Les derniers chiffres du déploiement mobile en 4G montrent que les zones blanches sont quasiment éteintes. Le réseau existant aura basculé complètement en 4G cette année et les dernières poches seront résorbées fin 2022.

Les zones blanches sans 4G sont en passe d’appartenir au passé. Selon les dernières statistiques partagées par l’Autorité de régulation des communications électroniques, il y a aujourd’hui 96 % du territoire qui est couvert par le très haut débit mobile d’au moins un opérateur. Et dans un peu plus de trois quarts des cas (76 %), la zone est desservie par les quatre opérateurs en 4G.

Cette récente actualisation des statistiques reflétant l’état du déploiement du très haut débit mobile en France a fait dire à Cédric O, en charge de la transition numérique et des communications électroniques, que le « réseau aura basculé entièrement en 4G dans les prochaines semaines ». Cependant, il y a un détail à souligner : cette statistique concerne le réseau existant, à l’exception du plan dédié aux zones blanches.

La montagne constitue l’un des environnements les plus difficiles à couvrir pour les opérateurs.// Source : Pxhere

Dans le cas de ces régions, le calendrier de déploiement est étalé sur deux ans de plus. À la fin de l’année 2020, 75 % des zones blanches seront couvertes en 4G (au 1er novembre, 68 % de ces sites avaient basculé en très haut débit mobile, indique la Fédération française des télécoms, qui compte dans ses rangs trois des quatre principaux opérateurs (SFR, Orange et Bouygues Télécom).

Une autre échéance en 2022 pour les zones blanches

Les 100 % de couverture 4G en zone blanche doivent être atteints d’ici fin 2022. Cette trajectoire fait dire à Sébastien Soriano, le président du régulateur des télécoms que « les zones blanches sans 4G sont en passe de disparaître », dans un entretien au Parisien. La France, qui est en bas du classement européen (26e sur 28) de la couverture mobile en 4G, a remonté de seize places en deux ans.

Ce coup de collier observé depuis 2018 fait suite à un engagement conclu à l’époque entre les opérateurs télécoms et l’État. Ce New Deal Mobile a proposé à Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile de réattribuer les fréquences 2G et 3G sans les remettre aux enchères. En échange, les quatre opérateurs devaient parvenir à généraliser la 4G dans presque tout le pays en 2020.

Les ultimes étapes de la couverture en 4G se feront en même temps que la mise en route de la 5G, qui débutera à partir de la deuxième quinzaine de novembre 2020. Pour éviter de trop privilégier les zones les plus denses de France, le régulateur a fixé des obligations pour déployer des installations 5G dans les territoires ruraux. Il a même été évoqué l’idée de faire arriver la 5G avant la 4G dans certains villages.

C'est sûr : vous payez votre forfait 4G trop cher

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo