Selon BFM Business, Orange a décidé de poursuivre Free en contrefaçon de brevets, pour des technologies liées à la vidéo à la demande sur les services des chaînes de télévision. Une nouvelle guerre des brevets ?

La guerre des brevets qui a fait couler tant d'encre quand elle opposait les constructeurs de téléphones mobiles va-t-elle s'importer en France chez les opérateurs télécoms ? BFM Business révèle ce lundi matin qu'Orange a décidé de porter plainte contre Free pour contrefaçon de brevets, et que l'opérateur historique réclame pas moins de 250 millions d'euros de dommages et intérêts à son concurrent.

"Selon certaines sources, Orange estimerait que Free a violé un brevet concernant la télévision par ADSL, précisément les services de télévision de rattrapage", ou catch-up TV, précise la chaîne d'information. En défense, Free ne chercherait pas à contester la légitimité des brevets en cause ni même leur éventuelle violation, mais argumenterait qu'il n'est pas lui-même l'éditeur des services de catch-up TV, qui sont édités par les chaînes de télévision et simplement distribués sur la Freebox. 

Le risque d'une surenchère

Il faudra cependant attendre d'en connaître davantage sur les motifs de la plainte et sur la réponse adressée par Iliad pour vérifier si cette stratégie de défense se vérifie.

Mais cette éventuelle guerre des brevets, si elle a lieu, fait surtout peser un risque d'une redoutable et coûteuse course à l'armement, qui ne bénéficie jamais aux consommateurs. C'est ce que nous avions vu aux Etats-Unis pour les appareils mobiles, avec le rachat de milliers de brevets par Google, qui était en position d'infériorité et n'avait donc pas les armes pour se défendre. Or Free ne dispose que de quelques rares brevets (pour la plupart déposés sous le nom de Freebox), alors qu'Orange possède en son nom près de 800 brevets, et France Telecom près de 9000.

En étant la cible de procès en contrefaçon, Iliad pourrait être tenté de protéger bien davantage ses inventions, et de muscler son propre porte-feuille de brevets. Le tout avec pour effet, surtout, de dissuader l'innovation en faisant des télécoms un terrain trop piégé pour les entreprises de plus petite taille.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés