Je ne participe peut-être pas aux Jeux olympiques, mais j’ai remporté une médaille de bronze lors d’une course de voitures électriques organisée par Audi. Une drôle d’expérience qui a fait l’objet de l’éditorial de la newsletter Watt Else du 2 mai.

Audi n’est pas encore à la pointe de la technologie en matière de voitures électriques et le reconnaît. Par contre, la marque est championne quand il s’agit d’organiser des événements atypiques pour les clients (et pour les journalistes). Son objectif est de faire changer les regards sur la voiture électrique. Voilà comment je me suis retrouvée embarquée les 25 et 26 avril dans une drôle d’aventure automobile avec 83 autres participants.

L’opération mise sur pied par Audi, et son partenaire Oreca, n’est rien de moins qu’une course d’endurance, en équipe, en Audi e-tron GT et sur le circuit Paul Ricard. Il fallait oser ! C’est même une épreuve officialisée et surveillée par la Fédération Française du Sport Automobile.

Les godasses de plomb au placard

21 voitures sont alignées au départ d’une course qui doit durer 3 heures sans recharger. 3 heures sur les 3,8 km du circuit Paul Ricard : les plus forts en calcul auront vite compris que le compte n’est pas bon en consommation pour parcourir la plus grande distance. C’est bien là tout le challenge de l’épreuve, qui demande de laisser les godasses de plomb au placard et donne ainsi une chance aux plus novices sur circuit.

A l'attaque pendant l'audi e-tron endurance experience // Source : Audi - Laurent Gayral / Rémi Chaillaud
A l’attaque pendant l’audi e-tron endurance experience // Source : Audi – Laurent Gayral / Rémi Chaillaud

Hors de question d’atteindre les 250 km/h de la vitesse maximale de l’Audi e-tron GT RS sur la longue ligne droite, puis de faire chauffer les freins et pneus sur le reste du parcours. Cela attaquerait l’autonomie et les consommables : autant déclarer forfait d’avance. Il faut modérer sa vitesse (autour de 105 km/h de moyenne) et gérer des trajectoires aux petits oignons pour contenir la consommation. Un supplice pour certains et un sacré défi pour tous !

Se prendre au jeu 

Avec Marie, Jean-Baptiste et Dimitri qui composaient mon équipe, les essais du jeudi ont été encourageants — merci à notre coach Stéphane. L’objectif d’une consommation au plus proche des 30 kWh/100 km a été tenu au fil des tours, malgré un rythme qui allait forcément crescendo pour gagner quelques secondes sans plomber la sacro-sainte autonomie. Des premiers tours hésitants à 2:25, j’ai même pu me lâcher sur un tour à 2:08, sans voir la conso être irrémédiablement plombée. 

La frustration de ne pas exploiter les 475 kW de puissance de l’auto s’est fait ressentir chez certaines équipes pendant les essais. Mais l’esprit de compétition a rattrapé tous les participants lors de la course, particulièrement serrée, du vendredi.  

Passage de relai de Raphaelle Baut pour l'équipe 11 // Source : Audi - Laurent Gayral / Rémi Chaillaud
Passage de relai de Raphaelle Baut pour l’équipe 11 // Source : Audi – Laurent Gayral / Rémi Chaillaud

Rien ne sert de courir 

L’exercice aurait presque pu être facile, si la météo n’était pas venue nous jouer un mauvais tour. Que serait une course sans de la pluie, du vent et une température de 8,5° au lieu des 17° de la veille ? L’objectif d’une consommation moyenne autour de 30 kWh/100 km était devenu intenable, en tout cas pas au rythme d’une course. Mais, au-delà de 35 kWh/100 km, passer la ligne d’arrivée n’était plus garanti.

C’est là que la stratégie et le talent des pilotes du jour se sont exprimés. Mon équipe a bien géré tous les relais en modulant son temps au tour et sa consommation. Comme dans la fable du Lièvre et de la Tortue, ce n’est pas celui qui est parti le plus vite qui est arrivé en tête, bien au contraire. 

Fin de course pour l'audi e-tron endurance experience // Source : Audi - Laurent Gayral / Rémi Chaillaud
Fin de course pour l’audi e-tron endurance experience // Source : Audi – Laurent Gayral / Rémi Chaillaud

J’étais en charge du dernier relai et voir le drapeau à damiers s’agiter a été une délivrance. Avec 8 % de batterie au moment de repartir, j’ai pu me payer le luxe de doubler quelques concurrents déjà au ralenti faute de batterie. La sanction du 0 % de batterie est tombée pour moi à un peu plus de 3 tours de l’arrivée. Une fin de course en mode tortue ! Les trajectoires étaient cruciales pour ne pas avoir à abandonner l’auto en panne sur la piste. Une seule voiture n’a pas réussi à rejoindre le paddock.

Podium pour mon équipe ! On a fini en 3ᵉ place. La voiture n’avait plus de jus, comme ses pilotes, au terme d’une course bien plus intense qu’il n’y parait. 

N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter hebdomadaire Watt Else pour suivre les débats autour de l’actualité de la mobilité électrique, mais aussi nos expériences atypiques.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.