La NASA annonce le lancement d'une chaîne de télévision en ultra haute définition (4K) pour novembre. Centrée sur l'actualité spatiale, elle permettra à l'agence américaine de mieux promouvoir ses missions.

La NASA met le cap sur l'ultra haute définition. La célèbre agence spatiale américaine a annoncé vendredi un partenariat avec la société Harmonic pour mettre au point une chaîne de télévision gratuite dont les contenus seront diffusés en "4K" (4096 par 2160 pixels) et au rythme de 60 images par seconde. Pour l'heure, sa diffusion, qui débutera le 1er novembre 2015, sera réservée au public nord-américain.

La chaîne servira évidemment à mettre en avant l'espace et plus spécifiquement les missions de la NASA. Des photos et des vidéos prises dans et aux abords de la station spatiale internationale seront proposées, ainsi que des reportages sur certaines missions conduites par l'agence. Il est aussi prévu de montrer des images d'archive qui seront restaurées pour l'occasion.

L'arrivée de cette chaîne peut être analysée comme un effort de "relations publiques" en direction des Américains, alors que le budget de l'agence fait face à une relative érosion depuis plusieurs années. Sa part dans le budget fédéral est actuellement de 0,50 % contre 1 % il y a une vingtaine d'années (et jusqu'à 4,41 % à l'époque de la course à l'espace avec l'URSS, dans les années 60).

En s'adressant aux Américains avec une chaîne qui va les faire rêver et mieux leur expliquer à quoi elle sert, la NASA défend indirectement ses intérêts. Cette politique s'explique par le fait qu'il n'y a pas de programmes majeurs et fédérateurs en cours pour emporter l'adhésion de la population (comme l'alunissage, par exemple). C'est ce qui explique pourquoi l'agence exagère parfois ses "découvertes" pour justifier les crédits qui lui sont alloués.

Bien que ses missions la poussent à se tourner résolument vers l'espace, la NASA planche sur des sujets de recherche qui auront aussi des implications sur Terre. Citons par exemple l'impression 3D, les lunettes à réalité augmentée et virtuelle, l'informatique quantique, le contrôle aérien et automatisé des drones, les voitures autonomes ou encore la robotique humanoïde.

( photo )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés