Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 27 Septembre 2012

Icône de la musique libre, Trent Reznor retourne chez une major

Le fondateur de Nine Inch Nails (NiN) Trent Reznor, qui avait quitté Universal et connu un énorme succès en produisant lui-même ses disques sous licence libre sur Internet, a décidé de signer avec son nouveau groupe chez Sony Music.

Il était devenu pour de nombreux internautes le symbole très prolixe d'une autre façon de concevoir le rapport entre l'artiste et le public, sans l'intermédiaire d'une grande maison de disques. Et l'on peine toujours à comprendre ce qui motive ce spectaculaire virage à 180 degrés. Trent Reznor, le créateur du groupe Nine Inch Nails, a décidé de faire produire son nouveau groupe How To Destroy Angels par Columbia Records, un label de Sony Music. Annihilant du même coup plusieurs années d'efforts pour faire comprendre aux artistes qu'ils pouvaient se dispenser de travailler avec une major.

"Nous avons vraiment beaucoup réfléchi et ça fait sens pour beaucoup de raisons, notamment pour avoir la chance de travailler avec notre vieil ami Mark Williams", a expliqué Reznor sur sa page Facebook, sans s'étendre sur les détails. "Sortir (des disques) en étant complètement indépendant a ses avantages formidables, mais ça a aussi ses défauts", assure-t-il en disant vouloir "expérimenter et essayer de nouvelles choses pour voir ce qui sert le mieux nos besoins".

Trent Reznor, qui avait fondé Nine Inch Nails en 1998, avait annoncé avec fracas en octobre 2007 qu'il quittait le label Universal Interstope Records, pour s'auto-produire et proposer sa musique à beaucoup moins cher. Quelques jours avant, lors d'un concert à Sydney, l'artiste avait en effet dénoncé le coût prohibitif des CD vendus par les majors, et appelé ses fans à les pirater.

Par la suite, en 2008, Reznor a publié son premier album auto-produit sous une licence Creative Commons qui autorisait son téléchargement gratuit, à côté de coffrets payants plus ou moins luxueux. L'opération avait rapporté 1,6 million de dollars en une seule semaine. L'album, qui pouvait pourtant être téléchargé gratuitement sur BitTorrent, en toute légalité, s'était même retrouvé numéro 1 des ventes d'albums sur Amazon MP3 pour toute l'année 2009.

Sans cesse innovant, très proche de ses fans à qui il déléguait même la réalisation de ses DVD Live, à partir de centaines de giga-octets de rushs HD offerts gratuitement sur BitTorrent, Trent Reznor paraissait n'avoir plus aucune raison de retourner dans le circuit traditionnel des majors, sauf l'échec anecdotique de la production de Saul Williams.

Et pourtant.

Pascal Nègre, qui vantait encore récemment les mérites des majors contre l'autoproduction, va pouvoir se réjouir de trouver en son ancien poulain un exemple de choix.

Quant aux fans, si l'on en juge par les commentaires visibles sous l'annonce sur la page Facebook, ils semblent beaucoup plus heureux d'apprendre la sortie d'un nouvel album en novembre, que déçus d'apprendre qu'il sera produit par une major de l'industrie musicale. 

Publié par Guillaume Champeau, le 27 Septembre 2012 à 19h27
 
134
Commentaires à propos de «Icône de la musique libre, Trent Reznor retourne chez une major»
Inscrit le 03/07/2012
5 messages publiés
"Quant aux fans, si l'on en juge par les commentaires visibles sous l'annonce sur la page Facebook, ils semblent beaucoup plus heureux d'apprendre la sortie d'un nouvel album en novembre, que d'apprendre qu'il sera produit par une major de l'industrie musicale. "
--< chacun son combat...
Inscrit le 08/12/2010
214 messages publiés
E
guildem, le 27/09/2012 - 19:40
"Quant aux fans, si l'on en juge par les commentaires visibles sous l'annonce sur la page Facebook, ils semblent beaucoup plus heureux d'apprendre la sortie d'un nouvel album en novembre, que d'apprendre qu'il sera produit par une major de l'industrie musicale. "
--< chacun son combat...


Oui, ça a ceci de positif que les artistes qui décideront de se séparer des majors ne perdront quasiment rien de leur "fanbase" tant qu'ils continueront à faire de la musique qui plaît. Au contraire, le caractère "viral" de l'information pourrait leur en faire gagner plus.
Inscrit le 04/10/2005
1096 messages publiés
"Trent Reznor qui avait fondé Nine Inch Nails en 1998"... Coquille ?
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
Un "fan", c'est con, par nature, contrairement à un "amateur".

Même problème avec les fans de de tel ou tel parti politique, ou de tel ou tel club de foot, etc...

Des mollusques, sur leur rocher, avec 2 neurones qui se courent après pour penser le monde.

Mais là où ça devient intéressant, c'est de savoir que les fans ont déserté largement certains rochers.
Ca ouvre des perspectives...
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Cher Guillaume, la preuve par l'exemple.

Il y a aussi PLACEBO si jamais. Taper Placebo signs with universal dans google.

Pourquoi ? La raison est toute simple : artistes et producteurs sont deux métiers complémentaires mais pas contraires. Il suffit d'avoir été producteur pour savoir les galères à gérer. Je serais curieux de savoir quel document les fans ont du signer pour filer du contenu pour un DVD que NIN vendait, rien que ça... Une maison de disques l'aurait jamais fait parce qu'ils savent qu'ils auraient du payer chaque vidéaste pour être en règle...

Je me permets donc de paraphraser un autre article dont vous êtes l'auteur et invoque le droit à la parodie :

Ce que Trent Reznor oublie de dire, c'est qu'il préfère 100 fois que SonyMusic prennent les risques financiers et les contraintes logistiques à sa place en prenant pour lui 50% du profit (10% des ventes) garanti quelque soit les résultats plutôt que de devoir sortir Un million d'euros pour arriver à exposer son groupe de la même manière et risquer d'en vendre que la moitié de prévu parce que tout le monde télécharge illégalement et que les plateformes de stream lui permettraient jamais de prendre des millions car il ne fait QUE 2 millions de vues, et non 150 millions comme EMINEM ...
Et que vu qu'il peut pas dire que HADOPI c'est bien, il préfère signer sur une major, parce que les fans lui pardonnent.

Accessoirement, le monsieur est sans aucun doute millionnaire. Donc, à méditer pour tous les artistes de talents sans producteurs et qu'on condamne à l'autoproduction en disant c'est génial...
Inscrit le 22/02/2009
3904 messages publiés
A aussi ses défauts ?

Problème de diffusion ?
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
Reznor a fait la preuve qu'il pouvait gagner des millions en distribuant un album gratuitement. Ca a dû peser méchamment lors des négociations avec Columbia. S'il a obtenu la rémunération qu'il espérait grâce à ce poids dans la négociation, il n'a peut-être pas eu envie de se farcir l'autoproduction.

N'empêche, ça la fout modérément mal après avoir accusé Radiohead d'hypocrisie.
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:02
Cher Guillaume, la preuve par l'exemple.

Il y a aussi PLACEBO si jamais. Taper Placebo signs with universal dans google.

Pourquoi ? La raison est toute simple : artistes et producteurs sont deux métiers complémentaires mais pas contraires. Il suffit d'avoir été producteur pour savoir les galères à gérer. Je serais curieux de savoir quel document les fans ont du signer pour filer du contenu pour un DVD que NIN vendait, rien que ça... Une maison de disques l'aurait jamais fait parce qu'ils savent qu'ils auraient du payer chaque vidéaste pour être en règle...

Je me permets donc de paraphraser un autre article dont vous êtes l'auteur et invoque le droit à la parodie :

Ce que Trent Reznor oublie de dire, c'est qu'il préfère 100 fois que SonyMusic prennent les risques financiers et les contraintes logistiques à sa place en prenant pour lui 50% du profit (10% des ventes) garanti quelque soit les résultats plutôt que de devoir sortir Un million d'euros pour arriver à exposer son groupe de la même manière et risquer d'en vendre que la moitié de prévu parce que tout le monde télécharge illégalement et que les plateformes de stream lui permettraient jamais de prendre des millions car il ne fait QUE 2 millions de vues, et non 150 millions comme EMINEM ...
Et que vu qu'il peut pas dire que HADOPI c'est bien, il préfère signer sur une major, parce que les fans lui pardonnent.

Accessoirement, le monsieur est sans aucun doute millionnaire. Donc, à méditer pour tous les artistes de talents sans producteurs et qu'on condamne à l'autoproduction en disant c'est génial...


Intéressant.
Mais il faut garder le cap en tête : P2P.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
TasLeBonjourDAntoine, le 27/09/2012 - 21:38
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:02


Intéressant.
Mais il faut garder le cap en tête : P2P.


S'il y a une rémunération pour la création, avec plaisir... Disons plutôt spotify en tête...
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:50
TasLeBonjourDAntoine, le 27/09/2012 - 21:38
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:02


Intéressant.
Mais il faut garder le cap en tête : P2P.


S'il y a une rémunération pour la création, avec plaisir... Disons plutôt spotify en tête...


Systémique.
C'est pour ça que c'est important.
La rémunération des artistes pour qu'ils vivent de leur travail n'est pas séparable de... par exemple... entre mille exemples... la rémunération des blogueurs ou des sites non encartés "journalistes professionnels".
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:50
TasLeBonjourDAntoine, le 27/09/2012 - 21:38
musicosindé, le 27/09/2012 - 21:02


Intéressant.
Mais il faut garder le cap en tête : P2P.


S'il y a une rémunération pour la création, avec plaisir... Disons plutôt spotify en tête...

Fuck Spotify avec son logiciel propriétaire infesté de DRM. C'est le P2P classique, décentralisé et basé sur des protocoles publics qu'il vaut mieux utiliser. Quant à la rémunération, elle existe, indirectement, puisque les revenus augmentent : http://www.numerama....-remuneres.html
Inscrit le 20/01/2012
196 messages publiés
bronto, le 27/09/2012 - 21:30
Reznor a fait la preuve qu'il pouvait gagner des millions en distribuant un album gratuitement. Ca a dû peser méchamment lors des négociations avec Columbia. S'il a obtenu la rémunération qu'il espérait grâce à ce poids dans la négociation, il n'a peut-être pas eu envie de se farcir l'autoproduction.

N'empêche, ça la fout modérément mal après avoir accusé Radiohead d'hypocrisie.

c'est quand meme facile de se lancer dans l'autoproduction quand on sort déja d'une grosse machine à vendre des galettes et qu'on a la notoriété qu'il avait.
Ensuite avec tout son argent il aurait pu embaucher toute une équipe pour s'occuper de la diffusion de ses disques (ce qu'il a surement fait d'ailleurs), et à ce niveau là c'est plus de l'auto production c'est de l'auto label indépendant.
Nine inch nails est un des monstres issus de l'industrie du disque, de la société du spectacle dans toute sa splendeur.
Auto production ça veut peut etre aussi dire qu'on laisse tomber l'idée de toucher autant de public, et on essaye de faire des choses plus modestes et moins grandiloquantes. "Devenir une rock star" c'est un reve d'ado quand meme assez ridicule quand il se réalise (voir "some kind of monster")
Inscrit le 11/10/2009
101 messages publiés
Bronto, j'adore le 3 de ton article :

"3. Les entrepreneurs seront toujours des entrepreneurs.

Oui, le Parti Pirate soutient entièrement le droit de tout un chacun à gagner sa vie. Mais personne n'a le droit d'appeler son passe-temps favori "
travail
" et demander à être payé pour cela.

A partir du moment où quelqu'un, au lieu de jouer de la guitare dans sa chambre à coucher, va dans des spectacles dans le but de gagner de l'argent, il n'est plus un artiste mais un entrepreneur et un chef d'entreprise. Les mêmes règles qui s'appliquent à n'importe quel autre entrepreneur sur la planète s'appliquent aussi à eux : ils doivent fournir quelque chose pour lequel d'autres personnes sont prêtes à payer.

S'ils peuvent le faire, ils n'ont pas besoin de lois pour soutenir leur affaire. S'ils ne le peuvent pas, aucune loi que l'on puisse imaginer ne peut sauver leur entreprise."

C'est du grand n'importe quoi !
1) un passe temps peut demander beaucoup de travail.
2) si quelqu'un souhaite profiter du fruit de mon "passe temps" (puisqu'apparemment on ne peut pas considérer que c'est un travail), il peut donc le faire gratuitement ?
3) qu'est ce qui différencie le passe temps du travail d'ailleurs ? Concrètement ? Parce que là j'ai pas bien compris l'histoire de l'entrepreneur...
4) "ils doivent fournir quelque chose pour lequel d'autres personnes sont prêtes à payer" : et donc si on considère qu'on n'est pas prêt à payer, on peut le télécharger gratuitement ?
Inscrit le 23/01/2008
296 messages publiés
grosse coquille le premier album de nine inch nails sort en 1989
Inscrit le 27/08/2012
31 messages publiés
C'est très simple. Si ça sort avec Trent Reznor on l'achète. Si ça sort avec "Sony" on le pirate.

C'est comme le groupe métal Adagio. Ils ont distribué tous leurs albums avec un "Indi" sauf Underworld partiellement distribué par Sony. On a soigneusement évité la version Sony. Et voila!
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
Meddle, le 27/09/2012 - 22:46
=== a) {
return true;
}
}
return false;
}" get="function (a, B) {
if (typeof this[a] != " return="" typeof="" b="" :=""]Bronto, j'adore le 3 de ton article :

"3. Les entrepreneurs seront toujours des entrepreneurs.(...)

C'est du grand n'importe quoi !


J'avais mis le lien avant tout pour souligner que les revenus des artistes augmentent, mais on peut aussi discuter du reste. Voyons ça de plus près donc...

1) un passe temps peut demander beaucoup de travail.


Autant que tu veux ou tu peux. Ce n'est pas un souci. C'est juste que c'est un passe-temps, pas un travail (ce qui fait son intérêt d'ailleurs).

2) si quelqu'un souhaite profiter du fruit de mon "passe temps" (puisqu'apparemment on ne peut pas considérer que c'est un travail), il peut donc le faire gratuitement ?


Ce que cet article de Falkvinge essaye d'expliquer, c'est que si on veut des revenus pour son passe temps, ça devient un travail, les choses changent de cadre. A savoir celle de la concurrence, on ne peut pas exiger un traitement spécial pour avoir droit à de revenus. Soit on s'adapte et on répond à un besoin, soit on fait faillite. Surtout, chercher à adapter le contexte économique à l'entreprise au moyen de lois inapplicables, c'est voué à l'échec.

3) qu'est ce qui différencie le passe temps du travail d'ailleurs ? Concrètement ? Parce que là j'ai pas bien compris l'histoire de l'entrepreneur...


Un passe temps, tu le fais pour toi. Autant que tu veux, quand tu en as envie. Un boulot, ça nécessite un autre investissement personnel et d'autres contraintes (chiantes, certes, mais faut bien bouffer). Faut se taper la paperasserie, s'imposer des horaires, tu ne peux pas dire "ah oui mais là non, j'ai pas envie". Il faut aussi s'adapter au contexte économique, à la concurrence et à son public (ne pas faire que ce dont tu as envie mais ce que le public attend en essayant de trouver le bon compromis).

4) "ils doivent fournir quelque chose pour lequel d'autres personnes sont prêtes à payer" : et donc si on considère qu'on n'est pas prêt à payer, on peut le télécharger gratuitement ?


Fondamentalement ? Oui, on peut le télécharger gratuitement et on le fait ( ce qui
est moralement juste selon moi mais c'est un autre débat). Tout simplement parce qu'on n'est plus dans un contexte d'économie de la rareté mais dans une économie d'abondance et c'est dû au fait que les fichiers informatiques sont des bien non rivaux (le coût de reproduction marginal est nul). Qu'on le veuille ou non, c'est quasiment une loi économique, on ne peut pas faire grand chose contre, tout comme on ne peut pas interdire la loi de gravité par la législation.

Pour dire les choses autrement, si on pouvait copier des pains façon Jésus, tu crois vraiment qu'une loi obligeant les gens à aller les acheter en boulangerie aurait un quelconque intérêt ? Ca ne changerait rien à rien, et les gens les copieraient, interdiction ou pas.

Il faut donc gagner de l'argent dans cette économie d'abondance. La bonne nouvelle, c'est que c'est parfaitement jouable. Reznor comme bien d'autres l'ont montré. Il y a beaucoup de moyens de le faire (contenus premium, merchandising, abonnements, versions collectors non copiables et surtout, établir un contact avec le public qui a ainsi le sentiment de contribuer quelque chose. D'autres moyens seront certainement trouvés, on n'en est encore qu'aux débuts de la chose). La preuve, les chiffres de l'article que j'ai indiqué : le public n'a jamais eu autant accès à une telle variété de musique qu'aujourd'hui, les musiciens n'ont jamais autant gagné d'argent qu'aujourd'hui et la tendance semble stable.

grrrz, le 27/09/2012 - 22:36
=== a) {
return true;
}
}
return false;
}" get="function (a, B) {
if (typeof this[a] != " return="" typeof="" b="" :=""]c'est quand meme facile de se lancer dans l'autoproduction quand on sort déja d'une grosse machine à vendre des galettes et qu'on a la notoriété qu'il avait.


Au début, on disait que les artistes sur Jamendo pouvaient se lancer dans l'autoproduction, que c'était limite facile parce que de toute façon ils n'étaient pas connus (rien à perdre) mais que les gros ne le feraient jamais. Maintenant, on explique que les gros peuvent le faire facilement parce qu'ils ont déjà de la notoriété. En fait, plus ça va, plus ça se développe (et la qualité des enregistrement autoprod a totalement changé ses dix dernières années, même si une prod pro fait toujours sentir sa différence).

Nine inch nails est un des monstres issus de l'industrie du disque, de la société du spectacle dans toute sa splendeur.


Pas faux tiens.

"Devenir une rock star" c'est un reve d'ado quand meme assez ridicule quand il se réalise (voir "some kind of monster")


Oui mais bon, quand tu vois le nombre de gamines surexcitées dans un concert de Boys Band, faut avouer que ça fait envie (OK, je sors...)
[message édité par bronto le 28/09/2012 à 00:01 ]
Inscrit le 11/10/2009
101 messages publiés
Intéressant tout ça !

(parenthèse : j'ai pas bien compris d'où les artistes tiraient leurs revenus cela dit...)

bronto, le 27/09/2012 - 23:57

Ce que cet article de Falkvinge essaye d'expliquer, c'est que si on veut des revenus pour son passe temps, ça devient un travail, les choses changent de cadre. A savoir celle de la concurrence, on ne peut pas exiger un traitement spécial pour avoir droit à de revenus. Soit on s'adapte et on répond à un besoin, soit on fait faillite. Surtout, chercher à adapter le contexte économique à l'entreprise au moyen de lois inapplicables, c'est voué à l'échec.


La cadre de la concurrence donc. Pas de problème.
Cependant, il me semble qu'aucun artiste (ou maison de disque) ne demande à ne pas être soumis aux règles de la concurrence, je me trompe ?

Pour qu'il y'ait concurrence, il faut un jeu égal, avec respect du droit par tous les concurrents.
Or le téléchargement illégal ne respecte pas la loi, et ce dès l'origine, sans qu'on ait besoin d'Hadopi.

Le problème de la musique n'est pas la concurrence, mais la technologie, ainsi que le comportement des consommateurs profiteurs.


Un passe temps, tu le fais pour toi. Autant que tu veux, quand tu en as envie. Un boulot, ça nécessite un autre investissement personnel et d'autres contraintes (chiantes, certes, mais faut bien bouffer). Faut se taper la paperasserie, s'imposer des horaires, tu ne peux pas dire "ah oui mais là non, j'ai pas envie". Il faut aussi s'adapter au contexte économique, à la concurrence et à son public (ne pas faire que ce dont tu as envie mais ce que le public attend en essayant de trouver le bon compromis).


Ok.
C'est pour la paperasserie que les artistes signent chez des majors (entre autres).
Et quand tu es Freelance tu peux dire "j'ai pas envie", tu peux changer tes horaires comme tu veux, ta seule contrainte étant de faire un minimum d'argent.
Alors pourquoi ce ne serait pas possible pour un artiste ? Faut arrêter de voir le boulot dans le cadre unique du salariat metro boulot dodo hein !
S'adapter au contexte éco et à la concurrence, clairement oui...

Quand à ta dernière phrase : Oo !! Ben justement, c'est bcp mieux pour la créativité de pouvoir faire ce que l'on veut plutot que ce que le public attend de nous. Faut pas se limiter aux attentes d'un public, aux attentes de l'économie, etc...



Fondamentalement ? Oui, on peut le télécharger gratuitement et on le fait ( ce qui
est moralement juste selon moi mais c'est un autre débat). Tout simplement parce qu'on n'est plus dans un contexte d'économie de la rareté mais dans une économie d'abondance et c'est dû au fait que les fichiers informatiques sont des bien non rivaux (le coût de reproduction marginal est nul). Qu'on le veuille ou non, c'est quasiment une loi économique, on ne peut pas faire grand chose contre, tout comme on ne peut pas interdire la loi de gravité par la législation.


Ce n'est pas une loi économique, c'est une loi technologique, voire une loi sociétale qui fait que si c'est facile et gratuit, on le fait !

Profiter du travail d'autrui sans rémunération, ça te semble normal toi ?
J'ai vraiment du mal à comprendre ça.


On ne peut pas faire grand chose contre en revanche, là je suis d'accord...
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Un jour Numerama comprendra qu'un artiste, c'est quelqu'un qui s'occupe de son boulot à savoir (dans ce cas) faire de la musique.
Son boulot, ce n'est pas trouver un studio d'enregistrement et les techniciens qui vont avec.
Son boulot, ce n'est pas organiser la promotion de son dernier album.
Son boulot, ce n'est pas être comptable et de remplir des déclarations d'impôts avec des sources de revenu différentes.
Son boulot, ce n'est pas organiser des tournées (salles de spectacles, transports, logements, techniciens, ...)


Donc un jour ou l'autre, si l'artiste passer d'une dimension locale à une dimension nationale voire internationale, il va devoir faire appel à des professionnels pour s'occuper de toutes ses tâches. Soit les recruter un par un (mais son boulot n'est pas d'être recruteur), soit en signant dans une maison de disque (grande ou petite) qui va prendre en charge tous ces aspects.

Vous êtes marrants : la plupart d'entre vous sont salariés. C'est à dire qu'ils arrivent le matin au boulot, ils font la tâche pour laquelle ils sont formés et payés et ils rentrent chez eux le soir. Et à la fin du mois, il y a un salaire qui tombe automatiquement sur le compte en banque.
Pourquoi ce que vous trouvez normal pour vous vous semble anormal pour les autres ?
Vous imaginez si quand vous trouvez un boulot, il vous faut en plus trouver les locaux, acheter le matériel et faire vous même le calcul de votre fiche de paye ?
Et en plus, vous imaginez avoir des clients qui expliquent que votre contrat de travail avec votre boîte ne leur convient pas, que vous êtes un imbécile qui n'a rien compris et que donc ils peuvent s'approprier le fruit de votre travail...

Quand est-ce qu'il sera possible d'imaginer que les artistes sont des personnes adultes qui font des choix et que ces choix doivent être respectés : qu'il décide de s'autoproduire, qu'il décide de distribuer gratuitement sa musique avec ou non des contributions volontaires, qu'il décide de passer par une major ou par une maison de disque locale, c'est son choix.

Non, vous avez décidé que comme la musique est dématérialisée, qu'on ne peut pas la toucher, qu'on ne peut pas la peser, alors elle a une valeur marchande nulle. Et donc que vous avez le droit de vous servir gratuitement parce qu'en plus il y a assez peu de risque de se faire choper.

C'est une question que je pose souvent et à laquelle je n'ai jamais de réponse : puisque vous détestez tant les majors et que vous aimez tant les artistes, pourquoi est-ce que vous n'envoyez pas un chèque directement aux artistes quand vous les piratez ? Ou ne serait-ce qu'un mot leur expliquant votre démarche ?
Inscrit le 09/10/2008
3233 messages publiés
pas gratuitement a mon avis, un pont d'or lui a été offert faut pas chercher, afin de ramener les autres qui risque de faire pareil..

un traitre le gars

il a été payé pour ca :

Pascal Nègre, qui vantait encore récemment les mérites des majors contre l'autoproduction , va pouvoir se réjouir de trouver en son ancien poulain un exemple de choix.
[message édité par EDU le 28/09/2012 à 09:36 ]
Inscrit le 08/02/2008
296 messages publiés
shyboy, le 27/09/2012 - 20:18
"Trent Reznor qui avait fondé Nine Inch Nails en 1998"... Coquille ?

Oui, c'est bien une coquille car Nine Inch Nails a été fondé en 1988
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
zig, le 28/09/2012 - 09:09
Un jour Numerama comprendra qu'un artiste, c'est quelqu'un qui s'occupe de son boulot à savoir (dans ce cas) faire de la musique.
Son boulot, ce n'est pas trouver un studio d'enregistrement et les techniciens qui vont avec.
Son boulot, ce n'est pas organiser la promotion de son dernier album.
Son boulot, ce n'est pas être comptable et de remplir des déclarations d'impôts avec des sources de revenu différentes.
Son boulot, ce n'est pas organiser des tournées (salles de spectacles, transports, logements, techniciens, ...)


Donc un jour ou l'autre, si l'artiste passer d'une dimension locale à une dimension nationale voire internationale, il va devoir faire appel à des professionnels pour s'occuper de toutes ses tâches. Soit les recruter un par un (mais son boulot n'est pas d'être recruteur), soit en signant dans une maison de disque (grande ou petite) qui va prendre en charge tous ces aspects.

Vous êtes marrants : la plupart d'entre vous sont salariés. C'est à dire qu'ils arrivent le matin au boulot, ils font la tâche pour laquelle ils sont formés et payés et ils rentrent chez eux le soir. Et à la fin du mois, il y a un salaire qui tombe automatiquement sur le compte en banque.
Pourquoi ce que vous trouvez normal pour vous vous semble anormal pour les autres ?
Vous imaginez si quand vous trouvez un boulot, il vous faut en plus trouver les locaux, acheter le matériel et faire vous même le calcul de votre fiche de paye ?
Et en plus, vous imaginez avoir des clients qui expliquent que votre contrat de travail avec votre boîte ne leur convient pas, que vous êtes un imbécile qui n'a rien compris et que donc ils peuvent s'approprier le fruit de votre travail...

Quand est-ce qu'il sera possible d'imaginer que les artistes sont des personnes adultes qui font des choix et que ces choix doivent être respectés : qu'il décide de s'autoproduire, qu'il décide de distribuer gratuitement sa musique avec ou non des contributions volontaires, qu'il décide de passer par une major ou par une maison de disque locale, c'est son choix.

Non, vous avez décidé que comme la musique est dématérialisée, qu'on ne peut pas la toucher, qu'on ne peut pas la peser, alors elle a une valeur marchande nulle. Et donc que vous avez le droit de vous servir gratuitement parce qu'en plus il y a assez peu de risque de se faire choper.

C'est une question que je pose souvent et à laquelle je n'ai jamais de réponse : puisque vous détestez tant les majors et que vous aimez tant les artistes, pourquoi est-ce que vous n'envoyez pas un chèque directement aux artistes quand vous les piratez ? Ou ne serait-ce qu'un mot leur expliquant votre démarche ?


Enfin un commentaire censée sur ces forums....
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Il est ou l'article de Bronto auquel vous faites référence ?
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
zigetpuce : pour ma part je considère que le statu d'entrepreneur ou d'indépendant est le mode normal de travail. Je choisis ce que je fais, quand je le fais, et comment je le fais pour rendre service à d'autres qui me payent. De plus mon outil de travail m'appartient.
Le salariat au contraire, bien qu'il soit aujourd'hui généralisé, est souvent une forme d'aliénation dans laquelle le salarié renonce à ses droits naturels sur son travail en échange d'une contrepartie fixe. Avantages : je gagne la même chose tous les mois et je ne n'ai pas à affronter certaines réalités économiques et administratives. Ces avantages sont réels. Je trouve qu'ils ne valent pas le prix que l'on paye pour les obtenir, en revanche.
Trent est peut-être bien retourné chez Sony dans cet état d'esprit, il renonce à ses droits sur son travail pour se débarrasser de toute une partie du boulot qu'il ne veut pas faire. Il a le droit.

bronto : je suis plutôt de l'avis de Meddle. On dirait que ce texte a été écrit par quelqu'un qui ne comprend pas bien ce qu'est la liberté d'entreprendre. Je ne vois pas pourquoi le travail doit être chiant, ni pourquoi il faut tracer une ligne de démarcation entre une activité rémunératrice et une activité agréable. J'aurais d'autres choses à dire point par point mais c'était là l'essentiel de ma réaction.
thb, le 28/09/2012 - 10:55
zigetpuce : pour ma part je considère que le statu d'entrepreneur ou d'indépendant est le mode normal de travail. Je choisis ce que je fais, quand je le fais, et comment je le fais pour rendre service à d'autres qui me payent. De plus mon outil de travail m'appartient.
Le salariat au contraire, bien qu'il soit aujourd'hui généralisé, est souvent une forme d'aliénation

La différence tient surtout à être un généraliste ou un spécialiste.
Tu estimes naturel d'être généraliste.... c'est assez vrai, mais ça fait des siècles qu'on sait qu'il est plus efficace d'être spécialisé.
Chacun son choix, mais perso, je ne cultive pas mon blé pour manger du pain, mais quand je code, j'aime bien recoder les fonctions les plus basiques... Bref, pas de réponse universelle, pas de solution meilleure que l'autre.
Inscrit le 23/06/2010
361 messages publiés
zig, le 28/09/2012 - 09:09
Un jour Numerama comprendra qu'un artiste, c'est quelqu'un qui s'occupe de son boulot à savoir (dans ce cas) faire de la musique.
Son boulot, ce n'est pas trouver un studio d'enregistrement et les techniciens qui vont avec.
Son boulot, ce n'est pas organiser la promotion de son dernier album.
Son boulot, ce n'est pas être comptable et de remplir des déclarations d'impôts avec des sources de revenu différentes.
Son boulot, ce n'est pas organiser des tournées (salles de spectacles, transports, logements, techniciens, ...)


Donc un jour ou l'autre, si l'artiste passer d'une dimension locale à une dimension nationale voire internationale, il va devoir faire appel à des professionnels pour s'occuper de toutes ses tâches. Soit les recruter un par un (mais son boulot n'est pas d'être recruteur), soit en signant dans une maison de disque (grande ou petite) qui va prendre en charge tous ces aspects.

Vous êtes marrants : la plupart d'entre vous sont salariés. C'est à dire qu'ils arrivent le matin au boulot, ils font la tâche pour laquelle ils sont formés et payés et ils rentrent chez eux le soir. Et à la fin du mois, il y a un salaire qui tombe automatiquement sur le compte en banque.
Pourquoi ce que vous trouvez normal pour vous vous semble anormal pour les autres ?
Vous imaginez si quand vous trouvez un boulot, il vous faut en plus trouver les locaux, acheter le matériel et faire vous même le calcul de votre fiche de paye ?
Et en plus, vous imaginez avoir des clients qui expliquent que votre contrat de travail avec votre boîte ne leur convient pas, que vous êtes un imbécile qui n'a rien compris et que donc ils peuvent s'approprier le fruit de votre travail...

Quand est-ce qu'il sera possible d'imaginer que les artistes sont des personnes adultes qui font des choix et que ces choix doivent être respectés : qu'il décide de s'autoproduire, qu'il décide de distribuer gratuitement sa musique avec ou non des contributions volontaires, qu'il décide de passer par une major ou par une maison de disque locale, c'est son choix.

Non, vous avez décidé que comme la musique est dématérialisée, qu'on ne peut pas la toucher, qu'on ne peut pas la peser, alors elle a une valeur marchande nulle. Et donc que vous avez le droit de vous servir gratuitement parce qu'en plus il y a assez peu de risque de se faire choper.

C'est une question que je pose souvent et à laquelle je n'ai jamais de réponse : puisque vous détestez tant les majors et que vous aimez tant les artistes, pourquoi est-ce que vous n'envoyez pas un chèque directement aux artistes quand vous les piratez ? Ou ne serait-ce qu'un mot leur expliquant votre démarche ?

je ne demande pas mieux!

seulement aujourd'hui, c'est pour ainsi dire impossible.

il ya un certain nombre d'artistes, dont j'a téléchargé les albums, sans les remunérer, mais en revanche, j'ai assisté a leurs concerts car les majors n'etaient pas de la partie, et j'aurait egalement acheté l'album sur place si cela avait été possible (ce que j'ai fait pour certains, alors que je possedait deja une copie de cet album).

d'ailleur je vais rarement seul au concert, ce qui fait au moins une a deux place de vendue supplementaire, et bien souvent l'album qui va avec via mes amis.

au final, ils y a plus d'argent qui rentre, alors que si je n'avais pas DL l'album, je n'aurais pas decouvert l'artiste, donc deux ou trois place de concert en moins vendues (et les a coté qui vont avec).

les problemes de la musique numerique sont multiples, les artistes ne sont pas rémunérés de facon juste, les plateformes sont bourrées de DRM (meme si cela s'ameliore), et on doit avoir a jongler entre plusieurs fournisseurs / plateformes selon les artistes.

c'est beaucoup trop contraignant.

il n'y a pas que le coté economique a prendre en compte.

par exemple je ne telecharge plus aucun jeux illegalement depuis deux ans, et pourtant j'en consomme plus!

la difference c'est que c'est devenus plus simple de les obtenirs via steam.

et cela pourtant me coute bien plus cher, en moyenne 20 euros (vive les promos steam) par titre contre 0 auparavent.


c'est ca qu'il faudrait que les artistes / majors comprennent, il faut que cela soit SIMPLE, et actuellement ca ne l'est pas.

idem pour les series, je les acheterais bien, mais:

1- elles ne sont pas dispo en france
2- la qualité de celles dispo est ridicule (meme pas de 720p dans la plupart, 1080p est une utopie)
3- toutes ne sont pas proposées en VOST (et quand on voit le massacre de certaines traduction....)
4- le nombre de plateforme est hallucinant, presque une par serie (j'exagere a peine)


resultat, hors consideration de prix, l'offre illegale est plus simple et de meilleur qualité, alors que l'offre legale est meme parfois inexistante!
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
"Sortir (des disques) en étant complètement indépendant a ses avantages formidables, mais ça a aussi ses défauts"


YOU DON'T SAY !
Une méthode d'auto production qui présente que des avantages et aucun défauts, si ca existait, ca se saurait !

Par la suite, en 2008, Reznor a publié son premier album auto-produit sous une licence Creative Commons qui autorisait son téléchargement gratuit, à côté de coffrets payants plus ou moins luxueux. L'opération avait rapporté 1,6 million de dollars en une seule semaine. L'album, qui pouvait pourtant être téléchargé gratuitement sur BitTorrent, en toute légalité, s'était même retrouvé numéro 1 des ventes d'albums sur Amazon MP3 pour toute l'année 2009.


Ca s'appelle faire le buzz !
Faire quelque chose de différent des autres, être original, briser des "taboux" ca ramène toujours du monde.
Et quand on a fondé les Nine Inch Nails, le buzz est d'autant plus grand.

Après ce n'est qu'un buzz et ca s'essouffle. Pourquoi il serait retourné chez une major si l'auto-production, libre diffusion, rémunération par dons etc... marcheraient mieux que la méthode classique ?

Autre question, quand on est pas aussi connu que lui, voir pas connu du tout, comment on fait pour l'être quand rien ni personne ne peut faire votre promo ? Pourquoi on ne parle pas de tous les gens qui s'essaye dans l'auto production et qui n'obtienne rien ?

Un "fan", c'est con, par nature, contrairement à un "amateur".

Même problème avec les fans de de tel ou tel parti politique, ou de tel ou tel club de foot, etc...


Euuuu, WTF ?
C'est quoi ce raisonnement à deux euros ? Un fan et un amateur sont deux choses différentes.
Etre fan, c'est aimer quelque chose/quelque en particulier, un amateur c'est s'y connaitre dans un domaine.
Tu peux etre un amateur de whisky, musique, football sans être fan d'une marque/chanteur/club en particulier.
A contrario, tu peux être fan d'un chanteur ou du club de foot de ta ville sans pour autant être un amateur de musique ou en football.

L'un n'empechant pas l'autre, tu peut être un fan et un amateur.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/09/2012 à 11:37
nikon56, le 28/09/2012 - 11:18

...

il ya un certain nombre d'artistes, dont j'ai téléchargé les albums, sans les rémunérer, mais en revanche, j'ai assisté a leurs concerts car les majors n’étaient pas de la partie, et j’aurais également acheté l'album sur place si cela avait été possible (ce que j'ai fait pour certains, alors que je possédait deja une copie de cet album).

Tu crois que celui que tu vas voir en concert a construit la salle lui même, monté le matériel lui même, posé les affiches lui même? C’est les majors qui organisent les concerts de leurs poulains. Et même si tu trouves à acheter ton album sur place, il sort de la même filière. Il y a pas un pressage "spécial concert". Sans compter que sans le CD produit avec l'argent de l'infâme major, il n'y aurait probablement eu de concert.
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
ce fil se met à puer par tous les pores
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 11:11
thb, le 28/09/2012 - 10:55
zigetpuce : pour ma part je considère que le statu d'entrepreneur ou d'indépendant est le mode normal de travail. Je choisis ce que je fais, quand je le fais, et comment je le fais pour rendre service à d'autres qui me payent. De plus mon outil de travail m'appartient.
Le salariat au contraire, bien qu'il soit aujourd'hui généralisé, est souvent une forme d'aliénation

La différence tient surtout à être un généraliste ou un spécialiste.
Tu estimes naturel d'être généraliste.... c'est assez vrai, mais ça fait des siècles qu'on sait qu'il est plus efficace d'être spécialisé.
Chacun son choix, mais perso, je ne cultive pas mon blé pour manger du pain, mais quand je code, j'aime bien recoder les fonctions les plus basiques... Bref, pas de réponse universelle, pas de solution meilleure que l'autre.


Je ne pense pas qu'être indépendant signifie être généraliste. Quand un musicien quitte une major pour se mettre à son compte, il continue à faire de la musique, il ne se met pas à faire son pain. La différence c'est qu'il la vend lui-même.
La différence entre l'indépendant et le salarié c'est que l'indépendant met sa production (physique ou intellectuelle) lui même sur le marché. Il la vend.
En ce sens on peut dire que l'entrepreneur est un peu plus généraliste, oui d'accord, mais il ne fait pas vraiment un métier plus large. Il ne fait pas son pain en tous cas...
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
TasLeBonjourDAntoine, le 28/09/2012 - 11:47
ce fil se met à puer par tous les pores

Je t'invite à nous dire pourquoi...
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 11:57
TasLeBonjourDAntoine, le 28/09/2012 - 11:47
ce fil se met à puer par tous les pores

Je t'invite à nous dire pourquoi...


Je ne sais pas "pourquoi", ou "pour quoi".
Mais mon nez le sent.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
ze_katt, le 28/09/2012 - 11:37

Tu crois que celui que tu vas voir en concert a construit la salle lui même, monté le matériel lui même, posé les affiches lui même? C'est les majors qui organisent les concerts de leurs poulains. Et même si tu trouves à acheter ton album sur place, il sort de la même filière. Il y a pas un pressage "spécial concert". Sans compter que sans le CD produit avec l'argent de l'infâme major, il n'y aurait probablement eu de concert.

Tu prends encore les choses à l'envers. Les concerts ça va avant le cd. Pas après...
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
TasLeBonjourDAntoine, le 28/09/2012 - 12:00
thb, le 28/09/2012 - 11:57
TasLeBonjourDAntoine, le 28/09/2012 - 11:47
ce fil se met à puer par tous les pores

Je t'invite à nous dire pourquoi...


Je ne sais pas "pourquoi", ou "pour quoi".
Mais mon nez le sent.


Et je vois et comprends très bien le "comment"
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
"resultat, hors consideration de prix, l'offre illegale est plus simple et de meilleur qualité, alors que l'offre legale est meme parfois inexistante!"

Attention, comparaison extrême et un peu teinté de mauvaise foi: l'offre illégale d'argent dans le porte monnaie des grands mères de mon quartier est plus simple d'accès au jour le jour, de meilleur qualité alors que l'offre légale m'oblige à me lever le matin, travailler après avoir passé quelques années à étudier pour me former, et parfois est inexistante ce qui me faut pointer au pôle emploi. Résultat des courses: je préfère taper les grands mères qu'aller bosser.

Plus sérieusement et plus honnêtement : ce discours n'a jamais marché et ne peut pas marcher. Le téléchargement illégale n'est pas plus légitime quand on a le sentiment de récupérer un dû (qui n'en est pas un puisque par principe rien ne t'es du à part ce que tu achètes: après c'est ce que tu croyais acheter qui diffère mais ça c'est un peu ton problème°.
Alors oui les drm a gogo c'est un système de p** et les DLC sont une immondice dans le domaine du jeu vidéo, mais ça n'autorise ni ne légitime le contournement.

Quant au considération technique, c'est encore une fausse excuse: quant on pompe en P2P on le fait en connaissance de cause et on assume (et j'assume le faire d'ailleurs).

@ Tass: peux tu préciser? Le concert c'est effectivement l'alternative pour l'artiste, mais qu'entends tu par ça passe avant?
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 12:15

@ Tass: peux tu préciser? Le concert c'est effectivement l'alternative pour l'artiste, mais qu'entends tu par ça passe avant?


Que ce n'est pas "l'argent donné/récolté par les maison de disque pour faire un album paie le concert" mais "l'argent/l'expérience récoltée après de longs mois/années de concerts sert à faire un cd"
[message édité par tass_ le 28/09/2012 à 12:25 ]
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 12:15
"resultat, hors consideration de prix, l'offre illegale est plus simple et de meilleur qualité, alors que l'offre legale est meme parfois inexistante!"


L'offre illégale serait de meilleure qualité de l'offre légale ? Euuu, l'offre illégale provient d'où ? Au hasard de produit légaux (DVD BluRay CD etc...) qui ont été rippé.
Si demain les majors produisent des truc de super mauvaise qualité et bien on l'aura tous dans le cul.

De manière générale, toutes les solutions illégales sont plus simple que leur équivalent légal. C'est pour ca que ca a autant de succès.

(@Shin : je te répond pas, je reprends juste la quote de ton message)


Plus sérieusement et plus honnêtement : ce discours n'a jamais marché et ne peut pas marcher. Le téléchargement illégale n'est pas plus légitime quand on a le sentiment de récupérer un dû (qui n'en est pas un puisque par principe rien ne t'es du à part ce que tu achètes: après c'est ce que tu croyais acheter qui diffère mais ça c'est un peu ton problème°.


Je suis tout à fait d'accord avec toi.
Mais là encore c'est une question de point de vue. Dans la tête de certains les artistes doivent faire ce qu'ils font pour les autres. Donc indirectement les chansons et autre produits culturels appartiennent à ceux qui les écoutes dans tous les cas.

tass_, le 28/09/2012 - 12:25

Que ce n'est pas "l'argent donné/récolté par les maison de disque pour faire un album paie le concert" mais "l'argent/l'expérience récoltée après de longs mois/années de concerts sert à faire un cd"


Euuu, tu sors le CD/DVD du concert grâce à l'argent du concert.
Mais très rarement les chanteurs inaugure leur nouvel album dans un concert.
[message édité par Jed le 28/09/2012 à 12:31 ]
Inscrit le 18/09/2012
3 messages publiés
C'est bien la liberté d'expression mais quand il y a 97% de conneries à lire (la plupart des comments) on en voit les limites.
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
CastleRules, le 28/09/2012 - 12:32
C'est bien la liberté d'expression mais quand il y a 97% de conneries à lire (la plupart des comments) on en voit les limites.


Haaaaan ! Tu ose remettre en question la sacro-sainte liberté d'expression !
Fais gaffe, la dernière fois que j'ai osé faire la même remarque je me suis fait lynché
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 12:29


L'offre illégale serait de meilleure qualité de l'offre légale ? Euuu, l'offre illégale provient d'où ? Au hasard de produit légaux (DVD BluRay CD etc...) qui ont été rippé.
Si demain les majors produisent des truc de super mauvaise qualité et bien on l'aura tous dans le cul.


Je pense qu'il parlait quantitativement (plus de choix) et voir aussi qualitativement (va trouver une bonne offre légale musicale en loseless sur le net). Sans parler des DRM, des pubs contre le piratage obligatoires sur les DVd (on ne peut pas les passer)...


Jed, le 28/09/2012 - 12:29

Euuu, tu sors le CD/DVD du concert grâce à l'argent du concert.
Mais très rarement les chanteurs inaugure leur nouvel album dans un concert.


Ca c'est quand t'es connu. Sinon tu sais qu'il y a bien plus de groupes qui tournent en concert que de groupes qui ont sorti un cd ?
L'expression d'un musicien c'est par la scène, le cd n'est qu'un objet servant de rappel pour pas oublier le groupe entre deux concerts (puis les gens aiment bien n'écouter tout le temps que la même chose), le faire payer me semble exagéré mais après tout c'est un joli objet avec possiblement de la valeur ajoutée (livret, goodies...).
Par contre vouloir obliger de faire payer parce qu'on écoute un enregistrement d'eux, haha.
edit: j'ai pas à payer chaque fois que je regarde une photo de la Joconde.
[message édité par tass_ le 28/09/2012 à 12:38 ]
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
tass_, le 28/09/2012 - 12:37

Je pense qu'il parlait quantitativement (plus de choix) et voir aussi qualitativement (va trouver une bonne offre légale musicale en loseless sur le net). Sans parler des DRM, des pubs contre le piratage obligatoires sur les DVd (on ne peut pas les passer)...


Ah ok !
C'est vrai que quand je regarde mes DVDs je rage beaucoup sur les 15min de pub+Bande annonce+propagande anti piratage.



Ca c'est quand t'es connu. Sinon tu sais qu'il y a bien plus de groupes qui tournent en concert que de groupes qui ont sorti un cd ?
L'expression d'un musicien c'est par la scène, le cd n'est qu'un objet servant de rappel pour pas oublier le groupe entre deux concerts (puis les gens aiment bien n'écouter tout le temps que la même chose), le faire payer me semble exagéré mais après tout c'est un joli objet avec possiblement de la valeur ajoutée (livret, goodies...).
Par contre vouloir obliger de faire payer parce qu'on écoute un enregistrement d'eux, haha.
edit: j'ai pas à payer chaque fois que je regarde une photo de la Joconde.


Your point.
Mais, sauf erreur de ma part, quand ils se produisent en concert et étant indépendant, ils ont généralement un mini stand juste pour vendre leur album. Ce qui veut dire que l'album est déjà fait. Le concert est juste un moyen de promotion.

Ah, et si tu veux voir la vraie Joconde tu le faire gratuitement tous les 14 juillet
[message édité par Jed le 28/09/2012 à 12:49 ]
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 12:46

Your point.
Mais, sauf erreur de ma part, quand ils se produisent en concert et étant indépendant, ils ont généralement un mini stand juste pour vendre leur album. Ce qui veut dire que l'album est déjà fait. Le concert est juste un moyen de promotion.

Alors c'est qu'ils ont déjà fait des concerts pour faire le CD avant. Exemple vérifié dans tous les groupes amateurs que je connais (et ça commence à faire beaucoup ).
Inscrit le 18/09/2012
3 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 12:34
CastleRules, le 28/09/2012 - 12:32
C'est bien la liberté d'expression mais quand il y a 97% de conneries à lire (la plupart des comments) on en voit les limites.


Haaaaan ! Tu ose remettre en question la sacro-sainte liberté d'expression !
Fais gaffe, la dernière fois que j'ai osé faire la même remarque je me suis fait lynché


Je ne mets qu'en exergue les limites, ce n'est pas une remise en cause. Parce que beaucoup de personnes ici ne connaissent pas l'industrie musicale et ne pensent qu'à gaver leur disque dur de Go de musique qu'ils n'écoutent pas réellement.

En effet, la majorité n'a jamais participé à la sortie d'un album. D'ailleurs j'ai entendu parler de P2P (page 1) et je me dis que ces mecs sont vraiment dépassés.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/09/2012 à 12:57
thb, le 28/09/2012 - 11:57

TasLeBonjourDAntoine, le 28/09/2012 - 11:47
ce fil se met à puer par tous les pores


Je t'invite à nous dire pourquoi...

Des gens se permettent d'avoir une autre opinions que la sienne.
thb, le 28/09/2012 - 11:57
La différence entre l'indépendant et le salarié c'est que l'indépendant met sa production (physique ou intellectuelle) lui même sur le marché. Il la vend.

C'est une toute petite partie de la différence. Zig a donné une liste bien plus réaliste.
Un indépendant, en plus de devoir vendre, doit faire:
- la comptabilité
- la promo
- le démarchage de lieux de concerts
- etc
Le temps consacré à tout ça est forcément pris quelque part. Peut-être sur la vie de famille, peut-être sur le divertissement, mais plus probablement sur le temps de création.
Il ne fait pas son pain en tous cas...


C'était une métaphore...
Inscrit le 13/06/2011
110 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 12:34
CastleRules, le 28/09/2012 - 12:32
C'est bien la liberté d'expression mais quand il y a 97% de conneries à lire (la plupart des comments) on en voit les limites.


Haaaaan ! Tu ose remettre en question la sacro-sainte liberté d'expression !
Fais gaffe, la dernière fois que j'ai osé faire la même remarque je me suis fait lynché


Je ne mets qu'en exergue les limites, ce n'est pas une remise en cause. Parce que beaucoup de personnes ici ne connaissent pas l'industrie musicale et ne pensent qu'à gaver leur disque dur de Go de musique qu'ils n'écoutent pas réellement.

En effet, la majorité n'a jamais participé à la sortie d'un album. D'ailleurs j'ai entendu parler de P2P (page 1) et je me dis que ces mecs sont vraiment dépassés.

c'est un forum sur les loisirs numériques, à priori, et à la vue de beaucoup de commentaire, ça se passe surtout entre informaticien (amateur ou professionnel, là n'est pas la question), mais la vraie limite, c'est que tout est systématiquement vu à travers le prisme de l'informatique et tout ce qui va avec. En clair, tu es sur un site où les gens débattent pour savoir de quelle manière on doit protéger la neutralité du net sans se douter une seule seconde que, dans la vraie vie, les gens s'en foutent et se demandent plutôt comment ça se passe pour le chomisme qui monte sévère, les prix qui grimpent, les retraites qui sont en train de se transformer en mythe, etc...
et le pire, c'est que je vais me faire pourrir pour ce commentaire.

Bref, pour revenir dans le sujet, oui, beaucoup ne savent pas ce qu'est le métier de producteur (musical ou cinématographique, on s'en fout), et ne se doutent pas un seul instant que, sans producteur, pas de lien entre artiste et tourneur, donc pas de concert (enfin si, dans des rades où on est entassé à 50 dans 15m² et dans un périmètre de quelques dizaines de kilomètres autour de la ville d'origine du groupe), pas de promotion, donc pas de visibilité (essaye de vendre l'album du groupe que t'as monté avec tes potes sur Itunes, tu verras le résultat), bref, ben disparition, ou recours au mécénat avec ce que ça suppose de censure et d'autocensure, ou on passe dans le DIY à l'ancienne, avec des groupes qui font la tournée des squats et ne font que survivre au lieu de vivre. Quand à l'autoproduction dans l'audiovisuelle, c'est une telle connerie que je vais même pas en parler
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
Crème de Bullshit :

"La différence tient surtout à être un généraliste ou un spécialiste.
Tu estimes naturel d'être généraliste.... c'est assez vrai, mais ça fait des siècles qu'on sait qu'il est plus efficace d'être spécialisé."

Récitation simpliste qui ne résisterait pas 5mns sauf dans un cabanon débordant de primates qui se croient évolués, du genre certains sur ce fil bises...

Mais bon, c'est pas "musical" comme sujet, et puis ce serait fatiguant, on garde ça pour ailleurs
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
bigteuf1, le 28/09/2012 - 13:17

c'est un forum sur les loisirs numériques, à priori, et à la vue de beaucoup de commentaire, ça se passe surtout entre informaticien (amateur ou professionnel, là n'est pas la question), mais la vraie limite, c'est que tout est systématiquement vu à travers le prisme de l'informatique et tout ce qui va avec.


En même temps sur un site consacré aux technologies numériques, on va pas lire ces infos du point de vue d'un chauffeur routier pour qui internet est une immense banque de film porno

En clair, tu es sur un site où les gens débattent pour savoir de quelle manière on doit protéger la neutralité du net sans se douter une seule seconde que, dans la vraie vie, les gens s'en foutent et se demandent plutôt comment ça se passe pour le chomisme qui monte sévère, les prix qui grimpent, les retraites qui sont en train de se transformer en mythe, etc...
et le pire, c'est que je vais me faire pourrir pour ce commentaire.


Je vois pas pourquoi tu te ferais pourrir avec ce commentaire. Il est parfaitement juste. Je suis tout à fait d'accord avec toi.
Mais, un jour, j'ai fait l'expérience d'une discussion avec quelqu'un pour qui la mise en place de solutions/techno garantissant la neutralité du net devait être la top priorité.
Je lui ai opposé le même argument que toi (crise éco, problème de thune, des gens ont pas assez de thune pour se payer un ordi + internet très haut débit etc...) et il m'a répondu que de toute manière ces problèmes sont présents depuis des années et que le gouvernement n'a aucune volonté de les régler. Donc il faut s'occuper de ce qu'une poignée de spécialiste se préoccupe.

Depuis j'ai arrêté !
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
Jed, connard,

j'aime beaucoup les "chauffeurs routier" au sens large

et tu viens de les insulter en les traitant d'ignares !!!

Pauvre merde qui se croit "savante". Tu n'as RIEN compris à Internet, RIEN !!!
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 13:02
thb, le 28/09/2012 - 11:57
La différence entre l'indépendant et le salarié c'est que l'indépendant met sa production (physique ou intellectuelle) lui même sur le marché. Il la vend.

C'est une toute petite partie de la différence. Zig a donné une liste bien plus réaliste.
Un indépendant, en plus de devoir vendre, doit faire:
- la comptabilité
- la promo
- le démarchage de lieux de concerts
- etc
Le temps consacré à tout ça est forcément pris quelque part. Peut-être sur la vie de famille, peut-être sur le divertissement, mais plus probablement sur le temps de création.
Il ne fait pas son pain en tous cas...


C'était une métaphore...


Les trois points que tu cites avant "etc" font bel et bien partie de ce que je dis par "mise sur le marché". Le temps est sans doute pris quelque part, mais mieux vaut avoir deux tiers de son temps (ou la moitié si tu veux...) pour créer en toute liberté, plutôt que 100% de son temps pour créer en obéissant au mec qui met sur le marche (le producteur).

Pour répondre à bigteuf1, la remarque sur le "milieu informatique" est juste. Mais sur l'autoproduction, je connais des groupes qui font des tournées nationales et sont autoproduits depuis des dizaines d'année. Et pour l'audiovisuel, "Normann fait des vidéos" fait bien de l'audiovisuel autoproduit avec 5M de vues... Mais ce n'est pas sans doute ce que tu entends par audiovisuel, je le conçois.
thb, le 28/09/2012 - 14:24
Les trois points que tu cites avant "etc" font bel et bien partie de ce que je dis par "mise sur le marché". Le temps est sans doute pris quelque part, mais mieux vaut avoir deux tiers de son temps (ou la moitié si tu veux...) pour créer en toute liberté, plutôt que 100% de son temps pour créer en obéissant au mec qui met sur le marche (le producteur).

"en toute liberté" ? Non, c'est une illusion de croire que quand tu dois trouver des clients, des diffuseurs et des lieux de tournées tu puisse être "en toute liberté".
Et c'est une autre illusion de croire que tous les producteurs passent leur temps à t'imposer tes choix musicaux.


Tu caricatures puis compares une situation idéale au pire des cas... Dans les faits, c'est beaucoup plus complexe.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
bigteuf1, le 28/09/2012 - 13:17

Bref, pour revenir dans le sujet, oui, beaucoup ne savent pas ce qu'est le métier de producteur (musical ou cinématographique, on s'en fout), et ne se doutent pas un seul instant que, sans producteur, pas de lien entre artiste et tourneur, donc pas de concert (enfin si, dans des rades où on est entassé à 50 dans 15m² et dans un périmètre de quelques dizaines de kilomètres autour de la ville d'origine du groupe),

Faut arrêter de dire de la merde hein. Bien sûr sans producteur tu n'auras jamais le Stade de France ou l'Olympia. Mais entre cet extrême et le bar de 15m² il y a tout un monde.
JE connais quantité d'artistes qui tournent dans toute l'Europe pour des soirées de 1000 à 20 000 personnes, et ce sans producteur, ni maison de disque ni rien. Des fois ils ont un agent (qui est plus là pour s'occuper que son artiste touche une plus grosse part du morceau que les autres artistes) mais c'est pas lui qui va ou mettre en contact qui que ce soit ou avancer de la thune.
bigteuf1, le 28/09/2012 - 13:17

pas de promotion, donc pas de visibilité (essaye de vendre l'album du groupe que t'as monté avec tes potes sur Itunes, tu verras le résultat),

C'est fou qu'il y ait de 1 0000 à 20 000 personnes pour des soirées dont aucune promo (tv, radio, presse écrite) n'a été faite, à part un évènement facebook et une annonce myspace.
C'est fou que des free parties rameutaient 25 000 personnes avec juste un numéro d'infoline, quelques flyers distribués dans la rue.
bigteuf1, le 28/09/2012 - 13:17

bref, ben disparition, ou recours au mécénat avec ce que ça suppose de censure et d'autocensure,

Il n'y avait pas autant de censure que dans une major...
bigteuf1, le 28/09/2012 - 13:17

ou on passe dans le DIY à l'ancienne, avec des groupes qui font la tournée des squats et ne font que survivre au lieu de vivre. Quand à l'autoproduction dans l'audiovisuelle, c'est une telle connerie que je vais même pas en parler

Tu vois tu caricatures encore, des festivals DIY de tous un tas de styles (du punk, du metal, en passant par le dub et le jazz) il y en a de toutes sortes et de toutes tailles et ce dans toute l'Europe (et pas souvent dans des squats).
tass_, le 28/09/2012 - 14:37

C'est fou qu'il y ait de 1 0000 à 20 000 personnes pour des soirées dont aucune promo (tv, radio, presse écrite) n'a été faite, à part un évènement facebook et une annonce myspace.
C'est fou que des free parties rameutaient 25 000 personnes avec juste un numéro d'infoline, quelques flyers distribués dans la rue.

Tu compares d'un coté un marché où l'offre est inférieure à la demande à un autre marché où l'offre est supérieure à la demande... Et tu crois vraiment pouvoir en tirer des conclusions ?
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 14:48

tass_, le 28/09/2012 - 14:37

C'est fou qu'il y ait de 1 0000 à 20 000 personnes pour des soirées dont aucune promo (tv, radio, presse écrite) n'a été faite, à part un évènement facebook et une annonce myspace.
C'est fou que des free parties rameutaient 25 000 personnes avec juste un numéro d'infoline, quelques flyers distribués dans la rue.

Tu compares d'un coté un marché où l'offre est inférieure à la demande à un autre marché où l'offre est supérieure à la demande... Et tu crois vraiment pouvoir en tirer des conclusions ?


De quoi tu parles ? En quoi l'offre serait inférieure à la demande dans le milieu de free parties ?
Rien que dans le Languedoc Roussillon à l'époque où on en faisait beaucoup il y en avait dans les 10 par week end.
[message édité par tass_ le 28/09/2012 à 15:00 ]
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 14:33
thb, le 28/09/2012 - 14:24
Les trois points que tu cites avant "etc" font bel et bien partie de ce que je dis par "mise sur le marché". Le temps est sans doute pris quelque part, mais mieux vaut avoir deux tiers de son temps (ou la moitié si tu veux...) pour créer en toute liberté, plutôt que 100% de son temps pour créer en obéissant au mec qui met sur le marche (le producteur).

"en toute liberté" ? Non, c'est une illusion de croire que quand tu dois trouver des clients, des diffuseurs et des lieux de tournées tu puisse être "en toute liberté".
Et c'est une autre illusion de croire que tous les producteurs passent leur temps à t'imposer tes choix musicaux.


Tu caricatures puis compares une situation idéale au pire des cas... Dans les faits, c'est beaucoup plus complexe.


Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 15:00

Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.


Tout dépend de tes objectifs.
Si tu veux faire TA musique et peu importe que les autres en pensent. Et bien il est préférable d'être indépendant. Par contre si personne peut blairer ta musique et ne t'écoute pas il faudra ni se plaindre ni rejeter la faute sur les autres.
Dans le cas contraire, si tu veux plaire à un maximum de gens, il est préférable de savoir ce qui plait et de se calquer sur ces tendances. Dans ce domaine, les majors sont assez bien placé pour savoir ce qui plait (c'est ce qui rapporte le plus d'argent). Et donc ils peuvent t'aiguiller et te dire quoi changer dans ton style
thb, le 28/09/2012 - 15:00
Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.

C'est un sujet de philo.
L'homme qui dépend d'un agriculteur pour manger est-il plus libre que l'homme qui doit récolter sa nourriture ?
De manière générale, on considère que si l'homme aime récolter sa nourriture, alors il est plus libre quand il la récolte, mais s'il n'aime pas, alors il est plus libre quand il fait appel à un agriculteur.


Idem pour la musique: si tu aime faire de la promo et de la compta, alors tu es plus libre en étant indépendant. Si par contre tu considères que ce sont des taches sans intérêt alors tu es plus libre en signant chez un producteur.
Il n'y a pas de réponse universelle, chacun a une réponse différente en fonction de son caractère.


Tant que tu affirmeras qu'une solution est "plus libre" que l'autre, tu resteras dans la caricature, ou au moins dans le manichéisme.
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 15:13


Tout dépend de tes objectifs.
Si tu veux faire TA musique et peu importe que les autres en pensent. Et bien il est préférable d'être indépendant. Par contre si personne peut blairer ta musique et ne t'écoute pas il faudra ni se plaindre ni rejeter la faute sur les autres.
Dans le cas contraire, si tu veux plaire à un maximum de gens, il est préférable de savoir ce qui plait et de se calquer sur ces tendances. Dans ce domaine, les majors sont assez bien placé pour savoir ce qui plait (c'est ce qui rapporte le plus d'argent). Et donc ils peuvent t'aiguiller et te dire quoi changer dans ton style


Ah ben oui effectivement
Pour moi c'était implicite que le but de l'artiste était de créer sa propre musique, correspondant à sa propre sensibilité.

D'ailleurs c'est marrant parce que quand les ayant-droits défendent les artistes ils en parlent comme si c'étaient des grands créatifs, et comme si en piratant on allait tuer la création et l'art.
Mais Jed, tu cernes très bien le problème, les créatifs et les artistes sont justement ceux qui ne passent pas par les majors. On est là au coeur du mensonge des majors qui essayent de se faire passer pour des artistes alors que ce sont des marchands spécialistes, comme tu l'as très bien dit, de "l'audimat musical", cad des tendances, des modes, et de ce qui fait vendre en masse.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/09/2012 à 15:27
thb, le 28/09/2012 - 15:00


Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.

Si t'as l'intention de te produire en public, il vaut mieux faire quelque chose qui va plaire aux programmeurs, encore plus si t'es indépendant.
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
Juste pour revenir sur le thème du CD (ça poste vite sur Num, dit donc): je vois plus le CD (ou la piste ddl sur plateforme internet bien sûr) comme un vecteur différent du concert. Tout le monde ne peut pas ou n'aime pas forcément, aller voir un groupe en concert, mais peut en apprécier l'écoute bien au chaud chez soi, etc... Le CD n'est pas que le produit d'appel du concert (pour certain, le CD est souvent mieux de la prestation physique d'ailleurs), mais bien à coté et souvent plus efficace pour toucher un large public.

Et effectivement, l'indépendance n'accorde une liberté que relative : si ton manque de moyens t’empêche de te produire sur scène, tu n'es pas plus (ni moins) libre que celui à qui on dit quoi faire. Je ne parle pas du ressentit, mais bien de l'état de liberté.
edit: Wicked a
été plus rapide et plus précis que moi
[message édité par Shin-55 le 28/09/2012 à 15:31 ]
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 15:20

C'est un sujet de philo.
L'homme qui dépend d'un agriculteur pour manger est-il plus libre que l'homme qui doit récolter sa nourriture ?
De manière générale, on considère que si l'homme aime récolter sa nourriture, alors il est plus libre quand il la récolte, mais s'il n'aime pas, alors il est plus libre quand il fait appel à un agriculteur.


Idem pour la musique: si tu aime faire de la promo et de la compta, alors tu es plus libre en étant indépendant. Si par contre tu considères que ce sont des taches sans intérêt alors tu es plus libre en signant chez un producteur.
Il n'y a pas de réponse universelle, chacun a une réponse différente en fonction de son caractère.


Tant que tu affirmeras qu'une solution est "plus libre" que l'autre, tu resteras dans la caricature, ou au moins dans le manichéisme.


Je ne suis pas d'accord.
La liberté, à mon sens, ce n'est pas faire ce que l'on aime. C'est plutôt se donner les moyens de donner un sens personnel à ses actions.
Tu dis : "Je suis libre car je ne fais pas cette promotion et cette comptabilité qui m'ennuient."
Je dis : "Je suis libre car en m'imposant de faire cette promotion et cette comptabilité que je n'aime pas, je peux créer ma musique comme je l'entends."

Et je dis aussi : "En faisant cette promotion et cette comptabilité que je n'aime pas je me frotte à des réalités qui sont pourtant essentielles et rendent ma relation au monde plus réelle et plus complète. Je comprends notamment mieux ce qu'est mon public (grâce à la partie promotion, pas comptabilité...), voire même ce que c'est qu'un public.". Mais c'est un peu une autre histoire.
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
ze_katt, le 28/09/2012 - 15:27
thb, le 28/09/2012 - 15:00


Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.

Si t'as l'intention de te produire en public, il vaut mieux faire quelque chose qui va plaire aux programmeurs, encore plus si t'es indépendant.


Quand on loue une salle on ne peut pas y jouer la musique qu'on veut ??
thb, le 28/09/2012 - 15:29
Tu dis : "Je suis libre car je ne fais pas cette promotion et cette comptabilité qui m'ennuient."

Non. Pourquoi ne lis tu pas mes propos ?
Je dis à la fois:
"Je suis libre car je ne fais pas cette promotion et cette comptabilité qui m'ennuient."
ET
"Je suis libre car en m'imposant de faire cette promotion et cette comptabilité que je n'aime pas, je peux créer ma musique comme je l'entends."


Toi, tu exclus la première option. Pour toi-même, OK. Mais ne l'exclue pas pour tous.
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 15:29

WickedFaith, le 28/09/2012 - 15:20

C'est un sujet de philo.
L'homme qui dépend d'un agriculteur pour manger est-il plus libre que l'homme qui doit récolter sa nourriture ?
De manière générale, on considère que si l'homme aime récolter sa nourriture, alors il est plus libre quand il la récolte, mais s'il n'aime pas, alors il est plus libre quand il fait appel à un agriculteur.


Idem pour la musique: si tu aime faire de la promo et de la compta, alors tu es plus libre en étant indépendant. Si par contre tu considères que ce sont des taches sans intérêt alors tu es plus libre en signant chez un producteur.
Il n'y a pas de réponse universelle, chacun a une réponse différente en fonction de son caractère.


Tant que tu affirmeras qu'une solution est "plus libre" que l'autre, tu resteras dans la caricature, ou au moins dans le manichéisme.



Je ne suis pas d'accord.
La liberté, à mon sens, ce n'est pas faire ce que l'on aime. C'est plutôt se donner les moyens de donner un sens personnel à ses actions.
Tu dis : "Je suis libre car je ne fais pas cette promotion et cette comptabilité qui m'ennuient."
Je dis : "Je suis libre car en m'imposant de faire cette promotion et cette comptabilité que je n'aime pas, je peux créer ma musique comme je l'entends."

Et je dis aussi : "En faisant cette promotion et cette comptabilité que je n'aime pas je me frotte à des réalités qui sont pourtant essentielles et rendent ma relation au monde plus réelle et plus complète. Je comprends notamment mieux ce qu'est mon public (grâce à la partie promotion, pas comptabilité...), voire même ce que c'est qu'un public.". Mais c'est un peu une autre histoire.


Certe, mais le caractère marchand de la démarche des producteurs n'enlève pas forcément le caractère artistique de ce que font ses groupes.
Si tu es un très bon groupe de rock qui plait, et qui a eu la chance d'être repéré par un producteur, dès qu'il te produit tu ne sombre pas forcément dans le bof bof . ET tu peux malgré tout avoir un certain sens des réalités matérielles sans faire toi même ta promo, prod, tournée, compta, ...


Et non quand tu veux louer la salle, celui qui a la salle peut refuser (on parle aussi de producteur pour lui il me semble, avec en charge la billeterie l'entretien de la salle et certains risques) : tu présente ce que tu va faire avant qu'il ne consente donc...
[message édité par Shin-55 le 28/09/2012 à 15:36 ]
thb, le 28/09/2012 - 15:33
Quand on loue une salle on ne peut pas y jouer la musique qu'on veut ??

Ohhh non !
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Jed, le 28/09/2012 - 15:13

Dans le cas contraire, si tu veux plaire à un maximum de gens, il est préférable de savoir ce qui plait et de se calquer sur ces tendances. Dans ce domaine, les majors sont assez bien placé pour savoir ce qui plait (c'est ce qui rapporte le plus d'argent). Et donc ils peuvent t'aiguiller et te dire quoi changer dans ton style

Beurk, vive l'avilissement, l'uniformisation et le politiquement correct dans la musique...
Si un "artiste" c'est quelqu'un qui fait une étude de marché pour voir ce qui plaît aux gens et se contente de suivre la mode, il peut crever la bouche ouverte. Ca fera plus de place à ceux qui innovent.
ze_katt, le 28/09/2012 - 15:27
thb, le 28/09/2012 - 15:00


Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.

Si t'as l'intention de te produire en public, il vaut mieux faire quelque chose qui va plaire aux programmeurs, encore plus si t'es indépendant.


Et après tu appelles ces gens artistes ?
Ridicule... Des divertisseurs "culturel" si tu veux, des showmen, mais pas des artistes...
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
tass_, le 28/09/2012 - 15:37

Jed, le 28/09/2012 - 15:13

Dans le cas contraire, si tu veux plaire à un maximum de gens, il est préférable de savoir ce qui plait et de se calquer sur ces tendances. Dans ce domaine, les majors sont assez bien placé pour savoir ce qui plait (c'est ce qui rapporte le plus d'argent). Et donc ils peuvent t'aiguiller et te dire quoi changer dans ton style


Beurk, vive l'avilissement, l'uniformisation et le politiquement correct dans la musique...
Si un "artiste" c'est quelqu'un qui fait une étude de marché pour voir ce qui plaît aux gens et se contente de suivre la mode, il peut crever la bouche ouverte. Ca fera plus de place à ceux qui innovent.
ze_katt, le 28/09/2012 - 15:27

thb, le 28/09/2012 - 15:00


Mon avis est qu'on est beaucoup plus libre quand on est indépendant que quand on est chez une major. Je ne pense pas que ce soit une caricature. Libre à toi de penser que si.


Si t'as l'intention de te produire en public, il vaut mieux faire quelque chose qui va plaire aux programmeurs, encore plus si t'es indépendant.



Et après tu appelles ces gens artistes ?
Ridicule... Des divertisseurs "culturel" si tu veux, des showmen, mais pas des artistes...

Là pour le coup, je suis d'accord la démarche semble plus mercantile qu'artistique. Mais quid quand ce que tu fait artistiquement est effectivement ce qui peux vendre et ce qui plait au gros prod? Tu changes de style? tu refuse les chèques?
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
WickedFaith, le 28/09/2012 - 15:34
thb, le 28/09/2012 - 15:33
Quand on loue une salle on ne peut pas y jouer la musique qu'on veut ??

Ohhh non !

Pourquoi ? Comment ça marche ?
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 15:41

WickedFaith, le 28/09/2012 - 15:34

thb, le 28/09/2012 - 15:33
Quand on loue une salle on ne peut pas y jouer la musique qu'on veut ??


Ohhh non !


Pourquoi ? Comment ça marche ?


cf ma réponse plus haut (ni précise ni exhaustive).
En gros celui qui a la salle supporte un risque financier et ne va pas le faire sans être s^r de rentrer dans ses frais.
Sorte de droit de regard "a priori"
[message édité par Shin-55 le 28/09/2012 à 15:46 ]
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 15:40

Là pour le coup, je suis d'accord la démarche semble plus mercantile qu'artistique. Mais quid quand ce que tu fait artistiquement est effectivement ce qui peux vendre et ce qui plait au gros prod? Tu changes de style? tu refuse les chèques?

Généralement ce qui peut vendre et qui plait aux gros producteurs n'est pas novateur, est dans un style déjà bien ancré et commercialisé (par exemple le dubstep à partir de il y a 2-3 ans, la dirty electro à partir d'il y a 4-5 ans,...).
Donc à part être un suiveur sans intérêt qui fait des choses déjà entendues mille fois tu rentreras pas dans ce schéma.

Parce qu'il faut arrêter de déconner, la musique "commerciale" n'est rentable que pour une infime minorité, y a quà voir la répartition des droits SACEM.
Dans la musique commerciale c'est soit tu rames au smic ou moins soit t'es blindé, y a pas de juste milieu, de classe moyenne qui ferait que ce système est acceptable.


Shin-55, le 28/09/2012 - 15:45

cf ma réponse plus haut (ni précise ni exhaustive).
En gros celui qui a la salle supporte un risque financier et ne va pas le faire sans être s^r de rentrer dans ses frais.
Sorte de droit de regard "a priori"

Ce qui n'empêche pas qu'une fois les billets vendus, les spectateurs arrivés, tu peux faire ce que tu veux, l'organisateur il s'en fou il a déjà vendu ses entrées.
Il te rappellera peut être pas, mais c'est un autre soucis
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 15:45

En gros celui qui a la salle supporte un risque financier et ne va pas le faire sans être s^r de rentrer dans ses frais.
Sorte de droit de regard "a priori"


Pourquoi est-ce que le propriétaire de la salle supporte un risque, si on lui loue ? Je comprends pas le modèle économique.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 15:58
Shin-55, le 28/09/2012 - 15:45

En gros celui qui a la salle supporte un risque financier et ne va pas le faire sans être s^r de rentrer dans ses frais.
Sorte de droit de regard "a priori"


Pourquoi est-ce que le propriétaire de la salle supporte un risque, si on lui loue ? Je comprends pas le modèle économique.

J'ose pas penser qu'il demande un pourcentage sur les entrées même s'il loue la salle, ça serait trop salaud.
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
thb, le 28/09/2012 - 15:58

Shin-55, le 28/09/2012 - 15:45

En gros celui qui a la salle supporte un risque financier et ne va pas le faire sans être s^r de rentrer dans ses frais.
Sorte de droit de regard "a priori"



Pourquoi est-ce que le propriétaire de la salle supporte un risque, si on lui loue ? Je comprends pas le modèle économique.


Il supporte la billetrie, l'affichage et d'autre trucs il me semble: il paye par avance certaine chose, donc a intérêt à ce que ce qui s'y passe plaise et attire du monde [edit: mes notions dans ce domaine sont restreintes et nouvelles donc tout spécialiste est bienvenu pour préciser/corriger/contredire mes propos].

@ Tass: oui une fois sur scène tu peut modifier le programme, mais il peut aussi se retourner contre toi vu que ça engage ta responsabilité (donc tu peut lui mentir si tu le sent frileux, mais que tu sais que ce que tu va faire en vrai marchera)

Et on en revient au fait que le talent ne se confond pas avec l'originalité, l'art, ... Si ton art est quelque chose pas trop innovant, ça ne t’empêche pas de faire ça avec ton cœur, d'exprimer quelque chose, d'apporter un peu de toi. Mais ça tu n'a pas l'air de beaucoup y croire.

Edit 2: rien de salaud. pour le coup lui c'est bien un marchand de tapis, avec une démarche commerciale ++
[message édité par Shin-55 le 28/09/2012 à 16:06 ]
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 16:03

Il supporte la billetrie, l'affichage et d'autre trucs il me semble: il paye par avance certaine chose, donc a intérêt à ce que ce qui s'y passe plaise et attire du monde [edit: mes notions dans ce domaine sont restreintes et nouvelles donc tout spécialiste est bienvenu pour préciser/corriger/contredire mes propos].

Heu il me semble que l'affichage ce n'est pas le proprio de la salle qui s'en occupe hein, plutôt des mecs du labal et/ou l'entourage du groupe. (En tout cas dans les cas que je connais c'est ça).
Shin-55, le 28/09/2012 - 16:03

@ Tass: oui une fois sur scène tu peut modifier le programme, mais il peut aussi se retourner contre toi vu que ça engage ta responsabilité (donc tu peut lui mentir si tu le sent frileux, mais que tu sais que ce que tu va faire en vrai marchera)

Mais en quoi se retournera t il contre toi ? Il a déjà vendu ses billets, il est rentré dans ses frais que les gens aiment ou pas, qu'ils restent ou pas.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/09/2012 à 16:14
Shin-55, le 28/09/2012 - 15:40

Là pour le coup, je suis d'accord la démarche semble plus mercantile qu'artistique. Mais quid quand ce que tu fait artistiquement est effectivement ce qui peux vendre et ce qui plait au gros prod? Tu changes de style? tu refuse les chèques?

Non tu te pends pour débarrasser le monde d'un infâme pourri mercantile.
On parlait de travailler en indépendant. Ce qui implique un minimum de revenus sinon c'est pas un travail. Après effectivement si tu veux jouer dans ton garage de la musique que personne n’écoute, tu seras déchargé de toutes ces contingences matérielles. Bon faut avoir de quoi se payer un garage.
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
Si les personnes quittent la salle et demande a être remboursé en masse, ou si tu signe pour plusieurs dates mais que tu merde le premier soir et que personne ne revient (donc que tous les billets sont pas vendu),... tant qu'il a un manque à gagner que tu as causé, tu engages ta responsabilité.
mais là on nage dans l’hypothétique de toute façon.

Je ne parle pas de la promo de l'artiste en générale, mais bien de la promo local sur les dates en particulier (flyiers, etc)
Encore une fois, sur ce point, je ne suis pas catégorique.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
Meddle, le 28/09/2012 - 01:36

La cadre de la concurrence donc. Pas de problème.
Cependant, il me semble qu'aucun artiste (ou maison de disque) ne demande à ne pas être soumis aux règles de la concurrence, je me trompe ?

En effet, AMHA tu te trompes. Quand on se permet d'acheter des lois (amendement Vivendi de DADVSI), de taxer tout ce qui bouge en décidant seul du montant de la taxe (copie privée), sans même parler de monopoles sur mesure (droit d'auteur avec un délai virtuellement illimité qui s'allonge sans cesse), et qu'en prime on bénéficie de moult subventions, sans même parler de la situation d'oligopole du marché avec 4 (bientôt 3) majors, on ne peut pas décemment dire qu'on demande à être soumis aux règles de la concurrence. Il faut être honnête à un moment donné.

Or le téléchargement illégal ne respecte pas la loi, et ce dès l'origine, sans qu'on ait besoin d'Hadopi.

Elle va changer, la loi. Elle a déjà commencé d'ailleurs. Pas le choix, il faut l'adapter aux réalités concrètes, elle n'existe pas en dehors de l'espace et du temps.

Le problème de la musique n'est pas la concurrence, mais la technologie, ainsi que le comportement des consommateurs profiteurs.

Si tu as un problème avec la technologie et avec tes consommateurs, c'est que tu as un problème très très sérieux. En fait, ça veut tout simplement dire que le problème vient de toi. Les moines copistes avaient aussi un problème avec l'imprimerie...

Ok.
C'est pour la paperasserie que les artistes signent chez des majors (entre autres).
Et quand tu es Freelance tu peux dire "j'ai pas envie", tu peux changer tes horaires comme tu veux, ta seule contrainte étant de faire un minimum d'argent.

Euh non, même que tu es Freelance voulant faire un minimum d'argent, tu en baves, faut pas croire. Parce qu'il y a une flopée de gens qui veulent faire pareil (je connais un photographe et un couple de musicos. Salut les horaires et ils ne gagnent pas grand chose, c'est juste qu'ils adorent ce qu'il font).

Quand à ta dernière phrase : Oo !! Ben justement, c'est bcp mieux pour la créativité de pouvoir faire ce que l'on veut plutot que ce que le public attend de nous. Faut pas se limiter aux attentes d'un public, aux attentes de l'économie, etc...

Je suis bien d'accord. N'empêche, si tu veux gagner de l'argent, tu es *obligé* de prendre en compte les attentes du public et celles de l'économie. Même Mozart le faisait. Vois la fin de ce message aussi, il y a un point important là-dessus.

Fondamentalement ? Oui, on peut le télécharger gratuitement et on le fait ( ce qui
est moralement juste selon moi mais c'est un autre débat). Tout simplement parce qu'on n'est plus dans un contexte d'économie de la rareté mais dans une économie d'abondance et c'est dû au fait que les fichiers informatiques sont des bien non rivaux (le coût de reproduction marginal est nul). Qu'on le veuille ou non, c'est quasiment une loi économique, on ne peut pas faire grand chose contre, tout comme on ne peut pas interdire la loi de gravité par la législation.


Ce n'est pas une loi économique, c'est une loi technologique, voire une loi sociétale qui fait que si c'est facile et gratuit, on le fait !|/quote]
Ce n'est pas une question morale, c'est bel et bien une loi économique qui dit que le coût d'un bien tendra vers son coût de reproduction marginal (le coût d'une fourchette tendra vers le coût de fabrication de l'unité). Pour les marxistes, c'est la baisse tendancielle du taux de profit qui explique la même chose.

Or le coût de reproduction (fabrication) d'un fichier est virtuellement nul puisqu'il s'agit d'un bien non rival.

Il faut prendre en compte cette réalité, sinon c'est le plantage assuré. Il ne s'agit pas d'être pour ou contre, c'est un état de fait, il faut faire avec. Et c'est parfaitement faisable.

Profiter du travail d'autrui sans rémunération, ça te semble normal toi ?
J'ai vraiment du mal à comprendre ça.

Oui, c'est normal et mieux encore, c'est une bonne chose : parce que je ne te prive de rien. Le manque à gagner potentiel n'existe que dans l'imagination de certains, la plupart du temps les gens n'auraient tout simplement pas payé et passé leur chemin. Pour résumer, c'est tout bénéf : accès accru à la culture, rayonnement accru pour l'artiste. Et l'argent, il finit par revenir à l'auteur de toute façon : concerts, achats d'autre chose qu'un disque en plastique. La preuve, encore une fois, les chiffres de l'article que j'ai indiqué.


On ne peut pas faire grand chose contre en revanche, là je suis d'accord...

Si, on peut justement ! Parce qu'on n'est pas que des consommateurs, on est aussi des citoyens. Je vais pas être hypocrite, je télécharge énormément. Ca ne m'empêche pas de vouloir contribuer ce que je peux en retour, je l'ai déjà fait pour des logiciels libres (achats, dons, contribution de traductions et quelques patch). J'ai bien déblatéré sur la concurrence aussi, mais je ne suis pas pour rendre les auteurs esclaves d'une concurrence sans bornes : une fois qu'on prend acte de ce qu'est le marché, on peut vouloir le réguler. La moins mauvaise solution, pour moi, est le mécénat global http://www.mecenatglobal.org

On donne une somme réduite par mois sur son abonnement et les échanges non marchands deviennent explicitement autorisés. La distribution est lissée avec une fonction comme la racine cubique pour que ceux qui vendent plus gagnent plus, mais pas autant que les stars, pour qu'il y ait une redistribution un minimum équilibré. Et la moitié des sommes sont attribuées par le public, pas par une comité théodule corrompue, ce qui favorise la créativité. Tous ceux qui ne veulent pas faire du commercial mais qui ont une public, même réduit, peuvent être assuré de gagner un minimum, ce qui favorise précisément la créativité.

Parce que si on ne fait pas ça, les auteurs vont passer du joug des majors sous celui d'Apple, Amazon et Google. Il est de l'intérêt à la fois des artistes et du public d'avoir un rapport adulte, de confiance, sans Hadopi (et devine qui a flingué la proposition ? Les majors, devenus inutiles, qui se faisaient éjecter du circuit).
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
ze_katt, le 28/09/2012 - 16:14
Shin-55, le 28/09/2012 - 15:40

Là pour le coup, je suis d'accord la démarche semble plus mercantile qu'artistique. Mais quid quand ce que tu fait artistiquement est effectivement ce qui peux vendre et ce qui plait au gros prod? Tu changes de style? tu refuse les chèques?

Non tu te pends pour débarrasser le monde d'un infâme pourri mercantile.
On parlait de travailler en indépendant. Ce qui implique un minimum de revenus sinon c'est pas un travail. Après effectivement si tu veux jouer dans ton garage de la musique que personne n'écoute, tu seras déchargé de toutes ces contingences matérielles. Bon faut avoir de quoi se payer un garage.

Tu sais c'est pas en dénigrant tout ce qui sort du star system que tu vas te rendre crédible, au contraire.
Dans ton monde, dans ce monde, il n'y a que les bouffons formatés de la Star Ac et cie qui vivent de leur musique en France, les autres galèrent déjà. Ils galéreront en auto prod ? Ca changera rien sauf qu'ils seront plus libres.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
zig, le 28/09/2012 - 09:09
Un jour Numerama comprendra qu'un artiste, c'est quelqu'un qui s'occupe de son boulot à savoir (dans ce cas) faire de la musique.

Pas que. Le boulot de musicien, dans la majorité des cas, n'est pas un travail salarié et ne l'a jamais été. Les professionnels dont tu parles, à savoir les majors, quand ils apporteront une valeur ajoutée notable, ils auront leur part. Le hic, c'est qu'ils prennent la part du lion, prêtent à l'artiste pour la promotion avec l'assurance d'être remboursé sur le prochain album, ce qui crée une relation de dépendance, pour ne pas dire de domination.

Aujourd'hui, la valeur ajoutée de ces intermédiaires baisse grâce aux changements technologiques. Elle n'a pas disparu, mais elle ne justifie plus la part du lion. Et c'est ça qui explique pourquoi ces "professionnels" se sont spécialisés dans l'achat de lois. Les majors se cassent la gueule mais les revenus des artistes augmente, il faut bien faire la distinction entre les deux.

Enfin, tu le sais tout ça depuis que tu lis Numerama mais tu fais semblant de l'ignorer, n'est-ce pas enter ? Tu me diras, quand on envoie plus de messages (genre des centaines par mois) que ce qu'on lit...


C'est une question que je pose souvent et à laquelle je n'ai jamais de réponse : puisque vous détestez tant les majors et que vous aimez tant les artistes, pourquoi est-ce que vous n'envoyez pas un chèque directement aux artistes quand vous les piratez ? Ou ne serait-ce qu'un mot leur expliquant votre démarche ?

Qui te dit qu'on ne l'a jamais fait (genre dans un concert en échangeant deux mots avec les mecs) ? Si tu lis dans les pensées, il va falloir que tu ajustes ton tuner, la réception passe mal. Par ailleurs, on dirait que tu n'a jamais été ni sur Jamendo, ni sur Dogmazic. Voilà, tu l'as, ta réponse. Mais vas-tu la lire ?
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
"Et c'est ça qui explique pourquoi ces "professionnels" se sont spécialisés dans l'achat de lois."

Qu'est ce qu'il ne faut pas lire, quand même...
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/09/2012 à 16:31
bronto, le 28/09/2012 - 16:17


Si tu as un problème avec la technologie et avec tes consommateurs, c'est que tu as un problème très très sérieux. En fait, ça veut tout simplement dire que le problème vient de toi. Les moines copistes avaient aussi un problème avec l'imprimerie...

Ils ont d'ailleurs disparu, leur savoir faire avec eux.

Et est ce que quelqu'un qui ne paie pas est un consommateur?
Inscrit le 13/09/2012
882 messages publiés
ze_katt, le 28/09/2012 - 16:31


Et est ce que quelqu'un qui ne paie pas est un consommateur?

Oui. Illégitime certes mais oui. De même que celui qui ne paye pas son ticket de métro est un passager de la rame, ou que celui en excès de vitesse reste un conducteur.
Inscrit le 21/01/2009
4844 messages publiés
ze_katt, le 28/09/2012 - 16:31

Ils ont d'ailleurs disparu, leur savoir faire avec eux.

ha bon ? Plus personne ne sait copier un bouquin ou faire des enluminures ?
Quelle mauvaise foi. Ils ont disparu car ils ne correspondaient plus à un besoin. Point.
ze_katt, le 28/09/2012 - 16:31

Et est ce que quelqu'un qui ne paie pas est un consommateur?

"Consommateur" ? Pour un marchand de savon on parle de consommateur, pour un artiste on parle de public. Et le public qu'il paie ou pas ça n'a pas grande différence.
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
J'ai tout lu, ou presque

Pas inintéressant, loin de là, tous ces "échanges"!

Tass, décidément, tu me poses problème, tu es soit "complexe" soit "simplissime", et je n'arrive pas à trancher
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
bronto, le 28/09/2012 - 16:17


Si tu as un problème avec la technologie et avec tes consommateurs, c'est que tu as un problème très très sérieux. En fait, ça veut tout simplement dire que le problème vient de toi. Les moines copistes avaient aussi un problème avec l'imprimerie...


Il faut arrêter avec l'analogie de l'imprimerie et des moines copistes.
Les moines copiste ne gagnait pas leur vie avec leur travail. Ils s'en occupait parce que ils étaient les seul à avoir une éducation leur permettant de faire ce travail, ainsi que le temps de le faire.
Je dis pas que ce travail était forcément gratuit, mais à cette époque les moines pouvaient vivre de leur propres moyens.

tass_, le 28/09/2012 - 17:05
pour un artiste on parle de public. Et le public qu'il paie ou pas ça n'a pas grande différence.


Non, car aujourd'hui la majorité des gens que l'on appelle artiste sont en réalité des artistes professionnels. Sous entendu qu'ils gagnent leur vie avec leur art.
C'est une différence qui existe dans tous les domaines. Le gars qui code chez lui par passion peut etre considéré comme un informaticien, mais si jamais il veut vivre de cette passion, il devient un informaticien professionnel.
Techniquement, on travail tous dans le domaine qui nous plait (enfin je l'espère pour vous), voir qui nous passionne. Donc si je comprends le raisonnement de certains vu que c'est une passion on ne devrait pas recevoir de paye parce que on fait ca volontier ?
Inscrit le 20/09/2012
294 messages publiés
non non non, à l'hameçon
Inscrit le 11/10/2009
101 messages publiés
bronto, le 28/09/2012 - 16:17

En effet, AMHA tu te trompes. Quand on se permet d'acheter des lois (amendement Vivendi de DADVSI), de taxer tout ce qui bouge en décidant seul du montant de la taxe (copie privée), sans même parler de monopoles sur mesure (droit d'auteur avec un délai virtuellement illimité qui s'allonge sans cesse), et qu'en prime on bénéficie de moult subventions, sans même parler de la situation d'oligopole du marché avec 4 (bientôt 3) majors, on ne peut pas décemment dire qu'on demande à être soumis aux règles de la concurrence. Il faut être honnête à un moment donné.


Euh... et quelles règles de la concurrence sont faussées ?
En quoi DADVSI ou Hadopi changent quelque chose à la concurrence entre les différents acteurs de la musique ?

Les acteurs de la musique restent soumis au règles de concurrence entre eux, je vois pas trop le problème...

Si tu as un problème avec la technologie et avec tes consommateurs, c'est que tu as un problème très très sérieux. En fait, ça veut tout simplement dire que le problème vient de toi. Les moines copistes avaient aussi un problème avec l'imprimerie...


Je ne dis pas que j'ai un pb avec la technologie, je dis que c'est un problème quand l'utilisation de la technologie par des consommateurs sans éthique vol (ou font de la contrefaçon pour être plus précis) le produit du travail des artistes.

Euh non, même que tu es Freelance voulant faire un minimum d'argent, tu en baves, faut pas croire. Parce qu'il y a une flopée de gens qui veulent faire pareil (je connais un photographe et un couple de musicos. Salut les horaires et ils ne gagnent pas grand chose, c'est juste qu'ils adorent ce qu'il font).


T'es gentil, je suis photographe freelance moi-même, et tout est une question de choix et de succès.
Je travail beaucoup mais j'ai un libre choix des horaires, et quand le travail ne me plait pas je dis non.
Je ne gagne pas bcp d'argent mais c'est un choix, c'est tout !

Ce n'est pas une question morale, c'est bel et bien une loi économique qui dit que le coût d'un bien tendra vers son coût de reproduction marginal (le coût d'une fourchette tendra vers le coût de fabrication de l'unité. Pour les marxistes, c'est la baisse tendancielle du taux de profit qui explique la même chose.

Or le coût de reproduction (fabrication) d'un fichier est virtuellement nul puisqu'il s'agit d'un bien non rival.

Il faut prendre en compte cette réalité, sinon c'est le plantage assuré. Il ne s'agit pas d'être pour ou contre, c'est un état de fait, il faut faire avec. Et c'est parfaitement faisable.


Tu nies donc toute valeur au travail de l'esprit ?
Si on était payé qu'en fonction du "coût de reproduction marginal", on serait pas nombreux à toucher de l'argent.
Ce n'est pas la valeur du support qui importe, mais la valeur du contenu.

En quoi est ce un état de fait ? Tu es en train de dire que tout ce qui est immatériel devrait être gratuit ?

Oui, c'est normal et mieux encore, c'est une bonne chose : parce que je ne te prive de rien. Le manque à gagner potentiel n'existe que dans l'imagination de certains, la plupart du temps les gens n'auraient tout simplement pas payé et passé leur chemin.


Ben voyons... tellement facile...
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
Shin-55, le 28/09/2012 - 16:30
"Et c'est ça qui explique pourquoi ces "professionnels" se sont spécialisés dans l'achat de lois."

Qu'est ce qu'il ne faut pas lire, quand même...

Quand un amendement porte le nom d'une boîte qui l'a porté, et quand on connaît l'histoire de la Hadopi, qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Qu'il s'agit de lois que les représentants élus du peuple ont porté en écoutant leur conscience et dans l'intérêt général ?

Meddle, le 28/09/2012 - 20:29
bronto, le 28/09/2012 - 16:17

En effet, AMHA tu te trompes. Quand on se permet d'acheter des lois (amendement Vivendi de DADVSI), de taxer tout ce qui bouge en décidant seul du montant de la taxe (copie privée), sans même parler de monopoles sur mesure (droit d'auteur avec un délai virtuellement illimité qui s'allonge sans cesse), et qu'en prime on bénéficie de moult subventions, sans même parler de la situation d'oligopole du marché avec 4 (bientôt 3) majors, on ne peut pas décemment dire qu'on demande à être soumis aux règles de la concurrence. Il faut être honnête à un moment donné.


Euh... et quelles règles de la concurrence sont faussées ?
En quoi DADVSI ou Hadopi changent quelque chose à la concurrence entre les différents acteurs de la musique ?

Les acteurs de la musique restent soumis au règles de concurrence entre eux, je vois pas trop le problème...

Dans la concurrence, il faut s'adapter aux concurrents mais aussi au contexte qui change parfois vite. Quand on essaye de figer ce contexte en passant commande de lois, qu'on est gavé aux subventions et qu'on bénéficie de monopoles on n'est plus dans un contexte de concurrence. Oui, il en reste vu que les entreprises se font concurrence entre elles, mais ce n'est clairement pas d'une économie de marché qu'il s'agit. Ca rappelle bien plus les chaebols avec des intérêts croisés au sommet de l'Etat, avec une concurrence, disons, "adoucie".

Si tu as un problème avec la technologie et avec tes consommateurs, c'est que tu as un problème très très sérieux. En fait, ça veut tout simplement dire que le problème vient de toi. Les moines copistes avaient aussi un problème avec l'imprimerie...


Je ne dis pas que j'ai un pb avec la technologie, je dis que c'est un problème quand l'utilisation de la technologie par des consommateurs sans éthique vol (ou font de la contrefaçon pour être plus précis) le produit du travail des artistes.

En fait, tu as un problème avec la technologie mais tu essayes de déguiser ça sous autre chose, avec des considération moralistes alors qu'il s'agit d'une loi économique. C'est sûr que ça se présente mieux que d'être luddite tout court, mais ça ne change rien au fond du problème. Pour faire court : si ça ne change pas mauvaises nouvelles à l'horizon. L'histoire est peuplé de ce type d'exemples et l'issue est quasiment toujours la même, seul le délai change.

Une précision aussi : on ne peut pas voler un bien non rival. C'est matériellement impossible puisque tu détiens toujours ton bien. Parler de vol, c'est de la propagande (infondée en prime).

T'es gentil, je suis photographe freelance moi-même, et tout est une question de choix et de succès.
Je travail beaucoup mais j'ai un libre choix des horaires, et quand le travail ne me plait pas je dis non.
Je ne gagne pas bcp d'argent mais c'est un choix, c'est tout !

Le choix des horaires, certes, plus ou moins. Pour le reste, il faut déjà que tu aies une clientèle et faut galérer pour s'assurer ne serait-ce qu'un salaire correct (deux à trois ans de galère). Parce qu'il y a aussi le matos à payer, l'essence à remplir parce qu'il faut souvent se déplacer etc. Quand tu as une famille et qu'il faut penser à la santé et à l'éducation du mioche, on ne cogite plus en succès.

D'ailleurs, c'est intéressant parce que pour les photographes, les choses sont aussi, sinon plus corsées que pour les musiciens. Les amateurs font une concurrence de plus en plus pressante et les bases de données contenant des photos sous licence libre se font sentir (un canard va souvent se servir chez Wikimedia ou au pire, acheter chez Photolia). Avec des appareils photos de 8 mégapixels collés au cul de chaque téléphone, les photos "good enough" se généralisent. Là aussi, on a un basculement dû à la technologie (qui fait râler des assoc pro qui voudraient que Wikimedia change ses licences). Et non, ce n'est pas un problème de "comportement sans éthique". C'est simplement naturel.

Si on était payé qu'en fonction du "coût de reproduction marginal", on serait pas nombreux à toucher de l'argent.

Pourtant, c'est exactement comme ça que ça marche : quand tu payes un bien, l'essentiel du prix, c'est le coût de revient (fabrication, transport, vente). Seul Apple, Microsoft et les marques de luxe arrivent à refourguer des produits trois fois plus cher et c'est pour ça que leur marge font bander les boursicoteurs (ils ont trouvé le moyen de ne plus être soumis à cette loi, grâce au monopole du droit d'auteur pour Microsoft, au marketing pour les autres). Demande à quelqu'un qui touche sa bille en économie, il l'expliquera bien mieux que moi.

Or, pour les bien non rivaux, donc typiquement les fichiers informatiques, plus on le reproduit, plus le coût de revient tend vers zéro. Vouloir vendre à l'unité et à prix fixe est une absurdité économique qui n'est pas tenable.

En quoi est ce un état de fait ? Tu es en train de dire que tout ce qui est immatériel devrait être gratuit ?

Non. Je dis que la valeur d'un fichier l'est ou que ça va bientôt le devenir. Dix ans après Napster, il faudrait commencer à le comprendre. Il faut trouver d'autres moyens de gagner de l'argent, et beaucoup ont déjà commencé à les trouver.

Oui, c'est normal et mieux encore, c'est une bonne chose : parce que je ne te prive de rien. Le manque à gagner potentiel n'existe que dans l'imagination de certains, la plupart du temps les gens n'auraient tout simplement pas payé et passé leur chemin.


Ben voyons... tellement facile...

Et pourtant, tellement vrai...
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
Je connais plusieurs photographes freelances que je fais parfois travailler. Ils ont des revenus tout à fait satisfaisant. Quand je leur commande des photos on se met d'accord sur un délai et ils s'organisent comme ils veulent dans ce cadre là. C'est vrai que dans certains cas les photos amateurs sont "good enough" mais si vous voulez faire des photos de 3000 références produit il vous faut un photographe, ya pas le choix. Et le photographe en question, le bon modèle pour qu'il gagne sa vie, c'est de faire des photos à la commande, et non pas d'en faire au pif et de les vendre sur fotolia.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Cher tous,

J'ai déjà partagé mon expérience de musicien DIY (do it yourself) et mon expérience d'indépendant sur l'article à propos de l'autoproduction démolie par Pascal Nègre. Si cela vous intéresse, n'hésitez pas.

http://www.numerama....production.html

Si je peux me permettre d'éclairer le débat, ce sera avec plaisir. Le soucis que ce sujet pose est le suivant : on parle à la fois de :

> PHILOSOPHIE (la musique est-elle un art ?, Un artiste peut-il vivre de son art ?)
> ECONOMIE (Comment un business peut s'adapter à un environnement mouvant ? Quel montant minimum gagner pour vivre ? Quelles dépenses faire ? Quelle rentabilité?)
> POLITIQUE (Le citoyen peut-il voler de la musique au nom de l'accès à la culture ? Est-ce au gouvernement ou au peuple ou aux industries de dire quel artiste doit vivre de sa musique ?).

Le débat est sans fin car chaque sujet doit être traité séparément. Il y a des règles économiques qui sont objectives et sans discussions possibles. Il y a des questions philosophiques et politiques qui relèvent de la sensibilité de chacun. On peut être un épicurien ou pas, on peut être de gauche ou de droite. Il n'y a pas de vérité absolue dans ces domaines. C'est la rhétorique ou la démocratie qui permet de trancher un peu.

PHILOSOPHIQUEMENT
Stoppons immédiatement la question philosophique : La musique est- elle un art ? Sans aucun doute, oui, dans une certaine mesure. Tout ce qui est sous entendu derrière est nul et non avenu. Peut-on dire qu'un chanteur de la Star Academy qui a touché des millions de personnes est moins un artiste que Radiohead ou NIN sous prétexte qu'ils font du rock indé ou autre style musical que vous aimez personnellement ?


En démocratie, chacun est libre d'aimer la musique qu'il aime. le premier bon sens serait de ne pas juger pseudo objectivement la qualité d'un artiste au prétexte que vous ne l'aimez pas.

je suis perso pas fan musicalement de ces gens, mais je ne me permettrais jamais de dire qu'Olivia Ruiz est une mauvaise artiste au prétexte qu'elle a fait la Star Ac. Ce serait ni plus ni moins que du racisme. Qui serais-je pour juger quelqu'un de la sorte ? On peut personnellement exiger qu'un musicien soit à la fois compositeur, auteur, et interprète pour obtenir un statut de créateur, et d'artiste. On peut se satisfaire qu'il vous divertisse pour lui donner ce titre. C'est en fonction de chacun de fixer ses critères pour apprécier si la musique est un art ou pas un art.

Arrêtons s'il vous plait les sous entendus faciles et nauséabonds de la merde star academy vendu par Universal. Ce n'est pas du débat, au mieux de l'élitisme, au pire de la crétinerie.

ECONOMIQUEMENT
La musique est-elle un produit de consommation ? Sans aucun doute oui dans sa forme enregistrée. Un CD est un produit, qui a un prix, qui doit être distribué et dont on doit faire la promotion. Ce sont les 4 P en marketing. On parle de produit culturel, au même titre qu'un livre ou un DVD. Des entreprises, soumises aux lois du marché, investissent pour fabriquer des produits, emploient des gens, fournissent des points de vente physiques ou digitaux et doivent trouver des clients.Si une entreprise n'arrive plus à vendre ses produits, ou si elle perd de l'argent car les ventes ne lui permettent pas de couvrir les frais de fabrication, elle meurt.

Cette règle s'applique à tous, l'indépendant photographe, la major, le label indépendant, la salle de concerts, le point de vente.

Les entreprises culturelles ont énormément souffert de la concurrence DELOYALE du téléchargement illégal. Que les labels se fassent la guerre économique est une chose, mais il y a des règles de base comme l'interdiction de vendre à perte, des réglementations économiques qui fixent les règles de l'acceptable et de l'inacceptable.
Le téléchargement illégal ne reverse absolument rien pour la création, offre plus d'avantages à
l'utilisateur car elle affranchit de contraintes les utilisateurs par rapport à l'offre légale. Il n'en demeure pas moins que quand NAPSTER offre un MP3 qui aurait du être payant sans reverser d'argent à celui qui l'a financé c'est du VOL.

L'exemple de blogmusik et Deezer
Prenons l'exemple de BLOGMUSIK. Ces entrepreneurs, visionnaires ont eu l'idée d'un site ou tous les titres seraient disponibles en streaming. IDEE absolument géniale. Ils ont monté leur site mais ne payaient rien aux créateurs. Transposons dans le monde physique. Imaginons une FNAC qui décide d'offrir les produits qu'elle n'a pas payée à ces fournisseurs. ce serait un carton bien sûr. Mais si à force de voler dans les usines des fabricants, ils fermeraient tous les uns après les autres, au bout du compte elle n'aurait plus de CD à offrir, puisqu'il n'en n'y aurait plus. Cette règle vaut autant pour la major que pour le label indé, que pour l'artiste autoproduit. La SACEM a donc attaquée et gagnée son procès et a fait fermé BLOGMUSIK.
L'IDEE étant absolument géniale, enfin une invention français potentiellement créatrice d'emplois, ils décident de monter DEEZER, bien avant SPOTIFY, cette fois ci en rétribuant les ayants droits (labels et éditeurs). Là, cela devient une entreprise respectable, un agent économique qui paye des salaires, ses fournisseurs et là tout va bien.

Sauf que DEEZER est aussi soumis à la loi de la concurrence et à l'innovation pour survivre face à ces concurrents. Ils se battent contre SPOTIFY et découvrent aussi les joies de la question de la rentabilité. Voyons comment le pyromane de blogmusik qui s'est acheté une conscience en payant ses fournisseurs voit les choses aujourd'hui par la voix de son PDG :
http://obsession.nou...l-tres-mal.html

Je rappelle ici que si Deezer va bien, c'est bien parce qu'Orange a massivement investi pour en faire un avantage par rapport à ses concurrents. ils se servent de la musique comme une valeur ajoutée à leur service offert aux clients.


La voix unique des majors
Les majors n'ont pas su expliquer clairement cette simple démonstration, car dans leur bouche cela donnait l'impression d'une multinationale qui veut contrôler la planète et priver les gens de liberté, alors qu'elle défend juste ses emplois, payant des impôts comme tout le monde, générant de la TVA. C'est la même chose pour les labels indés, pour les indépendants qui ont fait le choix de vivre de la musique. Les médias n'ont pas donné la parole à ces gens là car les médias vous vendent du noir et du blanc, pas des nuances de gris. Et tout le monde se fout royalement de Discograph ou Hydra Head records, qui sont en train de crever, parce que le grand public achète des disques d'un artiste, pas d'une maison de disques, dont le travail est obscur...
Un artiste pour avoir l'attention des médias et par ricochet du public doit vendre du rêve. En tant qu'AGENT ECONOMIQUE, il va pas prendre la paroles sur ce sujet qui pose PHILOSOPHIQUEMENT et POLITIQUEMENT un problème pareil. Il n'est d'ailleurs AGENT ECONOMIQUE que parce qu'il est comme vous tenu de payer son loyer, et à preuve du contraire, on ne paye pas un 30 m2 avec une chanson (qu'on soit de la star ac ou le chantre du bon goût)..

L'analogie avec la presse écrite
Le second problème que cela pose est que les acteurs historiques ont construit un business model sur la vente de produits, alors que les nouveaux acteurs ont construit un business model sur les recettes publicitaires. C'est donc un nouveau modèle qui suppose des logiques différentes. On a vu les dégâts sur la presse écrite quand sont arrivés les métro,20mn qui ont détruit un grand nombre d'emplois. Notez bien que dans ce contexte, les nouveaux ne piquaient pas les articles du MONDE ou du FIGARO pour remplir leurs pages, mais payaient leurs journalistes. Si au début les gens trouvaient cools de lire les dépêches AFP dans un format adapté à la mobilité, les titres en concurrence ont bien compris qu'il fallait du rédactionnel et donc faire appel à des journalistes pour se différencier et apporter du plus à l'utilisateur.
Cela a forcé certains titres à fermer, d'autres à s'adapter et le marché s'est réorganisé.

Notez également qu'on a jamais eu le débat de savoir si un journaliste de l'EQUIPE était mieux qu'un journaliste du FIGARO ou de HARD ROCK MAGAZINE. Ce débat n'a jamais eu lieu car tout le monde admet qu'un journaliste touche un salaire en fonction de son TRAVAIL. Mais sur l'artiste, cela passe mal car on confronte ART et ARGENT, et on induit implicitement que dès qu'il gagne beaucoup d'argent, il est perverti.

PHILOSOPHIQUEMENT

TITANIC Vs Fight Club
Est-ce que la mesure de la qualité d'un artiste doit se mesurer à la hauteur de son succès commercial ? Evidemment non.
Ce n'est pas parce que TITANIC fait 1 milliard au Box office qu'on peut dire que c'est un meilleur film que FIGHT CLUB qui n'en fait que 500 millions. (les chiffres sont faux, c'est juste pour illustrer le propos)
C'est à chacun de se faire son opinion, dans le respect des différences.
Il n'en demeure pas moins que les producteurs du film sont soumis à la question de rentabilité. Si le film est dispo sur une plate forme illégale, pourquoi le consommateur irait le payer en VOD ou en téléchargement ? Cela menace la boite de prod qui peut mettre la clé sous la porte.
PHILOSOPHIQUEMENT : Est-il normal qu'un acteur principal soit payé plus que le second rôle à travail équivalent ? NON sans doute pas. POLITIQUEMENT : Est-il admissible qu'un travailleur pour le même travail, les mêmes qualifications soit payé plus qu'un autre ? Non c'est de la discrimination. Mais ECONOMIQUEMENT, oui s'il est prouvé qu'il est un meilleur acteur et qu'il fait venir plus de monde dans les salles.

Le cas Zlatan
Prenons l'exemple de Ibrahimovic au PSG qui a enflammé le débat.
PHILOSOPHIQUEMENT : Peux on accepter qu'un gars chevelu et tatoué qui court après un ballon soit payé 14 millions par an alors qu'un pompier qui sauve des vies gagne 1400 euros par mois ? Sans doute non.
POLITIQUEMENT : Est-il acceptable qu'un joueur qui fait objectivement le même métier que son coéquipier soit payé 7 fois mieux. Non c'est de la discrimination...
ECONOMIQUEMENT : Oui bien sûr, cela permet au PSG d'accéder à la champions league, de déployer de nouveaux financements, de vendre plus de produits dérivés. S'ils l'ont payé ce prix, c'est parce qu'il est très demandé sur le MARCHE des clubs et c'est la loi de l'OFFRE et de la DEMANDE. Ils investissent et font le pari que ce sera RENTABLE.

On a vu la gauche et l'extreme gauche s'enflammer en disant que c'était indécent. Mais tout dépend où on place le curseur.
Car si on s'intéresse au financement de notre modèle social (Retraites, allocs, chômage, santé, on voit que le club va payer 62 millions d'euros par an en charges pour financer notre système déficitaire qui doit prendre en charge 3 millions de chômeurs. si le PSG avait pris un joueur à 100.000 euros brut par année, il n'aurait rapporté à l'Etat que 25000 euros de charges salariales, 45.000 euros de charges patronales et 30.000 euros d'impôt sur le revenu soit 100.000 euros par année.

http://www.lesechos....-psg-345288.php

Notre joueur Ibrahimovic en gagnant autant va dépenser disons au moins 6 millions en France, ce qui représente 1 million de TVA qu'il payera comme vous et moi sur le territoire. Au final, la France devrait accepter à bras ouvert les gens fortunés car vu que notre système ponctionne proportionnellement au revenu, tout le monde, vous et moi en profitons. S'il était parti en Angleterre, ce serait les anglais qui en auraient profité.
On voit donc que c'est qui est PHILOSOPHIQUEMENT et POLITIQUEMENT condamnable peut être tout à fait acceptable ECONOMIQUEMENT.

Et la musique dans tout ça ?
Le sujet de la musique déchaîne les passions. Personne n'arrive à se mettre d'accord car tout se mélange. Ce qu'il faut admettre comme réalité la plus vraie,

Pour un CD, L'ART s'arrête à la sortie du studio. Après, c'est du COMMERCE. On vend un CD, un download, un stream. On duplique un produit. C'est un PRODUIT.


Pour un CONCERT, L'ART s'arrête à la prestation du musicien sur scène. Avant, on vous fait de la pub pour un SPECTACLE, on loue une salle, on fait venir du monde, en espérant que les ventes de tickets et les consommations sur place couvrent les frais et dégagent un profit suffisant pour en faire un second. C'est du COMMERCE.



En tant que musicien indépendant, qui ne rêve absolument pas de signer chez EMI ou WARNER, j'en chie pour vivre de la musique.
Je suis un agent économique comme un autre et dois donc faire une marge pour pouvoir me payer un salaire, mes charges, mes impôts. En tant qu'agent économique je dois donc vendre des produits (CD) et des services (CONCERTS) pour pouvoir vivre de mon ART (mes compositions, mes enregistrements, mes performances scéniques).

Je peux vous confirmer que faire de la musique demande un travail à plein temps et qu'on ne peut que très rarement faire ça en dilettante. Je peux aussi vous confirmer qu'un musicien en autoproduction doit donc également être COMPTABLE, MARKETER, COMMERCIAL, INVESTISSEUR. J'attire votre attention que c'est pas ultra compatible avec la poésie, la capacité à écrire de belles chansons et faire rêver les gens. On demande donc aux musiciens d'être des doux rêveurs, d'être dans l'artistique et dans le même temps d'avoir la capacité froide d'un gestionnaire, d'un comptable qui sont des gens pragmatiques et conscients du réel.

la cigale et la fourmi
Pour faire l'analogie avec LA FONTAINE, c'est la cigale et la fourmi. L'une est besogneuse, l'autre chante l'été. La cigale est le chanteur, la fourmi le label. Si les deux s'associent, cela permet à la cigale de ne se concentrer que sur son art, d'aller siffler plus longtemps, plus loin, dans plus d'arbres et donc de toucher plus de gens. La fourmi en accumulant de la nourriture pour les deux, ce qu'elle fait avec talent et à temps plein, assure la subsistance de la cigale et la fourmi à la fois.

Si maître renard par l'odeur du fromage alléché
vient piquer la nourriture de la fourmi, elle condamne la fourmi et la cigale a son profit. La cigale plus résistante et moins stressé survit à la fourmi et se met à chanter et à collecter la nourriture à la fois. Elle chante moins loin, moins souvent, et elle n'est par nature pas douée pour trouver de la nourriture. Elle crève.

Si on décidait d'affranchir la cigale de la loi du marché, comment la paierait on ? Ce serait le ROI qui imposerait une taxe
à tous, choisirait les artistes et les imposerait à tous sans qu'on leur demande quel cigale il préfère entendre ? Serait-ce mieux, sous prétexte que les fourmis choisissent les cigales qu'elles font vivre en fonction des goûts du public ? Car si la fourmi finance la cigale que personne n'aime, elle finit par crever. Donc elle choisit en fonction des goûts du public... C'est donc le public qui décide. Pas la fourmi.



Est-ce qu'un artiste qui veut vivre de la musique, qui doit donc trouver un public suffisamment important pour en vivre se comdamne artistiquement ?
PHILOSOPHIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
POLITIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
ECONOMIQUEMENT . ON S'EN TAPE S'il arrrive à en vivre, c'est à dire à gagner au moins un SMIC, sans perdre d'argent. Plus s'il plait au plus grand nombre.


Est-ce au majors ou à l'Etat de décider qui doit vivre de sa musique ?
PHILOSOPHIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
POLITIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
ECONOMIQUEMENT . Soit on instaure un système totalitaire (choix d'une élite à son bon peuple), un système libéral (choix des entreprises et du public à savoir qui mérite de vivre de son art). Permettez aux entreprises qui prennent des risques financiers, génèrent des emplois, font bouffer le milieu artistique de défendre leur environnement. IL N' Y A RIEN DE SALE la dedans, ils sont comme DANONE, PSA, ou l'électricien du coin et ont le mérite de jouer les fourmis pour des cigales qui ne vous intéressent peut être pas mais font vivre des cigales. A vous d'aller financer et médiatiser celles que vous jugez plus respectables, mais sachez quand même que pour qu'elle continue à chanter, elle doit au moins gagner de quoi vivre pour pas devoir aller chercher des grains toute la journée.

Est -ce qu'au nom de l'accès à la culture pour tous, on peut accepter que MEGAUPLOAD volent les maisons de disques et les artistes ?
PHILOSOPHIQUEMENT : NON car on peut tenter de faire un modèle qui crée de la valeur pour tous, pas sur le travail des autres.
POLITIQUEMENT : NON, on ne peut pas accepter qu'une firme grandisse en ne payant pas ses fournisseurs, ses charges car on ne finance pas le vivre ensemble avec des voleurs
ECONOMIQUEMENT : NON, car ces plates formes n'investissent pas dans la création, elles ne gardent que le profit pour eux sur du recel.


Donc chers amis du numérique, si vous voyez KIM DOTCOM, comme un visionnaire, je vous dis OUI. Si vous pensez que c'est ROBIN DES BOIS, je vous dis non. Robin des Bois volaient aux riches pour redistribuer aux pauvres. Dans son système, il vole les créateurs (majors, labels indés, petit producteur de cinéma, grand producteur de cinéma) vous offre des produits contrefaits (fait de vous des receleurs), et se planque dans les paradis fiscaux en se payant des bagnoles et des plasmas.
Je ne crois pas ROBIN DE LOXLEY dans le livre se tapait MARIANNE dans une rolls royce, une mercedes, sur le dos des paysans,
http://www.tvqc.com/...-biens-saisies/


Est ce que les maisons de disques n'ont pas su anticiper le virage numérique ? Oui car on leur a imposé un nouveau mode de consommation, dans lequel toute l'économie a été à réinventer. Soyez indulgents avec ces sociétés, car on ne leur a rien demandé. Ce sont les utopistes qui ont réinventés la roue mais se sont affranchis des règles élémentaires économiques que de payer leur fournisseurs. Les maisons de disques, sociétés parfaitement en règle, payant les gens, ayant des obligations légales et contractuelles ont du tout revoir en l'espace de 10 ans, sans aucune aide et ont du militer 10 ans pour qu'on veuille bien défendre leur droit à une juste concurrence.

HADOPI, certes surveille les gens, certes c'est liberticide. OUI, mais quand vous êtes en voiture, vous pourriez rouler à 250 km/h et pourtant on vous limite à 30. C'est une atteinte à votre liberté. Si vous le faites une fois en rase campagne, vous ne prenez pas de risque. OK mais si vous le faites en ville, vous risquez de tuer des gens. On vous prive de liberté dans l'INTERET GENERAL, par des limitations même si c'est parfois injuste. Cela modifie les comportements à long terme et cela permet de vivre ensemble. Si on met des radars automatiques, en un an, vous diminuez de 10 km /h la vitesse globale, parce que vous ne voulez pas vous prendre une amende.

Dès qu'on touche au porte monnaie, les gens se calment très vite, et l'INTERET GENERAL s'en voit amélioré. Le business de la musique a perdu 60% en 10 ans. Les politique ont mis du temps à l'admettre et à agir car politiquement ca craignait électoralement de prendre position contre la liberté des citoyens. Mais l'ETAT doit aussi payer ses dettes. Quand on lui dit qu'il a perdu 60% de TVA en 10 ans, il commence à voir le problème différemment et il met en place HADOPI.

HADOPI, c'est une amende de 150 euros pour un multirécidiviste.
http://www.rfi.fr/fr...hansons-rihanna
Aux USA, c'est pas la même chose, c'est 675.000 dollars d'amende pour 30 chansons.
http://torrentfreak....aa-case-090731/

Vous voyez bien qu'HADOPI n'a qu'une vertu pédagogique pour stopper les comportements illicites, inciter les gens à se tourner vers des offres légales pour refinancer un secteur.

Messieurs du net, j'ai un iphone, je suis fondu de nouvelles technos. Mais je suis aussi un citoyen responsable qui a a coeur que tout le monde soit payé. OUI, je préfèrerais être plus libre, mais si ma liberté tue d'autre gens, je veux bien qu'on m'en supprime si c'est la base du VIVRE ENSEMBLE.

Donc oui un immense fuck à MEGAUPLOAD, mais oui un immense OUI à SPOTIFY.

En tant qu'artiste autoproduit, je ne toucherais que 0,002 euros sur un stream, mais pas zéro comme avec MEGAUPLOAD. OK je dois faire 12millions de streams pour me payer un smic, mais au moins on me laisse une chance de pouvoir en vivre. A moi de voir si je me fous une perruque et je chante J'ATTENDS L'AMOUR en france parce que cela cartonne, ou je chante du QUEENS OF THE STONE AGE sur la planète entière pour trouver un public équivalent en taille qui me permettra de bouffer. Car oui QOTSA vend seulement 100.000 disques en France quand Jenifer en vend 1 million.
Oui mais à l'international QOTSA en vend 2 millions, quand Jenifer n'en vend quasi aucun car elle ne touche que les pays francophones. Vous voyez bien que c'est une question de marché, de cibles en fonction des goûts des gens...


Respectueusement à toutes et tous en espérant pouvoir faire en sorte qu'on débatte en ayant une base de dialogue commune.


PS 1 : Pardon pour les fautes d'orthographes...

PS 2 :
Si vous regardez un peu les choses de plus près, quels artistes UNIVERSAL finance ?

STAR ACADEMY : OUI

RAMMSTEIN : OUI

MARIAH CAREY : OUI

SALIF KEITA : OUI

RACHID TAHA : OUI

ROB ZOMBIE : OUI


Universal vend beaucoup plus de Star ac que de Rammstein. Les profits engendrés par la star AC financent Salif Keita, qui vend beaucoup moins, mais qui vend quand même.
S'ils ne sont plus rentables, on les vire. Oui c'est dur mais c'est la loi du marché, et c'est vous qui décidez

Quel artiste WARNER finance ?

MADONNA : OUI
DEFTONES : OUI

JOHNNY HALLYDAY : OUI

DREAM THEATER : OUI

GOJIRA : OUI

KILLSWITCH ENGAGE : OUI

Les profits générés par MADONNA permettent de financer Gojira, et KILLSWITCH qui génèrent moins de profits... S'ils ne sont plus rentables, on les vire. Oui c'est dur mais c'est la loi du marché, et c'est vous qui décidez

Quel artiste KIM DOTCOM finance ?

KIM DOTCOM : OUI
KIM DOTCOM : OUI

KIM DOTCOM : OUI


Voilà ou est le problème. Oui, dans un monde parfait, il y aurait la paix dans le monde, il n'y aurait pas de problème écologique. Oui dans un monde parfait, vous pourriez avoir accès à la musique mondiale sans la payer. Et bien oui ca existe !!!!!!!!! : ca s'appelle DEEZER ou SPOTIFY. Il aura fallu des milliers de morts pour les mettre en place mais ça c'est une REVOLUTION.


Si je peux me permettre de gentiment tâcler mes amis doux rêveurs du Net, c'est que votre monde libre fait de partages de connaissances etc
n'a quand même fait que générer des monstres tels que Google, Facebook dont la puissance de feu et la capacité à annihiler votre droit à la vie privée. Oui cela a aussi généré des emplois.
Continuez à rêver, mais ne soyez pas non plus naïfs, je ne crois pas qu'un label vous ait demandé :

La liste de vos potes
Vos opinions politiques
Vos orientations sexuelles
Vos goûts musicaux

Votre numéro de carte bleue
Votre correspondance privée


Pour vendre ces informations à des marques....


Donc faites preuve aussi d'autocritique et soyez lucides, arrêtez de croire que c'est le WEB libertaire qui sauvera le Monde de la tyrannie des grands groupes et du politique. C'est un écosystème tout aussi, voir plus meurtrier car nous en sommes au début et seuls les pionniers d'internet s'en sortent par leur expertise acquise en 20 ans.


Et si vous êtes vraiment pour la paix dans le monde, commençons donc par arrêter d'acheter des produits aussi géniaux que l'IPHONE car nous avons tous le sang des ouvriers chinois payé 150 euros par mois pour nous offrir la quintessence technologique et fort profitable de l'occident... Moi le premier, j'ai un iphone 4.
[message édité par musicosindé le 29/09/2012 à 16:49 ]
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 14:28
Il n'en demeure pas moins que quand NAPSTER offre un MP3 qui aurait du être payant sans reverser d'argent à celui qui l'a financé c'est du VOL.

Faux, faux et faux. On ne peut PAS voler un bien non rival et donc un fichier. La différence est pourtant très simple : je vole ta voiture, tu prends le bus. Je copie un fichier, tu l'as toujours. Prétendre que c'est du vol, ce n'est pas "éclairer un débat", c'est tout simplement de la propagande.

Le manque à gagner qui existerait n'a JAMAIS été démontré (vois le cinéma, ça se pirate tout autant pourtant les revenus augmentent pour le moment).

Sauf que DEEZER est aussi soumis à la loi de la concurrence et à l'innovation pour survivre face à ces concurrents.

Deezer était illégal, comme Radioblogclub. Les ayant droits ont choisi de faire vivre Deezer et de flinguer Radioblogclub pour éviter qu'il n'y ait trop de concurrence. Décider, à titre privé, de savoir qui doit vivre et mourir, en gros d'avoir droit de haute et basse justice sur ses terres, ça fait drôlement moyen age.

Quand on a de tels avantages qui n'existent nulle part ailleurs, on ne peut parler de concurrence, ça n'a rien à voir avec une économie de marché.

Les majors n'ont pas su expliquer clairement cette simple démonstration, car dans leur bouche cela donnait l'impression d'une multinationale qui veut contrôler la planète et priver les gens de liberté, alors qu'elle défend juste ses emplois, payant des impôts comme tout le monde, générant de la TVA

Tu as oublié "achète des lois, nuit à nos libertés fondamentales en ruinant quelques vies au passage comme tu l'as cité toi-même dans ton message, fait la guerre à ses consommateurs, ralentit l'innovation en refusant de s'adapter, spolie un bon paquet d'artistes et profite d'une position dominante due à un monopole légal".

. C'est la même chose pour les labels indés

J'ose espérer que non. En tout cas, de par leur taille, leur capacité de nuisance, s'ils voulaient en avoir, est réduite.

Notez également qu'on a jamais eu le débat de savoir si un journaliste de l'EQUIPE était mieux qu'un journaliste du FIGARO ou de HARD ROCK MAGAZINE. Ce débat n'a jamais eu lieu car tout le monde admet qu'un journaliste touche un salaire en fonction de son TRAVAIL. Mais sur l'artiste, cela passe mal car on confronte ART et ARGENT, et on induit implicitement que dès qu'il gagne beaucoup d'argent, il est perverti.

Note également qu'un journaliste écrit son article, touche son salaire ou sa pige et ça recommence. Comme n'importe quel boulot. Par contre, demander une rente à vie plus 70 ans, ce n'est pas donné à tout le monde. Et remarquer cet état de fait, ce n'est pas opposer ART et ARGENT.

Je peux vous confirmer que faire de la musique demande un travail à plein temps et qu'on ne peut que très rarement faire ça en dilettante. Je peux aussi vous confirmer qu'un musicien en autoproduction doit donc également être COMPTABLE, MARKETER, COMMERCIAL, INVESTISSEUR. J'attire votre attention que c'est pas ultra compatible avec le rêve, la capacité à écrire de belles chansons et faire rêver les gens. On demande donc aux musiciens d'être des doux rêveurs, d'être dans l'artistique et dans le même temps d'avoir la capacité froide d'un gestionnaire, d'un comptable qui sont des gens pragmatiques et conscients du réel.

Oui, particulièrement en France. Dans les pays anglo-saxons, c'est autre chose. Par ici, on considère que l'argent et art sont opposés, l'expression "musique commerciale" est d'ailleurs extrêmement péjorative. Ca n'a qu'assez peu d'importance au fond, parce que ça ne change rien à ce que tu as dit et qui est vrai dans l'ensemble.


Est-ce qu'un artiste qui veut vivre de la musique, qui doit donc trouver un public suffisamment important pour en vivre se comdamne artistiquement ?
PHILOSOPHIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
POLITIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
ECONOMIQUEMENT . ON S'EN TAPE S'il arrrive à en vivre, c'est à dire à gagner au moins un SMIC, sans perdre d'argent. Plus s'il plait au plus grand nombre.

Voilà. Il faut juste ajouter que pour l'économie, il ne faut pas essayer de la biaiser par des lois débiles. Et qu'on peut aussi réguler un minimum la concurrence pour assurer un revenu aux auteurs (et pas aux intermédiaires) avec le mécénat global.


Est -ce qu'au nom de l'accès à la culture pour tous, on peut accepter que MEGAUPLOAD volent les maisons de disques et les artistes ?
PHILOSOPHIQUEMENT :

OUI, parce que primo, Megaupload ne vole personne parce qu'on ne peut pas voler des fichiers, c'est matériellement impossible. C'est une entreprise adaptée à son époque, aux autres de faire pareil au lieu d'essayer de créer de la rareté artificielle. C'est ainsi que le monde avance.

POLITIQUEMENT :

OUI, parce que Megaupload assure un service valable au plus grand nombre. On ne flingue pas une entreprise d'hébergement de fichiers pour essayer de protéger des secteurs qui ont du mal à s'adapter, on ne défigure pas Internet et on ne bafoue pas les libertés fondamentales pour essayer d'arrêter le partage, parce que c'est voué à l'échec.

ECONOMIQUEMENT :

OUI, parce que c'est ainsi qu'on a de la croissance si on veut agrandir la taille du marché. Certes, ceux qui ne seront pas contents appelleront ça CONCURRENCE DELOYALE, comme les moines copistes ont appelé l'imprimerie. C'est ainsi depuis longtemps. Si on n'a pas envie de tuer l'économie, il faut forcer chacun à s'adapter.

Donc chers amis du numérique, si vous voyez KIM DOTCOM, comme un visionnaire, je vous dis OUI. Si vous pensez que c'est ROBIN DES BOIS, je vous dis non.

Il est évident que ce n'est pas un Robin des bois. C'est un type narcissique, égoïste et intelligent qui a trouvé un moyen de gagner de l'argent en rendant un service utile dans une niche que d'autres qui refusent de s'adapter n'ont pas su occuper, donc nos intérêts convergent. Fermer Megaupload, c'est une atteinte à MA liberté, donc c'est un soutien de principe que j'apporte. Heureusement, son narcissisme fait qu'il ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Les maisons de disques ... sans aucune aide

J'ai souri. J'ai fait la liste des aides diverses et variées dans un message précédent.

HADOPI, certes surveille les gens, certes c'est liberticide. OUI, mais quand vous êtes en voiture, vous pourriez rouler à 250 km/h et pourtant on vous limite à 30. C'est une atteinte à votre liberté. Si vous le faites une fois en rase campagne, vous ne prenez pas de risque. OK mais si vous le faites en ville, vous risquez de tuer des gens. On vous prive de liberté dans l'INTERET GENERAL, par des limitations même si c'est parfois injuste.

Hadopi n'a RIEN à voir avec l'intérêt général et tout avec des intérêts particuliers, faut arrêter le conneries. Le défaut de non sécurisation de la ligne alors que Hadopi ne sait pas comment faire, ça n'a rien à voir avec les radars (on sait comment freiner). Cette comparaison est fallacieuse.

Mais l'ETAT doit aussi payer ses dettes. Quand on lui dit qu'il a perdu 60% de TVA en 10 ans, il commence à voir le problème différemment et il met en place HADOPI.

Tu planes complètement, il faut arrêter de réécrire l'histoire à ta façon. L'argent qui ne va plus aux CD est quand même dépensé pour des biens taxés à 20%, ça ne va pas à l'épargne. La Hadopi a été mise en place à cause du lobbying des majors qui veulent créer une rareté artificielle, tu n'étais quand même pas dans un désert quand cette absurdité a été votée (et retoquée par le conseil constitutionnel) ?

HADOPI, c'est une amende de 150 euros pour un multirécidiviste.
http://www.rfi.fr/fr...hansons-rihanna
Aux USA, c'est pas la même chose, c'est 675.000 dollars d'amende pour 30 chansons.
http://torrentfreak....aa-case-090731/

Tu mens. C'est une condamnation pour un mec qui n'a jamais rien téléchargé, il n'était même pas au courant que sa femme téléchargeait alors il a des progrès à faire pour être multirécidiviste. Et quant au fait d'utiliser les abus d'un système encore plus corrompu pour justifier un système qui n'a pas osé aller aussi loin, niveau honnêteté intellectuelle, je ne vais pas commenter. Pas besoin.

Vous voyez bien qu'HADOPI n'a qu'une vertu pédagogique pour stopper les comportements illicites, inciter les gens à se tourner vers des offres légales pour refinancer un secteur.

C'est grotesque. On dirait du Mariand-Militello.

Messieurs du net, j'ai un iphone, je suis fondu de nouvelles technos.

Un iPhone... Une prison dorée, un appareil que tu as payé mais qui ne te donne pas le droit d'installer ce que tu veux, fermée jusqu'à la moelle. Si tu es vraiment fondu des nouvelles technos, prends un appareil Android la prochaine fois, tu verras ce que les nouvelles technos valent vraiment quand tu es maître de TON appareil.

Donc oui un immense fuck à MEGAUPLOAD, mais oui un immense OUI à SPOTIFY.

Pour moi, c'est oui pour le P2P, à la limite oui à Megaupload et un immense fuck à Spotify parce que ce dernier est propriétaire, infesté de DRM (comme l'iPhone en fait). Mais aussi pour que tu ne touches pas 2 centimes par stream. C'est aussi très important. Je te dis très respectueusement que je n'ai strictement aucune espèce de respect pour ceux qui se permettent de marcher sur mes libertés élémentaires en expliquant que la Hadopi serait pédagogique. Si tu crois que tu vas "m'orienter" vers des offres labellisées Hadopi en me forçant la main, je mettrai un point d'honneur à prouver que tu as tort.

Par ailleurs, plus le poids économique des soutiens de la Hadopi baissera, moins ils auront de pouvoir de nuisance. Il faut donc être un citoyen responsable en refusant de leur donner le moindre kopeck (pourtant, j'ai déjà payé pour des choses que j'aurais pu avoir gratuitement afin de soutenir leurs auteurs qui le méritaient amplement).

Quel artiste KIM DOTCOM finance ?

KIM DOTCOM : OUI
KIM DOTCOM : OUI

KIM DOTCOM : OUI


Voilà ou est le problème.

Précisément. Kim Dotcom était sur le point de lancer Megabox avec le soutien de plusieurs musiciens connus aux states. Ces mecs étaient là parce qu'ils allaient toucher de l'argent. Mais les dinosaures que tu défends ont essayé de faire capoter la chose pour ne pas avoir de concurrence (donc pour que toi, tu ne touches pas plus). Et tu les défends. On vit dans un monde étrange...

Ce qui est con, dans toute cette affaire, c'est que toi, musicien, et moi, public, on n'a jamais réussi à établir un lien direct sans les majors, ce qui aurait pourtant été dans notre intérêt. Sinon, les musiciens vont trouver de nouveaux maîtres qui vont prélever 30% à chaque téléchargement ou reverser 2 pauvres centimes (iTunes, Spotify) et le public héritera d'un système fermé qui le flique et qui n'offre qu'un choix réduit. Il y a le mécénat global qui offre une solution acceptable, mais le public ne s'est pas motivé pour payer et les auteurs ont eu peur de cet inconnu, donc les majors ont en promptement profité pour faire capoter la chose afin de garder leur place que ce système rendait obsolète, tout comme ils ont essayé de flinguer Megaupload. Au bout du compte, toi et moi, nous sommes les dindons de la farce. Tant que tu croiras que tu peux rétablir une rareté artificielle sur le net et que la Hadopi ferait preuve de pédagogie en spammant et en condamnant des "multirécivistes" qui n'ont rien téléchargé, j'ai peur que ça ne change pas des masses.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
bronto, le 29/09/2012 - 16:33


Faux, faux et faux. On ne peut PAS voler un bien non rival et donc un fichier. La différence est pourtant très simple : je vole ta voiture, tu prends le bus. Je copie un fichier, tu l'as toujours. Prétendre que c'est du vol, ce n'est pas "éclairer un débat", c'est tout simplement de la propagande.

Le manque à gagner qui existerait n'a JAMAIS été démontré (vois le cinéma, ça se pirate tout autant pourtant les revenus augmentent pour le moment).

BRONTO : C'est un bien rival par définition. Pourquoi achetais tu un CD avant NAPSTER ? Pour écouter une chanson. Si demain quelqu'un te le file gratos, pourquoi iras tu continuer à payer pour ce que tu peux avoir gratuitement ????


-60% de CA pour la musique en 10 ans... euh, c'est pas une démonstration ?????


Pourquoi le Cinéma augmente ? Parce qu'un filé divx pèse 350 Mo quand un album pèse 70 M0 au max.
N'importe qui avec un modem 56K pouvait télécharger un album. Prendre un film prend beaucoup plus de temps et le haut débit n'étant pas installé partout, l'usage s'est répandu moins rapidement et a permis à la filière de s'organiser autour d'une offre légale balbutiante mais en voyant les erreurs de la musique pour ne pas les reproduire dans le cinéma... Ils ont aussi investis dans la 3D pour inciter les gens à aller plus au cinéma...

Sauf que DEEZER est aussi soumis à la loi de la concurrence et à l'innovation pour survivre face à ces concurrents.



Deezer était illégal, comme Radioblogclub. Les ayant droits ont choisi de faire vivre Deezer et de flinguer Radioblogclub pour éviter qu'il n'y ait trop de concurrence. Décider, à titre privé, de savoir qui doit vivre et mourir, en gros d'avoir droit de haute et basse justice sur ses terres, ça fait drôlement moyen age.

Quand on a de tels avantages qui n'existent nulle part ailleurs, on ne peut parler de concurrence, ça n'a rien à voir avec une économie de marché.

BRONTO : Si demain je viens te piquer ta chaine HIFI pour la vendre sur le marché ? Tu crois pas que tu vas venir me péter la gueule ou appeler les flics et porter plainte ? Si demain je viens et je te dis on partage les revenus sur la vente de ta chaine HIFI qui pourra te permettre de t'en payer une autre ? Tu me diras oui faut voir... Ce sera pas illégal, je ne t'aurais pas volé.
A partir du moment ou DEEZER a accepté de payer les ayants droit, DEEZER est inattaquable. Mais il aura fallu leur faire un procès et faire fermer le premier site pour leur faire admettre qu'il fallait payer la marchandise que tu vends !!!!!!!

C'est la loi du VIVRE ENSEMBLE, voleur contre honnête citoyen, pas comme tu le fantasmes les lobbys contre le pauvre innovateur


Les majors n'ont pas su expliquer clairement cette simple démonstration, car dans leur bouche cela donnait l'impression d'une multinationale qui veut contrôler la planète et priver les gens de liberté, alors qu'elle défend juste ses emplois, payant des impôts comme tout le monde, générant de la TVA



Tu as oublié "achète des lois, nuit à nos libertés fondamentales en ruinant quelques vies au passage comme tu l'as cité toi-même dans ton message, fait la guerre à ses consommateurs, ralentit l'innovation en refusant de s'adapter, spolie un bon paquet d'artistes et profite d'une position dominante due à un monopole légal".

BRONTO : Je n'ai jamais dit qu'elles faisaient la guerre aux consommateurs.

Elles l'ont fait à la concurrence déloyale, sur le terrain de la justice qui est la même pour tous. As tu déjà vu Pascal Nègre employer un terroriste en sous main pour venir péter la gueule à un téléchargeur ????


Oui les entreprises ont la possibilité de faire du lobbying pour faire passer des lois. Bienvenue dans le monde réel, parce qu'elles créent des emplois, payent des taxes, font bouffer des gens, elles sont un agent économique, comme Google ou Facebook,


. C'est la même chose pour les labels indés



J'ose espérer que non. En tout cas, de par leur taille, leur capacité de nuisance, s'ils voulaient en avoir, est réduite.

BRONTO : Viens monter un label. Mets 200,000 euros sur un artiste pour espérer te verser un salaire et payer tes charges... Viens voir ce qu'est la vraie vie... Pourquoi crois tu que ce sont les labels indés qui ferment ???? Parce qu'ils se refusent à signer des produits trop commerciaux par conscience professionnelle. Ils ne font pas de méga profits sur des super artistes, donc ils prennent des risques. S'ils ont un point mort en 2002 à 10,000 ex, en 2012, il est au même niveau. Et vu qu'il se vend 60% moins de disques, boom, ils mettent la clé sous la porte. Les majors elles font du profit sur des artistes qui cartonnent et amortissent les artistes en développement non rentables sur les profits faits par les plus gros....


Notez également qu'on a jamais eu le débat de savoir si un journaliste de l'EQUIPE était mieux qu'un journaliste du FIGARO ou de HARD ROCK MAGAZINE. Ce débat n'a jamais eu lieu car tout le monde admet qu'un journaliste touche un salaire en fonction de son TRAVAIL. Mais sur l'artiste, cela passe mal car on confronte ART et ARGENT, et on induit implicitement que dès qu'il gagne beaucoup d'argent, il est perverti.



Note également qu'un journaliste écrit son article, touche son salaire ou sa pige et ça recommence. Comme n'importe quel boulot. Par contre, demander une rente à vie plus 70 ans, ce n'est pas donné à tout le monde. Et remarquer cet état de fait, ce n'est pas opposer ART et ARGENT.

BRONTO : Là tu marques un point. Oui les artistes ont leur enregistrement protégés 70 ans après la date de première fixation. Les auteurs compositeurs, 70 ans après leur mort. Oui, c'est ce qu'on appelle le droit d'auteur et le droit voisin du droit d'auteur... Oui la dessus, il peut y avoir débat.... Je te rejoins sur le fait qu'il est étonnant d'attribuer un compositeur plus de droit qu'un journaliste par exemple.

Mais si le législateur a inventé ce statut, c'est parce qu'il s'est intéressé à cette économie, s'est rendu compte qu'elle était précaire et qu'il fallait POLITIQUEMENT défendre l'ART pour pas que les gens abandonnent sous prétexte que cela ne fait pas vivre son homme. Mais OUI tu as raison, là il y'a débat.


Je peux vous confirmer que faire de la musique demande un travail à plein temps et qu'on ne peut que très rarement faire ça en dilettante. Je peux aussi vous confirmer qu'un musicien en autoproduction doit donc également être COMPTABLE, MARKETER, COMMERCIAL, INVESTISSEUR. J'attire votre attention que c'est pas ultra compatible avec le rêve, la capacité à écrire de belles chansons et faire rêver les gens. On demande donc aux musiciens d'être des doux rêveurs, d'être dans l'artistique et dans le même temps d'avoir la capacité froide d'un gestionnaire, d'un comptable qui sont des gens pragmatiques et conscients du réel.



Oui, particulièrement en France. Dans les pays anglo-saxons, c'est autre chose. Par ici, on considère que l'argent et art sont opposés, l'expression "musique commerciale" est d'ailleurs extrêmement péjorative. Ca n'a qu'assez peu d'importance au fond, parce que ça ne change rien à ce que tu as dit et qui est vrai dans l'ensemble.

BRONTO : +1 encore une fois. D'accord avec toi.



Est-ce qu'un artiste qui veut vivre de la musique, qui doit donc trouver un public suffisamment important pour en vivre se comdamne artistiquement ?
PHILOSOPHIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
POLITIQUEMENT : A CHACUN DE SE FAIRE SON OPINION
ECONOMIQUEMENT . ON S'EN TAPE S'il arrrive à en vivre, c'est à dire à gagner au moins un SMIC, sans perdre d'argent. Plus s'il plait au plus grand nombre.



Voilà. Il faut juste ajouter que pour l'économie, il ne faut pas essayer de la biaiser par des lois débiles. Et qu'on peut aussi réguler un minimum la concurrence pour assurer un revenu aux auteurs (et pas aux intermédiaires) avec le mécénat global.

BRONTO : Ce ne sont pas des lois débiles. On demande juste que les innovateurs rétribuent le produit que d'autres ont financé... Tu ne serais pas choqué qu'un gars aille piquer dans les stocks d'IPHONE et les filer gratuitement sur le trottoir ? C'est la même chose dans le monde digital.



Est -ce qu'au nom de l'accès à la culture pour tous, on peut accepter que MEGAUPLOAD volent les maisons de disques et les artistes ?
PHILOSOPHIQUEMENT :



OUI, parce que primo, Megaupload ne vole personne parce qu'on ne peut pas voler des fichiers, c'est matériellement impossible. C'est une entreprise adaptée à son époque, aux autres de faire pareil au lieu d'essayer de créer de la rareté artificielle. C'est ainsi que le monde avance.

BRONTO : NON : Megaupload vole des fichiers en ne rétribuant pas une proportion de son CA en contre partie des produits qu'elle met à distribution... C'est du vol. Elle vit avec son temps si elle se met à payer ses fournisseurs, et ce depuis la nuit des temps. Ce n'est pas parce que le digital permet d'éviter la fabrication d'un produit qu'il ne doit pas supporter les coûts de développement, de marketing, d'enregistrement sur son support dématéralisé ? Itunes fait payer les utilisateurs 1 euro le titre et reverse une partie à celui qui a financé l'enregistrement. Il prend sa part en tant que distributeur, ce qu'il sait faire.

Si demain Itunes se met au stream, il reversera une partie de son CA aux producteurs pour qu'il continue d'alimenter la machine.

Ne vois pas que les choses de l'oeil du consommateur qui perçoit le produit gratuit et le produit payant. S'il ne reverse rien c'est un voleur.


POLITIQUEMENT :



OUI, parce que Megaupload assure un service valable au plus grand nombre. On ne flingue pas une entreprise d'hébergement de fichiers pour essayer de protéger des secteurs qui ont du mal à s'adapter, on ne défigure pas Internet et on ne bafoue pas les libertés fondamentales pour essayer d'arrêter le partage, parce que c'est voué à l'échec.


BRONTO : NON : Crois tu que MEGAUPLOAD aurait eu le succès qu'il mérite au simple motif d'hébergement de fichiers perso ? Bullshit.... Je n'ai rien contre MEGAUPLOAD en théorie s'il reversait une partie du CA sur les fichiers effectivement téléchargés qui sont du contenu protégés.

Appliqué au monde physique, oserais tu aller voler dans un stock d'IPHONE, te tirer avec ton camion, monter un stand sur la place de ton village et aller vendre l'espace publicitaire que tu offres aux marques en faisant une audience de malade parce que chez toi, un produit vendu 650 euros tu l'offres gratuitement ? Tu peux avoir une chance de monter un business comme ca si tu prends à ta charge le coût d'acquisition des IPHONES. Pas si tu vas les voler....


ECONOMIQUEMENT :



OUI, parce que c'est ainsi qu'on a de la croissance si on veut agrandir la taille du marché. Certes, ceux qui ne seront pas contents appelleront ça CONCURRENCE DELOYALE, comme les moines copistes ont appelé l'imprimerie. C'est ainsi depuis longtemps. Si on n'a pas envie de tuer l'économie, il faut forcer chacun à s'adapter.

BRONTO : NON, NON et NON. Tu n'agrandis pas la taille du marché. L'argument serait vrai si MEGAUPLOAD diffusait du contenu à des gens qui n'ont pas accès à la musique. Hors si tu as une connexion internet, tu as accès à la musique.

Tu ne vas sur MEGAUPLOAD que télécharger ce que tu connais déjà, pas piocher des trucs inconnus. Tu as ton disque dur qui fait 1 To, tu dois arbitrer ce que tu télécharges. Ne me dis pas que la majorité des gens font ça. Je veux bien admettre qu'il y ait des passionnés qui fassent cet effort de découverte, mais ils pourraient tout aussi bien le faire sur youtube ou spotify qui eux rémunèrent la création...

MEGAUPLOAD ne reverse rien si ce n'est à lui même.



Donc chers amis du numérique, si vous voyez KIM DOTCOM, comme un visionnaire, je vous dis OUI. Si vous pensez que c'est ROBIN DES BOIS, je vous dis non.



Il est évident que ce n'est pas un Robin des bois. C'est un type narcissique, égoïste et intelligent qui a trouvé un moyen de gagner de l'argent en rendant un service utile dans une niche que d'autres qui refusent de s'adapter n'ont pas su occuper, donc nos intérêts convergent. Fermer Megaupload, c'est une atteinte à MA liberté, donc c'est un soutien de principe que j'apporte. Heureusement, son narcissisme fait qu'il ne se laisse pas marcher sur les pieds.

BRONTO : En tant que producteur de disques, laisser ouvert MEGAUPLOAD est une atteinte à MA liberté. C'est laquelle que la justice va défendre ???? C'est à la justice de trancher, dans le cas de MEGAUPLOAD. Tu soutiens par principe un voleur au prétexte qu'il te rend service, SOIT, mais ce n'est pas comme ça qu'on va payer ta retraite, ton chômage, ton salaire..

Encore une fois, s'il met en place un système qui finance la création, why not... Mais excuse moi, jusqu'à présent, à part enrichir BMW, ROLLS ROYCE et aller se planquer dans les paradis fiscaux ne relève pas des critères d'un gars fréquentable...

Les maisons de disques ... sans aucune aide



J'ai souri. J'ai fait la liste des aides diverses et variées dans un message précédent.

BRONTO : je veux bien la liste pour te répondre. je n'ai pas trouvé...


HADOPI, certes surveille les gens, certes c'est liberticide. OUI, mais quand vous êtes en voiture, vous pourriez rouler à 250 km/h et pourtant on vous limite à 30. C'est une atteinte à votre liberté. Si vous le faites une fois en rase campagne, vous ne prenez pas de risque. OK mais si vous le faites en ville, vous risquez de tuer des gens. On vous prive de liberté dans l'INTERET GENERAL, par des limitations même si c'est parfois injuste.



Hadopi n'a RIEN à voir avec l'intérêt général et tout avec des intérêts particuliers, faut arrêter le conneries. Le défaut de non sécurisation de la ligne alors que Hadopi ne sait pas comment faire, ça n'a rien à voir avec les radars (on sait comment freiner). Cette comparaison est fallacieuse.

BRONTO : Ce que vous ne voulez pas comprendre, c'est que faire un disque cela coûte de l'argent. Pour continuer à enregistrer un disque, cela suppose d'en gagner. Si demain tout le monde va sur le P2P SANS PAYER les gens qui la financent, les artiste n'auront quasiment plus aucun moyen de vivre, autrement qu'en tournant et en faisant de la pub s'ils sont suffisamment connus pour intéresser les marques... Vas tu à un concert sans connaître l'artiste ? crois tu que parce que on supprime le support CD, le coût de fabrication diminue ? Non, un CD ne coûte qu'un euro à fabriquer. Mais tout le reste derrière reste à payer (studios, musiciens, marketing, promotion)

Mais l'ETAT doit aussi payer ses dettes. Quand on lui dit qu'il a perdu 60% de TVA en 10 ans, il commence à voir le problème différemment et il met en place HADOPI.



Tu planes complètement, il faut arrêter de réécrire l'histoire à ta façon. L'argent qui ne va plus aux CD est quand même dépensé pour des biens taxés à 20%, ça ne va pas à l'épargne. La Hadopi a été mise en place à cause du lobbying des majors qui veulent créer une rareté artificielle, tu n'étais quand même pas dans un désert quand cette absurdité a été votée (et retoquée par le conseil constitutionnel) ?

BRONTO : OUI
et NON : Si tout le monde va sur le P2P et qu'il n'y a plus de CD acheté, cela fait baisser la consommation des ménages, (pas de TVA en P2P), donc ce qui était taxé dans un échange financier ne l'est plus dans un modèle gratuit. Et là c'est la société qui va mal. C'est pourquoi les maisons de disques ont été entendus.



HADOPI, c'est une amende de 150 euros pour un multirécidiviste.
http://www.rfi.fr/fr...hansons-rihanna
Aux USA, c'est pas la même chose, c'est 675.000 dollars d'amende pour 30 chansons.
http://torrentfreak....aa-case-090731/



Tu mens. C'est une condamnation pour un mec qui n'a jamais rien téléchargé, il n'était même pas au courant que sa femme téléchargeait alors il a des progrès à faire pour être multirécidiviste. Et quant au fait d'utiliser les abus d'un système encore plus corrompu pour justifier un système qui n'a pas osé aller aussi loin, niveau honnêteté intellectuelle, je ne vais pas commenter. Pas besoin.

BRONTO : Je ne mens pas. Pour passer devant un juge, HADOPI dit qu'il doit d'abord recevoir deux courriers recommandés. Il les a reçu parce qu'il (ou sa femme) uploadait sur du P2P. Sa femme a continué, il est passé au tribunal.
Si tu penses qu'il aurait du envoyer sa femme au tribunal, OK. Il est titulaire de la ligne, c'est lui qui y va.



Vous voyez bien qu'HADOPI n'a qu'une vertu pédagogique pour stopper les comportements illicites, inciter les gens à se tourner vers des offres légales pour refinancer un secteur.


C'est grotesque. On dirait du Mariand-Militello.

Messieurs du net, j'ai un iphone, je suis fondu de nouvelles technos.



Un iPhone... Une prison dorée, un appareil que tu as payé mais qui ne te donne pas le droit d'installer ce que tu veux, fermée jusqu'à la moelle. Si tu es vraiment fondu des nouvelles technos, prends un appareil Android la prochaine fois, tu verras ce que les nouvelles technos valent vraiment quand tu es maître de TON appareil.

BRONTO : +1 Oui, je sais d'autant plus que je contribue à l'exploitation d'ouvriers chinois. J'ai ouvert les yeux la dessus, le prochain téléphone ne sera pas Apple. Je te le confirme.


Donc oui un immense fuck à MEGAUPLOAD, mais oui un immense OUI à SPOTIFY.



Pour moi, c'est oui pour le P2P, à la limite oui à Megaupload et un immense fuck à Spotify parce que ce dernier est propriétaire, infesté de DRM (comme l'iPhone en fait). Mais aussi pour que tu ne touches pas 2 centimes par stream. C'est aussi très important. Je te dis très respectueusement que je n'ai strictement aucune espèce de respect pour ceux qui se permettent de marcher sur mes libertés élémentaires en expliquant que la Hadopi serait pédagogique. Si tu crois que tu vas "m'orienter" vers des offres labellisées Hadopi en me forçant la main, je mettrai un point d'honneur à prouver que tu as tort.

Par ailleurs, plus le poids économique des soutiens de la Hadopi baissera, moins ils auront de pouvoir de nuisance. Il faut donc être un citoyen responsable en refusant de leur donner le moindre kopeck (pourtant, j'ai déjà payé pour des choses que j'aurais pu avoir gratuitement afin de soutenir leurs auteurs qui le méritaient amplement).

BRONTO : Crois tu une seule seconde que HADOPI va me faire vendre des disques '? Bien évidemment que non. OUI cela favorise les labels et les maisons de disques dont c'est le métier de signer des groupes. Ils investissent de l'argent pour faire connaître des groupes susceptibles de trouver un public.

Si ton KIM DOTCOM prenait de ces 172 millions pour faire émerger des artistes, je serais d'accord avec ça. il ne fait que les vampiriser pour s'enrichir à des fins personnelles....


Tu raisonnes en individu économique à ton niveau. Si tu es convaincu qu'en tant qu'artiste je nuis à ta liberté, libre à toi de voler les artistes et les gens qui ont contribué à ce succès. Tu ne veux pas comprendre que je préfère toucher 0,002 euros plutôt que rien du tout en échange de mon travail et de mon investissement. Les gens comme toi vivent avec une petite partie de l'information et pensent avoir tout compris sur tout, et que rien n'est plus important que leur liberté.

J'ai tenté d'expliquer pourquoi DEEZER était bien, SPOTIFY était bien. Tu viens me dire que je ne mérite que de crever parce que je pense différemment de toi. Si demain ton patron te dit, tu bosses gratos, parce que c'est mon bon plaisir, et que c'est MA liberté. Cela va te choquer.


Ce que tu me dis là est exactement la même chose. Ce que tu ne veux pas admettre, c'est qu'il y a eu des investissements faits sur le disque que tu vas aller télécharger. Oui, il faut de l'argent pour faire connaître un artiste.


Vas sur myspace et me dire quels groupes tu écoutes ? CEUX QUE TU CONNAIS. Si je t'offre demain la totalité de la musique disponible, tu iras vers :


CEUX QUE TU CONNAIS

CEUX QUE TU NE CONNAIS PAS MAIS DONT TU AS ENTENDU PARLER
CEUX QUE TES AMIS T'AURONT CONSEILLE D'ECOUTER
CEUX QUE LE LOGICIEL TE DIRA D'ECOUTER


Mais s'il y a deux millions de groupes, tu peux pas tout écouter. Donc tu vas vers ce que tu connais. Sans pub, sans canard spécialisé, sans disque enregistré tu ne peux pas les connaître.


Note que cela aurait le mérite d'effacer les effets marketing et promo que peuvent se payer les maisons de disques, que ne peut pas se payer un autoproduit. En cela tu n'as pas tort. Mais cela va détruire beaucoup beaucoup de choses.




Quel artiste KIM DOTCOM finance ?

KIM DOTCOM : OUI
KIM DOTCOM : OUI

KIM DOTCOM : OUI


Voilà ou est le problème.



Précisément. Kim Dotcom était sur le point de lancer Megabox avec le soutien de plusieurs musiciens connus aux states. Ces mecs étaient là parce qu'ils allaient toucher de l'argent. Mais les dinosaures que tu défends ont essayé de faire capoter la chose pour ne pas avoir de concurrence (donc pour que toi, tu ne touches pas plus). Et tu les défends. On vit dans un monde étrange...

BRONTO : Ne sois pas naïf. Mets toi à la place d'un artiste ultra connu qui peut aller taper 2 millions à une maison de disques. Y'a un Kim Dotcom qui débarque avec une furieuse envie de faire chier le monde et qui doit se racheter une image. Il dit au zicos ultra connu, mec je te file 7 millions de dollars et tu mets mon album sur mon site. Je te refile une partie de la pub. A ce moment là KIM DOTCOM fait exactement ce que font les majors.



Ce qui est con, dans toute cette affaire, c'est que toi, musicien, et moi, public, on n'a jamais réussi à établir un lien direct sans les majors, ce qui aurait pourtant été dans notre intérêt. Sinon, les musiciens vont trouver de nouveaux maîtres qui vont prélever 30% à chaque téléchargement ou reverser 2 pauvres centimes (iTunes, Spotify) et le public héritera d'un système fermé qui le flique et qui n'offre qu'un choix réduit. Il y a le mécénat global qui offre une solution acceptable, mais le public ne s'est pas motivé pour payer et les auteurs ont eu peur de cet inconnu, donc les majors ont en promptement profité pour faire capoter la chose afin de garder leur place que ce système rendait obsolète, tout comme ils ont essayé de flinguer Megaupload. Au bout du compte, toi et moi, nous sommes les dindons de la farce. Tant que tu croiras que tu peux rétablir une rareté artificielle sur le net et que la Hadopi ferait preuve de pédagogie en spammant et en condamnant des "multirécivistes" qui n'ont rien téléchargé, j'ai peur que ça ne change pas des masses.


BRONTO : Je suis totalement d'accord avec toi sur ce point là. Tu rêves tout comme moi d'une société ou il te suffirait de mettre dans FACEBOOK que tu aimes le métal par exemple, et que FACEBOOK fasse le tri parmi 2 millions de groupes de métal pour ne t'envoyer que ceux que tu puisses aimer... C'est tout l'enjeu des nouvelles technologies. Mais contrairement à ce que tu penses, ce n'est pas de la liberté, car FACEBOOK pour faire ce tri impose de tout savoir de toi, d'annihiler ta vie privée, ce qu'aucune maison de disques n'a jamais fait...


Moi je rêve de te faire découvrir ma musique. Mais pour ca, il faut que j'enregistre un disque, (5.000 euros) que je m'achète une page de magazine dans un canard spécialisé que tu seras susceptible de lire (j'ai pas les moyens de prendre un spot de pub sur TF1, mais c'est au moins 500 euros la page dans un canard spé pour un mois uniquement), de venir jouer en concert vers chez toi pour que tu puisses me voir en live (je sais pas où t'habites mais c'est forcément loin), que tu saches que je joue par chez toi (pub, promo) et que tu viennes éventuellement me voir en payant ta place (pour couvrir les frais de la salle et les miens pour venir te voir).

Si tu ne lis pas le canard métal, si tu n'écoutes pas mon titre sur Spotify, si tu ne sais pas que je joue en bas de chez toi, crois tu que l'ami KIM t'enverra un email pour te le dire ? Non. Il est là le problème.


Il faut donc faire du marketing et de la promotion pour se faire connaître et FACEBOOK me fait payer la publicité. Donc, comment je fais si je gagne pas de la thune sur les disques que je fais ?
Et s'il n'y a pas un petit label de métal pour me faire ma pub parce que la musique est maintenant gratuite pour respecter TA liberté ?



[message édité par musicosindé le 29/09/2012 à 19:04 ]
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
BRONTO, je t'ai mis les réponses en souligné.

Regarde ta réaction. Dès qu'un musicien vient vous dire que le téléchargement illégal c'est mal, tu me réponds que tu te fais un point d'honneur à pas vouloir me filer un centime au prétexte que je nuis à ta liberté.


Je n'ai jamais dit qu' HADOPI je trouvais ça génial et que j'adore qu'on foute les gens en taule ou qu'on leur colle des amendes. J'ai expliqué en quoi HADOPI avait une finalité éducative, par la coercition, certes mais pour préserver une économie.


Je me positionne dans un environnement global et m'interroge sur la notion de liberté individuelle. Personne ne t'interdis d'avoir accès à la musique de manière illimitée, spotify te le permets. Oui cela coûte 9 euros par mois. Oui c'est bourré de DRM. Oui c'est moins cool forcément.


Avant, on pouvait faire paris new york en 3h. Aujourd'hui en 2012, ce n'est plus possible. Pourquoi ? Parce que le Concorde consommait trop de pétrole. On a pourtant le savoir pour faire voler un avion à Mach2. C'était techniquement possible. Mais ce n'est financièrement plus possible, donc maintenant c'est 6H. La théorie du progrès en prend un coup mais c'est comme ça...


Tu donnes l'impression de rêver d'un nouveau monde ou il n'y aurait plus de majors. Tu dis que je suis lobotomisé parce que je défends un système qui a fait ses preuves, faute de solutions alternatives.

Tu te fais tout autant lobotomiser que moi en pensant que pas MEGAUPLOAD c'est mieux. Megaupload, GOOGLE et facebook sont nés de ton monde si pure et si libertaire et elles fliquent la planète comme jamais auparavant. On a trouvé un jour acceptable que parce que tout devenait gratuit, qu'on pouvait filer nos informations personnelles à ces boites qui savent tout de toi... Ces boites vendent de la pub mon pote, c'est leur seul business, vendre de la pub. A qui ? A des marques suffisamment puissantes pour se payer une pub ! Donc, désolé de casser tes utopies, mais au final, même si ton modèle s'avérait réalité, ce serait pour vendre aux marques ton temps de cerveau disponible....


Si elles financent la création, OK, j'irais voir Kim Dotcom pour qu'il signe mon groupe au lieu que ce soit Pascal Nègre ou un label indé. Parce que j'aurais besoin de quelqu'un pour me payer ma pub pour que suffisamment de gens me connaissent et m'aiment pour que je puisse en vivre.
La, tu seras content, moi aussi.

Si elles ne financent pas la création et s'en mettent plein les fouilles sur le dos des musiciens, et ben il y a plus de thune pour mon groupe donc il je vais peut être aller bosser chez monoprix plutôt que faire de la musique pour bouffer et payer mon abonnement mégaupload justement.

Tout système est acceptable s'il crée de la valeur. Mais cela suppose de regarder les choses à fond, et pas de survoler les questions comme tu le fais sur certains points..
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Bronto. encore moi, en relisant tes arguments, je me suis intéressé à ta théorie du moine copiste par rapport à l'imprimerie que tu cites en exemple.


les moines copistes passaient leur journée à recopier la Bible. OK. Ils transmettaient un savoir.

Arrive Gutenberg, qui leur dit : Oh les nazes, au lieu de passer vos journées à écrire, je vous propose l'imprimerie... Je te sors
une bible en un jour, et vous vous pouvez aller prier comme ça.


L'exemple est intéressant. Pour que Gutenberg imprime autre chose que la Bible une fois qu'il en avait fait un million ? Il a fallu trouver des auteurs pour remplacer la parole divine par autre chose pour continuer à offrir de nouveaux livres aux clients.

Y'a un mec qui lui
dit,

- eh mec, mois j'écris des histoires cochonnes. Ca ferait un carton. Le problème, c'est que cela me prend six mois à l'écrire mon livre.


- Gutenberg ou son successeur lui répond, il n'y a pas de problème mec. Je te file 10% de mes ventes, je paye le papier, je paye les salariés, la pub et , je vois avec les distributeurs qu'ils prennent une commission et on vend 12.000 livres à 10 euros, tout compris. Il m'en coute 8.70 euros, je prends la différence en bénéfice.


- Le gars lui répond, je peux pas bosser six mois sur un livre sans être payé pour mon travail. Il faut que je bouffe.


- Gutenberg lui dit, pas de problème mec, ton histoire je suis sur qu'elle va trouver à vendre. Je te file une avance de 12.000 euros comme ca tu bosses sur le livre.


- ok, vendu, cela fait 2000 euros par mois. Je m'en sors. Et ca veut dire que si tu vends 100.000 livres, je vais toucher 120.000 euros de bonus ? Et bien oui, très cher, comme ca tu pourras écrire plein d'autres livres pendant 10 ans ou te payer des prostitués mais tu l'as bien mérité, tu as écrit un best seller.


- Cool ! Mais toi, tu vas t'en mettre plein les poches ?


- Oui et non, je fais un bénèf de 1,30 euros par livre. Le reste sert à payer le papier, l'encre, les machines pour payer les imprimantes, les salaires des gens, ta pub. Il y a la marge du distributeur aussi, parce que je peux pas m'occuper de presser les livres, faire ta pub et puis en plus aller les livrer en magasin. Y'a un mec qui fait ca très bien. Donc si tu vends 10.000 livres, j'aurais gagné 13.000 euros comme toi. Si tu vends 100.000 livres, j'aurais gagné 130,000 euros, un peu plus que toi.

- Attends c'est dégueulasse ! Tu gagnes autant que moi ?

- Non c'est pas dégueulasse. Parce que si je vends que 5.000 livres, je serais pas rentré dans mes frais de fabrication. La machine à imprimer me coûte 10.000 euros. Si je l'amorti sur 10.000 livres, cela fait un euro par livre. Sur 5.000 euros, elle me coûte 2 euros. Donc là, j'ai perdu 70 centimes par livre, sans compter que je t'ai filé une avance. On est associés et y a que moi qui perd.


ERE DU DIGITAL
- OK, ben t'a qu'à pas imprimer le livre alors ?

- Oui tu as raison. J'économise le papier et la main d'oeuvre sur la fabrication. Mais ce qu'il faut que tu saches, c'est que le distributeur numérique, il prend une comm parce que moi et les ordinateurs ca fait deux. C'est pas mon métier... Et puis, il faut aussi que je fasse de la pub pour qu'on te connaisse, donc il faut que j'achète de la pub dans les magazines, que je paye un attaché de presse, et tout le toutim. Si on fabrique pas le livre, j'ai compté, je dois quand même le vendre 7 euros au lieu de 10 et pour couvrir mes frais il faut que je vende au moins 10.000 livres.

- Ben écoute, t'es vraiment un naze. J'ai un pote il s'appelle BRONTO. Il dit que tu dis que des conneries. Que maintenant les livres c'est gratos. Il suffit d'aller sur MEGAUPLOAD et tu pioches ce que tu veux.

- Ben tu diras à ton pote que si MEGAUPLOAD il me fait télécharger 1.000000 livres et qu'il me reverse 10 centimes, je veux bien regarder. je préfère gagner 100.000 euros sans presser les livres, je gagne toujours plus que dans le modèle physique.


- Ben non mon pote BRONTO, il dit que c'est gratuit et c'est ca qui est génial...

- Ah bon, et il te paye le marketing et ta promo, et il te paye une avance pour pouvoir écrire tes livres ?

- ah non, c'est gratuit. Il me dit que le gars il se paye des rolls et des BMW, mais c'est génial et ca fait circuler le savoir, y'a pas de DRM, c'est génial....

- OK je mets la clé sous la porte alors. Et toi qu'est ce que tu vas faire ?

- Ben moi je vais aller bosser chez AUCHAN parce que j'ai pas la thune pour faire ma pub et ma promo, qu'écrire un livre ca prend 6 mois et que je peux pas écrire si je travaille, et que je peux pas vivre sans travailler. mais pourquoi tu vires des gens ? T'employait 1000 personnes, tu payais leur retraite ? Tu devrais continuer
- Ben non, mon entreprise elle savait vendre des livres, pas les offrir. Si je gagne plus d'argent comment je fais ? Ils ont qu'aller chez Kim Dotcom mes salariés.

- Oui, mais Kim il emploie que 12 salariés, il a pas beaucoup de cout fixe, c'est les utilisateurs qui uploadent les fichiers...

Y'a 978 emplois qui ont disparu. Y'a quasiment plus d'auteurs et tout le monde télécharge les bouquins déjà écrits et la Bible...



Tu noteras que Dieu dans cet exemple ne demandait pas de royalties puisque il n'a jamais signé de contrat d'édition pour en vivre.
[message édité par musicosindé le 29/09/2012 à 21:28 ]
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
je te conseille la théorie de la poule aux oeufs d'or...

Est-ce qu'il vaut mieux vendre la poule ou l'oeuf ? La poule assurément, car elle refera des oeufs...


Dans ton système, Kim Dotcom offre l'oeuf , il finance ca par l'abonnement et par la pub, sans avoir filé un sac de grains à la poule ni à l'éleveur de poules.

Donc oui il va en vendre de la pub, mais il aurait plus aucune nouvelle référence ou très peu, il aura détruit des milliers d'emplois à son profit et sur le compte de TA liberté...


Super...
[message édité par musicosindé le 29/09/2012 à 21:09 ]
Inscrit le 11/10/2009
101 messages publiés
bronto, le 28/09/2012 - 21:34

Une précision aussi : on ne peut pas voler un bien non rival. C'est matériellement impossible puisque tu détiens toujours ton bien. Parler de vol, c'est de la propagande (infondée en prime).


C'est pour ça que je précisais : "faire de la contrefaçon"...


D'ailleurs, c'est intéressant parce que pour les photographes, les choses sont aussi, sinon plus corsées que pour les musiciens. Les amateurs font une concurrence de plus en plus pressante et les bases de données contenant des photos sous licence libre se font sentir (un canard va souvent se servir chez Wikimedia ou au pire, acheter chez Photolia). Avec des appareils photos de 8 mégapixels collés au cul de chaque téléphone, les photos "good enough" se généralisent. Là aussi, on a un basculement dû à la technologie (qui fait râler des assoc pro qui voudraient que Wikimedia change ses licences). Et non, ce n'est pas un problème de "comportement sans éthique". C'est simplement naturel.


Et il n'y a rien d'illégal là-dedans.
Pas de contrefaçon...
Donc on s'adapte, on râle parce que c'est chiant, mais faut faire avec parce que c'est comme ça !

En revanche quand quelqu'un utilise une de mes photos sans mon autorisation, j'envoie une facture majorée, et si elle n'est pas payée, mise en demeure, puis procès.
Mais je suppose que tu dois considérer que ma photo est du domaine public et donc gratuite puisque c'est un fichier.

Or, pour les bien non rivaux, donc typiquement les fichiers informatiques, plus on le reproduit, plus le coût de revient tend vers zéro. Vouloir vendre à l'unité et à prix fixe est une absurdité économique qui n'est pas tenable.


Les jeux video et autres logiciels devraient donc suivre l'exemple de la musique et être gratuits ?

Non. Je dis que la valeur d'un fichier l'est ou que ça va bientôt le devenir.


Pas compris la différence entre : "un bien immatériel est gratuit" et "la valeur d'un fichier est nulle"... ou alors quelles conséquences peut on tirer de cette dernière affirmation ?

Et pourtant, tellement vrai...


Ou pas.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Meddle, le 29/09/2012 - 20:44

bronto, le 28/09/2012 - 21:34

Une précision aussi : on ne peut pas voler un bien non rival. C'est matériellement impossible puisque tu détiens toujours ton bien. Parler de vol, c'est de la propagande (infondée en prime).




C'est pour ça que je précisais : "faire de la contrefaçon"...

+1, mais contrefaçon les gens comprennent pas ce que cela veut dire... Vol c'est synonyme.



D'ailleurs, c'est intéressant parce que pour les photographes, les choses sont aussi, sinon plus corsées que pour les musiciens. Les amateurs font une concurrence de plus en plus pressante et les bases de données contenant des photos sous licence libre se font sentir (un canard va souvent se servir chez Wikimedia ou au pire, acheter chez Photolia). Avec des appareils photos de 8 mégapixels collés au cul de chaque téléphone, les photos "good enough" se généralisent. Là aussi, on a un basculement dû à la technologie (qui fait râler des assoc pro qui voudraient que Wikimedia change ses licences). Et non, ce n'est pas un problème de "comportement sans éthique". C'est simplement naturel.




Et il n'y a rien d'illégal là-dedans.
Pas de contrefaçon...
Donc on s'adapte, on râle parce que c'est chiant, mais faut faire avec parce que c'est comme ça !

En revanche quand quelqu'un utilise une de mes photos sans mon autorisation, j'envoie une facture majorée, et si elle n'est pas payée, mise en demeure, puis procès.
Mais je suppose que tu dois considérer que ma photo est du domaine public et donc gratuite puisque c'est un fichier.

Ben oui, ca c'est la concurrence saine, on doit démontrer son talent pour justifier qu'elle soit payante.

Mais quand on vous pique votre chanson pour la filer gratos, c'est du VOL, pas de la concurrence

Or, pour les bien non rivaux, donc typiquement les fichiers informatiques, plus on le reproduit, plus le coût de revient tend vers zéro. Vouloir vendre à l'unité et à prix fixe est une absurdité économique qui n'est pas tenable.



Les jeux video et autres logiciels devraient donc suivre l'exemple de la musique et être gratuits ?

Non. Je dis que la valeur d'un fichier l'est ou que ça va bientôt le devenir.



Pas compris la différence entre : "un bien immatériel est gratuit" et "la valeur d'un fichier est nulle"... ou alors quelles conséquences peut on tirer de cette dernière affirmation ?

Et pourtant, tellement vrai...




Ou pas.
+1
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Tiens BRONTO, pour ton information, si le parti pirate était une organisation qui défend un point de vue que tu trouves respectable...


http://www.side-line...d=48441_0_2_0_C

Quand il s'agit d'écrire un livre au lieu de le télécharger, la dame est bien contente de trouver un éditeur pour lui payer son travail... Et quand elle le voit en P2P, elle le fait enlever pour le remettre dans 10 ans...


CQFD....
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 18:44
BRONTO, je t'ai mis les réponses en souligné.

Regarde ta réaction. Dès qu'un musicien vient vous dire que le téléchargement illégal c'est mal, tu me réponds que tu te fais un point d'honneur à pas vouloir me filer un centime au prétexte que je nuis à ta liberté.

Si tu dis que le téléchargement illégal est mal, ça ne me pose aucun problème. Tu es parfaitement libre de le faire (c'est la moindre des choses) et on peut en discuter. Si, par contre, tu apportes ton soutien à la Hadopi, nous ne sommes plus des contradicteurs mais des adversaires. La moindre des choses est de commencer par ne pas nourrir économiquement un adversaire.

Désolé mais ce n'est pas un choix de ma part, pas plus que se défendre en rendant les coups quand on est attaqué n'est un choix. Je ne tournerai pas l'autre joue, parce que quand tu le fais, tu t'apercevras que les coups n'arrêtent jamais.

Je n'ai jamais dit qu' HADOPI je trouvais ça génial et que j'adore qu'on foute les gens en taule ou qu'on leur colle des amendes. J'ai expliqué en quoi HADOPI avait une finalité éducative, par la coercition, certes mais pour préserver une économie.

Hadopi n'a strictement aucune finalité "éducative". C'est une machine à spam destinée à faire peur. Il suffit de ne pas en avoir peur, et il suffit de ne rien répondre pour qu'elle soit parfaitement inopérante.

Je me positionne dans un environnement global et m'interroge sur la notion de liberté individuelle. Personne ne t'interdis d'avoir accès à la musique de manière illimitée, spotify te le permets. Oui cela coûte 9 euros par mois. Oui c'est bourré de DRM. Oui c'est moins cool forcément.

Ce n'est pas que moins cool, c'est rédhibitoire. MA machine est censée m'obéir à MOI et à personne d'autre. Il est hors de question que j'installe un logiciel comportant des DRM, je ne suis pas ni maso, ni débile (pas à ce point en tout cas). Si je suis passé sous GNU/Linux, ce n'est franchement pas pour installer Spotify dessus.

Tu donnes l'impression de rêver d'un nouveau monde ou il n'y aurait plus de majors.

J'en rêve, oui. Mais je crois bien qu'on finira par de nouveaux majors, je l'ai déjà dit (Amazon, Apple, Google). Ils ne vendront plus vraiment des fichiers même si c'est l'impression que ça donne, mais la facilité d'accès et les services autour (recommandation, hébergement cloud, intégration dans les réseaux sociaux).

Tu dis que je suis lobotomisé parce que je défends un système qui a fait ses preuves, faute de solutions alternatives.

Je n'ai pas dit que tu étais lobotomisé, j'ai dit que nous étions, toi et moi, les dindons de la farce. Parce qu'on s'est tous planté et qu'on n'arrive pas à établir un lien direct sans passer par des intermédiaires qui prélèvent leur dîme.

Tu te fais tout autant lobotomiser que moi en pensant que pas MEGAUPLOAD c'est mieux.

Megaupload a objectivement un rôle positif dans le contexte actuel parce qu'il force le changement. J'avais déjà fait la comparaison avec l'imprimerie, on peut aussi le faire avec d'autres inventions qui ont été porté sur le marché et qui ont provoqué des basculements.

Ceci dit, au fond, je suis pour le P2P pour une raison simple : non seulement techniquement c'est largement meilleur, mais ça évite de laisser le contrôle à une tierce partie qui se trouve aussi être un point unique de vulnérabilité. Jamais le réseau eDonkey ne sera fermé comme Megaupload, il dépérira quand il ne sera plus utile. Parce que ce sont ses utilisateurs qui ont le contrôle, personne d'autre.

Megaupload, GOOGLE et facebook sont nés de ton monde si pure et si libertaire et elles fliquent la planète comme jamais auparavant.

Je ne suis pas sur Facebook et j'utilise peu Google. Donc t'inquiète, je n'ai jamais pensé que c'était l'avenir, en tout cas pas un avenir désirable. Je regarde plutôt du côté du mécénat global qui ne nécessite justement pas de flicage, ou des labels comme Magnatune (abonnement pour de la musique sous licence CC By-NC-Sa, ça marche depuis dix ans).


Tout système est acceptable s'il crée de la valeur. Mais cela suppose de regarder les choses à fond, et pas de survoler les questions comme tu le fais sur certains points..

La destruction de valeur n'est pas mauvaise en soi puisqu'elle permet de démocratiser l'accès : fut un temps, plus de 90% de la population bossait dans l'agriculture. La valeur des produits alimentaires a tellement baissé, autrement dit il y a eu une tell destruction de valeur qu'aujourd'hui, 99% de la population fait autre chose. Et on vit nettement mieux.


musicosindé, le 29/09/2012 - 19:54
Bronto. encore moi, en relisant tes arguments, je me suis intéressé à ta théorie du moine copiste par rapport à l'imprimerie que tu cites en exemple.


les moines copistes passaient leur journée à recopier la Bible. OK. Ils transmettaient un savoir.

Arrive Gutenberg, qui leur dit

Deux erreurs dans ton article : d'abord, historiquement, les choses ne sont pas passées comme ça. Au début, les imprimeurs ne payaient tout simplement rien aux auteurs. L'ennui, c'est qu'à l'époque, la noblesse n'avait pas envie que tout soit publiée, loin de là. Elle a donc inventé le droit d'auteur dont le seul et unique but était la censure (Statute of Anne). L'idée, c'est de dire aux imprimeurs qu'ils peuvent imprimer certaines choses et pas d'autres, et qu'en échange ça devient légal et qu'ils ont un monopole sur ceux qu'ils publient. D'ailleurs, le copyright était physiquement imposé (avec les punitions qui vont bien) par les... imprimeurs. Justice privée sauce Hadopi si tu veux, avec la mission Lescure qui cherche à trouver un compromis.

Puis il est devenu nettement plus intéressant de s'en prendre aux auteurs, parce que les imprimeries clandestines pullulaient et tout passait quand même en contrebande (les pirrrrates !). Pour faire très court, le copyright a été transféré sur leur tronche afin de pouvoir s'en prendre aux auteurs.

Qu'est-ce qu'on note, là-dedans ? Les gens écrivaient sans le droit d'auteur qui ne visait pas à encourager la créativité mais à faciliter la censure. Aujourd'hui, la situation est analogue : depuis le net, il n'y a jamais eu autant de création musicale et autant d'accès à la musique. Et comme par hasard, ça pose problème à certains.

La deuxième erreur est liée : on ne crée pas parce qu'il y a un droit d'auteur, ni même pour gagner sa vie mais parce que c'est tout simplement un comportement humain spontané (Rowling n'écrira pas plus parce qu'elle gagné des millions avec Harry Potter). Même si tout était gratuit et qu'il était strictement impossible de gagner de l'argent avec les bien non rivaux (ce qui est faux, mais passons), eh bien, le "Y'a quasiment plus d'auteurs et tout le monde télécharge les bouquins déjà écrits et la Bible...", ça n'arriverait jamais.

Regarde sur Framabook, il y a un essai sur la suppression du droit d'auteur : http://framabook.org...t-sans-monopole Résultat (et ce n'est pas le seul ) : c'est largement positif pour l'économie.

Tu noteras que Dieu dans cet exemple ne demandait pas de royalties puisque il n'a jamais signé de contrat d'édition pour en vivre.

Oui ben lui il aurait pas du glander le septième jour parce que son boulot est franchement mal torché

Meddle, le 29/09/2012 - 20:44
bronto, le 28/09/2012 - 21:34


En revanche quand quelqu'un utilise une de mes photos sans mon autorisation, j'envoie une facture majorée, et si elle n'est pas payée, mise en demeure, puis procès.
Mais je suppose que tu dois considérer que ma photo est du domaine public et donc gratuite puisque c'est un fichier.

Non. J'estime que l'utilisation et la modification non commerciale doivent être libres parce que ça ne te fait aucune concurrence et ça ne provoque aucun manque à gagner (limite ça peut aider à faire connaître l'auteur). Pour l'utilisation commerciale, c'est la concurrence qui se chargera de généraliser à terme, les travaux sous licence libre, un peu comme avec les logiciels. Parce qu'un tel travail a un avantage concurrentiel sur celui qui est restreint dans tous les sens.

A titre personnel, j'ai contribué une photo qui est utilisée sur Wikipédia. Licence CC By-Sa et GNU FDL. Si quelqu'un l'utilisait comme si elle était du domaine public, j'avoue que je ne m'énerverais pas des masses. Si mettons TF1 l'utilisait en contrevenant à la licence, je me ferais un plaisir de les emmerder juste pour me défouler et leur apprendre que quand on défend Hadopi, on est prié de faire un joli sourire pour la baffe qui va arriver. Sinon, franchement, je m'en fous.

Or, pour les bien non rivaux, donc typiquement les fichiers informatiques, plus on le reproduit, plus le coût de revient tend vers zéro. Vouloir vendre à l'unité et à prix fixe est une absurdité économique qui n'est pas tenable.


Les jeux video et autres logiciels devraient donc suivre l'exemple de la musique et être gratuits ?

Les logiciels, c'est déjà le cas, c'est le secteur le plus avancé dans le domaine. Je n'ai même pas envie de booter Windows, Ubuntu est tout simplement meilleur. Quand j'ai envie d'installer quelque chose, sudo apt-get install et ça roule (au pire, tar xzvf, puis ./fichier). En retour, j'ai contribué quelques patch à des logiciels, des traductions, des rapports de bugs et quelques dons. Note aussi qu'Android est aussi un logiciel libre et gratuit, tu l'utilises peut-être déjà sur ton téléphone.

Quant aux jeux, on s'oriente de plus en plus vers du free to play avec des achats optionnels dans le jeu (pay to win diront les mauvaises langues). Electronic Arts, le premier éditeur de jeu au monde a clairement dit que tous leurs jeux seraient free to play à terme. Quand je me suis pris une dérouillée par un mec qui avait 5 niveaux de moins que moi et qu'il m'a répondu c'est parce que j'ai un abo, j'avoue que ça m'avait fait un peu bizarre.

Non. Je dis que la valeur d'un fichier l'est ou que ça va bientôt le devenir.


Pas compris la différence entre : "un bien immatériel est gratuit" et "la valeur d'un fichier est nulle"... ou alors quelles conséquences peut on tirer de cette dernière affirmation ?

C'est la même chose. La conséquence à en tirer, c'est que tu n'es pas obligé de vendre un fichier à l'unité. Heureusement d'ailleurs, sinon c'est la faillite assurée. Tu peux vendre des services associés, le support, la personnalisation (du sur mesure), du contenu premium, l'opportunité de contribuer, des produits matériels (quoiqu'avec les imprimantes 3D, on va bien rigoler dans 10 ans).

Et pourtant, tellement vrai...


Ou pas.

Mais si. Tu crois vraiment que si on arrêtait le P2P les gens achèteraient tout ce qu'ils téléchargent ? Il n'y a que la RIAA qui croit, ou plutôt fait semblant de croire ça.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 21:23
Tiens BRONTO, pour ton information, si le parti pirate était une organisation qui défend un point de vue que tu trouves respectable...


http://www.side-line...d=48441_0_2_0_C

Quand il s'agit d'écrire un livre au lieu de le télécharger, la dame est bien contente de trouver un éditeur pour lui payer son travail... Et quand elle le voit en P2P, elle le fait enlever pour le remettre dans 10 ans...


CQFD....

J'ai un peu traîné du côté du PP freu et faudrait que j'y retourne d'ailleurs. Je te rassure, ils ont un peu moins "radicaux" que moi, mais n'empêche, cette hypocrite aurait dû démissionner ou être démissionnée. Il y avait un article là-dessus sur Numerama (une recherche sur Julia Schramm doit retourner le bon article), tu peux lire ce que j'en ai pensé (une seule solution, exclusion ou démission pour résumer). Elle aurait pourtant pu publier chez In Libro Veritas : http://www.inlibroveritas.net/
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
BRONTO : Merci pour a qualité du débat. Je vois que tu reconnais au moins ton statut d'utopiste. Du coup je reconnais volontiers le mien de réaliste. De nous deux, le modèle du futur viendra plus sûrement de toi que de moi. C'est une évidence. Je suis dans la matrice, formaté pour comprendre le modèle, l'appliquer et le reproduire. Si on pose les choses ainsi nous pouvons débattre. Je vais donc me documenter plus à fond sur les fondements du droit d'auteur pour voir si ton utopie peut être concevable à terme.

Je n'ai jamais nié le rôle d'agitateur de Kim Dotcom. C'est le moins qu'on puisse dire.
HADOPI PHILOSOPHIQUEMENT et ETHIQUEMENT pue c'est une évidence. Mais les choses sont claires, si tu ne dépasses pas la ligne jaune on ne viendra pas te faire chier. Si tu es si calé en informatique, tu sais bien que c'est d'autant plus ridicule qu'il te suffit de te cacher sous une fausse IP ou en VPN pour régler le problème. HADOPI n'a jamais cherché à empêcher les utopistes ou pires téléchargeurs comme toi de télécharger. Comme dirait NO ONE IS INNOCENT par la voix de l'auteur DANTEC (qui ne dit pas que des trucs bien)
"Vous pensez que nous sommes une bande d'anarchistes qui sont prêt à tout mettre à feu et à sang parce que ça les amuse. Vous vous trompez du tout au tout, nous sommes bien pires que ça."

Il s'agit d'introniser un gendarme qui fait peur et qui fait comprendre que télécharger c'est mal. L'histoire de l'amende américaine et de l'amende française illustre ce point.

Tu as le droit de rêver d'une société plus juste, je ne peux qu'aller dans ton sens. Mais quand il y a des licenciements chez PSA, tout le monde se mobilise et on crie au scandale. Mais pour la musique, il y'a eu personne pour gueuler à part pascal Nègre, qui est pas le gars qu'il aurait fallu envoyer au charbon sur un sujet pareil parce qu'il vient d'Universal et que dans la tête des gens ca pue le complot conspirationiste. C'est pas tant le cas que ça.

Est ce que Trent Reznor est condamnable de signer sur une major ? Selon moi évidemment non. C'est inévitable. Cela montre bien qu'être producteur est un métier et que les déclarations de TVA, les fiches de paie, c'est pas à ça que TRENT REZNOR est utile à l'humanité. Est-ce que Trent Reznor aurait pu être aussi connu s'il n'avait pas bénéficié du soutien de TVT records au départ ? Jamais Interscope lui aurait racheté les bandes et financé son second disque. Le label TVT a agit en défricheur et a permis d'émerger et de montrer qu'il y avait un marché pour l'industriel. Interscope a mis les moyens à sa hauteur pour augmenter l'audience de NIN, faire de plus beaux clips, les imposer sur MTV, prendre en charge une partie de la tournée, exposer l'artiste et faire de DOWNWARD SPIRAL le plus grand succès en terme de ventes du groupe. Sans cette puissance de feu, il serait resté un artiste plutôt confidentiel, car il n'aurait pas touché d'autres personnes que les spécialistes d'industriel et n'aurait pas touché quelques personnes qui ne savaient même pas que ca existait et qui ont pris une baffe monumentale.

Quand l'artiste est vraiment bon, il peut toucher un public plus large. Mais il faut le faire connaître. Je crois beaucoup au "filtrage collaboratif" et pense que cela facilitera l'émergence de groupes qu'aucun média ne diffuserait. Pour autant, ouvrir les vannes de la musique rend disponible une quantité astronomique de musique. L'auditeur n'a pas 15H00 par jour pour écouter de nouveaux talents. Sans les médias (journalistes musicaux, critiques etc...), comment filtrer le bon du mauvais ? Comment trouver ce qui nous plait ? Va tu passer huit heures à te frapper tous les groupes d'indus pour en trouver un bon ? Non, tu vas aller sur des sites spécialisés, regarder ce que les gens écoutent le plus, et on ne pourra que très difficilement s'affranchir du marketing et de la promotion, et donc des risques financiers pour atteindre une taille critique qui permet à l'artiste de bouffer et au producteur de ne plus perdre de l'argent.

Garde quand même en tête qu'un SMIC c'est en gros 2000 euros par mois en payant les charges. Un groupe de 4 musiciens doit donc sortir 8000 euros de profit pour pouvoir vivre de la musique. Si demain il n'y a plus d'intermittence, c'est fini. Tu rejoindras sans doute l'ami TASS sur le fait que il n'y a pas besoin de 100% de ton temps pour faire de la bonne musique. Juste du talent... Mon expérience me fait dire que non. C'est le minimum, mais ensuite il faut te faire connaître et ça c'est un boulot à plein temps.

Si demain ton système permets à des artistes de bouffer, en faisant leur pub sans avoir besoin de millions de dollars pour se faire connaître sans passer par un producteur, je signe tout de suite.

Mais quand un mec qui tient une marque aussi connue que NINE INCH NAILS (financés par Universal, TVT Records, Kobalt Publishing) pendant 18 ans, avec le talent qu'il a, abandonne son DIY, c'est bien qu'il n'a pas envie de perdre sa thune en prenant tous les risques sur sa pomme... Il vaut mieux qu'il trouve un financeur qui prenne le risque pour lui en lui garantissant une bonne avance et un bon marketing... Le producteur répartit le risque sur plusieurs projets et de ce fait il n'y a qu'une major qui a les reins suffisamment solides pour NIN. NIN va pas recéder les droits sur sa musique en ne gardant que 10% pour un petit label indé qui va pas réussir à en vendre 20.000. Le père Reznor il investit dans des lives qui tuent la mort pour offrir un spectacle à ses fans. J'ose pas imaginer combien de millions de dollars il a claqué sur la tournée lights out...

A propos de JK Rowling, elle vient d'écrire un nouveau livre je crois. Mais peu importe, tu as raison sur le fait que c'est pas de gagner 1 Milliard qui va lui donner envie d'en écrire un autre. Tu noteras aussi que DISNEY a refusé de signer le livre alors qu'ils l'ont eu entre les mains. Donc oui bien sûr que les majors se plantent elles aussi.

Elle a écrit HARRY POTTER parce qu'elle était au chômage. Elle a passé son temps plein à écrire cette histoire pendant deux ou trois ans. C'est ça que j'essaie de t'expliquer.

Et le pognon que s'est fait son éditeur, il le garde pas pour lui, il va s'en servir pour payer des avances à des autres auteurs qui à leur tour pourront tenter d'écrire une belle histoire en n'ayant pas à bosser en même temps...

Je te remercie aussi de reconnaître que le pirate party n'est pas différent d'un parti politique traditionnel, au lieu de nous vendre du travailler plus pour gagner plus pour nous appliquer du travailler plus pour gagner moins (ben oui c'est la crise mais on gagne pas les élections si on vend pas du rêve), le prôner Télécharger plus pour vivre mieux, ne vaut pas mieux.

Finalement, je partage ton point de vue sur le manque de sérieux de l'auteur de la Bible. Il aurait mieux fait de fignoler son bouquin le septième jour. Mais tu sais les auteurs, ils sont pas fait pour bosser, c'est tous des feignants...;O)
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Je me pose une dernière question néanmoins. Tu évoques le fait que 90% de la population était paysanne et qu'aujourd'hui on vit bien mieux. Je suis pas sûr que les trois millions de chômeurs voient les choses comme toi. Peux être es tu chômeur et cela te convient il ? Si tel est le cas, je t'alerte sur le fait que ce chômage est payé par les cotisations des travailleurs, ce qui fait aujourd'hui débat entre un chinois payé à la fronde pour assembler un IPHONE par rapport à un français qui couterait 12 fois plus cher. Si on invente un système ou tout devient gratuit ? Comment fait-on pour bouffer ?

Si je défends le système actuel, c'est que je crois qu'il a la vertu de créer des emplois, de financer un système dans son ensemble. J'aurais tendance à reprocher au tout gratuit de n'être qu'une utopie. Maintenant, je ne connais pas du tout le business model de Linux, je vais donc regarder ça pour tenter de comprendre mieux ton modèle et je reviens, sois déchainé comme jamais parce que t'a vraiment dit que des conneries, soit la queue entre les jambes parce que c'est moi qui avait rien compris et que j'ai pas pris la bonne pilule quand Trinity me l'a donné. Tu m'auras alors sorti de la matrice, et ce débat aura été formidable.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 18:15
BRONTO : C'est un bien rival par définition. Pourquoi achetais tu un CD avant NAPSTER ?

Avant la musique était un bien rival parce qu'elle était dépendante du support physique. Elle ne l'est plus. A présent, il s'agit de fichiers qu'on peut dupliquer pour un coût nul. Or, ça, c'est précisément la définition d'un bien non rival.

Pour écouter une chanson. Si demain quelqu'un te le file gratos, pourquoi iras tu continuer à payer pour ce que tu peux avoir gratuitement ????

Je ne payerai pas (si, en fait, vois la fin de ce message). Donc il faut me donner quelque chose que je ne peux pas avoir gratuitement. Comme la satisfaction de contribuer, de faire partie de quelque chose au lieu d'être un simple consommateur, ou, pour ceux qui veulent être consommateurs, du merchandising, du contenu collector, un abonnement à des exclusivités etc. Reznor lui-même l'a fait, et bien d'autres le font aujourd'hui : le résultat s'est chiffré en millions pour Reznor.

Autre exemple : au Brésil où le net a des progrès à faire, les DJ de techno braga distribuent eux même leur CD aux vendeurs ambulants qui les dupliquent et les revendent sans verser aucune redevance. Le but du jeu étant de ramener du monde aux concerts. Ca marche très bien, la scène est florissante (la musique est une daube selon moi, mais là n'est pas la question).

Il y a une comparaison que j'aime bien : en regardant autour de nous, on se dit que la terre est plate. C'est la même chose pour la musique distribuée gratuitement : on se dit qu'on ne peut pas gagner de l'argent avec. C'est tout aussi faux.

-60% de CA pour la musique en 10 ans... euh, c'est pas une démonstration ?????

Pas que. C'est une excellente nouvelle que j'aurais préféré meilleure encore, parce que plus leur poids économique baissera, moins ils auront de pouvoir de nuisance. D'autant que ce sont les intermédiaires qui perdent, pas les musiciens dont les revenus augmentent. J'ai mis un lien vers un article qui résume la situation en Norvège, la situation étant similaire au Royaume-Uni. Reste le problèmes des petits labels qui est bien réel, on en parle un peu plus loin.

Pourquoi le Cinéma augmente ? Parce qu'un filé divx pèse 350 Mo quand un album pèse 70 M0 au max.

Euh, faux. Aujourd'hui on en reste à l'Xvid alors que le H.264 permet de réduire la taille par 20%. Question d'habitude et Xvid est "good enough", tout simplement parce que la taille n'est plus un souci à l'heure du haut débit dans tous les sens.

Un site DDL qui envoie la purée à 2 Mbps pour les non abonnés, c'est courant. BitTorrent fait encore mieux. Je te laisse faire le calcul, mais le coup de la taille n'a rien à voir là-dedans (l'autre jour on a vu passer une annonce de release d'un film de cul de 12 gigas. Moment WTF collectif. C'était de la haute déf 3D... y a vraiment des fous furieux).

Quant à l'offre légale de VoD, n'en parlons pas : elle est pitoyable, surtout comparée à la musique. Ce n'est certainement pas ça qui fait une quelconque différence.

A partir du moment ou DEEZER a accepté de payer les ayants droit, DEEZER est inattaquable. Mais il aura fallu leur faire un procès et faire fermer le premier site pour leur faire admettre qu'il fallait payer la marchandise que tu vends !!!!!!!

Certes. Mais le fait que tout ait été fait selon les conditions des ayants tous les droits est déjà un problème, ce qui fait que Deezer n'est pas rentable (d'où rachat par Orange). Le fait qu'ils aient pu décider, comme des seigneurs féodaux, de qui allait vivre et qui allait mourir en est un autre. Devine qui fait un lobbying actif pour qu'il n'y ait pas une gestion collective des droits comme pour la radio...

C'est la loi du VIVRE ENSEMBLE, voleur contre honnête citoyen, pas comme tu le fantasmes les lobbys contre le pauvre innovateur

Mettons que j'aurais préféré que ce soit un fantasme. J'ai été forcé de constater que ce n'est malheureusement pas le cas. Donc ma façon d'imaginer le vivre ensemble, c'est de vivre ensemble avec les souvenirs de ces lobbies qui auront disparu ou qui seront considérablement affaiblis. Je ne sais pas si on y arrivera, mais j'y apporte ma contribution.

Elles l'ont fait à la concurrence déloyale, sur le terrain de la justice qui est la même pour tous. As tu déjà vu Pascal Nègre employer un terroriste en sous main pour venir péter la gueule à un téléchargeur ????

J'ai vu un major précis (jap, le major, je te laisse deviner mais les connexions étaient mondiales, jusqu'en France avec des sociétés de perception) essayer de détourner le site d'un logiciel P2P (Shareaza). Ils ont débarqué chez le mec qui avait le nom de domaine (shareaza point com) mais qui ne participait pas autrement, l'ont menacé de procès à moins d'avoir le site. Le mec a cédé, hop, ils ont mis un clone d'iMesh qui leur appartient dessus. En violant les droits d'auteurs des dev de Shareaza au passage, vu qu'ils ont pris les icônes pour mieux tromper les utilisateurs, ils sont allé jusqu'à imiter le langage djeunz. Ils ont aussi proposé une somme rondelette à un des dév pour qu'il sabote le logiciel et qu'il donne le plus d'infos possible sur les autres. Résultat, le mec a débarqué sur IRC et a expliqué la chose, puis a disparu de la circulation (j'aurais pris le magot si j'étais lui avant de faire pareil, dommage qu'il ait flippé).

Heureusement, Shareaza est un logiciel libre (et non commercial). Le site a bougé sur http://shareaza.sourceforge.net , la communauté a continué le développement et de nouveaux contributeurs qui ont été révoltés par la chose sont arrivés. Le logiciel a survécu, si tu veux. Donc les mêmes s'en sont pris à Lphant qui était propriétaire et qui, lui, n'a pas pu s'en sortir.

Donc pour répondre à ta question, oui, il arrive que certains utilisent des avocats pour terroriser des quidam ordinaires.

Oui les entreprises ont la possibilité de faire du lobbying pour faire passer des lois. Bienvenue dans le monde réel, parce qu'elles créent des emplois, payent des taxes, font bouffer des gens, elles sont un agent économique, comme Google ou Facebook

Justement, il faut faire en sorte qu'elles ne le soient plus. Vue la baisse de leur chiffre d'affaire, c'est en bonne voie.

BRONTO : Viens monter un label. Mets 200,000 euros sur un artiste pour espérer te verser un salaire et payer tes charges... Viens voir ce qu'est la vraie vie... Pourquoi crois tu que ce sont les labels indés qui ferment ???? Parce qu'ils se refusent à signer des produits trop commerciaux par conscience professionnelle.

Ou plutôt parce que l'artiste qui peut gagner plus va voir un major qui a un plus grand capital. Je connaissais des mecs du label Adipocere et Osmose (métal bourrin), ils râlaient parce qu'ils avaient du mal à garder les groupes qui devenaient un peu connus qui filaient chez Century Media ou Season of Mist (groupes qui se voulaient non commerciaux, c'est ironique).

Ceci dit, il y a des labels qui arrivent à s'adapter. Magnatunes est un exemple, Autoreverse en est un autre. Regarde ce docu quand tu auras le temps, ça donne une idée de la chose en Espagne : http://vimeo.com/23476871

Quant à Adipocere, ils existent toujours. Quand tu vois le patron aux concerts et qu'il te file les clefs de sa voiture pour que tu ailles lui chercher la bière, les t-shirt et les CD à vendre... eh bien, tu achètes spontanément. Il y a un rapport humain. Ca aussi, c'est une voie d'avenir que les majors ne pourront jamais emprunter AMHA. (Moi, j'avais failli me faire casser la gueule parce qu'un autre gars avaient la même Ford blanche et j'essayais d'ouvrir sa caisse. Expliquer que tu t'es planté, c'est pas évident après avoir pris une droite).

Ils ne font pas de méga profits sur des super artistes, donc ils prennent des risques. S'ils ont un point mort en 2002 à 10,000 ex, en 2012, il est au même niveau. Et vu qu'il se vend 60% moins de disques, boom, ils mettent la clé sous la porte. Les majors elles font du profit sur des artistes qui cartonnent et amortissent les artistes en développement non rentables sur les profits faits par les plus gros....

Effectivement, quand un marché commence à dépérir, ce sont les acteurs de petite taille qui disparaissent les premiers, un peu comme les canaris des mines de charbon. C'est valable dans toues les secteurs économiques. Aujourd'hui, les mecs préfèrent passer par de l'autoproduction et vendre directement sur iTunes, comme les écrivains qui préfèrent vendre directement sur Kindle. N'empêche, là, c'est une perte pour la musique parce que niveau prise de risque et l'apport d'un savoir faire (que j'ai vu chez Adipocere), c'est exactement ce que tu dis.

BRONTO : Ce ne sont pas des lois débiles. On demande juste que les innovateurs rétribuent le produit que d'autres ont financé... Tu ne serais pas choqué qu'un gars aille piquer dans les stocks d'IPHONE et les filer gratuitement sur le trottoir ? C'est la même chose dans le monde digital.

Justement pas. Tu fais une comparaison entre un bien rival et non rival, et partant, tout le reste du raisonnement sera faux. Si tu me piques mon iPhone (je n'en voudrais pas même si c'était gratuit, mais c'est une autre affaire), je ne l'ai plus. Si tu me copies un fichier, au mieux, il s'agit d'un manque à gagner. Ca fait une sacrée différence qui est la suivante : chaque iPhone coûte 200$ à produire. Chaque fichier coûte exactement le coût du premier fichier divisé par le nombre total des fichiers, chiffre qui tendra asymptotiquement vers zéro. Dans les faits, ça sera zéro.

C'est d'ailleurs pour ça que dès qu'une copie fuite avant la sortie officielle, ça se démultiplie à l'infini et les distributeurs crient à la cata. Si un iPhone était volé, l'usine s'en foutrait, tout simplement.

La conclusion est la suivante : les fichiers seront copiés. C'est inévitable, impossible à arrêter. Il faut absolument trouver un moyen de gagner de l'argent dans ce contexte donné. Ceux qui arriveront à s'adapter survivront (pour le moment c'est Google, Apple et Amazon malheureusement), les autres disparaîtront même s'ils sont convaincus qu'ils ont été volés, qu'ils avaient raison et que sais-je encore. Ce n'est même pas un jugement de valeur, c'est une description froide de la réalité. Il faut faire avec, aucune loi n'y fera rien, il n'y a pas d'alternative.

BRONTO : NON : Megaupload vole des fichiers en ne rétribuant pas une proportion de son CA en contre partie des produits qu'elle met à distribution... C'est du vol.

Non. Ce n'est objectivement, matériellement pas du vol. J'insiste là-dessus, on ne PEUT PAS VOLER UN FICHIER. C'est simplement impossible. Il faut éviter cet abus de langage si on veut pouvoir avancer.

Ne vois pas que les choses de l'oeil du consommateur qui perçoit le produit gratuit et le produit payant. S'il ne reverse rien c'est un voleur.

Un profiteur au mieux mais pas un voleur puisqu'il n'est pas dit qu'il aurait acheté autrement. Compare ça a un mec qui regarde en loucedé un match depuis l'immeuble à côté. Je sais que je suis chiant avec les mots, mais je crois que ça a son importance.

BRONTO : NON : Crois tu que MEGAUPLOAD aurait eu le succès qu'il mérite au simple motif d'hébergement de fichiers perso ? Bullshit.... Je n'ai rien contre MEGAUPLOAD en théorie s'il reversait une partie du CA sur les fichiers effectivement téléchargés qui sont du contenu protégés.

Note pour plus tard, de nombreux éditeurs de logiciels P2P avaient précisément proposé ça : en face, il y a eu quoi ? Un refus intégral. Les majors n'ont vraiment pas vu pourquoi ils partageraient le contrôle du circuit de distribution dont ils avaient l'exclusivité. Résultat : ces éditeurs (Bearshare, iMesh, Morpheus) ont disparu et les majors vendent des logiciels censurés de vente de musique infestée de DRM sous le même nom en prétendant qu'il s'agit de P2P. Et aujourd'hui on a des logiciels libres et non commerciaux qui ne peuvent par définition rien partager. C'est même la crétine de juge qui avait présidé le procès de Napster (Monster selon elle) qui est sortie comme une fleur il y a quelques années pour proposer un tel partage. Toujours un train de retard la cruche, ce qu'elle propose n'est plus possible en partie à cause de sa décision à elle.

Pour résumer, ne te fait aucune illusion : quand un tel partage a été proposé, la réponse fut un refus suivi d'un procès pour les faire disparaître. On ne discute pas avec des gens qui ont ce comportement. On leur brise les reins au niveau économique pour qu'ils cessent de nuire. Ce qui ont cru le contraire l'ont payé cher.

BRONTO : NON, NON et NON. Tu n'agrandis pas la taille du marché. L'argument serait vrai si MEGAUPLOAD diffusait du contenu à des gens qui n'ont pas accès à la musique. Hors si tu as une connexion internet, tu as accès à la musique.

Je vais oser une comparaison : dans les années 90, Microsoft disait que le logiciel libre était antiaméricain et que ça tuait l'industrie du logiciel (gratuit, horreur !). Que s'est-il passé ? On a aujourd'hui un marché largement plus grand précisément grâce aux logiciels libres (et à Internet qui n'aurait tout simplement pas existé sans ces logiciels).

