Le sous-titrage automatique en français de toutes les vidéos disponibles sur YouTube est désormais permis. Google vient d'annoncer l'ajout de six nouvelles langues à son outil de transcription de la piste sonore à la volée, qui offre en plus la possibilité de traduire le texte dans une autre langue. Mais le résultat final n'est pas toujours à la hauteur des espérances...

C'est un acronyme que l'amateur de films ou de séries télévisées connaît bien. Signifiant "version originale sous-titrée", la mention permet d'indiquer que la vidéo dispose de sous-titres en plus de la piste sonore. Elle est notamment utilisée par des internautes organisés en équipe et qui s'efforcent d'adapter les œuvres audiovisuelles dans leur langue maternelle.

Ce travail exigeant pourrait néanmoins s'avérer un jour obsolète. En effet, YouTube propose de sous-titrer automatiquement et en français toutes les vidéos qu'il héberge. Même la toute première publiée sur le site. L'option s'active en cliquant sur l'icône "sous-titres" en bas à droite de la vidéo, et de sélectionner, le cas échéant, "traduire les sous-titres". Il ne restera plus alors qu'à sélectionner la langue d'arrivée.

Après quelques essais, il s'avère néanmoins que la VOSTFR est loin d'être satisfaisante. Si la fonctionnalité offre la possibilité de comprendre dans les grandes lignes le contenu d'une vidéo dans laquelle l'intervenant parle distinctement et lentement, elle est complètement hors course lorsque le débit est trop rapide ou si la diction n'est pas parfaite. Les sous-titres sont alors en complet décalage avec la piste sonore.

Mais même dans le cas où la qualité du son est au rendez-vous et le discours de l'intervenant est intelligible, les sous-titres peuvent faire défaut : si les fautes de conjugaison, d'orthographe ou de grammaire n'empêchent généralement pas l'utilisateur de comprendre le sens des sous-titres, d'autres soucis (contre-sens, homophones…) peuvent néanmoins survenir.

Google sait que son mécanisme est imparfait et que des erreurs peuvent donc se glisser pendant le sous-titrage, qui plus est lorsque l'usager demande en plus la traduction à la volée. Si la simple transcription est mauvaise, alors son passage dans une autre langue donne une bouille incompréhensible. Mais néanmoins, des outils existent pour améliorer la qualité du sous-titrage.

Il est possible de faire appel à la communauté pour produire une traduction collaborative de la piste sonore et ainsi livrer des sous-titres de qualité. Les créateurs des vidéos peuvent en outre éditer eux-mêmes les sous-titres, directement en ligne ou en les téléchargeant sur l'ordinateur pour les modifier plus tard. Ils peuvent aussi envoyer sur YouTube le verbatim de la vidéo afin d'aider le système à corriger le tir.

La fonctionnalité proposée par Google ne couvre pour l'heure que dix langues. Quatre étaient déjà disponibles depuis un temps, à savoir l'anglais, l'espagnol, le japonais et le coréen. Six nouvelles langues sont couvertes depuis mercredi. En plus du français, nous retrouvons l'italien, le portugais, l'allemand, le russe et le néerlandais.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés