Le gendarme des télécoms publie son bilan sur la qualité des services mobiles fournis par les quatre principaux opérateurs. Le classement n'évolue pas : Orange se situe toujours devant, Free ferme la marche.

Entre Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile, qui propose la meilleure qualité de réseau ? À cette question, il est très difficile d’apporter une réponse satisfaisante, définitive et générale. Selon les situations, ça ne sera pas toujours le même opérateur qui aura la meilleure qualité de réseau. Beaucoup de facteurs sont susceptibles en effet d’entrer en ligne de compte. Sans parler du fait que les besoins peuvent varier d’une personne à l’autre.

Un opérateur qui a de très bons résultats en ville est-il aussi au top en zone rurale ? Offre-t-il toujours un service irréprochable dans les transports, que ce soit pendant un trajet sur l’autoroute, dans le métro ou en TGV ? À ces questions, la réponse dépendra donc de votre emplacement, de la disponibilité de l’antenne-relais sur laquelle le signal de votre terminal cherche à s’accrocher, si vous êtes statique ou en déplacement, dans un bâtiment ou à l’extérieur, et ainsi de suite.

smartphone-android-wide
CC Aaron Yoo

Malgré les limites de l’exercice, il est possible d’effectuer une photographie globale de la situation. C’est ce que l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) s’efforce tous les ans, à travers ses campagnes d’évaluation de la qualité de service des opérateurs mobiles métropolitains. Pour 2017, le régulateur des télécoms n’y est pas allé de main morte puisqu’il annonce avoir effectué plus d’un million de mesures en 2G, 3G et 4G sur l’ensemble du territoire.

Résultats des courses ? Comme en 2014, 2015 et 2016, c’est Orange qui arrive en tête. Le groupe « affiche les meilleurs résultats sur l’ensemble de l’enquête », commente l’Arcep. Toutefois, à la lecture des graphiques, force est de constater que les écarts avec les trois autres opérateurs sur bon nombre d’indicateurs ne sont pas significatifs. Par exemple sur les SMS reçus en moins de dix secondes en zone dense, les opérateurs évoluent dans un mouchoir de poche.

qos-arcep-2017
Résultats 2017 selon la densité de la population.

Concernant Bouygues et SFR, le régulateur relève qu’ils « sont au coude à coude » sur de nombreuses mesures. Faut-il s’en étonner ? Les deux opérateurs ont choisi de travailler main dans la main sur l’extension de leur couverture mobile, en signant un contrat de mutualisation sur la 2G, la 3G et la 4G ainsi qu’un contrat d’itinérance sur la 4G. L’Arcep note que les deux opérateurs ont fait un gros effort en zone rurale, en « améliorant significativement leurs résultats »

Et Free Mobile ? L’opérateur « affiche des résultats sensiblement moins bons sur un grand nombre d’indicateurs ». Certes, on rappellera qu’il est le dernier des quatre à être entré dans le secteur de la téléphonie mobile, mais la force de cette explication tend à diminuer avec le temps : il faut quand même souligner que cela fait maintenant presque cinq ans et demi que l’offre Free Mobile a été officiellement lancée. L’excuse de la jeunesse est de moins en moins audible.

Tous les opérateurs, à l’exception de Free Mobile, ont amélioré la qualité de leurs services data

Les principales faiblesses de Free Mobile se situent au niveau du chargement des pages web et de la lecture de vidéos. Les écarts sont notables en zones dense et intermédiaire et criants en zone rurale. Du côté des transports, Free fait jeu égal avec ses rivaux pour les appels et les SMS mais n’est pas bon du tout en ce qui concerne le chargement des pages web. Le constat du régulateur est cruel : « tous les opérateurs, à l’exception de Free Mobile, ont amélioré la qualité de leurs services data ».

Le classement entre les quatre opérateurs est le même que celui constaté au cours des trois précédentes années, notamment en 2014 et en 2015. Le gendarme des télécoms se félicite de la poursuite de « l’accroissement continu des débits », notamment en zone rurale, « après plusieurs années de stagnation ». « Cette progression des performances data en zone rurale est le reflet des déploiements 4G des opérateurs  », juge l’autorité des télécoms.

qos-arcep-transports-2017
La situation dans les transports en 2017.

L’Arcep met toutefois en garde sur les conclusions trop hâtives qui pourraient être tirées de ce classement, dans la mesure où il s’agit d’une synthèse générale : le cas d’un utilisateur pris isolément pourra donner lieu à variations significatives de qualité entre les opérateurs et modifier potentiellement la hiérarchie de ce classement. Aussi, l’Arcep « invite chacun à comparer la qualité des opérateurs, en fonction de ses besoins ».

Dans le cadre des mesures effectuées par l’Arcep, des tests ont eu lieu dans plusieurs zones denses, mais aussi dans des régions moins peuplées ainsi qu’en milieu rural, à la fois à l’intérieur d’un bâtiment et en dehors. L’enquête a porté sur les services mobiles les plus répandus : navigation web, lecture de vidéo, transfert de données, SMS et appels vocaux.

La campagne de 2017 a été beaucoup plus forte.

Parmi les tests mis en œuvre figurent :

  • les appels maintenus 2 minutes avec une qualité parfaite ;
  • les SMS reçus en moins de 10 secondes ;
  • le débit moyen constaté lors de téléchargements de fichiers ;
  • les pages web chargées en moins de 10 secondes ;
  • les vidéos de 2 minutes avec une qualité parfaite.

Ces tests ont été reproduits dans les transports (autoroutes, TGV, grandes lignes, TER, RER, Transiliens et métros). Étaient mesurés les appels maintenus 2 minutes, les SMS reçus en moins de 10 secondes et les pages web chargées en moins de 10 secondes. La couverture des voies de circulations est une obligation que les opérateurs doivent suivre pour bénéficier des fréquences 700 MHz pour la 4G.

Couverture en 4G

Quant à la quatrième génération des standards pour la téléphonie mobile, l’Arcep affiche une certaine insatisfaction. « Aucun opérateur ne couvre plus des deux tiers du territoire avec cette technologie », pointe l’autorité. Free Mobile atteignait un taux de couverture de 45 % en avril 2017. Quant à Orange, Bouygues et SFR, ils étaient respectivement à 55, 58 et 59 %. La situation s’est toutefois nettement améliorée par rapport à 2016, les scores étant à l’époque de 19 à 38 points inférieurs.

« L’Autorité veillera donc à ce que les opérateurs maintiennent leurs efforts afin que la 4G bénéficie au plus grand nombre sur l’ensemble du territoire, et que les écarts de performances entre zones rurales et denses se réduisent progressivement ». Quant à la couverture de la population elle-même, les résultats commencent à être satisfaisants : chaque opérateur couvre au moins quatre Français sur cinq. Bouygues, SFR et Orange sont même très proches.

Devinez sur quelle couverture les opérateurs préfèrent communiquer ?

Le détail de l’enquête 2017 sur la qualité des services de données des opérateurs mobiles en zones d’habitation et sur les axes de transport en France métropolitaine peut être consulté à cette adresse. Un affichage interactif est aussi disponible sur le site Mon Réseau Mobile.

Crédit photo de la une : Kaboom

Partager sur les réseaux sociaux