportives » pour les robots la même année que les JO.

Les voitures autonomes devraient également être mises en avant. Alors que les premiers véhicules semi-autonomes sont déjà en circulation (sous certaines conditions), les autorités japonaises estiment que la conduite sans l’assistance d’un chauffeur sera une réalité dès 2020. Les constructeurs nippons se sont lancés dans la course et Nissan prévoit par exemple des modèles de ce type dans trois ans.

japon-olympiques
CC t-mizo

Des initiatives en dehors de l’industrie automobile voient aussi le jour. Reuters signale par exemple que l’entreprise ZMP, spécialisée dans la robotique, s’est associée avec la société de transport Hinomaru Kotsu pour développer des taxis autonomes qui pourront transporter des touristes, des athlètes mais aussi la population locale. ZMP teste la conduite autonome depuis 2016.

À en croire le patron de Hinomaru Kotsu, le recours à cette technologie est aussi une façon de pallier le manque de main d’œuvre dans le monde des taxis. Cela étant, au rythme où vont les choses, ce ne sera plus le manque de main d’œuvre qui sera un problème mais les nombreux chauffeurs actuels qui risquent d’être progressivement écartés au profit des systèmes de conduite autonome.

Les degrés d’autonomie d’une voiture.

Reste à savoir quel degré exact d’autonomie offriront les véhicules mis à niveau par ZMP au profit de Hinomaru Kotsu. On doute qu’il s’agisse d’autonomie totale, même si le groupe nippon espère pouvoir tester en 2017 des véhicules autonomes sans aucun chauffeur à bord (pour l’instant, il y a toujours quelqu’un derrière le volant pour pouvoir reprendre la main en cas de besoin).

En matière de conduite autonome, six niveaux permettent d’évaluer le degré d’autonomie d’un véhicule (de 0 à 5). Actuellement, les modèles grand public les plus aboutis sont au niveau 3 (autonomie conditionnelle). Les deux derniers ne sont pas attendus avant des années. Le constructeur japonais Honda estime par exemple que le niveau 4 sera atteint en 2025. En tout cas, pour ce qui le concerne.

Partager sur les réseaux sociaux