Baisser le prix d'un produit peut paradoxalement augmenter la taille d'un marché si cette baisse crée des possibilités nouvelles. Dans la musique, ça peut être le cas : il y a plus de concerts, plus de groupes, parce que les ressources qui ne vont pas au pressage de CD vont... à la musique, justement. Tout comme les ressources qui ne vont plus aux actionnaires de Microsoft vont au développement de logiciels.

Tu ne vas sur MEGAUPLOAD que télécharger ce que tu connais déjà, pas piocher des trucs inconnus. Tu as ton disque dur qui fait 1 To, tu dois arbitrer ce que tu télécharges. Ne me dis pas que la majorité des gens font ça. Je veux bien admettre qu'il y ait des passionnés qui fassent cet effort de découverte, mais ils pourraient tout aussi bien le faire sur youtube ou spotify qui eux rémunèrent la création...

Les services de recommandation ont un réel avenir, le problème n'est pas de télécharger mais de savoir quoi télécharger, tu as raison. Last.fm fait ça, Google Music aussi. Perso, j'ai un petit faible pour http://libre.fm

Voilà un service de valeur ajoutée qui peut gagner de l'argent sans avoir à limiter les téléchargements, même s'il reste beaucoup à creuser.

BRONTO : En tant que producteur de disques, laisser ouvert MEGAUPLOAD est une atteinte à MA liberté. C'est laquelle que la justice va défendre ????

S'il fallait vraiment choisir, ma réponse est évidente : la liberté d'expression prime sur le reste et c'est bien de ça qu'il s'agit dans l'affaire Megaupload parce qu'il est impossible de filtrer les fichiers sans porter atteinte à ce droit, et ne parlons même pas des archives cryptées. Une entreprise doit gagner de l'argent sans avoir besoin de rogner les libertés fondamentales.

Maintenant, le problème là-dedans, c'est l'expression producteur de disques. AMHA, ça n'a pas d'avenir, la dématérialisation ne s'arrêtera pas. Il faut, je crois, vendre de la musique (pas des fichiers, de la musique et tout ce qu'il y a autour). Et pour ça, Megaupload peut être utile plutôt qu'un problème. Comme disait l'autre, quand les vents se lèvent, certains construisent des abris, d'autres des moulins.

Megaupload, c'est dans son intérêt, peut servir de support à la diffusion, à la publicité et à un partenariat. L'ennui, c'est que ça a toujours été refusé et ils sont à deux doigt de le faire non pas avec mais malgré les acteurs établis.


J'ai souri. J'ai fait la liste des aides diverses et variées dans un message précédent.

]BRONTO : je veux bien la liste pour te répondre. je n'ai pas trouvé...

Je fais une liste propre demain, promis. Là je me bats pour arriver à avoir un log de débogage correct qu'il faut que j'envoie à un dév (ironie du sort, c'est un logiciel P2P).

BRONTO : Ce que vous ne voulez pas comprendre, c'est que faire un disque cela coûte de l'argent. Pour continuer à enregistrer un disque, cela suppose d'en gagner. Si demain tout le monde va sur le P2P SANS PAYER les gens qui la financent, les artiste n'auront quasiment plus aucun moyen de vivre

OK, on est d'accord là-dessus. Il faut payer les auteurs. La meilleure proposition que j'ai pu trouver, c'est le mécénat global. Les auteurs touchent une somme régulière, une partie ira naturellement à la production, au management, à l'ingénierie du son, à la promotion (plus tu es téléchargé, plus tu gagnes, mais être connu est nécessaire par ailleurs aussi).

Pourquoi on ne discute de mettre ça en place ou de voir si on peut pas faire mieux encore ? Ca permettrait d'arrêter Hadopi, de griller les ressources du système judiciaire dans un combat perdu d'avance contre le téléchargement et ça donnerait un supplément de revenu régulier et concret au secteur tout en assurant son indépendance face aux nouvelles mastodontes à la Apple.

BRONTO : Je ne mens pas. Pour passer devant un juge, HADOPI dit qu'il doit d'abord recevoir deux courriers recommandés. Il les a reçu parce qu'il (ou sa femme) uploadait sur du P2P.Sa femme a continué, il est passé au tribunal.
Si tu penses qu'il aurait du envoyer sa femme au tribunal, OK. Il est titulaire de la ligne, c'est lui qui y va.

Le délit de non sécurisation de sa ligne est une absurdité unique au monde (en France, on a des idées) pour pouvoir contourner la censure du conseil constitutionnel. Parce qu'on est (ou devrait être) responsable de sa connerie, pas de ce que fait sa femme. Alors que même Hadopi est infoutue de dire ce qu'aurait dû faire le mec pour que sa femme ne puisse pas télécharger.

BRONTO : +1 Oui, je sais d'autant plus que je contribue à l'exploitation d'ouvriers chinois. J'ai ouvert les yeux la dessus, le prochain téléphone ne sera pas Apple. Je te le confirme.

Waii ! Super nouvelle ! Tu ne seras pas déçu de cette décision.

Tu raisonnes en individu économique à ton niveau. Si tu es convaincu qu'en tant qu'artiste je nuis à ta liberté, libre à toi de voler les artistes et les gens qui ont contribué à ce succès. Tu ne veux pas comprendre que je préfère toucher 0,002 euros plutôt que rien du tout en échange de mon travail et de mon investissement. Les gens comme toi vivent avec une petite partie de l'information et pensent avoir tout compris sur tout, et que rien n'est plus important que leur liberté.

Je n'ai pas la prétention d'avoir tout compris, mais j'essaye de mieux comprendre. L'avantage, c'est que quand certains se foutent vraiment de ta tronche (genre Sarkozy qui justifiait la Hadopi), c'est facile à saisir. Ceci étant dit, tu as raison sur le fait que le plus important est effectivement la liberté dans mon système de valeurs. Pas ma la liberté mais la liberté, parce que la mienne dépend de celles des autres.

Si tu ne lis pas le canard métal, si tu n'écoutes pas mon titre sur Spotify, si tu ne sais pas que je joue en bas de chez toi, crois tu que l'ami KIM t'enverra un email pour te le dire ? Non. Il est là le problème.

Euh, c'est *précisément* ce qu'il propose de faire avec Megabox et c'est précisément pour ça que les majors ont tout fait pour saboter sa boîte.

Vois aussi ce qu'a fait Jono Bacon qui bosse chez Canonical pour Ubuntu et qui a un groupe de métal par ailleurs : http://www.severedfifth.com/ Sa musique est distribuée gratuitement, mais il compte bien gagner de l'argent, essentiellement en établissant un contact fort avec son public.

Il faut donc faire du marketing et de la promotion pour se faire connaître et FACEBOOK me fait payer la publicité. Donc, comment je fais si je gagne pas de la thune sur les disques que je fais ?
Et s'il n'y a pas un petit label de métal pour me faire ma pub parce que la musique est maintenant gratuite pour respecter TA liberté ?

Demande-moi des ronds, je VEUX payer pardi ! Si je suis pour le mécénat global qui est une version réellement bien pensée de la licence globale, c'est précisément pour ça. Si on pouvait enfin s'unir pour faire face au blocage des majors qui ont fait capoter la licence globale, on vivrait tous mieux. On a un intérêt commun, moi je veux écouter de la musique ET contribuer parce que je comprends bien qu'on ne vit d'amour et d'eau fraîche. Note aussi que c'est une préoccupation que partage le Parti Pirate (qui n'est PAS contre les auteurs, loin de là. Le président du PP a longtemps été un musicien lui-même, il a aujourd'hui une autre fonction administrative dans l'organisation).
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
J'ai vu ton documentaire fort intéressant.

Je vais regarder quelques choses et reviens vers toi sur le sujet. Peux-tu me préciser quel est ton métier, ton secteur d'activité ?
Inscrit le 11/10/2009
101 messages publiés
Tu veux écouter de la musique et contribuer ?

Bah...

Achète ta musique alors.

C'est si compliqué ?
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
BRONTO,

Note en préambule que je ne t'attaque pas personnellement, seulement les idées que tu défends. N' y vois aucune attaque personnelle. J'ai trop de respect pour la démocratie et les libertés individuelles de chacun pour vouloir donner l'impression que je cherche à limiter tes libertés ou te critiquer.

J'ai pris connaissance de ton documentaire passionnant. L'effort didactique est fascinant pour la mise en ligne de leur projet.
J'attire néanmoins ton attention sur le fait que c'est un documentaire, il est donc subjectif, reflète un point de vue, celui du réalisateur. Je ne dis pas qu'il ment, il est intellectuellement irréprochable mais partial.
Je vais t'exposer mon point de vue en te demandant de garder en tête tout au long de l'exposé qu'au niveau des idées, je suis d'accord avec toi. Mais vois toi comme un utopiste et moi comme un réaliste. C'est notre seule mais énorme différence.
Que tu défendes une utopie est ton droit le plus légitime. Que tu lui en donnes la forme d'une réalité alternative possible est bien plus critiquable, car ton système est foncièrement imparfait dans sa mise en application pragmatique et sous entend des choses qui sont contradictoires avec ce que tu penses défendre de manière légitime et sincère, je n'en doute pas une seconde.


LE MIEUX EST L'ENNEMI DU BIEN
La démocratie est le pire système de gouvernement, à l'exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l'histoire. (Winston Churchill) http://fr.wikiquote....nston_Churchill
Se placer dans un système théorique parfait et vouloir l'appliquer à la réalité a déjà été fait. Je schématise ces pensée telles qu'on me l'a enseigné, sans jamais l'avoir lu dans le texte. Il se peut que je sois embrigadé.
Le XXe siècle a vu trois types de sociétés majeures s'affronter sur la lutte des idées de la vie en société :
La démocratie : les individus sont libres et égaux en droit, et se soumettent aux lois votées par le peuple ou ses représentants élus par eux à la majorité
Le fascisme : Tout par l'Etat, rien hors de l'Etat, rien contre l'Etat
Le communisme : Une société sans classes, sans Etat sans propriété privée.

Dans les trois cas, des sociétés ont vécues ou vivent sous ces différents régimes. Qui est dans le juste absolu ? Difficile à direâ? A chacun de voir ce qui est acceptable. Je suis convaincu que Churchill a raison. C'est bien le moins pire des systèmes.
Le fascisme a très tôt montré son vrai visage, en supprimant tout ce qui ne convenait pas à sa définition du modèle parfait (homosexuels, tziganes, juifs). Elle a par ailleurs vite compris que le meilleur moyen de relancer son économie était d'entrer en guerre, et d'étendre son influence pour tendre vers un monde selon leurs critères parfaits. On a vu le résultat.
Le communisme a analysé que si on donnait à certains individus le droit de s'approprier personnellement des biens, cela générait des classes, inégales, et créait des comportements déviants. L'idée pure fut de supprimer la propriété privée pour libérer les individus du joug de cette propriété privée, imaginant un système idéal où chacun apporterait sa contribution en fonction de ses compétences, au final serait libre, il n'y aurait plus d'Etat.

C'est pour moi de loin le point de vue UTOPIQUE le plus intéressant. SAUF QUE, on ne va pas contre la nature humaine aussi facilement. La jalousie, la territorialité qu'on peut voir chez les animaux existent aussi chez les individus. Pour que l'utopie fonctionne, on a commencé par tirer un mur dans Berlin, puis des goulags, puis un dictateur, puis des millions de morts. Aujourd'hui, il ne reste que la Corée du Nord, la chine, le Vietnam, Cuba et le Laos qui vivent encore sous des régimes inspirés de cette philosophie, et je crois pas que ce soit les peuples les plus heureux du Monde, mais encore une fois tout est relatif.

Dans les sociétés occidentales, le moins pire des systèmes retenus a été la démocratie sous diverses formes (directe ou indirecte). On le vend et on tente de l'exporter avec autant de mauvaise foi que ceux cités plus haut. Il suffit qu'on ait la problématique du pétrole rare et cher pour aller envahir l'Irak, sous couvert d'un mensonge total d'armes de destructions massives. Nous sommes plus récemment intervenu en Libye pour libérer le peuple lybien du joug d'un terroriste sanguinaire. (qui avait du pétrole aussi, ce que n'a pas la Syrie), au nom de la démocratie. Ce sont les islamistes qui ont pris le pouvoir, sans compter qu'une grande partie des armes ont été transférés vers AQMI pour améliorer leur puissance de frappe contre l'Occident.

J'ai appris en psychologie des organisations "qu'un "+" calculé entraine souvent un "-" réel". Tu écris un système que tu penses parfait, tu le mets en ?uvre et tu génères au final quelque chose de moins bien. L'exemple de la Lybie en est une parfaite illustration. On tue le dictateur pour libérer le peuple pensant leur offrir la démocratie et ils choisissent l'obscurantisme, et en plus on arme les gens qui nous veulent du mal, gratuitement à nos frais. Au nom d'un principe qu'on croit foncièrement juste, on génère du pire alors qu'on ne cherchait évidemment pas ça.

Je ne prétends pas avoir la vérité absolue, loin s'en faut. Encore une fois, si nous passons toi et moi des centaines d'heures, peut être arriverons nous à monter un système presque parfait, en tout cas acceptable par une majorité. Mais nous ne serons pas forcément dans LA vérité, au mieux nous aurons inventé un nouveau système que nous imposerons à tous, ou que nous ferons accepter par une majorité. Et ce sera notre nouveau vivre ensemble.

Je vais reprendre l'argumentation que sous tend ton discours point par point.

Tu critiques le fait que des industries monopolistiques aient pu s'accaparer l'art.
Comme je partage ton point de vue. Universal Music contrôle plus de 50% du marché de la musique en rachetant EMI, et les trois majors réunis pèsent plus de 80% de ce business. Ce n'est pas sain, c'est une évidence.

Tu dis que c'est une connerie de croire que les auteurs compositeurs ont besoin de ces industries pour créer.
Je partage ton point de vue, je suis même la parfaite illustration de ce que tu dis. Je joue dans un groupe autoproduit, sans aucun soutien de ces majors. Je travaille en collaboration avec trois copains pour co-écrire des titres, sans qu'une seule maison de disques soit venu financer quoi que ce soit.

Tu dis que le copyright à 70 ans après la mort pour les ?uvres et 70 ans après première fixation du support audio n'est qu'une invention imposée par des lobbys qui défendent leur droit au profit, à rien d'autre.
Je partage volontiers ton point de vue sur ce point, car oui c'est bien Walt Disney Inc qui a su faire étendre le droit de copyright aux USA quand Mickey allait tomber dans le domaine public. Je vais même apporter de l'eau à ton moulin pour te prouver mon envie d'aller dans ton sens.
En France, deux journalistes courageux ont écrit un bouquin sur la SACEM, que j'ai lu. http://www.ziknblog....e-sur-la-sacem/
Je pense que si tu ne l'as pas lu, cela va sans doute venir ta BIBLE ABSOLUE. Je t'incite à le commander sur Amazon en produit physique histoire de soutenir les auteurs qui ont eu le courage d'écrire un pamphlet pareil.
Je te précise également que l'un des auteurs vient du FIGARO, donc on ne peut pas vraiment dire que ce soit le journal le plus communiste qui soit sur cette planète. Tu peux lire le chapitre sur Ravel et tu verras que je ne peux que te donner raison.

Tu défends le Creative Commons comme solution équitable et le mécénat en alternative
C'est une hérésie totale dans le système actuel.

Tu sous entends que les créateurs libérés du joug de ces monopoles vont écrire plus librement, autant, si ce n'est plus et seront plus écoutés.
C'est totalement faux et c'est exactement l'inverse qui pourrait se produire car tu ne connais pas suffisamment ce secteur et tu parles sans exactement savoir.

Je vais continuer la démonstration et te montrer en quoi ton système a priori vertueux est une machine à broyer que tu nous prépares :


Vas tu manger plus en faisant tes courses dans un supermarché plus grand ?
Ce que sous entend ton documentaire, c'est que la Culture va être partagée par tous et que l'audience va s'en trouver mécaniquement accrue. C'est faux, voici pourquoi.
Tu crois que parce qu'une chanson sera disponible à tous, on va l'écouter plus. C'est une erreur. Cela supposerait que les individus soient derrière leur ordi, prêt à écouter plus de musique au prétexte qu'elle est gratuite.

Appliquons ce schéma à la radio, qui a l'avantage de se rapprocher en partie du modèle que tu défends puisque l'utilisateur choisit le canal qu'il aime et n'a pas à payer pour ça, c'est un mécène qui le finance, en l'occurrence la publicité.
Si toute la musique du monde était disponible en radio par un miracle technologique, que se passerait-il ? Ce qu'il se passe déjà aujourd'hui, tu filtrerais en fonction de tes goûts. Pourquoi ? Parce que tu n'as qu'un temps limité pour la musique.
En dormant 7H00 par jour, il te reste 17H00 d'éveil pour écouter de la musique. Disons qu'un album ne fait qu'une heure, en considérant que tu écoutes de la musique en permanence, cela veut dire que tu pourrais avaler 17 albums par jour, soit 6205 albums par année. Juste pour situer le débat, s'il y a à ce jour 2 millions d'albums sur la planète, sans compter tous ceux qui se feront dans le futur, cela te demanderait 322 ans pour n'écouter que les disques déjà faits. La quantité de savoir à disposition est donc déjà astronomique.

Tu écouteras plutôt 4H00 de musiques par jour, ce qui est déjà un score de mélomane. Cela veut dire que tu ne vas écouter que 1460 albums par année. Tu ne peux matériellement pas écouter plus que cela. C'est déjà un chiffre de malade, qui supposerait que tu n'écoutes pas un seul disque plus d'une fois.

Par ailleurs, dans ton modèle, les créateurs ne gagnent rien puisqu'on est en CC, ce n'est pas une utilisation commerciale. C'est donc gratuit. Tu me dis que tu vas rémunérer les créateurs en allant les voir en concert. Cela suppose que là tu acceptes de payer ta place. Mais ton budget n'est pas illimité. Tu vas donc faire des choix. Tu n'iras pas voir 1460 concerts dans l'année. Donc, tu ne vas pas rémunérer les 1460 albums que tu as écouté, alors que tu les as tous choisi et qu'ils t'ont donc apporté chacun un plaisir.


L'audience globale ne vas pas s'élargir
Tu pourras me répondre que oui, mais vu qu'il y a plus de monde qui écouteras de la musique, il y a plus de groupes qui vont tourner et donc au final ce sera mieux. Je te dis non, car chacun des auditeurs devra faire le même arbitrage que toi. C'est à dire aller à quelque chose comme 2 concerts par semaine au max, sans rapporter plus à plus de monde. Car, ils feront le même filtre que toi. Tu supposes à tord que plus de gens vont investir dans la musique au prétexte qu'elle est plus disponible. Les ressources des individus ne sont pas illimitées, de même que leur temps d'écoute. Si tu confrontes les questions de pouvoir d'achat différents suivant les pays, c'est une évidence qu'en valeur cela ne fonctionnera pas mieux, cela ne fera que diluer encore plus les revenus, ou les concentrer encore plus, cela ne les fera pas augmenter.

Il n'y a pas d'accès limité à la culture contrairement à ce que tu penses. Regarde Youtube. C'est gratuit et les gens choisissent ce qu'ils veulent écouter. C'est déjà un océan. Qu'est ce qui agrège le plus de vues en clip ? EMINEM
Les gens ont le choix de regarder aujourd'hui 14 chaînes de télé via la TNE, alors qu'avant c'était 5 ou 6.
Est-ce qu'ils regardent plus la télé ? Non.
Est-ce qu'ils la regardent différemment ? Oui
Est-ce que TF1 a perdu de l'audimat ? Oui.
Est-ce que Arte en a gagné ? Non.

Mais le nombre d'utilisateurs est le même. L'audience est répartie différemment. Mais il y a toujours 30% de gens qui regardent TF1, et 5% qui regardent ARTE.
Pourtant, tout le monde a accès à ces deux chaînes, de la même manière, dans une offre plus large de chaînes. Si demain, tu donnes à tout le monde accès à plus de chaînes, ils ne regarderont pas plus de télévision. Ils la regarderont différemment.
Je te prends l'exemple du jour ou tu as eu 120 chaînes. Qu'est ce que tu fais ? Tu zappes pour trouver un truc qui te convient. Tu perds une heure à zapper en 5 minutes par chaine. Tu commences à faire des filtres de chaînes préférées parce que tu sais que EQUIDIA t'en a rien à foutre, que COOKING CHANNEL t'en a rien à foutre, etcâ? Si demain je te mets tout le contenu audiovisuel de la planète à disposition, tu vas perdre encore plus de temps à zapper. Donc, tu vas filtrer, filtrer pour ne garder que quelques chaînes. Mais encore une fois, tu ne vas pas regarder plus la télévisionâ?


Ce raisonnement serait correct si le P2P permettait à des gens d'avoir accès à la musique qu'ils n'auraient pas eu par ailleurs. Prenons l'exemple de la Russie ou jamais un disque ne s'est vendu. Ca n'est quasiment que du pirate. Oui, peut être qu'un Russe va découvrir ta musique. Je suis d'accord. Mais lui aussi n'ira voir qu'un concert ou deux par mois. Avec son pouvoir d'achat à 4 euros, il n'y aura que 40 centimes par date pour les musiciens. Si tu prends les coûts de transport pour tourner sur toute la Russie, c'est énorme. Vu que tu ne peux plus facturer que 235 jours par an en tant que musicien dans ton système, quelles dates vas tu choisir ? Celles ou le pouvoir d'achat est le plus fort. Ou ne faire qu'un unique concert en Russie en vendant la place au prix européen dans un stade. Mais là, le billet à 100 euros, c'est pas tous les russes qui peuvent se le payer. Donc tu fais pas autant d'entrées que ça. Tu es obligé de tourner dans toute la Russie pour gagner ta vie, sur des plans à 40 centimes. Tu ne t'en sors tout simplement pas. Et le Russe n'écoutera pas plus de musiques, il répartira son temps d'écoute différemment.

En caricaturant, crois-tu qu'un africain va se payer une connexion haut débit pour aller écouter de la musique au prétexte qu'elle est dispo en P2P ? Non, il n'en n'a tout simplement pas les moyens. Sa préoccupation est de bouffer, de survivre.

Exemple de Radiohead appliqué au CC.
L'exemple de Radiohead est criant de vérité. L'argument massue a été de dire, regardez ils ont fait 1 million de dollars. OK, mais comment les ont-ils faits ? En démultipliant leur audience parce que les titres étaient dispos en MP3 et que plus de monde ont pu l'écouter ? NON
Parce que ce qu'ils proposaient aux fans connaissant déjà le groupe d'acheter une édition collector et de télécharger les titres en attendant que le disque leur soit livré. Mais ce sont les fans existants de Radiohead qui ont acheté ça. Ceux qui ont payé ont payé en moyenne 4 livres sterlings, qui a servi a financer le site, la bande passante, et le groupe.

Ce ne sont pas de gens sortis de nulle part qui du jour au lendemain se sont dits tiens, si je découvrais RADIOHEAD et que j'allais leur filer 100 dollars parce que je les aime bien. Bien sûr que non.

85% des gens n'ont pas filé 1 euro pour l'album en MP3. C'est peut-être même des ventes acquises qu'ils ont perdu.

Je te renvoie donc au point précédent. Les 2 millions de dollars de CA qu'ils ont générés, il leur étaient acquis car c'est la valeur de leur public existant. Pour schématiser le calcul. Au lieu d'encaisser 200.000 euros via la maison de disques, et 200.000 euros via leurs éditeurs, ils en ont encaissé 2 millions, ce qui fait bien sûr une sacrée différence. Mais ils ont aussi du payer la fabrication des disques, la livraison, le marketing, la promotion. Ils ont additionné les revenus du PRODUCTEUR, de l'EDITEUR, du DISTRIBUTEUR DIGITAL et DISTRIBUTEUR PHYSIQUE.

Quel est le constat de l'histoire ? Ils n'ont pas créé plus de valeur en faisant ça, ils l'ont redistribué différemment et l'ont géré différemment.
Est-ce au moins à l'avantage des fans ? Non, car si pour 85% des malhonnêtes qui n'ont pas eu la courtoisie de filer un euro (tes fameux mécènes), 25% ont payé plus. Pourquoi ont-ils payés plus chers ? Parce qu'ils sont suffisamment fans de Radiohead pour filer 10, 15 ou 100 dollars à leur groupe culte, ils y sont foncièrement attachés et n'ont aucun problème à cautionner leur activité, en s'appropriant un objet collector ou un CD qui ne vaut pas ce prix là en fabrication.
RADIOHEAD fait ensuite une tournée. Va t-'il y avoir beaucoup plus de monde au motif qu'ils ont filé les MP3 ? Je te dis catégoriquement non car les gens qui les ont téléchargé les connaissaient déjà le groupe et ont fait ou pas l'arbitrage évoqué plus haut.

Est ce que ce modèle est mieux au motif qu'il n'y a pas eu de maisons de disques ? Non, 100 fois non car tous les profits ont été investis dans RADIOHEAD et dans rien d'autre. Ont-ils gagné plus ? A la marge uniquement, car ils ont du faire seuls ce que quatre sociétés différentes auraient faites. Ces entreprises auraient fait des économies d'échelle en se spécialisant dans la distribution. Le coût unitaire de livraison n'aurait pas été plus important.

RADIOHEAD a donc fonctionné en circuit fermé, ne générant que très peu de valeur supplémentaire, et sans financer autre chose que leur création mais pas celle d'autre groupe.

au final, ils ont vendu 100.000 disques en direct. Ils l'ont passé en physique chez XL qui en a vendu en tout 3 millions, qui a réinvesti une partie des profits sur d'autres artistes XL. C'est vertueux.

Tu noteras que bien qu'il se soit vendu 26 millions de THRILLER de Michael JACKSON, il n'y a eu que 3 millions de Radiohead avec un coup de pub planétaire. Oui Monsieur, il y a 23 millions de mélomanes qui n'en n'ont rien à branler de RADIOHEAD même gratuitement parce qu'ils n'ont pas les clés pour apprécier cette musique. Elle est difficile d'accès.

Pour prendre un exemple simple pour mieux comprendre la logique, prenons l'image d'un enfant. Ses parents lui filent 20 euros d'argent de poche. Il dit, je veux devenir indépendant. Ses parents lui disent OK. On te donne ce qu'on consacrait pour toi et tu te débrouilles. Voici 1.000 euros. Tous ces potes s'extasient à l'école. Ouah c'est génial. Il va leur répondre oui pendant trois mois, mais quand il aura du payer sa bouffe, ses pompes, des transports, sa cantine, il ne lui restera pas 100 euros. Il lui restera peut être 30 euros d'argent de poche, mais cela aura été au détriment d'autre chose, des arbitrages qu'il aura fait. Il y a des dépense qu'il a fait qui auraient pu aussi bénéficier à ses parents, mais vu qu'il est en circuit fermé, des choses sont achetés en double, le foyer partage moins.
Les gens retiennent 20 euros et 1,000 euros et se disent. Wahhhhou, voilà le modèle. Et bien NON. Il n'a pas gagné plus, il a arbitré différemment les dépenses.




Plus de valeur ????
Si la place de concert est à 20 euros et que tu vas voir deux concerts par semaine, ce qui n'est pas rien cela représente 160 euros par mois, (l'équivalent de 8 disques physiques par mois à 20 euros, soit 120 disques par année, 1200 disques en dix ans!) ce qui est là encore un budget de mélomane.
J'attire ton attention sur le fait qu'aller à un concert suppose des coûts annexes (déplacement vers la salle de concerts a minima sans compter la bière sur place, le Tshirt éventuel). Dans l'année tu auras apporté 1920 euros BRUT pour la création de 1460 albums.
Seulement 96 seront rémunérés par toi. Combien leur aura tu rapporté ? Seulement 15% des sommes des concerts (le reste étant gardée par la salle). Tu vas donc filer 288 euros que se partageront 96 groupes, c'est à dire 3 euros par groupe. Dans ton modèle, tu n'auras financé que 96 groupes sur une royaltie équivalente à ce que leur aurait donné une maison de disques et un éditeur. Tu n'as pas contribué à la richesse de 1364 groupes que tu n'as pas pu aller voir en live, par faute de temps et de moyens.
Là dessus, tu rajoutes l'autre dilemme de la place de concert. Je pense que tu as du remarqué comme moi que les prix avaient montés en flèche depuis la baisse des ventes de CD. Donc, si tu vas voir des concerts plus chers, tu vas à nouveau arbitrer et voir peut-être moins de groupes que cela au final. Si tu es fan de Muse ou Radiohead, maintenant c'est 100 euros la place. Si tous les groupes appliquent ce tarif, tu iras donc voir 19 concerts. Donc tu auras contribué à 19 artistes sur les 1460 que tu auras entendu. Pour dire les choses plus clairement, tu auras filé 15 euros à 19 artistes qui s'autofinanceront.
Tu auras donc totalement tué la diversité puisque 1441 disques que tu as écouté ne toucheront rien de toi.


Plus de monde aimera la musique ?
Encore une fois à la marge. Comment se forme les goûts musicaux. Il y a la sensibilité de chacun, mais il y a aussi la répétition et l'apprentissage. Pourquoi les radios en diffusant de la musique gratuitement ont réussi à faire vendre des disques ? Parce qu'ils ont bastonnés des titres à une très forte audience pour leur permettre d'apprécier la musique. C'est le matraquage à grande échelle qui a permis de développer ce marché et de créer une VALEUR pour ce bien. Mais il y avait deux conditions à cela : le grand nombre d'auditeurs concentrés et la répétition pour se familiariser avec les titres.
Si ces deux conditions ne sont plus réunies, cela ne peut plus marcher. Car la radio en agissant en HUB filtrait le contenu disponible pour n'en proposer qu'une partie EFFICACE aux gens. Si cet effet de condensateur disparaît, il n'y aura pas plus de consommations.
Les gens seront perdus devant la masse de titres disponibles et feront le filtre par leur propres moyens. Et ils risquent de passer à côté de choses absolument phénoménales.

La musique n'est pas un produit comme les autres. Tu le sais bien. C'est exactement la même chose qui va se passer que pour les chaînes TV. Les gens s'agglutinent naturellement vers ce qui est le plus facile, ce qui fait le moins mal à la tête. C'est un drame mais c'est comme ça, chacun est libre de choisir ce qu'il veut consommer.

Aurais tu pensé il y a 20 ans accepter de payer 30 euros par mois pour téléphoner sur un mobile ? Non cela n'existait qu'à peine ou pas du tout. Mais des sociétés ont investi pour te démontrer qu'ils te rendaient un service utile. D'autres sont venus casser les prix etc... Tout cela est sain. Ton système dit abolissons les forfaits téléphoniques, tout le monde a droit à cela gratuitement.


Pourquoi ton utopie est grave ?
Tu amalgames le métier d'auteur compositeur, d'artiste interprète, celui de musicien de scène, celui de musicien de studio. Tu amalgames le métier de producteur de disques, de distributeur de disques, de tourneur, de producteur de spectacles.
Tu passes totalement sous silence le nombre de compétences artistiques extérieures à la musique qui sont nécessaires à la vie musicale.
Plus grave encore, tu nies le droit à une rémunération des créateurs de toutes sortes et des techniciens qui leur sont nécessaires.
Tu confonds chiffre d'affaires et profit.

Si tu viens du monde de l'informatique, c'est comme si le comptable de ta boite te disais que LINUX, ben c'est simple y'a un gars qui s'appelle Linus Torvalds, qui a eue une idée géniale. C'est révolutionnaire car il ne vend pas le logiciel et on peut écrire soi même le programme, qu'on peut revendre à nos clients. Il suffit qu'il y ait quatre informaticiens qui font ch'sais pas trop quoi, (mais je les ai vu bosser au 3eme et je bois un café avec eux à la pause donc ca existe), du coup, on se fait le logiciel nous même. Et c'est super, pas besoin de payer une licence à ce bâtard de Microsoft. Et nos clients, ils sont contents parce qu'ils ont un logiciel sur mesure. Ton comptable, par méconnaissance, passe sous silence des compétences aussi diverses que nécessaires à choix dans la liste en fonction des besoins : http://fr.wikipedia.org/wiki/Catégorie:Métier_dans_le_domaine_de_l'informatique

Si ce même comptable vient te dire : Moi je trouve que ça va pas assez loin. L'informaticien qui bosse sur LINUX, il devrait pas être payé, parce que de toute façon, il sait faire que ça programmer, c'est pas en lui donnant un salaire que ça va le motiver à écrire des lignes de programme. Il fait aussi de la vente, il aura qu'à aller vendre le logiciel, pardi. Il prendra une comm' sur les ventes et tout le monde sera content, parce qu'on vendra plus, et lui il gagnera mieux sa vie, et on sera affranchi du poids de MICROSOFT qui crèvera la gueule ouverte, parce qu'il vendra moins de logiciels. Et si tu veux, je te file un lien pour télécharger Office comme ça il crèvera encore plus vite.

C'est à quelques nuances près exactement ça que tu es en train de me vendre . Si tu es informaticien, ose me dire que c'est un super système ? Dis moi que tu vas pas dire à ton comptable que tu vas pas lui jeter le café à la gueule en lui disant : Dis donc trou du cul, tu crois qu'il suffit d'écrire deux lignes de commande pour faire un logiciel ? Toi tu passes tes journées à rentrer des écritures dans ton plan comptable, moi j'y connais rien, mais chacun son métier.

Imaginons que ton système se mette en place : pas de producteur, l'artiste écrit et compose ces titres, il les enregistre par lui même, il va les distribuer sur Internet, il va en faire la promotion. Il n'aura plus les moyens d'une maison de disques pour être mis en avant. Tous l'enjeu sera donc de cartonner dans le filtrage collaboratif pour s'en sortir.

Pourquoi elle est fausse ?
Le seul avantage qu'aurait pu procurer le P2P est de diminuer le coût d'acquisition de la musique en le diluant sur un plus grand nombre d'utilisateurs pour augmenter la taille du gâteau avec un coût au titre moins important. Ton système propose de supprimer toutes ces rémunérations pour ne laisser qu'à l'intégralité des métiers évoqués plus hauts que les revenus des concerts, alors que tu ne peux pas démultiplier les lives de l'artiste. Tu ne peux qu'en augmenter la capacité de salles mais les coûts sont proportionnellement plus importants, les marges moins fortes sauf à augmenter le prix et donc freiner autant la consommation. Au lieu qu'on rémunère tous un petit peu un groupe, ce ne sera que les gens qui vont le voir en concert. Cela va donc concentrer l'offre car moins de groupes auront les moyens de se financer.
Tu me dis, trouvons des mécènes. Mec, quand tu auras lâché 1920 euros pour aller à des concerts dans l'année, tu vas me dire que t'as plus de tunes pour payer autre chose, c'est déjà 15% de ce que tu gagnes annuellement. Je dois bouffer aussi.

Pourquoi les maisons de disques et les éditeurs sont importants ?
Ils apportent des moyens à certains happy fews, ce qui peut te déranger, j'en conviens.
Ils ont su créer une valeur marchande à des biens immatériels (des créations de l'esprit) en passant par le support, et la démultiplication des supports, à des prix certes élevés mais qui permettent de financer la création, en redistribuant,

Le CC va détruire toute une richesse que ces entreprises ont su créer au motif que parce que c'est immatériel cela ne vaut rien.


Voilà la brève démonstration de l'hérésie de ton système. Le principe du CC sous entend que l'auteur n'a pas à tirer une infime rémunération de la valeur que certains individus ont donné à son ?uvre. Elle suppose qu'il fasse un autre métier.
Je te soumets donc cette vidéo toute simple pour démontrer en quoi ton système est forcément nocif pour la création à terme.

http://www.__youtube...h?v=AXo_pFaeMGQ

Il faut du temps aux auteurs pour être créatifs. C'est du bon sens de base. Si un éditeur leur permets de s'émanciper de la réalité du quotidien, il se concentre sur son art, l'affine, l'enrichit. Pour cela, il ne doit pas être à la fois chanteur, tourneur, barman, chauffeur, éditeur, producteur etcâ? C'est en ça que l'art est exceptionnel.

Les maisons de disques et les lobbys que tu dénoncent ne font que défendre leur droit d'entreprise à créer du travail et à faire bouffer ces gens, car c'est un métier. Ils perdent énormément d'argent sur certains artistes et ont donc demandé de lisser les pertes sur une durée de 70 ans. C'est pour pas dissuader les gens d'investir dans un putain de poker ou la blinde de départ est à 100.00 euros.

Ton utopie ne fera que détruire la valeur qu'ils ont mis des siècles à créer et qui faisaient qu'on pouvait vivre de son art si on plaisait au plus grand nombre.

Tu leur reproches la redistribution des richesses et le choix des artistes ? Ce que tu ne veux pas comprendre, c'est que c'est le peuple qui choisit au final. C'est DEMOCRATIQUE. car ils sont soumis à la concurrence,
Dans ton modèle, ce sera des mécènes, S'ils sont bien intentionnés, il n'en demeure pas moins que ce sera leur choix, ce sera donc FEODAL.
Si ce sont des marques, ils seront des REPRESENTANTS et ce sera une DICTATURE.

L'erreur est de mettre au même niveau un logiciel et une chanson, au titre que les deux sont des biens immatériels. Ce n'est pas la même chose du tout. Un logiciel est utilisé pour faire gagner de l'argent par l'utilisateur oui lui rendre un service. On peut inventer un OS libre au lieu de le vendre. Cela va créer des postes de développeurs LINUX. Ok, mais il aurait aussi fallu des développeurs sur un OS payant non customisé. LINUX n'emploie pas grand monde en propre.

L'entreprise investit pour réduire ses coûts, continuer à payer des salaires, et faire de la marge. Elle n'achète pas un logiciel pour se détendre, pour se vider la tête et pour rêver. Cela s'inscrit dans un schéma économique.

MICROSOFT emploie 90.000 personnes. Cette boite fait bouffer 90.000 familles. Ils ont créé de la richesse et l'ont partagé.
Ils ont fait des profits hallucinants, certes. Qu'a fait le titulaire de ces dividendes ? Il les a donné à une fondation pour aider les peuples en difficulté.

BILL GATES est donc un despote éclairé et il vaut sans doute mieux que KIM Dotcom, qui devant le seigneur ne pourra jamais revendiqué avoir fait bouffer 90.000 personnes et sauvé des vies en Afrique. Il pourra se vanter d'avoir participé à faire baisser de 60% du chiffre de la musique.

Des gens comme toi et moi qui aidaient des créateurs à vivre de leur art, et des artistes qu'on condamne à l'amateurisme en CC, ou des superstars.

Mais à te lire, au prétexte qu'il dénonce un système que tu juges infâme (sans connaître par ailleurs), il te deviens sympathique. Ton sens de la justice est donc totalement vrié sous des beaux discours, séduisants.
Libère toi mon ami, tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc.

Pour t'inciter à revoir tes positions sur les maisons de disques et relativiser un peu les choses :

UNIVERSAL MUSIC MONDE (50% de la musique MONDIALE) fait au 1er trimestre 2011 : 881 millions de chiffres d'affaires pour un résultat de 46 millions.
SFR (qui ne vend que des téléphones et des abonnements en France) : 3, 056 milliards de chiffre d'affaire pour un résultat de 566 millions.
Le business de la musique mondiale est une goutte d'eau dans l'océan des télécoms. Les concentrations sont désastreuses mais quand il faut aller négocier avec apple, tu as intérêt à être sacrément gros si tu veux qu'on te regarde. Crois tu qu'Adipocère va mettre un coup de boule à Tim Cook pour lui demander 0,15 euros sur un MP3 pour continuer à faire tourner sa boite ?

On t'a nourri en te disant que sur le prix d'un CD, seulement 20% allaient aux créateurs donc tu en as déduis que les maisons de disques s'en mettaient plein les fouilles. C'est totalement faux. Ils font une marge de 5% au final, et c'est pas sur les ventes de disques qu'il l'a font.
Tu propose toi tout simplement de rayer ces 881 millions au profit de rien, puisque Universal ne gagne rien sur les tournées d'artiste (ou quasiment rien).
Ton système détruit 881 millions au simple droit à la diffusion libre des contenus, pensant que cela va créer plein de valeur à côté. C'est faux, résolument faux.

Et ton argument de bien non rival est une vue de l'esprit. Car s'il n'y a pas vol, puisque le fichier reste sur l'ordi même s'il est copié, je te le concède, n'en n'est pas moins un produit de substitution d'une copie MP3 avec royalties ou d'un CD. Pourquoi aller payer pour un service identique quand il est gratuit par ailleurs ???? Servir la théorie du MP3 ne coûte rien à dupliquer est fallacieuse, car elle induit que se procurer la copie ne couterait rien. Pour la maison de disques, oui c'est le coût que lui retient son distributeur digital.
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
@musicosindé : j'adore tes explications !
Je suis cependant un peu vexé que tu arrive à formuler aussi bien, avec des exemples aussi claires et pertinent les mêmes idées qui forment un bordel monstre et inexplicable dans ma tête
Inscrit le 08/09/2008
768 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 18:15
Il faut donc faire du marketing et de la promotion pour se faire connaître et FACEBOOK me fait payer la publicité. Donc, comment je fais si je gagne pas de la thune sur les disques que je fais ?
Et s'il n'y a pas un petit label de métal pour me faire ma pub parce que la musique est maintenant gratuite pour respecter TA liberté ?

Vu que tu parles de metal (mais c'est vrai dans d'autre styles musicaux), il y a des communautés regroupant des groupes et le public comme Violent Solutions , et qui de plus comptent parmi eux des organisateurs de concerts. Ces organisateurs de concerts organisent chaque année des dizaines et des dizaines de concerts avec des dizaines et des dizaines de groupes qui font partie de la communauté, auxquels vont des centaines de personnes du public de la communauté (et leur entourage).

Après c'est sûr, si tu veux faire des concerts sans passer par un label, il faut communiquer avec son public, mais c'est vrai que c'est une insulte pour nombre d'artistes (en particulier lorsqu'ils soutiennent la SACEM, HADOPI et les majors).

musicosindé, le 30/09/2012 - 23:01
Par ailleurs, dans ton modèle, les créateurs ne gagnent rien puisqu'on est en CC, ce n'est pas une utilisation commerciale. C'est donc gratuit. Tu me dis que tu vas rémunérer les créateurs en allant les voir en concert. Cela suppose que là tu acceptes de payer ta place. Mais ton budget n'est pas illimité. Tu vas donc faire des choix. Tu n'iras pas voir 1460 concerts dans l'année. Donc, tu ne vas pas rémunérer les 1460 albums que tu as écouté, alors que tu les as tous choisi et qu'ils t'ont donc apporté chacun un plaisir.

Comme tu le dis si bien, le budget n'est pas illimité. Le modèle que défend BRONTO est de répartir la richesse disponible (le budget du public), non plus en le filant aux majors qui achètent des lois pour qu'elles en redistribuent une infime partie à quelques "artistes" élus, mais au contraire à tous ceux qui le méritent, en court-cicuitant très largement ces parasites que sont les majors.

Dois-je comprendre que tu défends un système ou seuls quelques artistes auraient le droit de vivre de miettes que leurs reversent des parasites qui s'engraissent toujours plus, attaquent le public de ces artistes, voirent vendent les produits d'artistes dont ils n'ont pas ou plus les droits (recherches un peu sur Numérama, tu verras qu'il y a eu de nombreux cas ou ces labels que tu défends ne se sont pas privés de vendre les produits d'artistes sur lesquels ils n'avaient plus aucun droit, voire de pousser le vice à faire retirer les contenus que l'artiste lui-même avait mis en ligne...), plutôt que de permettre à un nombre plus important d'artistes de vivre de leur passion, de rapprocher le public des artistes, et d'évincer les parasites qui captent la majeure partie des revenus bien qu'apportant une contribution des plus minimes ?

Certains artistes veulent se concentrer sur leur musique et ne pas avoir à s'occuper de la promotion, la compta et la production ? Ils n'ont pas besoin des labels actuels, qui les spolient et leur reversent des miettes. Ils peuvent simplement faire comme la très grande majorité des indépendants et des petites entreprises : ils sous-traitent. À peu près tous les indépendants et toutes les petites entreprises font appel à des comptables extérieurs (indépendants eux-mêmes dans bien des cas) pour leur comptabilité (comptables qui vont bosser pour X entreprises/indépendants pour occuper leur temps et générer leurs revenus). Pourquoi devrait-on accepter que pour les artistes, il y ait des parasites qui s'accaparent leurs droits et leur reversent des miettes en retour ? Ils peuvent se permettre ça parce qu'ils ont aujourd'hui un monopole et qu'ils achètent les lois pour le maintenir artificiellement alors qu'ils ne sont absolument plus nécessaires.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 29/09/2012 - 23:56
BRONTO : Merci pour a qualité du débat. Je vois que tu reconnais au moins ton statut d'utopiste. Du coup je reconnais volontiers le mien de réaliste. De nous deux, le modèle du futur viendra plus sûrement de toi que de moi. C'est une évidence.

En règle général, c'est vrai. Mais il y a des moments de basculement, "disruption" comme disent les anglophones, où les règles du jeu changent radicalement. Or dans ces moments-là, les réalistes sont tout simplement dépassés et les idéalistes d'aujourd'hui seront les réalistes de demain. Nous sommes, AMHA, dans un tel moment grâce à un saut technologique (Internet). rms, quand il avait démarré le projet GNU et plus généralement lancé le mouvement des logiciels libres, était pris pour un doux dingue. Aujourd'hui, on ne peut tout simplement pas imaginer le monde sans, le secteur pèse des milliards : Microsoft est en train de se faire administrer une sévère leçon sur les appareils mobiles par Google qui utilise précisément le modèle du logiciel libre.

Je vais donc me documenter plus à fond sur les fondements du droit d'auteur pour voir si ton utopie peut être concevable à terme.

J'en suis ravi. Si tu veux laisser un message par la suite, tu peux utiliser la messagerie du site. Je regarde une fois par semaine en moyenne.

Il s'agit d'introniser un gendarme qui fait peur et qui fait comprendre que télécharger c'est mal. L'histoire de l'amende américaine et de l'amende française illustre ce point.

Pour résumer, Hadopi me fait rire. Ils le savent aussi, ils n'auront jamais les téléchargeurs qui connaissent un peu le schmilblick. Donc à la base, je pourrais m'en moquer et vivre ma vie et me dire "Pas de mécénat global ? Tant mieux, c'est toujours ça que je paye pas." Pourtant, j'ai une dent contre Hadopi. Parce que télécharger, partager c'est une bonne chose. Question de valeurs. De plus, Hadopi est dangereux à terme parce qu'on ne joue pas comme ça avec les réseaux. Il faut qu'elle soit supprimée, purement et simplement. Sans oublier qu'il faut effectivement rémunérer les auteurs, mais Hadopi se fiche de ça...


Est ce que Trent Reznor est condamnable de signer sur une major ? Selon moi évidemment non.

Il fait ce qu'il veut, même si j'aurais préféré qu'il continue en indé. Le fait est que les majors ne toucheront pas un kopeck de ma part parce qu'entre la TVA qu'ils payent et les saloperies qu'ils nous pondent, le compte est vite fait : il faut qu'ils disparaissent.

Pour autant, ouvrir les vannes de la musique rend disponible une quantité astronomique de musique. L'auditeur n'a pas 15H00 par jour pour écouter de nouveaux talents. Sans les médias (journalistes musicaux, critiques etc...), comment filtrer le bon du mauvais ? Comment trouver ce qui nous plait ?

C'est un point important : il y aura toujours un excès d'offre par rapport à la demande, et c'est particulier au secteur de la musique (et peut-être de la culture au sens général, crise de surproduction permanente pour parler marxiste). Donc effectivement, il faut que les artistes se fassent connaître. Cette concurrence acharnée pousse aussi à réduire les prix des "morceaux" vers 0 : si le mec d'à côté met sa musique gratuitement sur le net, tu ne peux pas vendre la tienne. C'est aussi pour ça que la SACEM a été obligée d'accepter les licences Creative Commons. Concurrence de Jamendo et du partage, tout simplement. Il existe pourtant des moyens pour atténuer les effets de concurrence, mais devine qui n'en a pas voulu...

Maintenant, ça tue peut-être les majors (plus besoin de signer pour pouvoir diffuser sa musique, un compte gratuit sur certains sites, la licence CC qui va bien et un travail conséquent d'autopromo, c'est déjà un bon début sans payer quoi que ce soit à qui que ce soit). Mais ça ne tue pas, ou ce n'est pas obligé de tuer tout ce qu'il y a autour. L'ingénierie du son, la gestion, l'organisation des concerts, la promotion, la négociation et la vente des droits à des entreprises qui veulent "sonoriser" des projets pour parler comme Jamendo, ça existera toujours. Je crois que le métier de de producteur va s'orienter dans ce sens, à l'image de Music Nation. Dans ce contexte, le téléchargement n'est pas un obstacle, au contraire, ça fait partie de la promotion. La vente des CD ou des morceaux à l'unité, c'est condamné par contre. Comme une étoile morte lointaine dont on voit encore le rayonnement, on pourrait croire qu'il est vivant. Ce n'est qu'une illusion d'optique.

Tu rejoindras sans doute l'ami TASS sur le fait que il n'y a pas besoin de 100% de ton temps pour faire de la bonne musique. Juste du talent... Mon expérience me fait dire que non.

Je suis d'accord avec toi là-dessus. Je connais un couple de musicos comme je l'avais dit, ils bossent dur pour gagner correctement leur vie. Les heures, avec les répét, les cours qu'ils donnent, les concerts, c'est abusé. Je me souviens de la réponse du mec à qui j'avais demandé s'il ne lui arrivait pas d'en avoir marre de la musique, il m'avait répondu qu'il avait faim le matin et qu'il n'était pas rassasié le soir en se couchant. C'est fondamentalement pour ça qu'il fait ce boulot (et je raconte pas le coup où leur chat avait pissé sur leur piano à 3000 euros, ils étaient dé-goû-tés).

Si demain ton système permets à des artistes de bouffer, en faisant leur pub sans avoir besoin de millions de dollars pour se faire connaître sans passer par un producteur, je signe tout de suite.

Fais un tour sur http://www.mecenatglobal.org pour voir les détails. Ce n'est pas le pays de Cocagne mais c'est un début de solution *réelle*. Mieux encore, on pourrait débarquer tous les deux sur le forum du Parti Pirate et lancer le sujet -- je suis sérieux. Ils cogitent dessus depuis un moment.

Mais quand un mec qui tient une marque aussi connue que NINE INCH NAILS (financés par Universal, TVT Records, Kobalt Publishing) pendant 18 ans, avec le talent qu'il a, abandonne son DIY, c'est bien qu'il n'a pas envie de perdre sa thune en prenant tous les risques sur sa pomme...

Il a déjà prouvé qu'il pouvait gagner des millions en distribuant sa musique sous licence Creative Commons. Le risque n'est pas énorme pour lui, à mon avis, il a voulu soit réduire la charge de travail, soit obtenu un contrat très avantageux (dû à son succès passé avec la distribution gratuite qui lui a permis de poser ses conditions).

Le père Reznor il investit dans des lives qui tuent la mort pour offrir un spectacle à ses fans. J'ose pas imaginer combien de millions de dollars il a claqué sur la tournée lights out...

Les concerts ne seront pas affectés par le téléchargement, au contraire (pas moyen de télécharger ça). C'est une voie d'avenir et ça grossit d'ailleurs. En fait, la vente de musique enregistrée a peut-être été une parenthèse de quelques décades qui est en train de se refermer. Avant les disques, les musiciens vivaient surtout des performances live (et ils s'étaient battus contre les enregistrements en expliquant que plus personne ne viendrait aux concerts et que ça tuerait... la musique). Il n'est pas interdit de penser qu'on est revient aux sources, en quelque sorte.

Et le pognon que s'est fait son éditeur, il le garde pas pour lui, il va s'en servir pour payer des avances à des autres auteurs qui à leur tour pourront tenter d'écrire une belle histoire en n'ayant pas à bosser en même temps...

Ca, c'est la version officielle. Quand le marché se concentre suffisamment, il se segmente. Les petits prennent les risques et découvrent les nouveaux talents, les gros prennent les bénéfices et font du lobbying pour des lois qui les favorisent au détriment des auteurs et du public.

Que les gros disparaissent et leur pouvoir de nuisance avec ne me pose aucun problème, c'est au contraire une excellent nouvelle. Le hic, c'est qu'on n'a pas un moyen de protéger ceux qui prennent les risques dans cette affaire, c'est même eux qui y passent les premiers. L'autoproduction a fait d'énormes progrès, mais il est triste de se priver du savoir faire de toute cette chaîne de production, nous sommes d'accords là-dessus. Il faudrait discuter pour essayer de trouver une solution à ce niveau, ce qui n'a jamais vraiment été fait. Parce quand tu es à la fois petit et peu nombreux, personne n'entend cette voix quand ça se fout sur la gueule entre majors et publics.

Revenus réguliers pour favoriser le secteur avec le mécénat global, des lois pour contenir la concentration dans le secteur un peu comme avec la presse (fut un temps) ? Je ne peux que proposer quelques pistes, mais je suis loin d'avoir la solution à ce niveau. Le problème, c'est que le temps presse. Le marché est sur le point de se reconfigurer en se concentrant autour de nouveaux géants qui détiendront les portails principaux, ce qui leur permettra de dicter leur condition et de s'octroyer la part du lion, laissant des miettes aux auteurs qui auront d'autant moins à dépenser pour la production (autoprod pour maximiser les marges pour les petits, restes des majors pour les autres. Les petits labels ? Ils trinquent). En gros, la situation risque d'empirer. Et Hadopi ne peut rien contre ça (non plus).

En bougeant maintenant, il reste un possibilité de conquérir une grand marge de liberté. Quand la fenêtre d'opportunité se sera refermée, le choix pour les auteurs et l'économie autour risque de se limiter au choix d'un nouveau maître.

Je te remercie aussi de reconnaître que le pirate party n'est pas différent d'un parti politique traditionnel, au lieu de nous vendre du travailler plus pour gagner plus pour nous appliquer du travailler plus pour gagner moins

Je peux pas laisser passer ça, ce n'est PAS ce que dit le Parti Pirate, qui n'est PAS contre les auteurs (pendant plusieurs années leur président était... un musicien). Vois ce que dit le parti français sur http://www.partipirate.org/ pour te forger ta propre opinion.

Finalement, je partage ton point de vue sur le manque de sérieux de l'auteur de la Bible. Il aurait mieux fait de fignoler son bouquin le septième jour. Mais tu sais les auteurs, ils sont pas fait pour bosser, c'est tous des feignants...;O)

LOL!

musicosindé, le 30/09/2012 - 14:18
J'ai vu ton documentaire fort intéressant.

Je t'en propose deux autres qui, AMHA, valent vraiment le coup : le premier est fait par un mec qui était proche de The Pirate Bay et qui fait tourner aujourd'hui http://vodo.net (un site de distribution de films via P2P sous licence Creative Commons). Steal This Film II. Le focus est sur l'histoire du copyright et l'impact du téléchargement. https://www.__youtub...h?v=3AXZhMG8Dcs (vost si tu actives les sous-titres) le site officiel étant http://stealthisfilm.com (il y a STF I aussi, un peu moins bien fichu).

Il y a aussi Good Copy Bad Copy qui se concentre précisément sur la musique et les modèles économiques du gratuit. La VO est sur Youtube, la vost est dispo sur eMule (sa licence permet le partage, Hadopi peut aller se faire foutre :
ed2k://|file|Good_Copy_Bad_Copy_VOSTfr.avi|707894726|29FE6214F265784FB3C827D328F61E64|/ )
AMHA, tu n'auras pas perdu ton temps en les regardant.

Je vais regarder quelques choses et reviens vers toi sur le sujet. Peux-tu me préciser quel est ton métier, ton secteur d'activité ?

Pour le moment, il faut que je trouve quelque chose d'alimentaire. Sinon, j'étais plutôt dans le secteur technique. Heureusement d'ailleurs, parce que niveau talent artistique, je suis une merde intégrale (le saigneur qui a glandé le 7 septième jour toussa).

Meddle, le 30/09/2012 - 18:37
Tu veux écouter de la musique et contribuer ?

Bah...

Achète ta musique alors.

C'est si compliqué ?

Oui mais non, on ne reviendra pas aux années 90, Hadopi ou pas Hadpoi. Si tu demandes aux gens d'acheter des CD, tu es cuit. Il faut trouver autre chose. C'est précisément le sujet de la discussion.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 30/09/2012 - 00:17
Je me pose une dernière question néanmoins. Tu évoques le fait que 90% de la population était paysanne et qu'aujourd'hui on vit bien mieux. Je suis pas sûr que les trois millions de chômeurs voient les choses comme toi.

C'est intéressant parce que c'est à la fois lié et pas vraiment. Les trois millions de chômeurs sont dus à la concurrence qui est désormais internationale entre les salariés. Or quand un Chinois fait la même chose pour dix fois moins cher, tu es dans la mouise. Il faut toujours produire moins cher pour arriver à vendre, or on a aujourd'hui un marché saturé. Crise de surproduction relative, ou rop de production par rapport aux consommateurs solvables mais pas par rapport aux besoins pour faire court. Les moins formés donc les plus soumis à cette concurrence morflent les premiers.

Pour moi, c'est un problème intrinsèque au système capitaliste. Dans sa phase de croissance (que la Chine vit en ce moment), il peut assurer le plein emploi. Ensuite, ça se corse. L'austérité gratinée qui va suivre va donner un exemple concret. La solution ? Dans le cadre de ce système, c'est de produire encore moins cher parce que les progrès techniques ne suffisent plus à augmenter la taille du marché assez vite. Donc il faudra rogner encore et toujours sur les coûts de production (salaires, protection sociale, retraite). Ce n'est pas glop, mais je n'ai rien trouvé de mieux comme explication. Désolé.

Peux être es tu chômeur et cela te convient il ?

Blargh. Non, ça ne convient à personne. J'en connais quelques uns qui disent que ça leur convient, mais il ne faut pas être devin pour savoir que c'est une rationalisation d'une situation qui leur pèse ou de problèmes perso jamais résolus (ex : la mère d'une copine est bipolaire bien comme il faut et refuse les soins donc gros dégâts chez sa fille qui essaye de décrocher avec la méthadone). Ils essayent de trouver une explication à leur épuisement qui fait qu'ils n'ont même plus la force d'aller chercher un taf et s'entendre encore dire que non, ils ne sont pas bons pour ça non plus.

Si on invente un système ou tout devient gratuit ? Comment fait-on pour bouffer ?

J'insiste là-dessus, je ne suis pas pour le tout gratuit. Il y a une destruction de valeur qui rend gratuit ou presque ce qui était payant (Schumpeter aurait parlé de destruction créative), mais ça ne rendra pas tout gratuit. Il y a toujours une économie autour.

Maintenant, je ne connais pas du tout le business model de Linux, je vais donc regarder ça pour tenter de comprendre mieux ton modèle et je reviens, sois déchainé comme jamais parce que t'a vraiment dit que des conneries

Suspense XD

, soit la queue entre les jambes parce que c'est moi qui avait rien compris et que j'ai pas pris la bonne pilule quand Trinity me l'a donné. Tu m'auras alors sorti de la matrice, et ce débat aura été formidable.

A mon avis, tu vas revenir déchaîné en disant que voilà, GNU/Linux n'est pas du tout gratuit, qu'il y a une vraie économie autour. Et c'est bien vrai. L'absence de la vente à l'unité ne veut pas dire qu'on parle de tout gratuit, il y a "simplement" un changement de modèle économique en profondeur.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 30/09/2012 - 23:01
BRONTO,

Note en préambule que je ne t'attaque pas personnellement, seulement les idées que tu défends. N' y vois aucune attaque personnelle. J'ai trop de respect pour la démocratie et les libertés individuelles de chacun pour vouloir donner l'impression que je cherche à limiter tes libertés ou te critiquer.

C'est noté. Tant qu'on ne touche pas à mes libertés, ça roule -- et tu peux me critiquer tant que tu veux, c'est le but d'une discussion, aucun problème là-dessus. Note aussi que j'y suis des fois allé assez fort (disons que j'ai été sec). Je suis content et reconnaissant que tu aies été plus tolérant que moi à ce niveau.

J'ai pris connaissance de ton documentaire passionnant. Je ne dis pas qu'il ment, il est intellectuellement irréprochable mais partial.

Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti C'est de Camus je crois.

Je vais t'exposer mon point de vue en te demandant de garder en tête tout au long de l'exposé qu'au niveau des idées, je suis d'accord avec toi. Mais vois toi comme un utopiste et moi comme un réaliste. C'est notre seule mais énorme différence.

Ca marche. Je suis bien conscient que les propositions que je reprends sont inachevés, mais je crois qu'elles valent le coup d'être essayé. Surtout qu'en face, ça continue de s'effondrer.

Dans les trois cas, des sociétés ont vécues ou vivent sous ces différents régimes. Qui est dans le juste absolu ? Difficile à direâ? A chacun de voir ce qui est acceptable. Je suis convaincu que Churchill a raison. C'est bien le moins pire des systèmes.

De ce qu'on a réussi à faire, effectivement. Note que je n'appellerais pas ça une démocratie mais une République, ou économie capitaliste dans un Etat de droit pour être précis. La démocratie est très diluée (aux states, c'est abusé, juste deux partis pour ne pas dire que c'est le parti unique), on est bien plus proche de la République romaine que de la démocratie athénienne.

L'idée pure fut de supprimer la propriété privée pour libérer les individus du joug de cette propriété privée, imaginant un système idéal où chacun apporterait sa contribution en fonction de ses compétences, au final serait libre, il n'y aurait plus d'Etat.

A la base, le communisme visait à collectiviser les moyens de production, pas à abolir la propriété privée dans son ensemble (ton préservatif, c'est le tien). Mais le problème vient du fait que quand le pouvoir est aussi centralisé, sans aucun contre-pouvoir pour le contrôler, ça part en couille. Niveau économique aussi, cette bureaucratie a fait des merveilles niveau échec. Bakounine avait prévu ce qui allait se passer des décennies avant et l'avait expliqué noir sur blanc à la première internationale, lors d'une prise de bec avec Marx himself.

C'est pour moi de loin le point de vue UTOPIQUE le plus intéressant. SAUF QUE, on ne va pas contre la nature humaine aussi facilement. La jalousie, la territorialité qu'on peut voir chez les animaux existent aussi chez les individus.

Je me trompe peut-être, mais je vois avant tout des raisons sociales et le manque de maturité des moyens de développements à cet échec, sans oublier des failles de l'idéologie (inspiration scientiste qui oublie les libertés individuelles, ça ne pardonne pas). C'était utopique à l'époque, ça l'est probablement toujours. Mais quand on aura des robots vaguement humanoïdes qui pourront se répliquer en boucle (se fabriquer), ça en sera fini de l'économie capitaliste. Main d'oeuvre très bon marché et illimitée donc chômage de masse. Il faudra trouver autre chose. Aristote l'avait dit, si les machines fonctionnaient seules, on n'aurait pas besoin d'esclaves. Les Romains avaient bien compris la même chose et avaient interdit les machines à vapeur pour ne pas remettre en cause leur système socio-économique (refus de passer d'un système aristocratique esclavagiste à un système précapitaliste, ils étaient à deux doigts). Je me demande si les générations suivantes feront la même connerie quand les robots seront suffisamment avancés.

Pour en revenir à l'utopie : il y a 25 siècles, la démocratie était une pure utopie qui aurait fait rire n'importe quel abruti sur terre. Les Grecs l'ont réalisé. Concrètement. Puis, après une longue maturation, c'est devenu la norme. Ce qui est une utopie ne le reste pas toujours.

Au nom d'un principe qu'on croit foncièrement juste, on génère du pire alors qu'on ne cherchait évidemment pas ça.

Ce n'est pas fini en Libye, les mecs ont dégagé les barbus à Benghazi. C'est un combat. On verra bien, mais dégager un dictateur était la bonne chose à faire AMHA (ça fait mal au cul mais j'étais d'accord avec Sarkozy là-dessus). Au moins, ils une chance de faire leur propre choix.

Mais nous ne serons pas forcément dans LA vérité, au mieux nous aurons inventé un nouveau système que nous imposerons à tous, ou que nous ferons accepter par une majorité. Et ce sera notre nouveau vivre ensemble.

Tout à fait d'accord là-dessus.

Je partage ton point de vue, je suis même la parfaite illustration de ce que tu dis. Je joue dans un groupe autoproduit, sans aucun soutien de ces majors.

Tu vas devoir faire péter le lien de ton groupe là Au fait, tu as pensé à mettre ne serait-ce qu'un morceaux ou deux sur http://dogmazic.net (et à la limite http://jamendo.com ) ? Ca peut être utile pour te faire connaître et pour que les gens aient au moins une idée pour savoir s'ils veulent la suite.

En France, deux journalistes courageux ont écrit un bouquin sur la SACEM, que j'ai lu. http://www.ziknblog....e-sur-la-sacem/
Je pense que si tu ne l'as pas lu, cela va sans doute venir ta BIBLE ABSOLUE.

Houlà, c'est bon ça, je ne connaissais pas. Merci.

Je vais continuer la démonstration et te montrer en quoi ton système a priori vertueux est une machine à broyer que tu nous prépares :


Ce que sous entend ton documentaire, c'est que la Culture va être partagée par tous et que l'audience va s'en trouver mécaniquement accrue. C'est faux

Tu as raison en très grande partie, sauf que ce n'est pas une machine à broyer sinon je ne l'aurais pas défendu. Plus de détails à la fin de ce message.

Ce ne sont pas de gens sortis de nulle part qui du jour au lendemain se sont dits tiens, si je découvrais RADIOHEAD et que j'allais leur filer 100 dollars parce que je les aime bien. Bien sûr que non.

85% des gens n'ont pas filé 1 euro pour l'album en MP3. C'est peut-être même des ventes acquises qu'ils ont perdu.

Radiohead visait essentiellement à se faire de la publicité et là-dessus, ils ont vraiment gagné. En fait les mecs ont réussi à se faire payer pour leur publicité, ce qui est un tour de force. Au total ils sont largement bénéficiaires. Ceci dit, tu as raison, ils ont pu gagner leur million parce qu'ils étaient déjà connus. Bon nombre de ceux qui sont sur Jamendo font la même chose mais pour essayer d'avoir un début de public.

Est ce que ce modèle est mieux au motif qu'il n'y a pas eu de maisons de disques ? Non, 100 fois non car tous les profits ont été investis dans RADIOHEAD et dans rien d'autre

Mais où est le problème ? C'est une bonne chose si les sommes vont aux auteurs et pas à d'autres puisque ça permet de mieux rémunérer les auteurs (et par conséquent d'en rémunérer plus). Quand ces auteurs auront besoin d'un studio d'enregistrement, d'une salle de répét etc, c'est mieux pour tout le monde s'ils ont plus de moyens.

Ont-ils gagné plus ? A la marge uniquement, car ils ont du faire seuls ce que quatre sociétés différentes auraient faites. Ces entreprises auraient fait des économies d'échelle en se spécialisant dans la distribution. Le coût unitaire de livraison n'aurait pas été plus important.

Le coût unitaire d'un téléchargement est quasiment nul. Une fois que tu as mis en place ton système d'hébergement et de paiement, c'est réglé, tout est automatisé. Il est difficile de faire moins cher, économie d'échelle ou pas.

RADIOHEAD a donc fonctionné en circuit fermé, ne générant que très peu de valeur supplémentaire, et sans financer autre chose que leur création mais pas celle d'autre groupe.

Oui, l'argent allait directement à Radiohead (ou à Reznor pour NiN). Sans que les majors prélèvent leur dîme. C'est une bonne chose pour moi : tu peux gagner plus en vendant moins, donc il y a plus de place sur le marché pour les auteurs. Le rôle des majors qui est de financer d'autres grâce aux bénéfices des stars... ce sont des craques. Tu as vu le docu Copiad Malditos qui explique comment la SGAE distribue les perceptions. 90% des "adhérents" ne verront jamais rien mais auront le droit de payer pour adhérer. C'est pareil pour les majors (ils prennent les bénéfs, pas les risques). Tout le secteur s'est structuré ainsi.

Maintenant, tu as raison quand tu dis que tu laisses le public faire, la majorité va foncer vers les stars et que les petits seront noyés dans la masse. C'est en partie contrebalancé parce que les petits peuvent désormais au moins exister sans demander l'autorisation d'un major. Mais ça ne règle pas vraiment le problème, et c'est pour ça que le mécénat global propose de lisser la distribution (racine cubique toussa) et de permettre au public d'attribuer une partie des sommes mais pas tout. Le but est de trouver un équilibre, mais sans passer par des intermédiaires, ce qui permet de réattribuer la bénéfs et les coûts de fonctionnement de ces intermédiaires devenus inutiles aux auteurs. Il s'agit d'utiliser de façon plus responsable les ressources. C'est bien plus vertueux que XL.

J'attire ton attention sur le fait qu'aller à un concert suppose des coûts annexes (déplacement vers la salle de concerts a minima sans compter la bière sur place, le Tshirt éventuel). Dans l'année tu auras apporté 1920 euros BRUT pour la création de 1460 albums.
Seulement 96 seront rémunérés par toi. Combien leur aura tu rapporté ? Seulement 15% des sommes des concerts (le reste étant gardée par la salle). Tu vas donc filer 288 euros que se partageront 96 groupes, c'est à dire 3 euros par groupe. Dans ton modèle, tu n'auras financé que 96 groupes sur une royaltie équivalente à ce que leur aurait donné une maison de disques et un éditeur. Tu n'as pas contribué à la richesse de 1364 groupes que tu n'as pas pu aller voir en live, par faute de temps et de moyens.

Oui, je ne vois pas de bug dans ce que tu dis. Maintenant, que je dépense mon budget qui a une taille limitée en concerts ou en albums, ça ne change pas grand chose à l'équation. Quelque part, pour moi, ça tend à prouver que même avec le téléchargement gratuit, la même somme atterrit dans les poches des auteurs en rémunérant tout l'écosystème autour. C'est plutôt une bonne chose, non ? Si ensuite je télécharge sans payer, où est le problème ? De toute façon, je n'aurais pas pu payer vu que mon budget est limité.

Si tu es fan de Muse ou Radiohead, maintenant c'est 100 euros la place.

Nan, Rotting Christ c'est plus mieux. J'ai passé l'âge de faire des pogos mais quand même, sans cette ambiance, je trouve que ça ne vaut pas le coup. Sinon, oui, le prix des places a augmenté.

Tu auras donc totalement tué la diversité puisque 1441 disques que tu as écouté ne toucheront rien de toi.

Oui, ils ne toucheront rien de moi. Mais ils toucheront d'autres personnes. C'est concrètement ce qui se passe, les revenus issues des concerts augmentent et la diversité avec. Au point qu'au Brésil, c'est la principale source de revenus des DJ et de loin (vois Good Copy Bad Copy, ça vaut le coup). Comme tu l'as dit, Radiohead ne vend pas autant que Michael Jackson. Mais autant, si ce n'est plus de gens vont voir des concerts, c'est juste qu'il y a plus de concerts de plus petite taille, ce qui est justement un plus pour la diversité.

(suite dans un second message, on dirait que le logiciel du forum trouve qu'il y a trop de citations)
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
Si ces deux conditions ne sont plus réunies, cela ne peut plus marcher. Car la radio en agissant en HUB filtrait le contenu disponible pour n'en proposer qu'une partie EFFICACE aux gens. Si cet effet de condensateur disparaît, il n'y aura pas plus de consommations.
Les gens seront perdus devant la masse de titres disponibles et feront le filtre par leur propres moyens. Et ils risquent de passer à côté de choses absolument phénoménales.

Je suis totalement en désaccord là-dessus. Le matraquage tue la diversité. Perso, je n'écoute plus la radio ou presque mais j'ai découvert un paquet de choses très intéressantes par bouche à oreille, en cliquant sur "Quoi de neuf ?" sur LimeWire et en jetant un coup d'oeil aux répertoires de serveurs FTP et voir ce que le mec qui a mis en ligne ce que je cherche aime par ailleurs. Dogmazic, ça le fait aussi très bien.

C'est largement plus efficace que le matraquage de la radio qui n'a plus grand chose de phénoménale à offrir comparé à ça. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard et je ne suis pas le seul : la diversité a évolué grâce au P2P, ce qui a aussi augmenté la taille du marché dans une certaine mesure. Plus les gens écoutent et échangent de la musique, plus ils entraînent les autres à faire de même. L'appétit vient en mangeant comme dirait l'autre. Mais je le dis à la fin de ce message, on est désormais arrivé à un point de saturation.

Aurais tu pensé il y a 20 ans accepter de payer 30 euros par mois pour téléphoner sur un mobile ? Non cela n'existait qu'à peine ou pas du tout. Mais des sociétés ont investi pour te démontrer qu'ils te rendaient un service utile. D'autres sont venus casser les prix etc... Tout cela est sain. Ton système dit abolissons les forfaits téléphoniques, tout le monde a droit à cela gratuitement.

Je digresse mais ça risque de venir : chaque téléphone Android est un client SIP natif. Avec la couverture WiFi (et la norme n qui double la portée) et des commutateurs logiciels (et libres) comme Asterisk, les réseaux maillés vont forcément apparaître à un moment donné. Et en France, on regardera les autres faire pendant que la Hadopi empêchera la même chose ici (il faut "sécuriser", donc restreindre sa ligne). C'est d'ailleurs pour ça que Skype fait très peur aux telco : ça risque d'être du 15 euros pour du 4G LTE illimité et terminé les forfaits à 50 euros, avec certaines personnes qui n'utiliseront que du WiFi (donc plus de forfait mobile, mais ça libère aussi la charge sur les antennes cellulaires). Il y a des choses intéressantes en préparation à ce niveau.

Pour résumer, une destruction de valeur conséquente pointe le bout de son nez mais les économies réalisées seront réaffectées à autre chose.

Pourquoi ton utopie est grave ?
Tu amalgames le métier d'auteur compositeur, d'artiste interprète, celui de musicien de scène, celui de musicien de studio. Tu amalgames le métier de producteur de disques, de distributeur de disques, de tourneur, de producteur de spectacles.
Tu passes totalement sous silence le nombre de compétences artistiques extérieures à la musique qui sont nécessaires à la vie musicale.

J'ai probablement été imprécis, mais il y a aussi le fait que ces métiers vont changer considérablement. Producteur et distributeur de disques, c'est quasiment terminé. Producteur de spectacles, tourneur, ingé du son, ça a un bel avenir. Les musiciens de studio, ça va être délicat. En fait il est difficile de dire comment l'ensemble va s'organiser. S'il y a une chose qui reflète cette évolution, c'est Live Nation (que j'ai cité par erreur comme Music Nation dans un pavé précédent). Ils font des contrats à 360° comme ils disent, les tourneurs commencent à prendre en charge la production des albums qui sont plus vus comme des outils promotionnels que comme la source principale de revenu (ils ont signé avec Madonna pour dix ans, ils sont fous).

Plus grave encore, tu nies le droit à une rémunération des créateurs de toutes sortes et des techniciens qui leur sont nécessaires.
Tu confonds chiffre d'affaires et profit.

Euh, quand même, non. Soyons honnêtes, je n'ai jamais nié le droit des auteurs à être rémunéré, ni même des techos qui sont nécessaires. Si tu trouves un endroit où j'ai pondu une telle ânerie, cite-le et je mange mon chapeau. Ce point est important, si tu crois que je défends ce point de vue, on ne peut pas avancer.

Si ce même comptable vient te dire : Moi je trouve que ça va pas assez loin. L'informaticien qui bosse sur LINUX, il devrait pas être payé, parce que de toute façon, il sait faire que ça programmer, c'est pas en lui donnant un salaire que ça va le motiver à écrire des lignes de programme. Il fait aussi de la vente, il aura qu'à aller vendre le logiciel, pardi. Il prendra une comm' sur les ventes et tout le monde sera content, parce qu'on vendra plus, et lui il gagnera mieux sa vie, et on sera affranchi du poids de MICROSOFT qui crèvera la gueule ouverte, parce qu'il vendra moins de logiciels. Et si tu veux, je te file un lien pour télécharger Office comme ça il crèvera encore plus vite.

Voilà le lien : http://fr.libreoffice.org/
Plus sérieusement, je ne dis pas et je n'ai jamais dit que les développeurs ne devaient pas être payés. C'est même le contraire : grâce aux logiciels libres, il y a bien plus de développeurs qui vivent de leur travail que ce qui aurait été possible si on avait bouffé que du Microsoft et du Apple. Parce qu'il y a une myriade d'entreprises dans tous les pays qui font du support, des formations, de la mise en place, du portage, de l'adaptation. Parce que la richesse n'est plus concentrée, elle est au contraire diffusée et ça crée aussi des opportunités qui n'auraient pas été possibles autrement.

Oui, une licence libre te permet d'obtenir le logiciel gratuitement. N'empêche, plein de gens payent pour tout ce qu'il y a autour et au total, ça pèse incomparablement plus que Microsoft. Pour faire court, Internet n'aurait pas été possible sans les logiciels libres, on aurait hérité d'un Minitel bis sous la forme d'AOL et de MSN. La comparaison niveau création de richesses est tout simplement sans appel, et encore, limiter ça à l'aspect économique reviendrait à ignorer d'autres apports immenses. Ce n'est pas utopique, c'est la réalité dans laquelle on vit (et grâce à laquelle on discute ici-même).

C'est à quelques nuances près exactement ça que tu es en train de me vendre . Si tu es informaticien, ose me dire que c'est un super système ?

J'ai dû mal m'exprimer, mais je n'ai jamais dit que les dévs ne devaient pas être payés (bordel, j'ai acheté des logiciels que j'avais gratuitement pour soutenir les dév). J'ai dit qu'il y avait un autre système économique que la vente à l'unité et qui marche à merveille. Et ça, c'est un système largement supérieur à celui de Microsoft, aucun doute là-dessus. On n'a plus un seigneur féodal qui nous dit ce qu'on a le droit de faire sinon procès, on bénéficie de la créativité de chacun.

Imaginons que ton système se mette en place : pas de producteur, l'artiste écrit et compose ces titres, il les enregistre par lui même, il va les distribuer sur Internet, il va en faire la promotion. Il n'aura plus les moyens d'une maison de disques pour être mis en avant. Tous l'enjeu sera donc de cartonner dans le filtrage collaboratif pour s'en sortir.

Oui, on tend vers ça. Non, ce n'est pas la panacée. Il y a des propositions de solutions, il en a déjà été question.

Tu me dis, trouvons des mécènes. Mec, quand tu auras lâché 1920 euros pour aller à des concerts dans l'année, tu vas me dire que t'as plus de tunes pour payer autre chose, c'est déjà 15% de ce que tu gagnes annuellement. Je dois bouffer aussi.

Justement. Les mécènes, c'est chaque personne qui a un accès Internet. Tu ajoutes 5 à 10 euros sur l'abonnement et c'est obligatoire (sinon c'est juste pas gérable, les contrôles coûteraient plus cher que ce que ça rapporte et ce serait Hadopi bis). Ces personnes attribuent, si elles le veulent, 50% des sommes aux artistes qu'elles veulent soutenir. Le reste (et ce que le public n'a pas orienté) est attribué en fonction des téléchargements mesurés (on sait faire, c'est assez simple) et lissé pour assurer une redistribution large.

Le but : te garantir de bouffer. Il y a plus de détails sur le site, mais c'est l'idée. Et ça, dans un contexte où les revenus des auteurs augmentent. Où est le problème ? Sérieusement ?

Pourquoi les maisons de disques et les éditeurs sont importants ?
Ils apportent des moyens à certains happy fews, ce qui peut te déranger, j'en conviens.
Ils ont su créer une valeur marchande à des biens immatériels (des créations de l'esprit) en passant par le support, et la démultiplication des supports, à des prix certes élevés mais qui permettent de financer la création, en redistribuant

On peut le faire mieux qu'eux pour moins cher. Oui, ils ont un gros souci et c'est pour ça qu'ils essayent d'avoir des lois pour les protéger.

Le CC va détruire toute une richesse que ces entreprises ont su créer au motif que parce que c'est immatériel cela ne vaut rien.

Non, pas plus que la licence GNU n'a détruit tout une richesse. Au contraire, elle en a crée *énormément* en ouvrant des possibilités nouvelles. Certes, les logiciels sont fonctionnels, pas la musique. N'empêche, il y a de plus en plus de gens qui gagnent bien leur vie en utilisant ces licences, au point que la SACEM a été contrainte d'en accepter certaines (la base pousse). Ca permet de toucher un public plus large, ça favorise les remix (donc les citations), ça évite une chiée de contrats et des restrictions géographiques à la con et ça permet de diffuser pour un coût nul (c'est pas fonctionnel, ça ?)

Non, ils ne gagneront plus d'argent en vendant à l'unité, mais ça ne veut PAS dire qu'ils ne gagneront plus d'argent. J'ai cité des exemples et des moyens de monétisation, mais il y en aura certainement bien d'autres (vois ce que fait Kellee Maize. Elle a été connue grâce la distribution sous licence CC-By et depuis elle gagne très bien sa vie. Le pire, c'est que ce qu'elle offre gratos se vend comme des petits pains sur Amazon)

Je te soumets donc cette vidéo toute simple pour démontrer en quoi ton système est forcément nocif pour la création à terme.

http://www.__youtube...h?v=AXo_pFaeMGQ


Il faut du temps aux auteurs pour êtree créatifs. C'est du bon sens de base. Si un éditeur leur permets de s'émanciper de la réalité du quotidien, il se concentre sur son art, l'affine, l'enrichit. Pour cela, il ne doit pas être à la fois chanteur, tourneur, barman, chauffeur, éditeur, producteur etcâ? C'est en ça que l'art est exceptionnel.

Ne pas être soumis à certaines contraintes, c'est sûr que ça aide. Et c'est bête à dire mais c'est justement ce que vise le système dont j'ai parlé (mécénat global) avec des revenus réguliers et garantis.

Les maisons de disques et les lobbys que tu dénoncent ne font que défendre leur droit d'entreprise à créer du travail et à faire bouffer ces gens, car c'est un métier. Ils perdent énormément d'argent sur certains artistes et ont donc demandé de lisser les pertes sur une durée de 70 ans. C'est pour pas dissuader les gens d'investir dans un putain de poker ou la blinde de départ est à 100.00 euros.

Ca tombe très bien, parce qu'on peut faire la même chose pour mieux et moins cher, et sans avoir besoin de lisser nos pertes pendant 70 ans. Il sera alors temps de revoir ce délai.

C'est intéressant d'ailleurs, plus Universal se casse la gueule, plus le nombre d'albums qui sortent augmente. Quelque part, qu'ils arrêtent de prendre des risques tout court, on s'en portera mieux.

Dans ton modèle, ce sera des mécènes, S'ils sont bien intentionnés, il n'en demeure pas moins que ce sera leur choix, ce sera donc FEODAL.

Non, ça sera au contraire démocratiquement décidé par des citoyens -pas des lobbies, des citoyens- qui s'imposent de rémunérer les auteurs dans l'intérêt général à long terme. Il ne faut pas bloquer sur le mot mécénat, il sera difficile de trouver un système plus démocratique si tu regardes un peu les détails.

La version mal torchée, à savoir la licence globale a été votée. En 2005. Avant que le gouvernement organise fissa un nouveau vote pour annuler la chose. Ca doit te dire qui est pour un système démocratique et qui est pour un système où les dominants continuent de dominer.

Si ce sont des marques, ils seront des REPRESENTANTS et ce sera une DICTATURE.

Oui.

MICROSOFT emploie 90.000 personnes. Cette boite fait bouffer 90.000 familles. Ils ont créé de la richesse et l'ont partagé.

Cette boîte a freiné l'innovation avec des formats propriétaires, asservi ses utilisateurs par le même moyen, tente de tuer ses concurrents avec des brevets absurdes alors que Gates lui-même disait qu'ils n'auraient pas pu se développer si ces brevets existaient, fait des procès dans tous les sens en plus de menacer ses clients. Alors que le logiciel libre encourage le partage et fait bouffer largement plus 90.000 familles. Niveau partage de richesses, c'est une victoire par KO, mais pas pour Microsoft. (les chiffres de 2007, je te laisse imaginer l'évolution depuis : http://www.flossimpact.eu/ )

BILL GATES est donc un despote éclairé et il vaut sans doute mieux que KIM Dotcom

Microsoft était peut-être un facteur de progrès dans les années 80, quand ils ont brisé le monopole d'IBM et favorisé la démocratisation de la micro-informatique. Cette époque est désormais révolue, à présent ils sont un boulet. Alors que, et c'est triste à dire, Dotcom est un facteur de progrès à l'heure actuelle.

Mais à te lire, au prétexte qu'il dénonce un système que tu juges infâme (sans connaître par ailleurs), il te deviens sympathique. Ton sens de la justice est donc totalement vrié sous des beaux discours, séduisants.

Dotcom ne m'est pas sympathique. Je ne suis pas un fan des sites DDL pour les raison que j'ai expliqué, je préfère le P2P, et Dotcom n'est certainement pas un philanthrope. N'empêche que mes intérêts convergent avec les siens. Qu'il réouvre MU et lance Megabox, ça me va. Comme ça, ceux qui tentent de fermer des sites en sabotant des business et sans décision de justice comprendront qu'ils ont tort.

Et ce n'est pas lui qui a flingué le CA de l'industrie de la musique, ce serait trop d'honneur. Ca dure depuis Napster. C'est tout simplement inévitable tant que l'industrie basera son modèle sur la vente d'albums.

Libère toi mon ami, tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc.

J'essaye. Et pour l'instant, je me dis que je me sentirai bien plus libre quand on aura supprimé la Hadopi qui tend vers un gri très très foncé et moche.

Le business de la musique mondiale est une goutte d'eau dans l'océan des télécoms. Les concentrations sont désastreuses mais quand il faut aller négocier avec apple, tu as intérêt à être sacrément gros si tu veux qu'on te regarde. Crois tu qu'Adipocère va mettre un coup de boule à Tim Cook pour lui demander 0,15 euros sur un MP3 pour continuer à faire tourner sa boite ?

Il y a un an ou deux, c'est un major qui avait ouvert sa gueule contre Google. Une rumeur de rachat du label par Google a couru. Genre, je te rachète, je vire le boss (et je trouve une petite malversation qui va bien pour te coller un procès au cul) et j'ai la paix. Certains rigolaient même en se disant que tout le catalgoue atterrirait gratos sur Youtube. Ou tu la fermes. Le résultat a été très rapide, on n'a plus rien entendu.

Oui, il y a un réel déséquilibre, oui c'est un problème qui va grossir. Je crois en avoir déjà parlé. La solution n'est pas d'espérer vendre des CD ou des fichiers à l'unité ni d'espérer son salut côté Universal mais d'établir un lien direct avec le public, sans passer ni par Apple, ni par Universal.

Tu propose toi tout simplement de rayer ces 881 millions au profit de rien, puisque Universal ne gagne rien sur les tournées d'artiste (ou quasiment rien).

Hrhr, tu dis que je confonds chiffre d'affaire et bénéf et tu fais pareil Plus sérieusement, un prélèvement mensuel modique sur les abonnement Internet dépasserait facilement les 881 millions. Et on pourrait revoir le délai de 70 ans, en se débarrassant de la Hadopi en prime (hop, 10 millions de plus).

Ton système détruit 881 millions au simple droit à la diffusion libre des contenus, pensant que cela va créer plein de valeur à côté. C'est faux, résolument faux.

Ca dépend de que tu entends par valeur. Comment se fait-il que les revenus des auteurs augmentent, ce qui leur permet de faire appels à des professionnels du domaine alors qu'Universal se casse la gueule ? Sans compter qu'on peut le retrouver, ces 881 millions (cf. ci-dessus).

Aussi, penses-tu que l'imprimerie était un mal parce qu'elle amis fin aux moines copistes qui créaient plein de valeur à côté, sans compter la construction des monastères etc ? Universal, c'est le moine copiste de notre époque.

Pourquoi aller payer pour un service identique quand il est gratuit par ailleurs ????

J'ai déjà répondu en détail à ça. Pour résumer, il faut offrir quelque chose qu'on ne peut pas avoir gratuitement, contenu premium ou collector, ou le *sentiment* de contribuer (le lien, toujours). C'est dans un précédent pavé. En prime, Kellee Maize, arrive en plus à vendre ce qu'elle offre gratuitement, comme Reznor avait fait avant elle.

Servir la théorie du MP3 ne coûte rien à dupliquer est fallacieuse, car elle induit que se procurer la copie ne couterait rien. Pour la maison de disques, oui c'est le coût que lui retient son distributeur digital.

Pourtant c'est une réalité. La maison de disque doit faire avec que ça lui plaise ou non, il n'a pas le choix. De toute façon, le distributeur numérique (iTunes ?) se rémunère sur les copies vendues (quand ce n'est pas sur le travail des Chinois qui produisent les iFierté) donc ce coût doit être couvert.

Sinon, je suis d'accord avec une énorme partie de ton argumentaire. Oui, une grande partie du constat est juste : le marché est saturé. L'offre excède la demande, on est déjà dans l'abondance parce qu'on télécharge comme on veut. La demande ne peut que difficilement croître, or comme l'offre augmente, les revenus dont bien plus dispersés (comparaison Thriller et Radiohead, ou encore Beatles tout simplement : aucun groupe n'aura le même statut). Et ça, c'est sans compter avec la concurrence des amateurs qui ira en s'accentuant (dans la photo, c'est plus présent encore). Oui, nous serons toujours dans un contexte de crise de surproduction. L'offre excédera toujours la demande.

Une proposition de solution ? Mieux équilibrer la distribution des fonds et sortir les intermédiaires du circuit pour réaffecter cette somme à ceux qui créent vraiment quelque chose et à ceux qui y contribuent vraiment. Ca ne durera pas éternellement, mais jusqu'à présent, ça marche (le lien que j'ai indiqué et qui montre que les revenus des artistes augmentent). Là-dessus, il y a aussi des nouveaux marchés : les entreprises communiquent bien plus (font plus de pub), en partie parce que l'audience s'est segmentée. Des activités nouvelles intègrent aussi la musique. Donc les redevances augmentent. On peut aussi ajouter une partie d'aides publiques. Note que le mécénat global prend tous ces éléments en compte (il y a entre autres le fondateur de GNU qui est loin d'être un abruti derrière). Il propose de lisser les revenus avec une fonction comme la racine cubique et de rendre le lien aussi direct que possible avec les auteurs et leur public.

La nuit aura été courte...
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
musicosindé, le 29/09/2012 - 18:15
[u]Vu que tu parles de metal (mais c'est vrai dans d'autre styles musicaux), il y a des communautés regroupant des groupes et le public comme Violent Solutions , et qui de plus comptent parmi eux des organisateurs de concerts. Ces organisateurs de concerts organisent chaque année des dizaines et des dizaines de concerts avec des dizaines et des dizaines de groupes qui font partie de la communauté, auxquels vont des centaines de personnes du public de la communauté (et leur entourage).

Bonjour à toi, ici aussi, ce n'est pas toi que je critique c'est les idées. Remplace les tu par des ils. Je tire uniquement sur le message pas le messager.

Oui bien sûr qu'il y'a encore quelques artisans. Mais quelle est leur audience ? Elle s'adresse à des spécialistes du sujet, pas à un grand nombre. Que se passe-t-il dans ces concerts ? Il y a 100 personnes, 200 personnes max. Pourquoi, parce que le métal n'intéresse pas tout le monde en France. Cela représente une grosse audience au niveau mondiale, pas française. C'est une niche parmi les niches de la musique. Si demain le groupe français veut toucher plus de monde, il faudra qu'il touche le fan américain. Mais le fan américain va pas craquer 1000 euros pour venir le voir jouer au Plan à Ris Orangis.
Et vu que dans votre système P2P ou CC, vous décrétez qu'il ne peut plus toucher de droit sur ses disques. Donc il est obligé d'aller aux USA votre zicos de métal. Mais les USA, c'est grand. Oui c'est un gros marché pour le métal, mais New York Los Angeles, c'est faire Paris Moscou. Donc quand tu es zicos et que tu ne vis que de tes cachets live et des Tshirts, combien il faut qu'il vendent de Tshirt en France à 10 euros pour se payer son billet aux USA ? S'il gagne 2 euros par TSHIRT, il doit vendre 500 T shirts s'il est tout seul, 2000 Tshirts s'ils sont 4 dans le groupe, 2500 s'ils ont un manager. Et à ce stade, ils ont pas mis d'essence ni louer un bus pour faire leur tour aux USA ? Donc, ils débarquent à New York et ils ont fait leur calcul : 2000 euros d'essence et de tour bus pour faire le tour des USA. Il faut qu'ils revendent 1000 T Shirts rien que pour pouvoir aller à la date suivante. Mais vu que vous voulez pas gu'il gagne d'argent autrement qu'en vendant des TShirts, ils sont baisés. Parce que il faut pas croire qu'ils vont toucher un cachet de 2000 euros pour leur date à New York. Ils prendront au max 200 dollars. Et tu noteras que dans ce schéma, ils se sont pas encore versés de salaires.... Détail !

Après c'est sûr, si tu veux faire des concerts sans passer par un label, il faut communiquer avec son public, mais c'est vrai que c'est une insulte pour nombre d'artistes (en particulier lorsqu'ils soutiennent la SACEM, HADOPI et les majors).


Oui, mais communiquer avec son public est un boulot à plein temps, tu peux pas faire de musique si tu passes ta life à envoyer des emails sur les forums, annoncer tes dates, etc.. Pendant ce temps là, tu bosses pas la musique.
Et note que si c'est un boulot à plein temps, dans votre système, il ne gagne pas une thune vu qu'il peut pas aller bosser sur scène. Donc il crève ton zicos qui communique avec son public s'il a pas un producteur qui lui paye un attaché de presse bien plus doué que lui pour parler avec un journaliste.Lui il est bon gratteux ou chanteur.

musicosindé, le 30/09/2012 - 23:01
Par ailleurs, dans ton modèle, les créateurs ne gagnent rien puisqu'on est en CC, ce n'est pas une utilisation commerciale. C'est donc gratuit. Tu me dis que tu vas rémunérer les créateurs en allant les voir en concert. Cela suppose que là tu acceptes de payer ta place. Mais ton budget n'est pas illimité. Tu vas donc faire des choix. Tu n'iras pas voir 1460 concerts dans l'année. Donc, tu ne vas pas rémunérer les 1460 albums que tu as écouté, alors que tu les as tous choisi et qu'ils t'ont donc apporté chacun un plaisir.

Comme tu le dis si bien, le budget n'est pas illimité. Le modèle que défend BRONTO est de répartir la richesse disponible (le budget du public), non plus en le filant aux majors qui achètent des lois pour qu'elles en redistribuent une infime partie à quelques "artistes" élus, mais au contraire à tous ceux qui le méritent, en court-cicuitant très largement ces parasites que sont les majors.


Ton discours craint pourquoi ? Tu pars du principe que tu es dans le vrai. Si tu aimes le métal et que tu détestes lady Gaga, prenons cet exemple. Tu fais fermer toutes ces majors que tu dénonces et on te donne les rênes de la redistribution de la musique. Comment vas tu répartir le budget musique ? Tu vas dire, la Gaga aux chiottes et je file 1 million à Mass Hysteria.
Dieu te bénisse selon mes goûts personnels ;O) Qu'est ce qui va se passer, tu vas passer des tonnes de pub de Mass sur TF1 ? Résultat les gamins vont se mettre à chialer, ils materont plus TFOU. Les mamies qui regardaient les feux de l'amour vont arrêter de regarder TF1. Tu penses que parce qu'en bastonnant du Mass matin midi et soir, la France va se convertir au triple blast ? Bien sûr que non, ils ne voient pas en quoi Mass c'est révolutionnaire par rapport à ce qui se faisait avant. Donc ils zappent sur une autre chaîne qui diffuse du Gaga. T'auras mis tout ton pognon sur un seul artiste dont seuls 10.000 français peuvent comprendre leur art, tu auras vendu 10.000 albums à 10 euros, donc t'auras perdu 900.000 euros dans l'affaire. Ah non je suis con, tu vends plus de disques. J'oubliais, excuse moi ;O)
Tu fais un stade de France avec Mass hystéria. Booker le stade de France, 100.000 euros. La sécu pour 80.000 personnes, 30.000 euros, les techos pour monter la scène, 10.000 euros, tu dois acheter des bières pour 80.000 personnes, 160.000 euros.
Tu dois payer Mass Hysteria 20.000 euros. Coût total de l'opération : 400.000 euros. Tu te dis, cool, je vais vendre 80.000 billets à 30 euros. 2 400 000 euros. Putain je suis riche. Et ben non, parce qu'il y' a que 10.000 personnes qui viennent. 300.000 euros. T'as perdu 100.000 euros. Qu'est ce que tu fais, tu vends ta maison pour payer tes dettes ????? Tu peux pas te rattraper sur les ventes de CD, il y en a plus.

Tu pètes un plomb parce que tu es convaincu que la France irait mieux en écoutant MASS. Tu insistes, tu prends le pouvoir. Tu rend illégal Lady Gaga et tu imposes MASS. Tu mets des cours de métal obligatoire pour que les gosses s'habituent et arrêtent de chialer. Ils chialent toujours. Tu deviens fou, tu emprisonnes tous ceux qui n'écoutent pas MASS.
Le peuple écoute en cachette Lady Gaga. La révolte gronde. On veut Gaga, on veut Gaga... Tu finis comme Khadafi sur un chemin abattu d'une balle dans la tête... Tu as emprisonné des gens, perdu de l'argent pensant imposer un bon goût à un peuple qui n'en a rien a carrer. Tu es devenu DICTATEUR.

Pascal Nègre, il a regardé ce qui marchait sur TF1, il envoie du Gaga à fond les ballons, il en vend des millions. il en reverse une partie à gaga. Et qu'est ce qu'il fait avec MASS ???? Et ben mon pote, il les signe en édition. Parce qu'il a vu que c'était un segment de marché porteur. Il impose rien à personne. il leur file pas grand chose, juste de quoi mettre de l'essence dans leur bus aux USA. Comme ca ils peuvent s'imposer gentiment en tournant et trouver une audience sur un marché porteur. Il perd de l'argent sur ce coup là mais il fait un pari sur l'avenir. Il est démocrate, et il essaie de filer un peu à tous, en prenant sur les profits de gaga. Mais lui il s'intéresse à la valeur des choses. Il se demande si ca en crée. Si ca n'en crée pas, il ne signe pas.

http://www.sacem.fr/...n=default&tri=p

C'est pareil dans tous les styles musicaux. Oui c'est lui qui décide en théorie. Dans les faits c'est le public qui décide, pas une personne détentrice du bon goût. Bien évidemment, il ne filera pas la même chose à Gaga qu'aux Mass. Ils plaisent à moins de monde, ils ramènent moins de profits, mais ils sont aidés pour être professionnalisés.


Dois-je comprendre que tu défends un système ou seuls quelques artistes auraient le droit de vivre de miettes que leurs reversent des parasites qui s'engraissent toujours plus, attaquent le public de ces artistes, voirent vendent les produits d'artistes dont ils n'ont pas ou plus les droits (recherches un peu sur Numérama, tu verras qu'il y a eu de nombreux cas ou ces labels que tu défends ne se sont pas privés de vendre les produits d'artistes sur lesquels ils n'avaient plus aucun droit, voire de pousser le vice à faire retirer les contenus que l'artiste lui-même avait mis en ligne...), plutôt que de permettre à un nombre plus important d'artistes de vivre de leur passion, de rapprocher le public des artistes, et d'évincer les parasites qui captent la majeure partie des revenus bien qu'apportant une contribution des plus minimes ?

Ici aussi quand je dis tu, c'est pas toi, hein. C'est le P2P et Megaupload...

Mon ami, ca va te faire mal, c'est pire que ça mais c'est toi qui a créé cette "bête immonde", ce n'est pas moi. Pourquoi ? Parce qu'en vendant le p2p comme une fausse bonne idée, tu as incité un individu à ne pas acheter un disque mais plutôt à le télécharger. Cet individu, disons que c'est toi. Tu t'es dit, ca fait pas de mal à pascal Nègre. En plus c'est pas chez lui. allons y et expliquons à mes potes comment faire. OK, un disque non vendu en théorie ne fait pas de mal. Oui mais quand on sait qu'on peut avoir gratos ce qu'on payait 12 euros, ca finit par se savoir. Sans faire de prosélytisme. Donc d'un coup, l'effet papillon fait que c'est 60 millions de personnes qui achètent UN SEUL disque en moins. Tu n'as pas fait grand mal a priori. 60millions x20= 1 milliard 200 millions de ventes non faites.

Tu crois que tu as fait mal à universal et qu'il vont bien chialer ? Non, tu leur rends un immense service. Déjà t'as brulé 230 millions de TVA généré sur la valeur ajoutée du disque. C'est à qui que t'as fais mal, à nous tous. Ensuite, il y a la FNAC et les magasins. 250 millions en moins. Boom il virent des gens et ils réduisent la place de la musique dans les magasins parce qu'ils savent qu'ils peuvent pas lutter.

Viens alors Pascal Nègre qui va voir la FNAC. Ho les cocos, c'est quoi ce bordel. Pourquoi vous réduisez les linéaires ?
C'est la crise.
Bon OK, moi j'ai 33% de part de marché en France, comment on fait ?
Ben on met les disques qui se vendent le plus.
OK les gars, vous voulez quoi 20.000 Gaga ? Vendu vous les avez. Il vous reste quoi comme place dans les rayons.
Ben 10.000 places, pas plus.
OK, alors si vous voulez mes 20.000 Gaga vous me prenez 1,000 Mass Hysteria.
OK pascal on a pas les choix, 1/3 de notre chiffre on le fait avec toi.

Adipocère arrive avec son groupe de Black Métal suédois. Salut la FNAC, on a le dernier EMPEROR, il cartonne tout , si j'en vends 3.000, je suis le king du métal et je fais tourner ma boite.
La FNAC lui répond, écoute garçon, t'es gentil, mais là il nous reste 5.000 places, on doit encore vendre du Norah Jones d'EMI, du Francis Cabrel de Sony, c'est tendu niveau place, donc ton Emperor, tu oublies, tu le mets en VPC, parce que tes black métalleux ils savent ou trouver leur came. Merci.

On continue l'histoire, Pascal Nègre, grâce à votre P2P a augmenté sa part de marché. L'année suivante ca continue. C'est plus violent encore. La FNAC vend toujours moins. Ils réduisent encore. Là, il y a eu un plan social, donc y'a plus d'acheteur en magasin. C'est un vendeur à Paris qui prend la commande auprès de pascal Nègre pour toute la France.
On en est ou les copains ? 20.000 places dispos Pascal, pas plus. On se redéploie dans le casque Beats by Dre, les gens préfèrent acheter cela.
OK 10.000 Gaga Live à bercy et 750 Mass live in Ris Orangis ? OK Pascal.
Adipocère revient voir son vendeur favori à la FNAC de Lyon. Et Raoul, Emperor live in Hellfest tu prends ? Ah ben merde, il est ou Raoul ? viré Monsieur, faut voir avec la centrale d'achat à Paris.

L'année suivante, c'est la crise totale. Pascal Nègre débarque. Il est déjà au taquet niveau part de marché. Sans rien faire, il est à 38% grâce à vous. Il peut pas vendre plus de ses disques. Qu'est ce qu'il fait ? Il va voir Adipocère. Il voit que cela vend rien il lâche l'affaire. Il va voir Atmosphériques, un petit label en difficulté. BOOM, il le rachète. Pourquoi ? Parce que en réduisant sa part dans les linéaires, ATMO a pas pu vendre les 10.000 Wampas. Mais il a payé l'avance à Wampas, comme tout label. Donc il a des dettes et il sait pas comment faire. Il appelle Pascal nègre et il dit, écoute, j'ai une affaire en or, un catalogue qui peut rapporter un peu d'argent. Soucis, il y a les dettes avec, environ 10.000 euros. J'ai essayé de le vendre à EMI, ils fusionnent avec VIRGIN, trop dur la crise. BGM fusionne avec sony, trop dur la crise. Pascal, y'a que toi qu'à les moyens de me racheter mon catalogue sinon je suis mort. Pascal dit OK. Et hop, il reprend encore 2% de part de marché, et il arrive à 40%.

Si votre système avait été un nouveau canal de distribution, les indés auraient pu y aller car ils sont plus réactifs que le paquebot UNIVERSAL plus lourd à manoeuvrer dans la tempête. Ils auraient eu cette avantage. Qu'avez vous créé ? Un vide total pour la musique qui profitait à qui ? A ORANGE, SFR, ET NEUF les amis... Pourquoi ? Parce que tout le monde il veut ses titres gratos sur limewire, donc du coup tout le monde trouve cool de claquer dans du haut débit à 20 euros.
Donc vous avez favorisé la concentration de groupes déjà ultra puissants en pensant que vous alliez faire péter le système.

Vous avez généré la pire situation qui puisse être. Et vous venez chialer qu'ils imposent des lois ????? Mais les gars, entre vous qui vendez un système qui ne crée aucune valeur, aucun emploi, qui en détruit, vous croyez que Francois hollande va vous accueillir à bras ouvert pour vous faire la bise parce que le savoir pour tous, en libre circulation c'est cool ???? Il va vous foutre en taule pour protéger le peu d'emplois qui étaient non délocalisables en chine pour faire tourner des serveurs les enfants... Et Pascal Nègre, il prend la légion d'honneur lui parce qu'il créé des emplois, il créé de la valeur pour les auteurs compositeurs, il défend l'exception culturelle Francaise.

Et quand le droit d'auteur est passé de 50 à 70 ans via la SACEM ? Vous croyez qu'il était content Pacal Nègre ? Ben non, il a tiré la grosse gueule parce que c'était pas du tout à son avantage. C'est lui producteur de disques qu'ils la payent. Donc la SACEM lui dit, Pascal, 20.000 gaga ? Ca fait 20.000 euros. Pascal dit vous plaisantez ? Vous savez qui je suis ? Vous croyez que vous allez me prendre 10% comme ça ? BEN OUI PASCAL, parce qu'on représente tous les auteurs compositeurs de la planète. Tu n'as pas le choix sinon on te fous au trou. BON Ok je paye.

si il n'y avait pas eu la sacem, vous croyez qu'il aurait quels poids le compositeur de Lady Gaga face à Universal Music '??? Rien du tout, il aurait fermé sa gueule. Mais vu que votre système, il génère des monstres, il faut bien créer d'autres monstres pour défendre leurs intérêts. Pas des scarabées ou des mygales... Il faut du lourd sinon ca renégocie sec.

Si dans votre écosystème, cela créait de la richesse pour tous, il aurait été le bienvenue. Vous avez focalisé comme des Robins de bois sur le shérif de nottingham pensant que c'est ça qu'il fallait démonter pour une société qui écoute enfin de la bonne musique selon vos critères, on sait d'ailleurs pas vraiment lesquels.

Comment créer de la richesse ? En partant du principe que plus de monde va écouter si c'est gratuit et en le finançant par la pub ou par l'abonnement en fonction des autorisations que tu accordes à l'utilisateur... Ceux qui seront beaucoup écouté gagneront plus, les moins écoutés moins et ce sera un système JUSTE.

Le fond du problème est là. Parce que vous insistez avec votre P2P, convaincu de votre analyse du partage pour tous. Je reviens à la poule aux oeufs d'or. Vous êtes convaincus qu'il faut donner l'oeuf, au lieu de le vendre et qu'il faut tuer la poule. Vous avez tout faux les mecs, parce que oui il y a aura toujours des poules. Mais vu qu'en plus de pondre, elles devront tourner toute l'année pour aller chercher des graines, elles feront moins de bons disques, puis elles arrêterons pour aller se reconvertir en poulet fermier de loué. C'est tout ce que votre système promet.

Vous aurez tout cassé, au bénéfice d'UTOPIES fausses, parce que vous aurez été convaincu que tout le monde allait manger plus de poules si on leur donnait toutes les poules de la planète. Non, on bouffe pas comme 4 même si c'est gratuit.

Parce que je vous rappelle que si vous avez un problème avec les monstres de la musique dont vous ne connaissez finalement rien ? Qu'est ce qui se génère dans votre monde ? Deezer ou spotify qui paye 0,002 euros pour un titre parce qu'il y a pas beaucoup de monde et que donc y a pas beaucoup de pub.
Ben oui, parce que tout le monde va pas sur ces plate formes DRMisés à mort, le P2P c'est vachement mieux. Houla, mais il faut faire HADOPI alors ? Ca fera pas venir les nerds on est dépassés avec eux. Oui mais les nerds, c'est pas un marché le grand public c'en est un. Faisons lui peur.

Vous pensez n'avoir rien cassé et que vous êtes dans le juste ? Accepteriez vous aujourd'hui de payer pour avoir un numéro de téléphone ? Du temps du minitel, oui c'était 12 centimes la recherche au bout de 30 secondes.

Aujourd'hui vous vous taperiez la cuisse si quelqu'un vous propose un service gratuit par ailleurs. Pourquoi, parce qu'y a un google qui a tout compris, qui a financé ça par la publicité et qui a créé de la valeur !!!! Et nous on se met notre minitel au cul alors qu'on a démocratisé Internet avant tout le monde... Les gens acceptaient de payer ce qu'ils n'avaient pas gratuitement par ailleurs. C'est ca la notion de valeur et de service. Vous avez copieusement démonté cette valeur dans la tête des gens. Vous n'augmenterez pas la consommation. Vous avez renforcés les monstres que vous pensiez affaiblir, et vous avez tué vos potes qui faisaient de la bonne musique dans des petits labels.

Pourquoi ? Parce que vous êtes bons en informatique mais des quiches géantes en économie. On a quoi maintenant ? Facebook, qui vend de la pub, Google qui vend de la pub, Orange qui rachète deezer à cause de vous indirectement...

Désolé d'être un peu provocateur, je ne vous accuse pas personellement de tous ces maux et ne vous rend pas coupable. Mais vous êtes à ce point obnubilés par des fausses images que vous ne voyez pas les choses en face.

Je pense que cela va vous faire mal de l'entendre, mais vous êtes des sarkozystes : vous envoyez des avions en Lybie parce que vous êtes convaincus que les libyens attendent la démocratie, les islamistes ont repris le pouvoir, et vous armez les terroristes pour vous combattre sur vos deniers. Vous pensiez que les gens voulaient plus de liberté parce que vous avez cru qu'ils penseraient comme vous. Eux, ils voulaient un changement, pas de notre démocratie.

Si au lieu de tuer toute l'économie, vous vous étiez mis en tête de mettre votre intelligence de programmation pour permettre à Deezer d'avoir un filtrage collaboratif de malade, un service pour lequel les utilisateurs seront prêts à payer pour savoir quoi écouter, vous auriez eu du boulot, Deezer aurait fait du profit. Vous avez mis votre intelligence à jouer les pirates au nom de la liberté de circulation pour s'affranchir du modèle de copyright qui générait des monstres. Pour favoriser quoi ? Facebook ! Si c'est pas un monstre, comment vous appelez ça ???? Une machine publicitaire à faire passer TF1 pour une association de macramée.

Bien sûr que c'est malsain, un secteur concentré sur trois majors. Avant le P2P, il y en avait 5.
Bien sûr que protéger une oeuvre 70 ans post morte c'est plus long que tout ? Mais pourquoi ? C'est évidemment pas pour l'auteur. Mort il s'en fout. Ses descendants pas néanmoins. Oui c'est pour que les oeuvres puissent durer plus longtemps, que la valeur de votre entreprise ne diminue pas trop rapidement. C'est pas une question de marges. Un titre qui fait zéro euros pendant 50 ou 100 ans, il fera toujours 0. Ca prolonge la durée de vie des oeuvres pour que les boites qui perdaient déjà des milliards quand ca allait bien ne disparaissent pas définitivement.


Certains artistes veulent se concentrer sur leur musique et ne pas avoir à s'occuper de la promotion, la compta et la production ? Ils n'ont pas besoin des labels actuels, qui les spolient et leur reversent des miettes. Ils peuvent simplement faire comme la très grande majorité des indépendants et des petites entreprises : ils sous-traitent. À peu près tous les indépendants et toutes les petites entreprises font appel à des comptables extérieurs (indépendants eux-mêmes dans bien des cas) pour leur comptabilité (comptables qui vont bosser pour X entreprises/indépendants pour occuper leur temps et générer leurs revenus). Pourquoi devrait-on accepter que pour les artistes, il y ait des parasites qui s'accaparent leurs droits et leur reversent des miettes en retour ? Ils peuvent se permettre ça parce qu'ils ont aujourd'hui un monopole et qu'ils achètent les lois pour le maintenir artificiellement alors qu'ils ne sont absolument plus nécessaires.


Oui je suis d'accord avec toi. Mais s'ils veulent en vivre à plein temps, il faut qu'ils tournent ces petits groupes sans maisons de disques. Un smic c'est 1400 euros par musicien. Pour un groupe de 4 sans manager, c'est 5600 euros par mois. Ca fait un petit peu 25 dates à 224 euros de marge nette à faire. Aujourd'hui c'est quasiment impossible sans l'intermittence. Si en plus il faut payer un comptable, un attaché de presse, même en free lance, il faut sortir 500 euros par ci par la. Pour des gars qui arrivent pas à toucher le SMIC, c'est énorme 1000 euros. C'est pour ca qu'il y'a besoin de producteur.

Et à 1 milliard de déficit sur l'intermittence, moi je vous dis que ce luxe payé par nos cotisations à tous ceux qui travaillent, ben ca va pas durer longtemps quand le gouvernement doit aller chercher 13 milliards en 2013... Je suis ultra pessimiste.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Bronto, j'ai pas encore lu ton histoire de mécénat. Je vais lire promis.
Il faut que je bosse aussi. Parce qu'avec vos conneries de débats qui me passionnent et l'envie de vous convaincre, j'ai passé 12H00 à faire de l'immatériel non copyright en plus, pas protégé pendant 70 ans après ma mort. Moi les gars je suis indé, Vos conneries, c'est 50 euros de l'heure (j'ai pas compté les 58 mn de documentaires, c'est cadeau je suis commerçant)... Vous me devez 600 euros. La facture je l'envoie à qui ???? A numérama en tant que journaliste pigiste d'opposition free lance ?

Ce qu'il faut que vous sachiez, c'est que cette histoire me fait sombrement penser à une autre histoire. Dans les années 50, tout le monde bossait gentiment. Il y avait la boulangère, la crémière, la bouchère, la fleuriste. Tout le monde vivotait gentiment. Dans les années 60, il y a un visionnaire qui dit aux gens qu'il faut payer moins les produits, comme ça ils pourront consommer plus. Le gars s'appelle LECLERC. On lui donnera bientôt des médailles. Oui les gens ne feront plus le tour de la ville pour faire leur courses, ils auront tout ce qu'ils veulent dans un point donné et il payeront moins chers. Fini le joug des petits commerçants... C'est top.

Oui sauf que ce qu'il avait dans la tête le LECLERC, c'est qu'il a bien compris que tous les commerçants prenaient une marge pour vivre. Et quand il a vu marge, il s'est dit pourquoi pas tout pour moi ? Ca rend service aux consommateurs, ca me rend service, ca rend service aux fournisseurs parce que je vais augmenter leur ventes. Tout le monde y gagne.
L'industrie se développant à grands pas, les gens sont allés bossés à l'usine, dans le tertiaire. On a commencé à inventer des services. C'était génial.

Après y a l'informatique qui débarque. Le gain de productivité est énorme. Plus besoin de secrétaire, on envoie des emails au lieu d'envoyer du courrier, etc... On a tous des smartphones et bientôt la musique gratuite grâce à vous. Et on a 3 MILLIONS DE PUTAINS DE CHOMEURS LES ENFANTS.... parce que même si maintenant il y a des vendeurs de téléphones chez PHONE HOUSE, s'il y'a un apple store qui s'ouvre à Paris, on a toujours 3 MILLIONS de chômeurs.

Et nos paysans ? Ils crèvent la gueule ouverte parce que y a un certain LECLERC qui a un moment à jugé utile de lui serrer les coucougnettes au profit de tous et surtout de lui. Et le producteur, même s'il trait sa vache à la machine plutôt qu'à la main, il a pas un gain de productivité énorme. Et une tomate d'Espagne ? Elle coûte moins cher parce que les espagnols ils ont pas notre SMIC et nos avantages. Et on va dans des zones commerciales en dehors des villes, les centre villes sont désertés. Du coup on fait des trams, des voies piétonnes (plus écolo,) mais tout ça a crédit. Et après on s'étonne que tout s'effondre.

Que vous ayez envie du tuer Pascal Nègre encore je peux éventuellement l'admettre. Pour l'avoir croisé, ce mec est intelligent, passionné, un nez musical incroyable et a tout compris au business actuel. Il n'est pas le grand méchant que vous croyez qu'il est. Mais bon, c'est comme moi KIM dotcom, y'a des gars qui symbolisent tout ce qu'on déteste.

Pour ça, à la rigueur, je comprends bien même si je lui donne 1000 fois raison. Votre système de mécénat est en quelque sorte une SACEM réinventée en pas mieux du tout. Pourquoi parce que vous êtes des passionnés de musique. Il suffit de lire vos commentaires pour s'en rendre compte. BRONTO qui s'intéresse au groupe de son pote GNU métalleux qui fait du CC avec son groupe. Gorkk qui me parle d'asso métal. Les gars j'ai bien compris que vous étiez fous de musique et que vous pensez pas mal faire. Votre environnement vous rend naturellement incompatible avec les majors. Je peux le comprendre. Pas l'accepter mais le comprendre.

Vous pensez que l'humanité est comme vous. C'est totalement faux. Ta petite soeur de 8 ans 1/2, elle s'en tape de Gojira. Elle veut du one direction. Ta mamie elle s'en tape de Radiohead. Elle veut du Franck Michael et du Gérard Lenorman.
Si vous leur filez ces musiques de métal ou de rock ou de trip hop, elles s'en taperont parce que cela leur parle pas. Y'a 90% des gens qui cocheront rien, 1% qui cochera Gojira et 2% Bob Marley parce que c'est son Dieu. BOB MARLEY est mort.

C'est comme les cotisations de taxes pros aux entreprises, votre ancienne école vous spasme pour cocher la case Mon école plutôt qu'une caisse. Donc les groupes vont devoir aller faire les pures avec mamie Germaine pour qu'elle coche Gojira. Ca va prendre un temps fou et ca va régler que dalle, parce qu'encore une fois vous aurez détruit de la valeur.


Si vous envoyez un fichier gigantesque pour dire que Machin a composé la ligne de chante de tel titre et pas tel titre, même vous ca vous intéresse pas. Vous vous prenez Gojira en pleine tête et vous pensez que tout vient d'eux. Oui car ils sont auteurs compositeurs et artistes interprètes. Mais il y a aussi un ingé son qui a mixé l'affaire, il y a peut être un featuring de voix quelque part. tout ca, la SACEM et les maisons de disques le font déjà, ils sont débordés de boulot parce que vous avez tué des emplois. Vous voulez réinventer la même chose sauf que ce sera vous qui contrôlerez. Mais quand vous aurez vu ce qu'il y'a à répartir, vous irez pleurer, parce qu'il faudra toujours payer les créateurs et que vous aurez au mieux rattraper un poil les erreurs. Parier sur un groupe dans une major, c'est foutre en l'air 100.000 euros sur un album parce que vous êtes convaincus que vous aller y arriver sur le suivant à vendre 200,000. Et parce qu'il y aura du profit sur les 100.000 ex du deuxième, vous pourrez vous permettre de recraquer 100,000 sur un autre artiste. Oui vous vendrez plus souvent du Gaga, mais avec elle vous ferez du profit que vous reverserez à d'autres groupes en fonction des goûts du public. QUI NE SONT PAS LES VOTRES. Vous n'êtes pas représentatifs de la population, mettez vous ca dans le crâne.

Vous êtes un peu les LECLERC du futur, et vous pensez comme lui qu'en concentrant le pouvoir dans des mains éclairés, ca va aller mieux. Mais le petit disquaire du coin passionné qui vendait les disques plus chers, vous étiez là pour l'aider quand CARREFOUR achetaient les disques par 1000 quand lui les achetaient par deux ? Cela vous coutait 2 euros plus cher, mais c''était un gars qui vous connaissait et qui pouvait vous faire découvrir des trucs. On l'a condamné sur l'autel de la modernité pour économiser 2 euros et au final les refiler a LECLERC sur un autre produit dont vous aviez pas besoin, genre une souffleuse de clavier en action à 2 euros en bout de caisse.

vous avez détruit une grosse partie des boites de videoclip, une bonne partie de la presse spécialisée musique, des petits studios, les vendeurs de la FNAC, les virgin mégastores pour tuer Pascal Nègre, beaucoup d'artistes qui ont moins gagné leur vie ou qui ont définitivement arrêté, plein de labels.


Ca fait beaucoup de sang sur le mains pour tuer un monstre que vous avez créé, non ????? Si c'était pour refaire un écosystème vertueux, je dirais que c'est un sacrifice horrible mais nécessaire. Mais vu de loin votre recollecte des partages agrégés ressemble furieusement à la même chose que ce que vous souhaitez démolir.

Encore une fois, je ferais l'effort de lire votre mécénat culturel, mais gardez bien en tête que depuis le début, c'est le public qui décide, jamais les maisons de disques, c'est là ou se trouve tout le problème, et que votre diagnostic est à mon sens erroné.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Putain les gars j'ai fais une nuit blanche avec vos conneries !!!!!! y'a mon salarié qui débarque dans 30mn, c'est la cata...
Merci pour ce débat constructif et passionnant...
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
BRONTO, tu me demandes le lien de mon groupe mais je le donnerais jamais. Il est là le problème.

Pourquoi ? Parce que si il y a un de mes fans qui voit ce que j'écris, et qu'il est pas aussi ouvert au débat que vous, il va se dire : mais c'est qui ce mec qui veut coucher avec pascal Négre ? Il est complètement incohérent et dangereux. Non seulement je vais pas lui acheter un disque,mais en live je vais lui jeter des canettes sur la gueule à ce mec qui défend des lobby ALORS QU'IL EST PAS SIGNE DESSUS... Il est trop con ce mec...

Moi mon boulot de musicien, c'est de vendre du rêve à des alternatifs dans votre genre. Pas à des fans de lady Gaga qui aiment qu'on leur chient dessus et qui en redemandent. (CF LE PETIT JOURNAL TOUS FOUS DE LADY GAGA, mémorable de puanteur).

Si je dis que je vends 30 disques, croyez vous que les médias vont dire c'est le prochain groupe du siècle ? Non ils vont dire c'est des losers, on parle d'autre chose.

Si une maison de disques voit que je vends 30 disques, croyez vous qu'elle va claquer même 15.000 euros sur ma gueule ???? Jamais.

L'art de vendre un groupe, c'est donner l'impression qu'il est plus gros que ce qu'il est pour qu'on vous accorde le droit de passer une étape. J'ai modestement un talent car j'ai observé les maisons de disques, la presse, les salles pour comprendre comment se présenter.

Avec le web c'est beaucoup plus dur parce qu'on est perdus dans un océan. Si vous croyez qu'il suffit de mettre un post sur NEO METAL sur facebook qui ne regroupe que 100.000 utilisateurs pour faire 100.000 vues, vous rêvez à 300 vues. Et votre clip qui vous a couté 1000 euros et qui fait 123 vues, ca fait super mal... Et vu que vous avez perdu 7000 euros sur le disque, et que des dates vous ont coûté 200 euros d'essence et péage pour ramener 60 euros de cachet (grâce aux entrées du groupe local qui a accepté de partager le cachet en deux parce qu'on a fait venir 3 personnes, ce qu'ils n'étaient pas obligés de faire), c'est DUR.


On vend du rêve, pas de la TV réalité...

Mais c'est comme ALIEN, dans l'espace du business musical, personne ne vous entend crier. On entend crier que PASCAL NEGRE, parce que il y a que lui pour avoir assez de poids dans les médias pour qu'on l'entende. Le gars crie au secours, et vous entendez je veux plus de tunes.

Voilà le vrai problème. Les gars j'ai passé plus de 15H00 sur cette page pour vous alerter. pendant ce temps là, j'ai pas bossé pour ma boite, j'ai pas bossé pour mon groupe, j'ai pas vu ma meuf du week end. je gagne 1400 euros par mois en bossant 12h par jour sans vacances depuis 4 and, je fais une repet par semaine, je fais 12 concerts par année. je suis au taquet et j'ai pas plus de thune à mettre dans mon groupe. Donc, y'a un moment je vais devoir arrêter... Et c'est pas mes 55 streams sur spotify qui me remontent le moral... Et votre P2P, si l'album il intéressait quelqu'un il y serait déjà non ??? Vous allez quand même pas me demander de filer mon disque gratos avec 7000 euros de dettes.

J'ai plus de 800 amis filtrés sur facebook. Ils me connaissent tous, je leur envoie un message, à votre bon coeur messieurs dames, 55 streams spotify 5 ventes Itunes. On est 4 dans le groupe, on a du s'adresser à 2000 personnes...


Je ne leur en veux pas, il y a trop de musique à écouter, trop de lolcats à regarder... Les gens sont débordés de musique, même de te filer 0,002 euros en faisant tourner spotify sans l'écouter ils le font pas...Alors que ca leur coute rien.

J'aurais pris une guitare 8H00 par jour dans le métro pendant un mois, je me ramène 60 euros net sans avoir fait un disque, un clip et toutes ces merdes Parce qu'il y a de l'humain, et que je force les gens à écouter ma musique dans le métro, ils peuvent pas sortir... J'ai au moins une station pour les convaincre. Sur le net, c'est la jungle totale. Vous avez filé à ces gens là l'intégrale pink floyd gratos. Ecouter un chef d'oeuvre pareil 3 fois est un minimum. Pourquoi va-t-il se faire chier à écouter mon groupe forcément moins bien.

On est comme coca cola, on cherche du temps de cerveau disponible. Vous voulez pas comprendre que c'est pas spontané du tout d'écouter de la musique.
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Pendant qu'on est dans le déballage public, voici ma réponse à TASS qui m'accusait d'être un putain d'assisté et qui me demandait si on me la tenait pour aller pisser :



"Si ca peut te rassurer, j'ai monté ma boite tout seul comme un grand, elle tourne depuis 5 ans, dans la musique, et je ne vis pas sur les ventes de disques, je te le confirme. Je me sors un peu plus qu'un smic. J'aurais pu me prendre un peu plus mais j'aide un pote musicien en lui filant un mi temps sur ma boite.

Pour ton info, Tass, j'ai pris un zicos en salarié a mi temps qui est sur la scène DIY depuis 10 ans, qui vend plus de 80.000 disques, qui fait des tournées de 120 dates par année (USA, Russie, Australie, Europe entière) qui joue devant 200 personnes a minima tous les soirs. Il est endorsé par une marque de guitares, a sa photo dans les magazines. Et ben gros, il a 26 ans, il dort 3 heures par nuit, il a réussi à prendre 3,000 euros pour l'année entière pour la musique, donc il vit toujours chez ses parents, et il avait besoin de trouver un patron suffisamment cool pour lui filer 800 euros par mois et accepter qu'il parte régulièrement en tournée. Sans ma boite, il arrêtait la musique alors qu'il est à un stade que peu de groupes, même signés peuvent atteindre.

Ah au fait, quand tu es indépendant, t'as pas de salaire qui tombe si t'as pas de ventes, et si tu fermes ta boite, t'as pas le chômage pendant 23 mois. Tu passes pas par la case départ. Donc excuse d'être un peu tendu sur la question financière, mais on vit justement pas dans le même monde si t'es salarié et que pour toi c'est un loisir, et pour moi c'est une question de survie (pas de millions comme Pascal Nègre)."

Tout ca pour dire que à cause du piratage, les ventes ont chuté de 60% en 10 ans. Que mon groupe soit mauvais, qu'on n'y passe pas assez de temps c'est possible. Prenez l'exemple de mon salarié. Il y a 10 ans, ils auraient vendu 100.000 disques. Il y a eu 50.000 disques de perdus dans l'affaire. On parle de 500.000 euros les enfants, on joue pas aux gendarmes et aux voleurs.

Qu'est ce que cela représente pour ce groupe ? 250.000 euros par année. Ils auraient pu faire un nouveau merch (10.000 euros), un nouvel album (15.000 euros), un budget marketing de malade (50.000 euros). Ils leur restaient 425000 euros à se partager à 4, soit 212500 euros par année, soit 53125 euros Brut chacun, soit 4427 euros en tout. Ils étaient pros, ils en vivaient, pas besoin de trouver des plans foireux comme venir bosser pour moi à mi temps et vivre chez leurs parents à 26 ANS ...C'est votre brillante idée d'ouvrir les tuyaux qui a cassé ça.

Et je suis désolé de vous dire que la musique qu'ils font, elle va pas être écoutée au plus au prétexte qu'elle est gratuite en P2P. C'est l'un des meilleurs groupes de métal du moment, ils tournent avec les plus grands, toute la planète métal parle d'eux, ils sont des studios reports dans les magazines. Et il se sortent 300 euros par mois....

Il est oû le meilleur dans tout ça selon vous ? Vous allez pas arriver à vendre mieux ce groupe dans ce système, les obliger à tourner encore plus et vous allez pas leur filer plus de tunes parce qu'ils vous sont sympathiques ?????
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
Un grand merci aux débatteurs de cette nuit pour leurs messages intéressants et fournis !!
@musicosindé : respect pour ton travail et ta démarche. Avec un mécénat global tu aurais sans doute plus de moyens (en tous cas plus qu'avec une HADOPI
Il est aussi possible que la musique paye moins qu'avant, à cause, comme tu le dis très justement, de l'abondance de l'offre. Si c'est vrai, cela veut dire plus de musiques pour la société, donc plus de richesses globales, mais une part moindre pour les musiciens. C'est malheureusement tout à fait possible.
Tu devrais peut-être quand même donner un lien vers ton groupe. Je pense qu'après tous ces messages personne ne peut t'accuser d'être un vilain pion des majors, au contraire, ta démarche est construite et argumentée, dans ce contexte là tous les points de vue sont bon à prendre. Alors à mon avis un lien fera plus de bien que de mal (en tous cas, moi, ça me permettra de t'écouter).
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
cher lectrice, cher lecteur, merci pour les réactions plutôt positives pour un mec qui a passé son temps à essayer de démolir vos rêves. Je dois au moins admettre un truc chez vous les geeks, c'est que tout marche à l'envers du monde réel, c'est pour ça que je vous aime bien derrière vos idées farfelues dans votre weblight zone.

- Si viens lâcher un comm à la Normann, pfff qu'est ce qui faut pas entendre, aucune réaction, pas un troll
- Si j'écris le Copyrightez vous de musicosindé Hessel pendant le week end, je vous deviens sympathique.
- Vous trouvez la SACEM pourrie mais vous voulez remonter la même chose en pire ,o9
- vous avez un poule aux oeufs d'or, vous la bouffez en lui disant POULE Libère toi du joug de l'éleveur, ne pond plus d'oeuf, va plutôt montrer ta crête en Russie pour 10 fois moins, tu seras plus heureuse.
- Partout ou je vais sur le net pour développer ma marque musicale, tout le monde s'en fout. Il y a un seul site où je veux l'anonymat et parler d'autre chose, ben c'est le seul site où je suscite la curiosité des gens....

NON, NON et NON vous n'aurez pas le nom de mon groupe, n'insistez pas. je vous renvoie au droit d'auteur qui me reconnaît deux droits inaliénables : le droit à la paternité (Ce qui nous fera un seul et unique point commun avec le CC) et le droit de divulgation. Donc, respectez mes droits d'auteurs ;O)

PS : purée votre site NUMERAMA, on écrit INDé, et il vient me remplacer ça par un logo copyright à la fin. Laspsus révélateur ????
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
thb, le 01/10/2012 - 14:40

Tu devrais peut-être quand même donner un lien vers ton groupe. Je pense qu'après tous ces messages personne ne peut t'accuser d'être un vilain pion des majors, au contraire, ta démarche est construite et argumentée, dans ce contexte là tous les points de vue sont bon à prendre. Alors à mon avis un lien fera plus de bien que de mal (en tous cas, moi, ça me permettra de t'écouter).


Il y a des gens qui se foutent des raisons pour lesquels tu as des opinions. Dans le pire des cas, peu importe tes raisons si tu ne penses pas comme eux, alors tes raisons sont de mauvaises raisons.

Je le comprends dans sa démarche. Voir que tu as toutes les raisons du monde pour ne pas vouloir la mort des majors ne veut pas dire que certains vont les accepté si eux même pensent le contraire.

musicosindé, le 01/10/2012 - 16:04
cher lectrice, cher lecteur, merci pour les réactions plutôt positives pour un mec qui a passé son temps à essayer de démolir vos rêves. Je dois au moins admettre un truc chez vous les geeks, c'est que tout marche à l'envers du monde réel, c'est pour ça que je vous aime bien derrière vos idées farfelues dans votre weblight zone.


J'ai beaucoup aimé tout ce que tu as dit jusqu'à présent (principalement parce que je pense la même chose). Mais sur les points ci dessous tu caricatures bêtement leur pensée en omettant quelques points.

- Vous trouvez la SACEM pourrie mais vous voulez remonter la même chose en pire ,o9


Les gens ici reproche à la SACEM de s'en mettre plein les poches sur le dos des artistes et des consommateurs.
Dans leur solution, la part des artistes ne change pas (ou peu) certes, mais le consommateur dépense moins et est libre de distribuer ou il le veut l'argent ainsi économisé.

- vous avez un poule aux oeufs d'or, vous la bouffez en lui disant POULE Libère toi du joug de l'éleveur, ne pond plus d'oeuf, va plutôt montrer ta crête en Russie pour 10 fois moins, tu seras plus heureuse.


Le grand leitmotiv présent sur ce forum est que la musique et la chanson sont des biens immatériels.
Chaque comparaison avec des biens matériels est par conséquent nulle. Dans le cas de ta poule, elle n'ajuste qu'à pondre qu'un seul oeuf et l'éleveur pourra alors vendre cet oeuf à l'infini (afin de pouvoir payer sa ferme, ses machines, la nourriture pour ses poules, s'occuper de sa famille, sa place pour le marché, le gars qui ira dire que ses oeufs sont meilleurs qu'à coté etc...). Du point de vue de la poule qui ne gagne qu'un peu de nourriture, il serait plus avantageux qu'elle se prennent en main toute seule, et aille au marché aux oeufs (où on trouve que des milliers de vendeurs d'oeufs partout) pour les vendre toute seule afin de pouvoir payer sa bouffe, la place pour le marché, le gars qui ira dire que ses oeufs sont meilleurs qu'à coté (et oui une poule ca parle pas).
Bref, si un jour la poule ne vend pas d'oeuf, elle ne mangera pas.

- Partout ou je vais sur le net pour développer ma marque musicale, tout le monde s'en fout. Il y a un seul site où je veux l'anonymat et parler d'autre chose, ben c'est le seul site où je suscite la curiosité des gens....


C'est comme ca que se créer le buzz.
Quelqu'un d'atypique, qui dit/fait quelque d'atypique. Dans ton cas, quelqu'un qui n'est ni étudiant, ni salarié dans une boite qui défend (avec de bons et solides arguments) un système dont la quasi-totalité des membres de ce forum veulent la disparition...

Avoue que c'est assez curieux non ?


Bref, pour conclure. Les deux point de vue ici présent sont assez différents car il y en a un qui est celui du consommateur basique et l'autre celui de l'artiste. Et il s'avère que le scénario où le consommateur est le plus favorisé ne favorise pas tant que cela les artistes.
Inscrit le 24/12/2011
2283 messages publiés
@musicosindé
Des musiciens qui veulent développer leur marque musicale j'en connais des dizaines. Il y en a quelques-uns avec qui j'accroche, la plupart me laissent un peu indifférents, musicalement. Du coup si je suis abordé par quelqu'un qui veut me montrer sa musique, bon ben bof.
Par contre des gens qui prennent le temps que tu as pris pour aller au fond des choses sur un forum je n'en vois pas beaucoup et du coup ça ne me laisse pas indifférent.

J'irai jusqu'à dire que les musiques que j'écoute, je les écoute plus pour la personnalité de celui qui les a composées et interprétées, que pour le son en lui-même. Enfin, c'est un mélange des deux, mais le son ne prend son sens que quand je connais suffisamment celui qui le joue.

Je ne sais pas si mon approche est répandue mais en ce qui me concerne cela explique que je m'intéresse à ta musique maintenant et qu'elle ne m'aurait pas intéressée avant ce dialogue.
Inscrit le 25/07/2011
809 messages publiés
thb, le 01/10/2012 - 16:58

Je ne sais pas si mon approche est répandue mais en ce qui me concerne cela explique que je m'intéresse à ta musique maintenant et qu'elle ne m'aurait pas intéressée avant ce dialogue.


Je pense qu'une variante de ton approche est beaucoup plus répandu qu'on ne le croit : aimer d'abord le chanteur/groupe avant d'aimer sa musique. Ce qui est le plus répandu chez les adolescents.
Parce que quelqu'un est présenter comme un chanteur de ouf, beaucoup se mette à l'écouter et à l'aimer d'abord pour son image puis pour sa réputation.

Après les gens gagne en objectivité et se rendent compte que c'est de la merde, mais c'est une autre histoire.
Inscrit le 18/10/2008
1876 messages publiés
musicosindé, le 01/10/2012 - 08:21


Encore une fois, je ferais l'effort de lire votre mécénat culturel, mais gardez bien en tête que depuis le début, c'est le public qui décide, jamais les maisons de disques, c'est là ou se trouve tout le problème, et que votre diagnostic est à mon sens erroné.


Le public décide dans une certaine mesure, il n'est pas le seul. Le site du mécénat global est assez indigeste, tu peux commencer par https://fr.wikipedia.../Mcnat_global et le site de l'assoc qui a tenté de mettre la chose avant que ça ne passe en sommeil parce que ceux à qui les sommes étaient destinés ne s'y sont pas intéressés http://www.sard-info.org/

musicosindé, le 01/10/2012 - 08:28
Putain les gars j'ai fais une nuit blanche avec vos conneries !!!!!! y'a mon salarié qui débarque dans 30mn, c'est la cata...
Merci pour ce débat constructif et passionnant...


Merci à toi. Sinon, tu peux faire comme un ancien boss que j'ai eu. On était allé picoler puis on avait pris racine. Au retour, la secrétaire jette un mauvais regard et se fait engueuler : "Faut tout faire soi-même quand on est patron, nous sommes allés chez 2 clients, ça avance, et vous, le devis et la livraison, ça a avancé au moins ? Faut se bouger !" On puait la bière, super crédible.

j'ai pas vu ma meuf du week end


Oui ben tu en as une hein. Au fait, vu que le sujet était le partage... euh non rien

Ta mamie elle s'en tape de Radiohead. Elle veut du Franck Michael et du Gérard Lenorman.


Et Joe Dassin ! Big Bisous !

Il y a eu 50.000 disques de perdus dans l'affaire. On parle de 500.000 euros les enfants, on joue pas aux gendarmes et aux voleurs.


D'accord sur le fond, l'offre (donc la concurrence) ayant augmenté. Ceci dit, il ne faut pas confondre chiffre d'affaires et bénéfices, je doute que chaque CD rapportait 10 euros aux auteurs.

BRONTO, tu me demandes le lien de mon groupe mais je le donnerais jamais. Il est là le problème.


Comme tu as raison. C'est un gros souci, ce lien est à restaurer. Les choses se sont vraiment dégradées et Pascal Nègre, avec tout son talent, n'y est pas pour rien.

Maintenant, qu'est-ce qu'on fait ? Oui, comme tu dis, c'est super dur de se faire connaître et de gagner sa vie. L'offre augmentant, ça le devient d'autant plus. La question que je te pose, c'est ce que tu proposes. Demander aux gens d'acheter des CD ne marchera pas. Hadopi, on en rigole tous. Les aides comme la carte musique jeune, on a vu ce que ça donnait. Admettons que tu puisses démolir mes rêves, ce n'est pas fait mais admettons, qu'est-ce que ça change ? Les tuyaux sont ouverts, ils ne se refermeront plus.

Alors comment on fait pour transformer cette ouverture en avantage, pour rétablir le lien, pour que tu puisses dire voilà mon groupe et que les gens répondent "le riff est bien mais..." au lieu de "ho putain, il soutien Pascal ! Waterboarding!" ? Moi, ce que je te propose, c'est de mettre deux morceaux sur Dogmazic pour voir et l'utiliser comme une promo. De regarder du côté des initiatives comme celle de la SARD qui s'était décarcassée sans succès pour mettre en place le mécénat global, parce qu'il y a des gens qui veulent payer. Il ne faudrait pas que la prochaine tentative soit un échec. La répartition équitable de ces sommes est aussi assurée en lissant la distribution au profit des auteurs peu connus pour favoriser la création et en évitant tout monopole du contrôle (je me répète, les mecs derrière sont pas des cons, loin de là. Ils ont pensé à ceux qui galèrent et ils savent que tout le monde n'est pas passionné de musique). C'est, AMHA, bien meilleur que les majors parce que ça évite le flicage, que ça assure une distribution équitable, que les sommes vont plus directement aux auteurs (avec moins de frais de fonctionnement qu'Universal) et que personne n'a le monopole du contrôle. Il y a aussi des formes de dons directs qui peuvent marcher parce qu'ils sont nettement plus flexibles et avec moins de commissions que Paypal (Flattr ou mieux encore, Bitcoin), le coût se résumant pour ainsi dire à placer un lien. Et je le réitère, quand tu auras un peu de temps, on débarque tous les deux sur le forum du PP (l'ancien président musicien a d'autres propositions mieux fichues que les miennes). Et on verra quels rêves seront brisés, dans ton intérêt et le mien
[message édité par bronto le 01/10/2012 à 19:29 ]
Inscrit le 08/09/2008
768 messages publiés
musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
Vu que tu parles de metal (mais c'est vrai dans d'autre styles musicaux), il y a des communautés regroupant des groupes et le public comme Violent Solutions , et qui de plus comptent parmi eux des organisateurs de concerts. Ces organisateurs de concerts organisent chaque année des dizaines et des dizaines de concerts avec des dizaines et des dizaines de groupes qui font partie de la communauté, auxquels vont des centaines de personnes du public de la communauté (et leur entourage).


Bonjour à toi, ici aussi, ce n'est pas toi que je critique c'est les idées. Remplace les tu par des ils. Je tire uniquement sur le message pas le messager.

Oui bien sûr qu'il y'a encore quelques artisans. Mais quelle est leur audience ? Elle s'adresse à des spécialistes du sujet, pas à un grand nombre. Que se passe-t-il dans ces concerts ? Il y a 100 personnes, 200 personnes max.

Pour beaucoup de concerts il y en a plus que ça. Les organisateurs de concerts sur ce forum organisaient régulièrement des concerts à la Loco avec environ 1000 personnes.
musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Pourquoi, parce que le métal n'intéresse pas tout le monde en France. Cela représente une grosse audience au niveau mondiale, pas française. C'est une niche parmi les niches de la musique. Si demain le groupe français veut toucher plus de monde, il faudra qu'il touche le fan américain. Mais le fan américain va pas craquer 1000 euros pour venir le voir jouer au Plan à Ris Orangis.

Ce n'est pas en allant aux US qu'ils toucheront un public. Le plus gros (et de très loin) du public métal est en Europe, en particulier dans les pays du Nord, l'Allemagne, et les pays de l'est. D'ailleurs un certain nombre des groupes sur VS font régulièrement des tournées en Europe. Alors oui, c'est pas les tournées d'Iron Maiden à 20000 personnes pour un concert juste d'eux. à‡a ne leur rapporte d'ailleurs pas forcément tant que ça. Mais par contre comme ce sont avant tout des artistes qui font de la musique pour leur public et non pour le pognon, ils sont super contents de pouvoir rencontrer ce public européen.

De toute façon, comme tu le dis si bien, une major ne les signerait pas. Par contre, s'ils perçaient assez pour qu'une major s'intéresse à eux, bah ils se feraient toujours beaucoup plus de thunes en se passant de leur service, au lieu de toucher des clopinettes et d'engraisser la major.
musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Et vu que dans votre système P2P ou CC, vous décrétez qu'il ne peut plus toucher de droit sur ses disques.

Pour tous ces groupes qui galèrent justement, et autant dire tous les groupes de métal français (du fait que comme tu le dis, il y a peu de fans de métal en France - même s'ils sont tellement motivés que les groupes étrangers sont en général ravis de venir jouer pour ce public français, quand bien même ils seraient 10 à 50 fois moins nombreux dans les concerts qu'ailleurs), ils gagnent justement plus de thunes en se passant du système actuel. À peu près tous ont quitté la SACEM ou n'y sont jamais allés, justement parce que la SACEM se contentait de leur piquer du pognon sans jamais leur en reverser : la SACEM si tu fais pas des gros hits chez une major, grosso modo tu peux te brosser pour toucher quoi que ce soit, par contre faudra pas oublier de les payer... (j'en ai connu un certains nombre qui ont été obligés de payer pour presser leurs propres albums, et qui au final n'ont pas touché le moindre centime : bah ils ont quitté les parasites qui les rackettaient fissa).

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
Après c'est sûr, si tu veux faire des concerts sans passer par un label, il faut communiquer avec son public, mais c'est vrai que c'est une insulte pour nombre d'artistes (en particulier lorsqu'ils soutiennent la SACEM, HADOPI et les majors).


Oui, mais communiquer avec son public est un boulot à plein temps, tu peux pas faire de musique si tu passes ta life à envoyer des emails sur les forums, annoncer tes dates, etc.. Pendant ce temps là, tu bosses pas la musique.
Et note que si c'est un boulot à plein temps, dans votre système, il ne gagne pas une thune vu qu'il peut pas aller bosser sur scène. Donc il crève ton zicos qui communique avec son public s'il a pas un producteur qui lui paye un attaché de presse bien plus doué que lui pour parler avec un journaliste.Lui il est bon gratteux ou chanteur.

T'es pas obligé de faire de la communication à plein temps hein. à‡a ne prend pas longtemps d'aller annoncer tes concerts à l'emplacement dédié de cette communauté, pour commencer. Ensuite, à supposer que tu fasses du métal par passion et non pour le pognon (ce serait étonnant puisque tu dis toi-même qu'espérer toper le pognon avec du métal en France c'est pas gagné et qu'il vaudrait mieux faire du Lady Gaga), il me paraît logique que tu sois donc passionné par cette musique ; tu vas peut-être me dire que tu n'as aucune envie de parler de cette musique qui te passionne avec d'autres passionnés ? La majorité des groupes qui sont sur VS y sont entre autres pour parler avec d'autres passionnés, et plus ils échangent avec les autres, plus ça leur donne de la visibilité, à eux et à leurs groupes (ils ont tous en signature de leurs posts un lien vers leur site et surtout un lien vers les infos pour leurs prochains concerts). Tu viens de passer la nuit sur ce débat, tu ne vas pas me faire croire que tu ne peux pas prendre 30 minutes chaque jour à échanger avec la communauté autour de quelque chose qui est censé te passionner, le métal, si ?

Et il ne s'agit pas d'aller parler avec un journaliste au 20h de TF1. Si c'est ça pour toi "communiquer avec son public", faut pas s'étonner que ça marche pas sans une major hein. Essaies un peu une fois, et tu verras que tu as tout à y gagner. Au final d'ailleurs, une bonne partie de ces groupes et de ces organisateurs se retrouvent à obtenir le soutient de cette communauté de fans pour les aider à faire encore plus parler des groupe et des concerts, et il y en a un certain nombre qui prennent de leur temps pour aller distribuer des tracts pour les concerts à la sortie d'autres concerts, ou aller les poser dans les bars fréquentés par les fans de métal quand ils y vont.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
musicosindé, le 30/09/2012 - 23:01
Par ailleurs, dans ton modèle, les créateurs ne gagnent rien puisqu'on est en CC, ce n'est pas une utilisation commerciale. C'est donc gratuit. Tu me dis que tu vas rémunérer les créateurs en allant les voir en concert. Cela suppose que là tu acceptes de payer ta place. Mais ton budget n'est pas illimité. Tu vas donc faire des choix. Tu n'iras pas voir 1460 concerts dans l'année. Donc, tu ne vas pas rémunérer les 1460 albums que tu as écouté, alors que tu les as tous choisi et qu'ils t'ont donc apporté chacun un plaisir.


Comme tu le dis si bien, le budget n'est pas illimité. Le modèle que défend BRONTO est de répartir la richesse disponible (le budget du public), non plus en le filant aux majors qui achètent des lois pour qu'elles en redistribuent une infime partie à quelques "artistes" élus, mais au contraire à tous ceux qui le méritent, en court-cicuitant très largement ces parasites que sont les majors.


*snip*

Il est ou le rapport avec la choucroute dans ton délire sur Mass Hysteria, Lady Gaga et Pascal Nègre ?

D'autant qu'il assène une belle contre-vérité : si tu passais du Mass Hysteria à longueur de journées sur les ondes, les moutons iraient en acheter et trouveraient ça vachement bien. à‡a marcherait sûrement un peu moins bien c'est sûr, mais c'est juste parce que c'est moins de la soupe insipide, ça a une vraie identité, donc c'est un peu plus dur à faire bouffer aux montons.

La merde actuelle se vend parce qu'elle est passée en boucle dans les oreilles des moutons, rien de plus. S'il ne s'agissait que de la faire connaître aux gens, il ne serait pas nécessaire de la passer une dizaine de fois par jour sur chaque radio : à ce niveau là, c'est plus pour faire connaître, c'est pour tellement labourer le cerveau des moutons qu'ils finiront par croire qu'ils aiment ça (façon syndrome de Stockholm quoi).

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
C'est pareil dans tous les styles musicaux. Oui c'est lui qui décide en théorie. Dans les faits c'est le public qui décide, pas une personne détentrice du bon goût. Bien évidemment, il ne filera pas la même chose à Gaga qu'aux Mass. Ils plaisent à moins de monde, ils ramènent moins de profits, mais ils sont aidés pour être professionnalisés.

Comme je l'aborde plus haut, tu oublies surtout que le public voit son cerveau lavé et récuré par la soupe des majors du fait qu'elles ont un monopole qu'elles maintiennent par des lois qu'elles achètent et peuvent du coup faire en sorte que les moutons (99% de la population) n'entendent que ça du matin au soir, et à force de n'entendre que ça, ils finissent par "aimer". Fais bouffer de force de la merde matin midi et soir à un gamin pendant des années, tu verras, il finira par aimer ça et trouver que la grande cuisine c'est dégueulasse. C'est pareil.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
Dois-je comprendre que tu défends un système ou seuls quelques artistes auraient le droit de vivre de miettes que leurs reversent des parasites qui s'engraissent toujours plus, attaquent le public de ces artistes, voirent vendent les produits d'artistes dont ils n'ont pas ou plus les droits (recherches un peu sur Numérama, tu verras qu'il y a eu de nombreux cas ou ces labels que tu défends ne se sont pas privés de vendre les produits d'artistes sur lesquels ils n'avaient plus aucun droit, voire de pousser le vice à faire retirer les contenus que l'artiste lui-même avait mis en ligne...), plutôt que de permettre à un nombre plus important d'artistes de vivre de leur passion, de rapprocher le public des artistes, et d'évincer les parasites qui captent la majeure partie des revenus bien qu'apportant une contribution des plus minimes ?


Ici aussi quand je dis tu, c'est pas toi, hein. C'est le P2P et Megaupload...

Mon ami, ca va te faire mal, c'est pire que ça mais c'est toi qui a créé cette "bête immonde", ce n'est pas moi. Pourquoi ? Parce qu'en vendant le p2p comme une fausse bonne idée, tu as incité un individu à ne pas acheter un disque mais plutôt à le télécharger. Cet individu, disons que c'est toi. Tu t'es dit, ca fait pas de mal à pascal Nègre. En plus c'est pas chez lui. allons y et expliquons à mes potes comment faire. OK, un disque non vendu en théorie ne fait pas de mal. Oui mais quand on sait qu'on peut avoir gratos ce qu'on payait 12 euros, ca finit par se savoir. Sans faire de prosélytisme. Donc d'un coup, l'effet papillon fait que c'est 60 millions de personnes qui achètent UN SEUL disque en moins. Tu n'as pas fait grand mal a priori. 60millions x20= 1 milliard 200 millions de ventes non faites.

Tu crois que tu as fait mal à universal et qu'il vont bien chialer ? Non, tu leur rends un immense service. Déjà t'as brulé 230 millions de TVA généré sur la valeur ajoutée du disque. C'est à qui que t'as fais mal, à nous tous. Ensuite, il y a la FNAC et les magasins. 250 millions en moins. Boom il virent des gens et ils réduisent la place de la musique dans les magasins parce qu'ils savent qu'ils peuvent pas lutter.
*snip* (désolé mais je coupe le reste du délire à côté de la plaque qui te fais énormément de tord)

Faudrait que tu te décides à prendre un peu de recul hein...

On va reprendre ton exemple avec tes chiffres. Je prends là le contexte de MyMajorCompany, qui passe par Warner pour la distribution, et qui est un modèle qui est très largement plus avantageux pour les artistes que de passer directement par une major. Le disque à 12 euros (hors taxes), y en a 6 qui vont au magasin, 6 qui vont au distributeur (qui s'est contenté de presser les galettes, et facture à l'éditeur les invendus, donc risque ZÉRO pour lui). Sur ces 6 euros, il en reverse 3 à l'éditeur (2,90 € de bénef complet - 0,01 € pour le CD lui-même, 0,09 € pour distribuer le CD aux magasin - par CD par rapport au coût marginal, et vu les volumes les coûts fixes de l'investissement dans l'usine de pressage sont très vites amortis ; le tout sans le moindre risque, puisqu'il facture les invendus à l'éditeurs).

Bien, l'éditeur (MyMajorCompany dans l'exemple) prend donc 3 € par CD vendu. Sur ces 3 €, elle en garde la moitié (1,50 &euro et partage l'autre moitié entre l'artiste et les investisseurs (les seuls qui ont vraiment pris des risques en finançant l'album justement) en 40/60, soit 0,60 € pour l'artiste, et 0,90 € pour les investisseurs. Voilà, c'est ça le système que tu défends : artiste + investisseurs, c'est-à-dire celui qui est le seul à réellement créer, et ceux qui prennent réellement des risques, touchent à eux deux à peine 12,5% du prix hors taxe d'un CD, soit seulement 5% pour l'artiste, et 7.5% pour les investisseurs.

Elle est ou la justification ? Éthiquement et moralement, nulle part. Dans les faits, c'est simplement parce que les majors ont un monopole et jusqu'à il y a peu étaient incontournables pour qu'un artiste puisse faire parvenir son travail à son public. Internet remet tout ça en cause, et les majors se battent à coups d'achats de lois sur mesures pour que ça ne change pas.

Pour revenir à tes 60 millions qui auraient acheté un CD en moins et qui feraient perdre beaucoup beaucoup d'argent aux artistes et à l'état, comme tu l'as dis précédemment, le budget des français n'est pas infini, et je rajouterai qu'il tend même à diminuer très fortement en ces temps de crises. Toutefois, l'explosion du partage sur Internet n'a pas fait baisser ce budget : au contraire, malgré la situation économique très grave à laquelle ils font face, le budget culture des ménages augmente. Ces 60 millions de français qui n'auront pas acheté un CD sur une année, ils seront allés voir un concert sur deux ans (en gros 30 millions seront allés voir un concert) - un pas cher hein, un à 25 € (on va dire 24 pour que ce soit proportionnel), qui sont d'ailleurs ceux qui rapportent proportionnellement le plus à l'artiste(*). Sur ces 25 €, l'artiste (ou les artistes lorsqu'il s'agit d'un festival) en aura touché en général 15. Résultat des courses : 15 € pour les artistes par 30 millions de personnes au lieu de 0,60 € pour les artistes par 60 millions de personnes, soit juste 12,5 fois plus ! Et sur ces dépenses, il y a eu la même TVA.

Après tu parles de la FNAC qui licencie et tout : là c'est simplement parce que la vente physique en direct est partiellement dépassée par l'évolution technologique. Pourquoi devrait-on tout faire pour sauvegarder les industries du passé ? On n'a pas interdit ou ponctionné l'électricité pour sauver les fabriquants de chandelles ou même ceux qui allumaient les chandelles dans les rues, si ? On n'a pas interdit ou ponctionné l'automobile pour sauver les maréchaux-ferrands si ? Pourquoi aujourd'hui devrait-on à tout prix sauver une industrie obsolète qui refuse coûte que coûte d'évoluer (l'industrie du disque) ? Il n'y a aucune raison rationnelle. La musique existait avant l'industrie du disque, elle continuera d'exister après, et avec Internet elle sera même bien plus saine et variée.

