Le projet Humble Bundle, qui permettait déjà de soutenir quelques associations caritatives, annonce une mise à jour de son initiative : désormais, les joueurs peuvent donner à plus de 35 000 organisations différentes.

Aider son prochain tout en jouant aux jeux vidéo. Voilà, en somme, la philosophie qui anime l'initiative Humble Bundle depuis 2010. Le principe ? Quand le joueur fait ses emplettes sur le site du projet, il peut déterminer lors du paiement la part qui sera attribuée aux associations caritatives (mais cela peut aussi être une fondation pour la défense de la presse, une agence onusienne ou une quelconque ONG).

Le projet Humble Bundle s'inspire du principe du prix libre : c'est le client qui fixe lui-même la somme qu'il veut bien dépenser pour un pack de jeux vidéo (même si un montant minimum est demandé). Et en général, plus le joueur accepte de donner de l'argent, plus le pack qu'il souhaite acquérir s'enrichit (avec des jeux en plus, de la musique, etc.) afin de le remercier.

Une fois le prix du pack déterminé, le joueur n'a pas encore tout à fait fini : il doit alors répartir les sous entre les associations, les développeurs qui sont à l'origine des jeux achetés (il peut s'agit de studios indépendants ou de sociétés de grande envergure) et le projet Humble Bundle. Liberté supplémentaire : les titres obtenus sont en général livrés sans verrou numérique (DRM).

Ceci posé, le projet Humble Bundle vient de procéder à une annonce d'importance cette semaine puisque ses responsables confirment que les joueurs peuvent désormais choisir de faire des dons parmi plus de 35 000 associations différentes. Auparavant, seules cinq organisations (dont la fondation Wikimédia et la Croix-Rouge américaine) étaient listées.

Ces 35 000 associations sont réparties dans huit grandes catégories allant de l'éducation à l'environnement, en passant par la santé, la religion ou encore les besoins de première nécessité.

Pour l'instant, seules les structures basées aux États-Unis ou au Royaume-Uni sont prises en compte, mais il est quand même possible, à titre d'exemple, pour les Français de soutenir des projets francophones : en tapant le terme "french" dans le champ de recherche, on tombe sur des lycées français, des écoles bilingues et des structures de l'Alliance Française

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés