Souvenez-vous de l’affaire Techland que nous avions révélée en avril 2007. Plus de 5000 adresses IP d’internautes français avaient été collectées par la société suisse Logistep pour le compte de l’éditeur de jeux vidéo polonais Techland. Ces internautes étaient suspectés d’avoir téléchargé illégalement le jeu Call of Juarez, et Logistep avait fait transmettre par une avocate parisienne des lettres d’extorsion par lesquelle elle exigeait un paiement de 400 euros pour éviter d’être poursuivi pénalement. L’affaire a bien sûr fait scandale et suscité très vite l’émotion du Barreau de Paris, qui dénonce une violation du code de déontologie des avocats, voire un délit pénal de menace ou de chantage. On sait depuis que Logistep pratique systématiquement de la même manière dans plusieurs pays du monde, et qu’elle agit en violation des règles de protection de la vie privée, et que pour obtenir les coordonnées des abonnés, Logistep demandait une ordonnance judiciaire en profitant de la négligence de certains FAI (en particulier Free), qui ne jugeaient pas important de la contester pour protéger leurs clients. Heureusement, Neuf, Orange, Alice et Télé2 avaient montré le bon exemple en s’opposant avec succès à l’ordonnance, tout comme deux FAI italiens.

Ce qu’il est ressorti de cette affaire, c’est que Logistep agissait dans la plus parfaite illégalité, mais que personne ne lui a fait cesser ses activités d’extorsion (Razorback a tout de même intenté des poursuites en Suisse). Etant donnée la mauvaise presse causée à Techland, on pouvait s’attendre à ce que les éditeurs de jeux vidéo prennent d’eux-mêmes la décision de ne pas faire appel à ce genre de services pour chasser le piratage. Mais tous ne tiennent visiblement pas à leur image de marque. L’éditeur Codemasters trouve lui aussi très appétissant de travailler avec Logistep et ses complices avocats pour exiger 511 ⣠aux internautes britanniques pris en train de télécharger le jeu Colin McRae Dirt pour Xbox 360.

Exactement comme avec Techland, le cabinet d’avocats britannique employé par Logistep refuse de répondre aux journalistes.

Il y a pourtant un gros problème, outre l’illégalité notoire de cette extorsion. Tout comme beaucoup d’internautes accusés en France par Techland affirmaient n’avoir téléchargé qu’une démo du jeu Call of Juarez, un internaute témoigne sur The Register n’avoir jamais téléchargé Colin McRae Dirt, et avoir pourtant reçu cinq lettres différentes avec 5 adresses IP différentes…

Il serait temps qu’un procès soit intenté contre Logistep pour mettre fin à ce procédé révoltant. Seuls ceux qui ont reçu une telle lettre peuvent néanmoins porter plainte.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés