L'accès au Xbox Live et au PlayStation Network est difficile cette semaine. Des incidents sur les infrastructures des deux services ont en effet été signalés par Microsoft et Sony, qui sont manifestement la cible d'attaques DDOS.

C'est le revers de la médaille des services de jeu en ligne. Alors que ces derniers rencontrent un succès croissant, des attaques informatiques sont régulièrement lancées pour les déstabiliser. En général, ces opérations ne sont pas d'une gravité extrême. Toutefois, elles peuvent entraver l'accès aux services, voire les rendre totalement inopérants pendant quelques heures.

Les habitués du Xbox Live et du PlayStation Network peuvent en témoigner. En effet, les deux plateformes opérées par Microsoft et Sony ont été touchées par ce qui s'apparente à des attaques par déni de service distribuées (DDOS). Les infrastructures des deux entreprises ont été submergées dans la journée de jeudi, empêchant les joueurs de s'y connecter correctement.

Dans le cas de Sony, les soucis du PlayStation Network ont été mentionnés une première fois sur Twitter le 24 décembre. Plusieurs autres messages ont suivi le 25 décembre pour rendre compte des efforts de la firme japonaise pour remettre d'aplomb son réseau. Mais un message publié ce vendredi matin révèle que la situation n'est toujours pas totalement rétablie.

Concernant Microsoft, les difficultés du Xbox Live ont été évoquées jeudi. Sur la page présentant la situation des services de l'entreprise américaine, les principaux voyants sont au vert. Toutefois, la société a prévenu dans un message publié vendredi matin sur Twitter que des usagers peuvent toujours rencontrer des problèmes au moment de la connexion au Xbox Live.

Sony et Microsoft n'ont pas précisé si les incidents qu'ils subissent depuis le milieu de la semaine ont touché une proportion importante de leur clientèle, ni s'ils ont affecté les données personnelles des usagers. Dans ce domaine, Sony a essuyé une lourde attaque en 2011. Nombre de ses services avaient été mis à terre, tandis que les comptes compromis se comptaient par millions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés