Disney vient d'annoncer le lancement le mois prochain au Royaume-Uni de DisneyLife, sa plateforme de streaming pour films, livres, musiques et séries. L'entreprise espère ainsi garder le contrôle sur son univers.

Disney lancera le mois prochain DisneyLife au Royaume-Uni, un service d’abonnement en ligne à ses livres, films, séries télévisées et offres musicales, pour la premières fois groupés sur la même plateforme. À la manière de Netflix, il permettra pour 9,99 £ par mois d’accéder aux grands classiques Disney, aux chaînes pour enfants, à des karaokés et aux films Pixar. Les franchises Star Wars et Marvel pourraient aussi rejoindre la plateforme, selon Bob Iger, CEO de Disney, qui s’est exprimé dans une interview au Financial Times.

« Il faut atteindre le consommateur directement, et non plus par des intermédiaires » a-t-il confié pour expliquer son projet. La chaîne de distribution est plus difficile à contrôler aux États-Unis, où Disney a des partenariats avec les chaînes câblées et satellitaires et des accords exclusifs avec Netflix sur le territoire américain. Toutefois, « la technologie sur laquelle repose cette plateforme est extensible aux États-Unis et à nos autres marques » a déclaré Bob Iger.

Disney

La plateforme britannique n’a pas encore été dévoilée, mais on sait déjà qu’elle sera accessible par une application disponible sur tous les supports, à la maison ou en déplacement. Les films pourront aussi être téléchargés temporairement, pour être visionnés hors connexion. Chacun y accédera grâce à un profil aux couleurs des célèbres personnages Disney : entre autres, Elsa, Nemo, Blanche-Neige ou Mickey. Cela permettra de mettre en place un contrôle parental personnalisé, pour limiter le temps de visionnage le week-end ou les jours de semaine.

Avant Noël, « Disney vous mettra au bout des doigts ses scènes mémorables, ses chansons et ses histoires, et offrira aux familles une nouvelle manière pratique de vivre la magie de Disney à la maison ou en déplacement » promet Iger. Pour les Anglais en tout cas : rien ne dit que cette percée européenne continuera par la France.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés