Le forfait de Free Mobile proposant de la 4G avec data illimitée est séduisant mais il n'est pas accessible à tous. Tour d'horizon de ce qu'il faut savoir pour bien comprendre les subtilités et les restrictions propres à cette offre.

En dévoilant un forfait 4G avec data illimitée pour la France métropolitaine mardi 21 mars, Free Mobile a fait sensation chez les mobinautes. Il faut dire que la formule a de quoi séduire : pour moins de 16 euros par mois, l’opérateur propose un forfait sans engagement qui vous permet de ne jamais être restreint dans l’usage de la 4G quand vous l’utilisez dans l’Hexagone.

Face à la concurrence, qui commercialise des offres en 4G avec une enveloppe limitée à 5, 20 ou même parfois 50 Go pour l’Internet mobile, Free Mobile a évidemment joué un très bon coup, même si dans les faits l’usage d’un client ayant une formule 4G ne justifie pas le lancement d’un forfait illimité : un plafond à 20 ou 50 Go aurait suffi au regard de la consommation mensuelle moyenne.

Abonnés concernés, zones exclues, partage de connexion… l’annonce de Free Mobile mérite qu’on la décortique plus en détail.

Qui est concerné ?

Tout ceux qui sont clients chez Free Mobile ne sont malheureusement pas éligibles à cette nouvelle offre. Seuls ceux qui sont également abonnés chez Free, le fournisseur d’accès à Internet fixe, c’est-à-dire qui ont une Freebox à la maison, peuvent profiter de l’offre à 15,99 euros et la data illimitée en 4G.

Les autres mobinautes qui ont choisi un forfait Internet fixe chez Orange, SFR, Bouygues Telecom ou n’importe quel autre FAI doivent se contenter de la version plafonnée de l’offre, avec un cap fixé à 100 Go par mois. Mais qu’on ne s’y trompe pas : c’est largement suffisant pour couvrir l’extrême majorité des besoins actuels. Il va falloir en regarder des vidéos sur YouTube pour épuiser l’enveloppe mensuelle.

Et l’outre-mer ?

Le communiqué de Free Mobile est on ne peut plus clair : « le forfait mobile Free à 15,99 euros par mois pour les abonnés Freebox comprend maintenant l’Internet 4G illimité […] en France métropolitaine ». Si vous habitez en Guadeloupe, en Martinique, à La Réunion, en Guyane, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie ou dans l’une des cinq collectivités d’outre-mer, il vous faudra faire une croix dessus.

Cilaos
CC tomanouc

La brochure tarifaire datée du 21 mars précise que depuis ces territoires, la limite est fixée à 5 Go par mois, toute l’année. Même chose pour les nombreux pays européens intégrés dans le cadre de l’itinérance mobile, ainsi qu’aux États-Unis, au Canada, en Israël, en Australie, en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande.

Une offre illimitée vraiment illimitée ?

En français, le terme « illimité » a un sens bien précis. Or trop souvent, les opérateurs ont eu la fâcheuse tendance à le galvauder, ce qui leur a parfois causé quelques ennuis : ainsi, on se souvient que l’UFC-Que Choisir avait assigné Orange et SFR sur fond de pratiques commerciales trompeuses. L’association leur reprochait d’avoir trompé le consommateur en vendant une fausse promesse d’Internet illimité.

Qu’en est-il du côté de Free Mobile ? La brochure tarifaire indique que la « navigation [est permise] sur tous le sites » et que les usages particuliers, comme les échanges en pair à pair (P2P) et l’utilisation de newsgroups, autrefois régulièrement interdits dans les forfaits des opérateurs concurrents, sont « autorisés ». Les seules restrictions concernent ceux qui ne sont pas éligibles à la 4G illimitée.

La brochure indique en effet que des réductions de débit peuvent s’appliquer au-delà de 3 Go ou de 100 Go. Or, ces seuils ne concernent que les clients qui n’ont soit pas de mobile compatible avec la 4G soit pas de Freebox à la maison. Aucun plafond n’est évoqué dans la documentation de Free pour ceux qui ont un abonnement fixe chez Free et un forfait Free Mobile.

Mode modem ?

Le partage de connexion (ou mode modem) est possible mais, comme le pointe FrAndroid, les conditions générales d’abonnement indiquent qu’il est interdit de faire des « tentatives d’établissement de plus de 200 sessions TCP (protocole de contrôle de transmissions) simultanées ». Une consigne qui affectera certains usages, en particulier les échanges en P2P, comme BitTorrent, en apposant de fait certaines limites.

samsung-smartphone
CC John Tekeridis

« En somme, que ce soit en réservant la 4G illimitée aux abonnés Freebox ou en interdisant l’utilisation d’un routeur 4G, Free évite qu’on utilise son forfait en remplacement d’un accès à Internet fixe », observent nos confrères, qui notent que « les conditions générales interdisent expressément l’utilisation d’un modem routeur 4G, tel qu’un hotspot mobile ou une box 4G fixe ».

En cas de problème ou d’abus ?

Naturellement, la documentation de Free Mobile prévoit un certain nombre de garde-fous pour prévenir d’éventuels abus avec à la clé la possibilité de suspendre la ligne voire de résilier le contrat en cours avec l’abonné, comme par exemple la « perturbation du réseau Free Mobile ».

Par ailleurs, l’opérateur précise qu’il « met en œuvre des mesures de gestion de trafic pour optimiser l’accès de tous ses abonnés à son réseau », «  en cas de congestion ». Durant cette période, les clients peuvent observer une augmentation temporaire de la durée de téléchargement d’une page web, d’un mail ou d’une pièce jointe à un mail, ou subir des effets indésirables sur la navigation ou la qualité d’une vidéo.

Retrouvez notre comparatif de tous les forfaits sans engagement.

Partager sur les réseaux sociaux