Le passe Clipper, l’équivalent du passe Navigo à San Francisco, est parfaitement intégré à l’application Apple Wallet aux États-Unis. Un bon moyen d’expérimenter ce qu’Île-de-France Mobilités nous promet depuis 2019.

Ce n’est pas un secret, Île-de-France Mobilités prépare activement le support du passe Navigo sur iPhone (et l’achat de tickets de métro à l’unité). Depuis 2019, IdFM promet régulièrement l’arrivée de ce service, après l’avoir déjà déployé sur Android. Dans une interview à Numerama en octobre 2022, l’institution en charge des transports parisiens promettait le déploiement du passe Navigo dans Apple Wallet (ou Apple Cartes) d’ici 2023. Depuis, du retard administratif a repoussé ce lancement à 2024, avec un déploiement avant les Jeux Olympiques dans le viseur.

À quoi va ressembler cette intégration, alors même qu’Apple souhaite garder du contrôle sur l’expérience utilisateur ? En déplacement à San Francisco (où nous avons notamment roulé en taxi autonome), nous avons essayé Clipper, l’équivalent franciscanais du Navigo, qui est parfaitement intégré à l’iPhone. Un avant-goût de ce qui devrait découvrir les Franciliens, même si le fonctionnement du Navigo devrait amener Apple à concevoir une expérience inédite.

N’importe quel touriste peut créer un passe Clipper depuis son iPhone

Trois villes aux États-Unis sont dans la même situation que Paris.
Trois villes aux États-Unis sont dans la même situation que Paris.

Pourquoi prendre l’exemple de San Francisco, plutôt que celui de Lyon ou de Londres, où l’on peut déjà utiliser Apple Pay pour prendre le métro ? Parce que la technologie utilisée par la ville californienne est semblable à celle de Paris. Une ville comme Lyon permet de prendre les transports en commun avec n’importe quelle carte bancaire, alors que Paris et San Francisco obligent à utiliser une carte prépayée avec un identifiant magnétique. Ce n’est pas la même chose.

Pour entrer dans le métro à San Francisco, Apple Pay n’est pas suffisant. Il faut se rendre dans l’application Apple Cartes, cliquer sur +, choisir Carte de transport et sélectionner l’option Clipper. Deux options sont alors proposées :

  • Créer une nouvelle carte, entièrement numérique.
  • Importer une carte existante, pour la remplacer par son iPhone. Il suffit alors de l’approcher du dos de son iPhone, le temps du clonage.

Dans le cas présent, nous avons créé une nouvelle carte. Nous l’avons ensuite chargée de 10 dollars, en utilisant la carte Apple Pay de notre choix (c’est une différence fondamentale avec Paris, où le passe Navigo ne se recharge pas en euros mais en tickets. Nous y reviendrons).

Dans Apple Cartes, on peut consulter tous ses derniers itinéraires ou recharger son badge.
Dans Apple Cartes, on peut consulter tous ses derniers itinéraires ou recharger son badge. // Source : Numerama

Ensuite, il n’y a plus rien à faire. Un iPhone allumé ou éteint peut servir de titre de transport (pas besoin d’ouvrir l’application Cartes, c’est automatique). Il suffit de l’approcher d’un lecteur Clipper (il y en a dans le bus, dans le tramway, dans le métro ou même dans le ferry) et une animation apparaîtra en haut de l’écran (voir l’illustration de cet article). Dans certains cas, on obtient même un remboursement à la sortie, puisque l’iPhone calcule le prix du trajet et rembourse la différence de prix. Tout est extrêmement bien indiqué.

S’il vous manque de l’argent sur votre carte Clipper, l’iPhone vous fait un crédit. Il vous faudra recharger votre carte Clipper pour continuer.

À chaque passage de l'iPhone, on reçoit une notification.
À chaque passage de l’iPhone, on reçoit une notification. // Source : Numerama

iPhone ou Watch, il faut choisir

Transfer Card Watch

Seul point négatif : le passe Clipper sur iPhone n’est pas couplé à l’Apple Watch. Il faut choisir entre les deux, puisque les titres de transport ne peuvent être stockés que sur un seul appareil. C’est dommage, d’autant plus qu’Île-de-France Mobilités pourrait être contraint de prendre la même décision.

La situation est la même à Hong Kong, Washington et Los Angeles, trois des rares villes à utiliser des technologies similaires à celles de Paris (et à proposer le support d’Apple Cartes). La Chine et le Japon proposent aussi plusieurs titres de transports dans l’application d’Apple, mais aucun acteur européen n’y est pour l’instant.

Pourquoi Paris prend autant de temps pour lancer le Navigo sur iPhone ?

C'est flou et mal cadré, mais voici le passage d'un iPhone sur une borne Clipper. Avec l'animation dans la Dynamic Island.
C’est flou et mal cadré, mais voici le passage d’un iPhone sur une borne Clipper. Avec l’animation dans la Dynamic Island. // Source : Numerama

Paris peut-il vraiment faire comme San Francisco ? Comme indiqué plus haut, Île-de-France Mobilités utilise un système de facturation différent, où l’on ne recharge pas son passe Navigo avec un solde en euros, mais avec des titres unitaires. Aux dernières nouvelles, Apple prépare un moyen d’acheter des titres à l’unité depuis Wallet, en plus de l’application Île-de-France Mobilités, qui sera indispensable pour acheter un abonnement (hebdomadaire ou mensuel).

À Paris et dans sa région, le passe Navigo est victime de sa très grande complexité. Les billets destination et le passe Liberté+ ne devraient pas être éligibles à l’iPhone au lancement, puisque le suivi des trajets sera beaucoup plus limité qu’à San Francisco (malgré l’actualisation de nombreux portiques).

Quoi qu’il en soit, sans doute d’ici les Jeux Olympiques, le Navigo devrait bien arriver sur iPhone. On voit mal Apple passer à côté de cette opportunité, alors que Samsung et Google le proposent depuis des années. Un touriste qui se rend dans l’application Apple Maps serait alors incité à créer un passe Navigo virtuel, pour gagner du temps.

Source : Numerama

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !