Voyant certains fans hardcore montent au créneau pour pointer du doigt certains éléments de sa compilation, Vicarious Visions a tenu à mettre les points sur les i.

Avec Crash Bandicoot : N. Sane Trilogy, Activision a ressuscité Crash Bandicoot, célèbre marsupial et icône des années 90, ère acquise à la génération PlayStation.

Quand on s’attaque à un monument, on prend forcément le risque d’essuyer quelques critiques parfois légitimes. C’est sans doute pour cette raison que Vicarious Visions, en charge du développement, a joué la carte de la transparence pour justifier certains changements qui paraissaient indispensables aux yeux du studio.

Un studio franc

Ainsi, sur le blog d’Activision, Vicarious Visions dresse l’état des lieux de trois éléments primordiaux ayant subi des modications : la prise en main de Crash, la physique et la difficulté.

Concernant le gameplay, le développeur répond à ceux insistant sur le fait que les sauts sont loin d’être les mêmes entre les opus originaux et leur remaster. Un constat assumé qui s’explique par ce désir d’unifier les trois expériences en se basant sur la jouabilité de Crash Bandicoot 3 : Warped (« il représente l’approche la plus moderne et améliorée car il donne plus de contrôle au joueur »).

Après une batterie de tests, Vicarious Visious s’est efforcé de se rapprocher du feeling d’époque, avec quelques subtilités néanmoins pour Crash Bandicoot, comme le fait que le héros retombe plus vite après un saut.

Des collisions différentes

Vient ensuite la physique, un point ayant visiblement engendré beaucoup de questions de la part de la communauté. Le studio révèle que son moteur graphique induit des collisions différentes. Ce faisant, il ne faut pas s’étonner de voir que certains passages requièrent plus de précision qu’auparavant.

Pour terminer, Vicarious Visions tient à rassurer les joueurs sur la difficulté de Crash Bandicoot premier du nom, connu pour son challenge. L’uniformisation des sauvegardes et des checkpoints, couplée à l’ajustement dynamique de la difficulté (qui offre un masque Aku Aku en cas de morts répétés, fonctionnalité absente à l’époque), permet d’adoucir les crises de nerf. Il est d’ailleurs conseillé, pour un néophyte, de commencer par Crash Bandicoot 2 et 3, plus faciles

Au final, il faut comprendre que Vicarious Visions ne se cache ni derrière des promesses fausses, ni derrière des excuses. Son Crash Bandicoot : N. Sane Trilogy respecte, dans les grandes lignes, l’esprit de la saga et ce sont aux joueurs, nouveaux comme anciens, de s’adapter aux petites évolutions clairement identifiées désormais.

Partager sur les réseaux sociaux