En Suède, la police est intervenue suite à des appels signalant des coups de feu et des personnes vraisemblablement en détresse. Or lors du raid, le forces de l'ordre se sont rendues compte que c'est le jeu Call of Duty qui a causé l'émoi du voisinage. Le bruitage très réaliste du jeu et un fort volume ont berné tout le monde. Plus de peur que de mal.

Depuis l'apparition du jeu vidéo, les graphismes sont devenus de plus en plus réalistes. Il suffit de constater le fossé séparant Wolfenstein 3D, sorti en 1992, de Battlefield 3, sorti en 2011. Des progrès importants ont aussi été accomplis dans d'autres domaines. Les bruitages et la musique d'aujourd'hui n'ont plus grand chose à voir avec les sonorités 8 bits des consoles des années 80.

Mais le réalisme saisissant de certains jeux vidéo cause parfois quelques désagréments, surtout lorsque le volume est un peu trop fort. L'agence de presse américaine UPI raconte que la police suédoise a justement dû intervenir dans un domicile où se trouvaient des adolescents, suite aux appels inquiets de passants entendant des bruits très inquiétants sortir de l'appartement (coups de feu, suppliques…).

La police suédoise a donc organisé une opération visant à intervenir. Dix agents ont été mobilisés afin de sortir les adolescents de l'appartement et neutraliser une éventuelle menace. Mais de danger, il n'y en avait aucun. Les jeunes gens étaient simplement en train de passer leur samedi soir à jouer à Call of Duty. Et les bruits inquiétants signalés à la police étaient en réalité issus du jeu !

Cette histoire est pratiquement la même que celle survenue il y a maintenant quatre ans au Danemark. À l'époque, c'était un joueur sur PlayStation 3 qui a eu la "surprise" de voir débarquer une unité de la police danoise, alertée par le voisinage, inquiet d'entendre une fusillade se dérouler tout près. Mais là encore, tout le monde avait été berné par les bruitages très réalistes de la console

Interrogé sur cette affaire, le chef de la police de Copenhague avait expliqué que la police ne prenait jamais à la légère une alerte de tirs d'armes à feu ou d'appel au secours, même si la plupart du temps il s'agit de fausses alertes. Et manifestement, la police suédoise est sur la même longueur d'onde.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés