Lors d'une conférence à la fondation Linux, le patron de Valve et de Steam a partagé sa vision sur l'avenir du jeu vidéo. Selon Gabe Newell, le destin de ce marché passe forcément par les systèmes d'exploitation ouverts. Il reste toutefois à convaincre les joueurs, qui utilisent encore massivement des écosystèmes fermés.

Gabe Newell en est persuadé. L'avenir du jeu vidéo ne réside pas dans les systèmes d'exploitation fermés, il se trouve en réalité dans les plateformes ouvertes. Invité à s'exprimer à la Linux Foundation comme conférencier, le fondateur et président de Valve a vanté les mérites des O.S. libres et ouverts malgré la dure réalité : leur part de marché au sein de la communauté des joueurs reste minuscule.

Selon les statistiques de Steam, la plateforme de contenus promue par Valve, les personnes utilisant autre chose que Windows ou MacOS ne représentent qu'à peine un pour cent des joueurs (août 2013). Certes, le portage du client Steam sur Linux est relativement récent : celui-ci n'est disponible que depuis février. Mais en l'espace de sept mois, force est de constater que la courbe peine à décoller.

Malgré l'engouement modeste du public pour Steam sur Linux, alors que l'offre existe avec des dizaines de jeux d'ores et déjà compatibles, Gabe Newell est confiant. "Linux est le futur du jeu vidéo pour les joueurs […], car outre le fait que Microsoft s'oriente vers un style d'informatique plus verrouillé, les systèmes ouverts évoluent bien plus rapidement", a-t-il déclaré dans des propos rapportés par ZDNet.

"Par exemple, il a fallu six mois pour obtenir une mise à jour via l'App Store. Les systèmes fermés sont en contradiction avec l'évolution du jeu vidéo", a-t-il asséné à un auditoire forcément conquis. En outre, si Linux doit encore se battre pour séduire le client, il est déjà dans une situation très favorable dans les systèmes côté serveur.

Gabe Newell a par ailleurs souligné la part croissante du joueur dans le jeu vidéo, en particulier après la sortie d'un titre, et l'effet que cela a sur l'économie même du secteur. "Les jeux deviennent des nœuds dans une économie liée où la majorité des biens numériques et des service sont générés par l'utilisateur plutôt que par les entreprises", a-t-il noté.

Il a ainsi pointé l'existence d'une communauté très active autour de Team Fortress 2, où les joueurs ont d'ores et déjà créé dix fois plus de contenus que les développeurs en charge du titre. Ce phénomène se retrouve ailleurs. Skyrim, par exemple, offre une grande personnalisation, grâce au hub communautaire pour installer de nouveaux mods. D'où la nécessité, selon Gabe Newell, d'un écosystème peu contraignant.

Valve, en tout cas, veut montrer qu'il fait sa part. Outre les piques lancées par Gabe Newell sur les mesures techniques de protection et les louanges adressées à Linux, les efforts de Valve vis-à-vis de Linux sont croissants. À côté de l'arrivée de Steam pour Linux, qui doit servir de contrepoids à Windows 8, Valve a également annoncé l'arrivée d'une Steam Box sous Linux.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos