Le bonheur des uns fait le malheur des autres : le déploiement d'iOS 11 signifie l'arrêt de nombreuses applications incompatibles avec un système 64 bits. Dont le controversé Flappy Bird fait partie.

Cette semaine, Apple a finalement déployé iOS 11, son nouveau système d’exploitation destiné à ses plateformes mobiles (iPhone et iPad).

S’il se prévaut de nombreuses nouveautés non négligeables, il signe aussi l’arrêt de mort quelques applications incapables de tourner en 64 bits. C’est notamment le cas de Flappy Bird, ancien phénomène de l’App Store ayant donné naissance à de nombreuses polémiques.

Doug Nguyen, son créateur, a arrêté de mettre à jour son jeu vidéo mettant en scène un oiseau depuis 2014. Et il n’entend pas le faire pour iOS 11. Clap de fin. Ou flap de fin plutôt.

Bye bye Flappy Bird

Dong Nguyen a officialisé la mauvaise nouvelle lui-même via sa page Facebook, indiquant simplement que Flappy Bird n’était plus jouable sous iOS 11, sans oublier de remercier les joueurs l’ayant soutenu durant ces quatre dernières années. Le principe du jeu était simple comme bonjour : il s’agissait de faire éviter des obstacles à un oiseau en tapotant sur l’écran.

Sorti en 2013, Flappy Bird était parvenu à atteindre les 50 millions de téléchargements en moins d’un an et, grâce aux publicités intégrés, rapportait plus de 50 000 dollars par jour à Doug Nguyen. Un succès tellement monstrueux que son géniteur ne pouvait plus le supporter, décidant carrément de retirer l’application ayant donné naissance à de nombreux plagiats.

« Il est devenu un produit addictif. Je pense qu’il est devenu un problème. Pour résoudre ce problème, il a été préférable de le supprimer. C’est terminé pour toujours » expliquait à l’époque Doug Nguyen dans les colonnes de Forbes. Il avait finalement rétropédalé en rendant à nouveau son bébé disponible sur l’App Store et le Google Play.

Ayant défrayé la chronique à cause de son créateur, Flappy Bird a aussi fait parler de lui en raison des nombreux clones ayant pullulé sur les plateformes de téléchargements et qui avaient poussé Google et Apple à sévir. Au final, avec iOS 11, la firme à la pomme tourne une sacrée page de l’histoire récente.

Partager sur les réseaux sociaux