(*) parce que les grosses salles sont presque toutes tenues par la même personne (oublié le nom désolé qui a toujours eu une politique de places très chères (c'est lui qui s'en met le plus dans la poche, pas les groupes) et qui en plus maintenant a conclus une exclusivité avec TicketNet, qui est encore pire.

Ton Pascal Nègre, il ne crée aucune valeur, par contre il en ponctionne énormément aux artistes ça c'est sûr.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Parce que je vous rappelle que si vous avez un problème avec les monstres de la musique dont vous ne connaissez finalement rien ? Qu'est ce qui se génère dans votre monde ? Deezer ou spotify qui paye 0,002 euros pour un titre parce qu'il y a pas beaucoup de monde et que donc y a pas beaucoup de pub.
Ben oui, parce que tout le monde va pas sur ces plate formes DRMisés à mort, le P2P c'est vachement mieux. Houla, mais il faut faire HADOPI alors ? Ca fera pas venir les nerds on est dépassés avec eux. Oui mais les nerds, c'est pas un marché le grand public c'en est un. Faisons lui peur.

Tu peux me rappeler combien les radios paient pour la diffusion d'un titre à la radio, ramené à leur nombre d'auditeurs ? Beaucoup, beaucoup, beaucoup moins que Deezer et Spotify. C'est sûr que si on compare ce que versent ces plateformes pour une écoute d'une personne à un achat du morceau à un prix prohibitif, on a l'impression que c'est trois fois rien. Quand on compare aux radios, c'est un tarif exorbitant, et c'est d'ailleurs pour ça qu'elles perdent du pognon et que seules une poignée ont survécu parce qu'elles ont été plus ou moins rachetées par des groupes qui s'en servent non pas pour faire de l'argent directement, mais comme valeur ajoutée pour un autre service.

Ah et au passage, ces plateformes sont une catastrophes pour les indépendants d'ailleurs, justement parce que les majors ont pu acheter des lois empêchant la mise en place d'un système juste, celui des radios, et se sont octroyées la part du lion des recettes de ces services en les menaçant d'extinction : résultat, il ne reste plus rien pour les indés. Et après c'est toi qui parles de se tirer une balle dans le pied... Tous les artistes qui ne sont pas déjà des artistes à succès et qui soutiennent les majors dans leur lutte injuste contre le public et pour obtenir des rentes leur évitant d'évoluer se tirent justement une balle dans le pied.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Vous pensez n'avoir rien cassé et que vous êtes dans le juste ? Accepteriez vous aujourd'hui de payer pour avoir un numéro de téléphone ? Du temps du minitel, oui c'était 12 centimes la recherche au bout de 30 secondes.

Une petite question : y a-t-il plus de valeur générée par Internet en France, ou par le minitel ? En à peine quelques années après l'arrivée d'Internet, et ce bien avant Google, il y a avait en France plus de valeur générée par Internet que par le minitel.

Le minitel, c'était juste le bonheur pour les arnaqueurs et les racketteurs (et les services de l'état n'étaient pas les derniers, comme avec la consultation des résultats d'examens et de concours, qui se faisaient soit par minitel sur un numéro hors de prix, soit par un numéro de téléphone surtaxé hors de prix - pire encore il fallait passer par là pour faire ses choix de classement d'écoles : un racket quoi).

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Les gens acceptaient de payer ce qu'ils n'avaient pas gratuitement par ailleurs. C'est ca la notion de valeur et de service. Vous avez copieusement démonté cette valeur dans la tête des gens. Vous n'augmenterez pas la consommation. Vous avez renforcés les monstres que vous pensiez affaiblir, et vous avez tué vos potes qui faisaient de la bonne musique dans des petits labels.

Les gens payaient un service dont ils avaient besoin, au seul prix, exhorbitant, qu'on leur proposait, parce qu'ils n'avaient pas le choix. Seulement il n'y en avait qu'une poignée au final qui consommait, et la génération de valeur totale était au final assez faible. Internet, c'est l'inverse : chacun paye peu en proportion, mais beaucoup plus de monde l'utilise, et au final chacun paye très largement plus en moyenne que du temps du minitel : résultat, beaucoup plus de valeur créée.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Pourquoi ? Parce que vous êtes bons en informatique mais des quiches géantes en économie.

Dis le mec qui prétend qu'un bien non rival n'est pas une notion économique, et n'a clairement rien compris à cette notion. Non vraiment c'est fendard là... Sans compter que tu n'as absolument aucune idée du bagage des personnes à qui tu t'adresses (indice : je suis passé par une école d'économie et statistiques avant de faire de l'info, et je suis persuadé que BRONTO en connait très largement plus en économie que toi, de part vos échanges dans ce sujet).

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
On a quoi maintenant ? Facebook, qui vend de la pub, Google qui vend de la pub, Orange qui rachète deezer à cause de vous indirectement...

Orange rachète Deezer purement et simplement à cause des majors voraces qui refusent d'évoluer et se paient des lois sur mesure. Ils n'avaient pas réussi à tuer les radios libres à l'époque, il leur a fallu quelques dizaines d'années (oui, aujourd'hui les radios n'ont plus rien de leurs ancêtres les radios libres, et sont sauf pour les petites radios locales inféodées aux majors) ; aujourd'hui ils ont réussi à tuer dans l’œuf l'évolution naturelle des radios libres à l'ère d'Internet.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Désolé d'être un peu provocateur, je ne vous accuse pas personellement de tous ces maux et ne vous rend pas coupable. Mais vous êtes à ce point obnubilés par des fausses images que vous ne voyez pas les choses en face.


musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Bien sûr que c'est malsain, un secteur concentré sur trois majors. Avant le P2P, il y en avait 5.

Et ce n'est pas la conséquence du P2P? mais simplement la conséquence de leur incapacité à évoluer. Le CD a vécu la courbe parfaite d'un produit (exactement la même courbe que ses prédécesseurs la cassette et auparavant les disques), sauf que quand le changement de "support" est arrivé (Internet et le dématérialisé, les majors n'ont cette fois pas su (et n'ont pas voulu, c'était trop de boulot, ils sont plus habitués) renouveler le support. Par contre, le public lui ne les a pas attendu, et s'est engouffré sur ce nouveau support popularisé entre autres par Napster. Cela fait plus de 10 ans, ou en sont les majors ? Au point mort : ils auraient du en être à ce stade avant même la venue de Napster.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Bien sûr que protéger une oeuvre 70 ans post morte c'est plus long que tout ? Mais pourquoi ? C'est évidemment pas pour l'auteur. Mort il s'en fout. Ses descendants pas néanmoins. Oui c'est pour que les oeuvres puissent durer plus longtemps, que la valeur de votre entreprise ne diminue pas trop rapidement. C'est pas une question de marges. Un titre qui fait zéro euros pendant 50 ou 100 ans, il fera toujours 0. Ca prolonge la durée de vie des oeuvres pour que les boites qui perdaient déjà des milliards quand ca allait bien ne disparaissent pas définitivement.

Quelle justification y a-t-il à ce que les descendants touchent les revenus du travail de leur parent ? Est-ce que les descendants d'un salarié continuent de toucher son salaire après sa mort ? Non. 70 ans après la mort, quelle justification ? Un brevet technologique c'est 20 ans, point. Pas jusqu'à 80 ans de vie + 70 ans de mort. Pourtant, un brevet technologique, ça demande autrement plus d'investissement et de risque qu'une chanson.


musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40
Certains artistes veulent se concentrer sur leur musique et ne pas avoir à s'occuper de la promotion, la compta et la production ? Ils n'ont pas besoin des labels actuels, qui les spolient et leur reversent des miettes. Ils peuvent simplement faire comme la très grande majorité des indépendants et des petites entreprises : ils sous-traitent. À peu près tous les indépendants et toutes les petites entreprises font appel à des comptables extérieurs (indépendants eux-mêmes dans bien des cas) pour leur comptabilité (comptables qui vont bosser pour X entreprises/indépendants pour occuper leur temps et générer leurs revenus). Pourquoi devrait-on accepter que pour les artistes, il y ait des parasites qui s'accaparent leurs droits et leur reversent des miettes en retour ? Ils peuvent se permettre ça parce qu'ils ont aujourd'hui un monopole et qu'ils achètent les lois pour le maintenir artificiellement alors qu'ils ne sont absolument plus nécessaires.


Oui je suis d'accord avec toi. Mais s'ils veulent en vivre à plein temps, il faut qu'ils tournent ces petits groupes sans maisons de disques. Un smic c'est 1400 euros par musicien. Pour un groupe de 4 sans manager, c'est 5600 euros par mois. Ca fait un petit peu 25 dates à 224 euros de marge nette à faire. Aujourd'hui c'est quasiment impossible sans l'intermittence. Si en plus il faut payer un comptable, un attaché de presse, même en free lance, il faut sortir 500 euros par ci par la. Pour des gars qui arrivent pas à toucher le SMIC, c'est énorme 1000 euros. C'est pour ca qu'il y'a besoin de producteur.

Encore une fois, si en passant par une maison de disque (qui comme tu le dis ne signent que ce qui rapporte) ils font X concerts par an, ils pourront faire les mêmes X concerts par an sans la maison de disque, sauf qu'au lieu de toucher peau de zob, ils toucheront le gros des recettes. Si ça fait toujours trois fois rien, soit la maison de disque ne les signe pas, soit ils gagneront encore moins. Tiens un petit exemple, de quelqu'un que je ne considère pas comme un artiste, mais qui est un très bel exemple du système actuel dans lequel les parasites qui ne font rien raflent tout le pognon : le mec qui a chanté "fais la poule" à la nouvelle star ; ce mec avait déjà fait un clip sur son pognon mis sur le net, ça a beaucoup tourné, il était connu. Il passe à la nouvelle star (ça a aidé encore plus) et gagne un contrat avec une major. 100 000 albums vendus plus loin (rien de changé par rapport à la version mise en ligne, le clip c'est le même, tout ça), l'"artiste" a touché moins de 1000 euros. Ou est passé le reste ? Bah dans les poches de la major qui n'a rien branlé, rien investi, rien risqué, mais tout raflé. Alors ce qu'il faisait était de la merde et je n'appelle pas ça un artiste, mais pour autant c'est ce système qui spolie les créateurs que tu défends.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Et à 1 milliard de déficit sur l'intermittence, moi je vous dis que ce luxe payé par nos cotisations à tous ceux qui travaillent, ben ca va pas durer longtemps quand le gouvernement doit aller chercher 13 milliards en 2013... Je suis ultra pessimiste.

L'intermetticence, le déficit il est du principalement à une chose : la malhonnêteté et les magouilles de tout le secteur, qui au lieu de prendre en CDI les gens dont ils ont besoin, vont les prendre en intermittence et faire tomber une partie de ce qu'ils auraient du payer en salaire sur le système. Il y a certes les intermittents qui ont réellement besoin du système, la majorité des intermitents "officiels" sont en fait des gens qui devraient être à plein temps et passe d'une filiale d'un groupe à une autre pour pouvoir faire jouer l'intermittence (pas vraiment leur faute, ils ont pas le choix, pour eux c'est ça ou ne pas bosser ; là encore ce sont les parasites de l'industrie qui en sont la cause, dans le cas présent en grande partie les chaînes de télé et les radios - y compris le service public qui ne se gêne pas pour exploiter le système en échangeant leurs employés en réalité permanent entre France TV et Radio France pour faire porter au système le gros de leur rémunération).
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16



De toute façon, comme tu le dis si bien, une major ne les signerait pas. Par contre, s'ils perçaient assez pour qu'une major s'intéresse à eux, bah ils se feraient toujours beaucoup plus de thunes en se passant de leur service, au lieu de toucher des clopinettes et d'engraisser la major.


Hello à toi Gorkk,

Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il toucherait plus de tunes, mais il aurait plus de dépense. je comprendrais que ca te choque si c'était le profit qu'ils gardaient à 85% pour eux et 15% pour l'artiste. Ce n'est pas le cas du tout.
La maison de disques (indé ou major) intéresse l'artiste et l'auteur au Chiffres d'Affaires, pas aux résultats. Elle traite donc mieux le musicien que le salarié de sa boite. Plus l'artiste vendra de disques, plus l'assiette sera large. l'attaché de presse lui touchera son salaire quoi qu'il arrive.
Pour qu'un disque rapporte beaucoup d'argent, il faut mobiliser du CAPITAL et du TRAVAIL. Vendre 1 millions de disques suppose plus de travail de toute la chaine. Il faut payer tout le monde. L'artiste touchera quoi qu'il arrive une redevance sur l'argent collectée, pas celle économisée.
> Si le label claque 1 million pour vendre 100.000 disque à 10 euros, la maison de disque ne fait aucun profit, l'artiste lui touche 100.000 euros.
> Si le label claque 800.000 euros pour vendre la même chose, l'artiste touche toujours 100.000 euros, le label gagne 200.000 euros
> Si le label claque 10 millions pour vendre la même chose, l'artiste touche toujours 100.000 euros, le label perd 9 millions.

Ce qu'il faut regarder, c'est la MARGE pour comparer si c'est injuste pour l'artiste, pas le CHIFFRE D'AFFAIRES.
Si tu es salarié, tu touches un salaire mensuel. Si ta boite encaisse 10 fois plus, tu gagneras toujours la même chose. Si ta boite dégage un profit 10 fois supérieur, tu toucheras toujours la même chose sauf si tu as un intéressement. Si ta boite perd de l'argent bien qu'elle encaisse 10 fois plus, tu toucheras toujours la même chose.

Si un artiste vend 10 millions de disques, il touchera 10 millions d'euros, quel que soit les dépenses effectuées ou pas par la boite en capital et en salaire. C'est pas injuste sauf si la maison de disques ne dépense rien du tout. Mais si tu vends 10 millions de disques, tu dois fabriquer 10 millions de disques à 1 euro, tu dois envoyer 10 millions de fois les disques, tu dois mobiliser plus de personnel pendant plus de temps pour envoyer ces disques. Tu as des charges variables qui augmentent mécaniquement, donc ca n'est jamais le cas.

Dans ce schéma, je pense que tu préfères être artiste que salarié, non ? Si demain ton patron te paye en fonction du ca et non sur le salaire fixé par contrat. Quand la boite fait 10 fois plus, tu touches 10 fois plus. C'est pas mal traiter ses salariés non ?

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16


Pour tous ces groupes qui galèrent justement, et autant dire tous les groupes de métal français (du fait que comme tu le dis, il y a peu de fans de métal en France - même s'ils sont tellement motivés que les groupes étrangers sont en général ravis de venir jouer pour ce public français, quand bien même ils seraient 10 à 50 fois moins nombreux dans les concerts qu'ailleurs), ils gagnent justement plus de thunes en se passant du système actuel. À peu près tous ont quitté la SACEM ou n'y sont jamais allés, justement parce que la SACEM se contentait de leur piquer du pognon sans jamais leur en reverser : la SACEM si tu fais pas des gros hits chez une major, grosso modo tu peux te brosser pour toucher quoi que ce soit, par contre faudra pas oublier de les payer... (j'en ai connu un certains nombre qui ont été obligés de payer pour presser leurs propres albums, et qui au final n'ont pas touché le moindre centime : bah ils ont quitté les parasites qui les rackettaient fissa).


La SACEM ne nous rackette pas, c'est une erreur. Tu dois payer une fois pour être membre, à vie. Ils ne te prennent rien d'autre en tant qu'auteur.

Ensuite ils te reversent ce qu'ils collectent. Si tu fais 100 entrées à 10 euros dans une salle et que la salle paye bien la SACEM, la SACEM collectera 11% à la salle sur la billetterie et la moitié du bar. 1000 eurosx11%=110 euros que la salle doit payer qui seront reversés aux auteurs et à leurs éditeurs.

A aucun moment ils ne prennent de l'argent sur les lives. Ils le prennent à la SALLE et le reversent aux auteurs moins les frais de gestion de l'ordre de 10% pour payer les salariés de la SACEM. Ils te reversent donc 90% de ce qu'ils collectent.

Donc le groupe gagne pas 1000 fois mieux sans SACEM.

Le seul cas ou ils te demandent de la thune en tant que musicien, c'est quand tu payes toi même ton pressage, parce que tu es également producteur.

Prenons l'exemple de NIN.
DOWNWARD SPIRAL : producteur Universal : 2 millions de disques pressés : la sacem envoie une facture à UNIVERSAL de 2 millions d'euros. Elle reverse à l'auteur et son éditeur (Kobalt dans l'exemple de NIN je crois) 1,8 millions.
THE SLIP : Producteur Reznor himself. 2 millions de disques pressés : la SACEM envoie une facture à Trent reznor de 2 millions d'euros. Elle reverse à reznor et son éditeur (toujours KOBALT) 1, 8 millions.

C'est la raison pour laquelle l'autoproduction n'est pas si intéressante que cela, Reznor subit lui même la charge de sa rémunération en tant qu'auteur. Quand il est chez Sony, il n'a pas à sortir les 2 millions, il ne fait que toucher le 1,8 millions qu'il partage avec son éditeur (Kobalt).

Après, c'est clair que si tu fais 10 dates par année, il serait sans doute plus simple de demander au bar de te payer les droits éditoriaux. Mais va négocier avec un patron de bar un cachet proportionnel aux recettes... c'est pas du tout le même rapport que si c'est la sacem qui lui envoie la facture ;O) Vas tu coller un procès à la salle qui te nourrit, non ? La SACEM peut le faire et l'imposer.

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16

T'es pas obligé de faire de la communication à plein temps hein. àâ?a ne prend pas longtemps d'aller annoncer tes concerts à l'emplacement dédié de cette communauté, pour commencer. Ensuite, à supposer que tu fasses du métal par passion et non pour le pognon (ce serait étonnant puisque tu dis toi-même qu'espérer toper le pognon avec du métal en France c'est pas gagné et qu'il vaudrait mieux faire du Lady Gaga), il me paraît logique que tu sois donc passionné par cette musique ; tu vas peut-être me dire que tu n'as aucune envie de parler de cette musique qui te passionne avec d'autres passionnés ? La majorité des groupes qui sont sur VS y sont entre autres pour parler avec d'autres passionnés, et plus ils échangent avec les autres, plus ça leur donne de la visibilité, à eux et à leurs groupes (ils ont tous en signature de leurs posts un lien vers leur site et surtout un lien vers les infos pour leurs prochains concerts). Tu viens de passer la nuit sur ce débat, tu ne vas pas me faire croire que tu ne peux pas prendre 30 minutes chaque jour à échanger avec la communauté autour de quelque chose qui est censé te passionner, le métal, si ?Et il ne s'agit pas d'aller parler avec un journaliste au 20h de TF1. Si c'est ça pour toi "communiquer avec son public", faut pas s'étonner que ça marche pas sans une major hein. Essaies un peu une fois, et tu verras que tu as tout à y gagner. Au final d'ailleurs, une bonne partie de ces groupes et de ces organisateurs se retrouvent à obtenir le soutient de cette communauté de fans pour les aider à faire encore plus parler des groupe et des concerts, et il y en a un certain nombre qui prennent de leur temps pour aller distribuer des tracts pour les concerts à la sortie d'autres concerts, ou aller les poser dans les bars fréquentés par les fans de métal quand ils y vont.


Ca soulève deux points : Bien sûr qu'on va annoncer nos dates. Si tu prends 1/2h par forum de métal français et qu'il y en a 10, cela te prends 5H00 juste pour annoncer des dates. C'est du temps pris sur autre chose. C'est ce que le tourneur fait pour toi. Il prend un attaché de presse, pour te laisser le temps de composer, de tourner, de jouer, de faire de la musique.

Le deuxième point que ca soulève, c'est qu'il y a des lieux ou tu prends la parole, d'autres ou on te la donne. Si demain je veux dire à Hard Rock Mag de passer un article sur moi, c'est eux qui décideront s'ils ont envie d'en parler. Si tu contactes tous les médias métal de la planète, cela prend encore du temps. Là encore, un attaché de presse ne fait que ça. Mais il faut le payer l'attaché de presse. Donc c'est le producteur de ta maison de disques qui s'en charge. Si t'es en autoprod, c'est à toi de le payer ou de le faire toi même si t'as pas la thune. c'est encore pris sur ton temps de musicien.
L'attaché de presse du label, il fait ca toute la journée de parler à TF1, il développe une relation continue avec eux, il a plus de poids pour convaincre de parler de toi. C'est pareil avec Hard rock mag etc....


Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10


Comme tu le dis si bien, le budget n'est pas illimité. Le modèle que défend BRONTO est de répartir la richesse disponible (le budget du public), non plus en le filant aux majors qui achètent des lois pour qu'elles en redistribuent une infime partie à quelques "artistes" élus, mais au contraire à tous ceux qui le méritent, en court-cicuitant très largement ces parasites que sont les majors.


Là tu es un poil caricatural, car les lois qu'imposent selon toi ces structures sont à l'avantage des créateurs et de producteurs. Elles ne les favorisent pas uniquement eux mais aussi les créateurs qu'ils défendent.

Dans ton système ou les artistes s'autoproduiraient affranchis des maisons de disques, COMMENT dire qui le mérite ???? C'est très subjectif non ? Pourquoi un groupe plutôt qu'un autre ? Quel montant pour un groupe et quel montant pour l'autre ? C'est qui qui décides dans votre système ? Des détenteurs du Juste ?

Cela revient à jouer le rôle d'un Etat qui collecte un impôt et le redistribue à sa guise. Il n'y a pas plus de justice. Il y a des gens qui sont déterminés comme bénéficiaires d'une aide pour créer. Comment tu le décides de manière équitable ??????
Cela revient à la même chose que la maison de disques, sauf que c'est des lumières qui décident. C'est en ça que je dis que vous voulez réinventer la SACEM en pire. La SACEM collecte et répartit en fonction des diffusions effectives. Vous voudriez redistribuer en fonction de votre bon vouloir. Penser que vous auriez un choix éclairé est faux.
Ce qui fait la justice de la SACEM, c'est qui si ton oeuvre est diffusé, tu es payé, si n'est pas diffusé, tu ne l'es pas.
Dans votre système, vous subventionnerez éventuellement des artistes et des auteurs mais au détriment de ceux qui sont le plus diffusés. Donc en gros vous proposez de plafonner les revenus des plus riches pour les redistribuer aux plus pauvres. OK dans l'absolu si c'est le peuple qui choisit. Mais le public continuera de choisir en masse ce qui est le plus diffusé, puisque aujourd'hui c'est eux qui les rendent déjà riches.

OUI Le système actuel est très démocratique : plus l'artiste est écouté, plus il gagne. La SACEM ne redistribue pas subjectivement mais objectivement. Dans votre système, ce serait subjectif, et cela pénaliserait ceux qui sont le plus écoutés. Cela devient politique, mais c'est opposer le bon artiste ou le mauvais artiste en fonction de critères subjectifs.


Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

Il est ou le rapport avec la choucroute dans ton délire sur Mass Hysteria, Lady Gaga et Pascal Nègre ?
D'autant qu'il assène une belle contre-vérité : si tu passais du Mass Hysteria à longueur de journées sur les ondes, les moutons iraient en acheter et trouveraient ça vachement bien. àâ?a marcherait sûrement un peu moins bien c'est sûr, mais c'est juste parce que c'est moins de la soupe insipide, ça a une vraie identité, donc c'est un peu plus dur à faire bouffer aux montons.La merde actuelle se vend parce qu'elle est passée en boucle dans les oreilles des moutons, rien de plus. S'il ne s'agissait que de la faire connaître aux gens, il ne serait pas nécessaire de la passer une dizaine de fois par jour sur chaque radio : à ce niveau là, c'est plus pour faire connaître, c'est pour tellement labourer le cerveau des moutons qu'ils finiront par croire qu'ils aiment ça (façon syndrome de Stockholm quoi). Comme je l'aborde plus haut, tu oublies surtout que le public voit son cerveau lavé et récuré par la soupe des majors du fait qu'elles ont un monopole qu'elles maintiennent par des lois qu'elles achètent et peuvent du coup faire en sorte que les moutons (99% de la population) n'entendent que ça du matin au soir, et à force de n'entendre que ça, ils finissent par "aimer". Fais bouffer de force de la merde matin midi et soir à un gamin pendant des années, tu verras, il finira par aimer ça et trouver que la grande cuisine c'est dégueulasse. C'est pareil.


C'est là ou je nuancerais beaucoup ton propos. Primo, c'est les médias qui décident et pas les maisons de disques. Les maisons de disques peuvent inciter un média à diffuser un artiste en achetant de la publicité à ce média, mais c'est le média qui décide.

Secundo, tu as la possibilité de zapper en tant qu'auditeur. On t'impose donc le choix du plus grand nombre.

Le constat que je fais est que si tu passes 10 fois par jour du Mass, cela génère 100 ventes de plus. Si c'est du Gaga, 10000 ventes de plus. Pourquoi, parce que même si touches plus de monde en diffusion, seule une partie pourra apprécier Mass Hysteria alors qu'une plus grande partie appréciera Lady gaga. Les musiques sont différentes, Gaga marche mieux car elle plaira à plus de monde.
Si tu as fait des stats, tu connais sants doute la loi normale et la loi des grands nombres.
la règle qui dit que dès que tu as un regroupement de plus de 30 individus, la répartition des différences se fera plus ou moins selon une courbe de Gauss.

Les médias diffusent en fonction des goûts du public, donc sauf à faire le choix d'imposer une programmation particulière, tu vas agréger plus de monde sur des choses consensuelles. C'est ce qui explique la différence entre l'audience de TF1 et de Arte alors que les deux sont accessible de la même manière. L'une fait le choix de programmes "grand public" et sélectionne des shows qui agrègent le plus grand nombre, alors qu'Arte choisit des choses pointues, qui intéressent beaucoup moins de monde.

Si tu achètes de la pub pour mass hystérie sur TF1, elle te coûtera le même prix que pour Gaga mais elle sera moins efficace car moins d'acheteurs seront convaincus par mass Hysteria. Tu risques de perdre de l'argent.

Si tu FORCES les utilisateurs à n'écouter que Mass, oui ils risquent de s'habituer et d'acheter plus comme des moutons. Mais là cela devient de la propagande, et cela deviens totalitaire. Si tu as un frère ou une soeur, fais le test. Donne lui le choix entre plusieurs radios, elle va zapper jusqu'à trouver ce qui lui convient. Si elle aime le rock, elle ira sur le mouv, si elle aime le classique, elle ira sur le classique. Elle choisit ce à quoi elle est exposée. Et malheureusement dans les faits, ce qui regroupe les plus grands nombres sont les chaines généralistes avec des programmes immondes. Mais si demain, les gens se mettent à adorer les documentaires et que ARTE se met à faire 20% d'audience, je t'assure que TF1 va aussi en programmer.

Je suis d'accord que si tu fais bouffer de la merde à quelqu'un, il finira par en acheter. Mais si tu lui laisses le choix, il n'en bouffera pas. Les individus sont libres de choisir ce qu'ils écoutent.

J'ai voté bayrou, ni Sarko, ni Hollande. Le peuple a voté Hollande, on m'impose Hollande qui n'a pas été mon choix. Je l'accepte puisque c'est le jeu démocratique. C'est la loi de la majorité qui impose ses goûts aux autres.

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

Faudrait que tu te décides à prendre un peu de recul hein... On va reprendre ton exemple avec tes chiffres. Je prends là le contexte de MyMajorCompany, qui passe par Warner pour la distribution, et qui est un modèle qui est très largement plus avantageux pour les artistes que de passer directement par une major. Le disque à 12 euros (hors taxes), y en a 6 qui vont au magasin, 6 qui vont au distributeur (qui s'est contenté de presser les galettes, et facture à l'éditeur les invendus, donc risque ZÉRO pour lui). Sur ces 6 euros, il en reverse 3 à l'éditeur (2,90 ? de bénef complet - 0,01 ? pour le CD lui-même, 0,09 ? pour distribuer le CD aux magasin - par CD par rapport au coût marginal, et vu les volumes les coûts fixes de l'investissement dans l'usine de pressage sont très vites amortis ; le tout sans le moindre risque, puisqu'il facture les invendus à l'éditeurs).Bien, l'éditeur (MyMajorCompany dans l'exemple) prend donc 3 ? par CD vendu. Sur ces 3 ?, elle en garde la moitié (1,50 ?) et partage l'autre moitié entre l'artiste et les investisseurs (les seuls qui ont vraiment pris des risques en finançant l'album justement) en 40/60, soit 0,60 ? pour l'artiste, et 0,90 ? pour les investisseurs. Voilà, c'est ça le système que tu défends : artiste + investisseurs, c'est-à-dire celui qui est le seul à réellement créer, et ceux qui prennent réellement des risques, touchent à eux deux à peine 12,5% du prix hors taxe d'un CD, soit seulement 5% pour l'artiste, et 7.5% pour les investisseurs.

Elle est ou la justification ? Éthiquement et moralement, nulle part. Dans les faits, c'est simplement parce que les majors ont un monopole et jusqu'à il y a peu étaient incontournables pour qu'un artiste puisse faire parvenir son travail à son public. Internet remet tout ça en cause, et les majors se battent à coups d'achats de lois sur mesures pour que ça ne change pas.


. Je pense pas que le magasin prenne 6 euros. Tu oublies quelque chose, si les magasins prenaient 50% du prix de vente, ce serait abusé.
C'est cela que tu a du mal à comprendre, tu confonds profit et chiffre d'affaires
Dans ton exemple,
WARNER va :
- acheter un camion pour faire le tour des FNAC, des VIRGIN, des Carrefours
- le commercial qui va faire le tour de la France pour vendre les produits aux FNAC
- le téléphone du commercial et sa voiture, l'essence de sa voiture
- payer le salaire du chauffeur du camion
- payer l'essence du camion
- payer sa comptable, le gars qui réceptionne la marchandise que lui envoie my major, la charge dans le camion e
- l'ordi de la comptable, l'électricité, le loyer de ses entrepôts, stocker des disques.
ce n'est pas de la marge pure, attention.

Le risque qu'il prend, c'est quand il distribue moins de disques que ce que cela lui coute de les distribuer.

MY MAJOR COMPANY va :
- Payer l'artiste 20% des recettes
- payer le studio, les musiciens, l'artiste, l'ingé son de l'album
- payer le mastering
- payer la pub, les photos, les bios etc...
- Payer le clip vidéo (réalisateur, location matériel, techniciens, montage)
- Payer le graphiste qui fait les pubs
- payer ses salariés (attachés de presse, responsable fabrication, directeur marketing, standardiste)
- payer du tour support (pour permettre à l'artiste de faire des concerts)
- payer son loyer
- payer son salarié
- Payer ses impôts
Une fois tout cela payé, il fait un profit, dont il reversent 30% de ces bénéfices aux gens qui ont financé le projet.

L'artiste n'a pris aucun risque financier, il n'a a payé personne, la seule chose qu'il a fait, c'est passer quatre mois à écrire son album, trois semaines en studio et faire la promotion du disque en allant sur des plateaux TV et répondre à des interviews. J'imagine qu'il doit en plus avoir une avance sur ces recettes, il touche avant que le 1er disque soit vendu.

S'il vend beaucoup, il gagne beaucoup, s'il vend peut, il gagne peu. il ne perd rien.
Les investisseurs risquent de perdre ce qu'ils ont investis s'il n'y a pas de profit
l'entreprise risque de virer des gens ou de fermer si le CA ne couvre pas les frais et de devoir payer ses dettes.


Grégoire part en tounée, il gagne des cachets tous les soirs ou il joue, MyMajor ne touche rien sur ces dates.

Tu te trompes donc dans l'analyse des choses.

Moralement et éthiquement, c'est tout à fait justifié. Il est normal que CAPITAL et TRAVAIL soient rémunérés.

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10


Pour revenir à tes 60 millions qui auraient acheté un CD en moins et qui feraient perdre beaucoup beaucoup d'argent aux artistes et à l'état, comme tu l'as dis précédemment, le budget des français n'est pas infini, et je rajouterai qu'il tend même à diminuer très fortement en ces temps de crises. Toutefois, l'explosion du partage sur Internet n'a pas fait baisser ce budget : au contraire, malgré la situation économique très grave à laquelle ils font face, le budget culture des ménages augmente. Ces 60 millions de français qui n'auront pas acheté un CD sur une année, ils seront allés voir un concert sur deux ans (en gros 30 millions seront allés voir un concert) - un pas cher hein, un à 25 ? (on va dire 24 pour que ce soit proportionnel), qui sont d'ailleurs ceux qui rapportent proportionnellement le plus à l'artiste(*). Sur ces 25 ?, l'artiste (ou les artistes lorsqu'il s'agit d'un festival) en aura touché en général 15. Résultat des courses : 15 ? pour les artistes par 30 millions de personnes au lieu de 0,60 ? pour les artistes par 60 millions de personnes, soit juste 12,5 fois plus ! Et sur ces dépenses, il y a eu la même TVA.


Crois tu que 50% de la billetterie va à l'artiste sur un concert ???? Je suis pas sûr du tout. Sauf à ce qu'il prenne lui même le risque de producteur de spectacle... (location voiture, roadies, essence, hôtel,salarires musiciens, etc...)




Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

Après tu parles de la FNAC qui licencie et tout : là c'est simplement parce que la vente physique en direct est partiellement dépassée par l'évolution technologique. Pourquoi devrait-on tout faire pour sauvegarder les industries du passé ? On n'a pas interdit ou ponctionné l'électricité pour sauver les fabriquants de chandelles ou même ceux qui allumaient les chandelles dans les rues, si ? On n'a pas interdit ou ponctionné l'automobile pour sauver les maréchaux-ferrands si ? Pourquoi aujourd'hui devrait-on à tout prix sauver une industrie obsolète qui refuse coûte que coûte d'évoluer (l'industrie du disque) ? Il n'y a aucune raison rationnelle. La musique existait avant l'industrie du disque, elle continuera d'exister après, et avec Internet elle sera même bien plus saine et variée.Ton Pascal Nègre, il ne crée aucune valeur, par contre il en ponctionne énormément aux artistes ça c'est sûr.


Je suis bien évidemment d'accord là dessus, si les nouveaux supports créent des emplois. Le P2P n'en crée pas puisque il n'y a plus de commerçants, plus de produit, il n'y a qu'un bien non rival. D'un point de vue sociétal, c'est pas top non ?


Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

Tu peux me rappeler combien les radios paient pour la diffusion d'un titre à la radio, ramené à leur nombre d'auditeurs ? Beaucoup, beaucoup, beaucoup moins que Deezer et Spotify. C'est sûr que si on compare ce que versent ces plateformes pour une écoute d'une personne à un achat du morceau à un prix prohibitif, on a l'impression que c'est trois fois rien. Quand on compare aux radios, c'est un tarif exorbitant, et c'est d'ailleurs pour ça qu'elles perdent du pognon et que seules une poignée ont survécu parce qu'elles ont été plus ou moins rachetées par des groupes qui s'en servent non pas pour faire de l'argent directement, mais comme valeur ajoutée pour un autre service. Ah et au passage, ces plateformes sont une catastrophes pour les indépendants d'ailleurs, justement parce que les majors ont pu acheter des lois empêchant la mise en place d'un système juste, celui des radios, et se sont octroyées la part du lion des recettes de ces services en les menaçant d'extinction : résultat, il ne reste plus rien pour les indés. Et après c'est toi qui parles de se tirer une balle dans le pied... Tous les artistes qui ne sont pas déjà des artistes à succès et qui soutiennent les majors dans leur lutte injuste contre le public et pour obtenir des rentes leur évitant d'évoluer se tirent justement une balle dans le pied.



Oui tu as bien entendu raison la dessus, c'est clair que ramené au nombre d'auditeurs, c'est beaucoup moins. C'est pour ça que je vends le système spotify contre le P2P, car il y a rémunération. Si le business model marche pas, il faudrait trouver autre chose. Mais si Spotify ou Deezer ne marche pas encore, c'est qu'il faut que les gens s'habituent à ce nouveau mode de consommation de la musique. Ceux qui téléchargent en P2P n'iront jamais. Il faut donc patienter pour voir si le modèle tient économiquement la route.

Très franchement, je ne connais pas le business model donc je ne peux pas dire. Je sais pas ce que touche les majors et les indés, je ne peux pas me prononcer la dessus sans connaître.
Moi en tant qu'artiste autoproduit je touche 0,0038 euros.


Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10


Le minitel, c'était juste le bonheur pour les arnaqueurs et les racketteurs (et les services de l'état n'étaient pas les derniers, comme avec la consultation des résultats d'examens et de concours, qui se faisaient soit par minitel sur un numéro hors de prix, soit par un numéro de téléphone surtaxé hors de prix - pire encore il fallait passer par là pour faire ses choix de classement d'écoles : un racket quoi).


Je ne parle pas du fait que c'est une arnaque ou pas. Je parle du fait qu'on admettait qu'on pouvait payer pour avoir un numéro de téléphone, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui car on peut le trouver aujourd'hui gratuitement puisque c'est financé par la pub.
Rendre un titre MP3 gratuit contre un MP3 payant lui fait de la concurrence, que ce soit un bien non rival ou pas.



musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Pourquoi ? Parce que vous êtes bons en informatique mais des quiches géantes en économie.


Dis le mec qui prétend qu'un bien non rival n'est pas une notion économique, et n'a clairement rien compris à cette notion. Non vraiment c'est fendard là... Sans compter que tu n'as absolument aucune idée du bagage des personnes à qui tu t'adresses (indice : je suis passé par une école d'économie et statistiques avant de faire de l'info, et je suis persuadé que BRONTO en connait très largement plus en économie que toi, de part vos échanges dans ce sujet).

Il manquait un smiley, pardon. Je ne prétends pas avoir plus de connaissance que vous. Encore une fois je tire sur le message, pas le messager. C'est pas du tout prétentieux de ma part. Je m'excuse si tu l'as pris pour toi ou quiconque.

Je dis que favoriser le P2P qui est gratuit contre ITUNES qui est payant, l'un créé de la valeur marchande, l'autre pas. Donc c'est ça la notion que je critique.


Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16

Et ce n'est pas la conséquence du P2P? mais simplement la conséquence de leur incapacité à évoluer. Le CD a vécu la courbe parfaite d'un produit (exactement la même courbe que ses prédécesseurs la cassette et auparavant les disques), sauf que quand le changement de "support" est arrivé (Internet et le dématérialisé, les majors n'ont cette fois pas su (et n'ont pas voulu, c'était trop de boulot, ils sont plus habitués) renouveler le support. Par contre, le public lui ne les a pas attendu, et s'est engouffré sur ce nouveau support popularisé entre autres par Napster. Cela fait plus de 10 ans, ou en sont les majors ? Au point mort : ils auraient du en être à ce stade avant même la venue de Napster.

Bien sûr, je suis d'accord avec toi. Mais le métier des maisons de disques a toujours été de créer de la musique et de distribuer leur produits à des distributeurs. Ils n'ont jamais du s'adresser directement à leur clients. ca c'est pas du tout le même métier. Preuve en est, ils ont confié la distribution digitale à d'autres (itunes, virginmega, fnac,etc...)



Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16

Quelle justification y a-t-il à ce que les descendants touchent les revenus du travail de leur parent ? Est-ce que les descendants d'un salarié continuent de toucher son salaire après sa mort ? Non. 70 ans après la mort, quelle justification ? Un brevet technologique c'est 20 ans, point. Pas jusqu'à 80 ans de vie + 70 ans de mort. Pourtant, un brevet technologique, ça demande autrement plus d'investissement et de risque qu'une chanson.

Tout a fait d'accord avec toi la dessus.

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16

Gorkk, le 01/10/2012 - 00:40

Encore une fois, si en passant par une maison de disque (qui comme tu le dis ne signent que ce qui rapporte) ils font X concerts par an, ils pourront faire les mêmes X concerts par an sans la maison de disque, sauf qu'au lieu de toucher peau de zob, ils toucheront le gros des recettes. Si ça fait toujours trois fois rien, soit la maison de disque ne les signe pas, soit ils gagneront encore moins. Tiens un petit exemple, de quelqu'un que je ne considère pas comme un artiste, mais qui est un très bel exemple du système actuel dans lequel les parasites qui ne font rien raflent tout le pognon : le mec qui a chanté "fais la poule" à la nouvelle star ; ce mec avait déjà fait un clip sur son pognon mis sur le net, ça a beaucoup tourné, il était connu. Il passe à la nouvelle star (ça a aidé encore plus) et gagne un contrat avec une major. 100 000 albums vendus plus loin (rien de changé par rapport à la version mise en ligne, le clip c'est le même, tout ça), l'"artiste" a touché moins de 1000 euros. Ou est passé le reste ? Bah dans les poches de la major qui n'a rien branlé, rien investi, rien risqué, mais tout raflé. Alors ce qu'il faisait était de la merde et je n'appelle pas ça un artiste, mais pour autant c'est ce système qui spolie les créateurs que tu défends.


Oui ils toucheront le gros des recettes, mais ils prendront à leur charge toutes les dépenses ! Et ils peuvent perdre la mise de départ, ce qui fait une sacrée différence.

Sur ton histoire de fais la poule, donne moi tes sources, je veux bien aller vérifier et comprendre.
car je ne crois pas qu'une maison de disques ait pu reverser 1000 euros sur 100.000 albums. C'est techniquement impossible et illégal.

Encore une fois, n'oublie pas non plus que la maison de disques supporte tous les coûts liés à la distribution. Presser 100.00 disques, acheter de la pub TV, payer le salaire des gens, etc...

musicosindé, le 01/10/2012 - 07:16
Et à 1 milliard de déficit sur l'intermittence, moi je vous dis que ce luxe payé par nos cotisations à tous ceux qui travaillent, ben ca va pas durer longtemps quand le gouvernement doit aller chercher 13 milliards en 2013... Je suis ultra pessimiste.

L'intermetticence, le déficit il est du principalement à une chose : la malhonnêteté et les magouilles de tout le secteur, qui au lieu de prendre en CDI les gens dont ils ont besoin, vont les prendre en intermittence et faire tomber une partie de ce qu'ils auraient du payer en salaire sur le système. Il y a certes les intermittents qui ont réellement besoin du système, la majorité des intermitents "officiels" sont en fait des gens qui devraient être à plein temps et passe d'une filiale d'un groupe à une autre pour pouvoir faire jouer l'intermittence (pas vraiment leur faute, ils ont pas le choix, pour eux c'est ça ou ne pas bosser ; là encore ce sont les parasites de l'industrie qui en sont la cause, dans le cas présent en grande partie les chaînes de télé et les radios - y compris le service public qui ne se gêne pas pour exploiter le système en échangeant leurs employés en réalité permanent entre France TV et Radio France pour faire porter au système le gros de leur rémunération).


1000 fois d'accord avec toi, j'ai une copine qui bossait sur une chaine musicale depuis 3 ans. Il lui faisait signer un contrat de travail tout les matins pour la déclarer en intermittente. S C A N D A L E U X.

Il faut vraiment faire du ménage pour sauver ce statut précieux pour les musiciens.

[message édité par musicosindé le 02/10/2012 à 17:46 ]
Inscrit le 08/09/2008
768 messages publiés
Bon je vais faire court parce que j'ai perdu ce que j'avais commencé à écrire, et que se dépatouiller avec des quotes foireuses dans un message de cette taille c'est pas la joie.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il toucherait plus de tunes, mais il aurait plus de dépense.

Je parlais en termes de rentrées-dépenses.
musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Jje comprendrais que ca te choque si c'était le profit qu'ils gardaient à 85% pour eux et 15% pour l'artiste. Ce n'est pas le cas du tout.

Les proportions seraient plutôt encore plus en faveur des majors.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Si un artiste vend 10 millions de disques, il touchera 10 millions d'euros, quel que soit les dépenses effectuées ou pas par la boite en capital et en salaire. C'est pas injuste sauf si la maison de disques ne dépense rien du tout. Mais si tu vends 10 millions de disques, tu dois fabriquer 10 millions de disques à 1 euro, tu dois envoyer 10 millions de fois les disques, tu dois mobiliser plus de personnel pendant plus de temps pour envoyer ces disques. Tu as des charges variables qui augmentent mécaniquement, donc ca n'est jamais le cas.

1 € par disque plus les frais de livraison ? Tu y crois vraiment ? C'est plutôt de l'ordre de 1 centime par CD, 10 centimes en incluant la livraison (je te rappelles que c'est n'est pas de l'artisanat avec les CD fabriqués et envoyés à l'unité hein... Et encore même comme ça ça ne reviendrait pas à 1 € plus les frais de port).

Dans ce schéma, je pense que tu préfères être artiste que salarié, non ? Si demain ton patron te paye en fonction du ca et non sur le salaire fixé par contrat. Quand la boite fait 10 fois plus, tu touches 10 fois plus. C'est pas mal traiter ses salariés non ?

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
La SACEM ne nous rackette pas, c'est une erreur. Tu dois payer une fois pour être membre, à vie. Ils ne te prennent rien d'autre en tant qu'auteur.

Ensuite ils te reversent ce qu'ils collectent. Si tu fais 100 entrées à 10 euros dans une salle et que la salle paye bien la SACEM, la SACEM collectera 11% à la salle sur la billetterie et la moitié du bar. 1000 eurosx11%=110 euros que la salle doit payer qui seront reversés aux auteurs et à leurs éditeurs.

A aucun moment ils ne prennent de l'argent sur les lives. Ils le prennent à la SALLE et le reversent aux auteurs moins les frais de gestion de l'ordre de 10% pour payer les salariés de la SACEM. Ils te reversent donc 90% de ce qu'ils collectent.

Donc le groupe gagne pas 1000 fois mieux sans SACEM.

Le seul cas ou ils te demandent de la thune en tant que musicien, c'est quand tu payes toi même ton pressage, parce que tu es également producteur.

Ah, je vois que tu n'as que des connaissances théoriques sur le sujet... Oui, en théorie, ils reversent. En pratique, à moins d'être gros, tu ne touches rien (et encore, c'est sans compter le montant minimal annuel qu'ils imposent avant de reverser l'argent - même les sociétés privées type Amazon, si elle mettent un seuil minimal pour les paiements, ne peut pas se permettre de dire que si le seuil n'est pas atteint dans l'année, ils gardent le pognon -, il faut déjà qu'ils l'attribuent à tel ou tel artiste ce qui le plus souvent n'est pas fait).

Dans la réalité, la salle paie pour les concerts, tu touches rien. Tu paies pour presser tes CDs, tu touches rien (et là on n'est plus dans le théorique ou les suppositions, mais dans le vécu d'à peu près tous les petits groupes que je connais, et c'est une des raisons pour laquelle ils ont quitté la SACEM et prennent un malin plaisir à foutre dehors à coups de pied au cul les mandatés de la SACEM qui viennent essayer de racketer les salles dans lesquelles ils jouent ou les radios internet sur lesquelles ils passent, alors que n'étant plus à la SACEM, la SACEM n'a plus aucun droit).

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10
Ca soulève deux points : Bien sûr qu'on va annoncer nos dates. Si tu prends 1/2h par forum de métal français et qu'il y en a 10, cela te prends 5H00 juste pour annoncer des dates. C'est du temps pris sur autre chose. C'est ce que le tourneur fait pour toi. Il prend un attaché de presse, pour te laisser le temps de composer, de tourner, de jouer, de faire de la musique.

Le deuxième point que ca soulève, c'est qu'il y a des lieux ou tu prends la parole, d'autres ou on te la donne. Si demain je veux dire à Hard Rock Mag de passer un article sur moi, c'est eux qui décideront s'ils ont envie d'en parler. Si tu contactes tous les médias métal de la planète, cela prend encore du temps. Là encore, un attaché de presse ne fait que ça. Mais il faut le payer l'attaché de presse. Donc c'est le producteur de ta maison de disques qui s'en charge. Si t'es en autoprod, c'est à toi de le payer ou de le faire toi même si t'as pas la thune. c'est encore pris sur ton temps de musicien.
L'attaché de presse du label, il fait ca toute la journée de parler à TF1, il développe une relation continue avec eux, il a plus de poids pour convaincre de parler de toi. C'est pareil avec Hard rock mag etc....

Je vois que tu ne connais pas le "pas à pas". Tu commences par prendre une communauté un peu remplie, comme VS justement. Tu passes 30 minutes par jour à discuter de ce qui vous passionnent, toi et eux : le métal. Les gars écoutent, aiment, parlent de toi, un organisateur qui traine dans la communauté te propose de venir pour un concert qu'ils organisent. En plus de ça des gars de la communauté t'aident à faire parler de toi (ils en causent dans les bars métal ou ils vont, ils distribuent des flyers, etc.). D'autres personnes dans la salle, dont des critiques spécialisés (pas Hard Rock mag, hein, des webzines, des fanzines à petite parution). L'un d'eux aime bien ce que tu fais et te proposes une interview. Pendant ce temps les gens du public qui ont aimé parle de toi à leurs amis, tu es un peu plus connu, le prochain concert tu seras pas la première partie, mais la tête d'affiche. Cette fois c'est un organisateur de festival (Killer Fest pour commencer, pourquoi pas plus tard le Hell Fest) qui te contacte pour te programmer. Cette fois ce sont des journalistes de magasines à plus grande parution qui veulent t'interviewer. Pas besoin de continuer, je pense que tu as saisis.

Forcément, ce sera pas aussi rapide que ça, sauf cas très particulier (tu as vraiment retourné la tête de tous ces gens la première fois qu'ils t'ont écouté parce qu'ils y ont décelé du génie). Il y a aussi de fortes chances que ça n'aille pas si loin (oui, c'est la vie, tous les groupes ne peuvent pas être LE groupe que tout le monde aime).

Mais bon, ton message montre surtout que tu sembles attendre que la super célébrité façon Metallica te tombe toute cuite dans la main. C'est sûr que dans ce cas, ta seule chance que ça arrive un jour, c'est une major. Mais en même temps si ça arrive, bah tu vivras moins bien que si t'avais communiqué avec ta communauté et que tu n'avais "que" la célébrité d'un Gojira (que tu aurais, parce que si tu as de quoi être le nouveau Metallica en ne faisant rien à part signer chez une major, bah tu seras sans problème le nouveau Gojira par tes propres moyens).


musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Là tu es un poil caricatural, car les lois qu'imposent selon toi ces structures sont à l'avantage des créateurs et de producteurs. Elles ne les favorisent pas uniquement eux mais aussi les créateurs qu'ils défendent.

À l'avantage des créateurs, vraiment ? Tu m'en cites une seule, pour rire (et en détail le tout petit point éventuel de la loi qui est à leur avantage). Il y a peu de créateurs qui les défendent réellement. La très grosse majorité, c'est "la major a dit, j'ai pas envie de m'y intéresser, ils ont sûrement raison, et en plus quand je leur ai demandé si c'était vraiment mon intérêt ils m'ont dit que sinon ils ferait ce qu'il faut pour que je ne sois plus jamais rien de le monde de la musique". T'as peut-être pas vu que de nombreuses signatures d'artistes brandies par les majors ont été démenties par certains des intéressés par la suite ? Oui, on avait mis leur nom dessus sans même le leur dire. Et encore, ça c'était quand c'était vraiment des artistes et pas la comptable d'EMI.

Après il y en a pour les défendre (toi le premier). Mais en ce qui me concerne c'est aussi aberrant et contre-productif qu'un immigré qui vote le pen (ou sarko), ou qu'une femme battue qui fait tout pour que son mari n'aille pas en taule et revienne à la maison pour lui en coller une autre.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Dans ton système ou les artistes s'autoproduiraient affranchis des maisons de disques, COMMENT dire qui le mérite ???? C'est très subjectif non ? Pourquoi un groupe plutôt qu'un autre ? Quel montant pour un groupe et quel montant pour l'autre ? C'est qui qui décides dans votre système ? Des détenteurs du Juste ?

Bah c'est simple, ceux qui percent sont ceux qui le méritent, non ?

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Cela revient à jouer le rôle d'un Etat qui collecte un impôt et le redistribue à sa guise. Il n'y a pas plus de justice. Il y a des gens qui sont déterminés comme bénéficiaires d'une aide pour créer. Comment tu le décides de manière équitable ??????

Voir les précisions multiples de BRONCO sur les mécanismes possibles de financement, en particulier le mécénat global (qui permet justement que ce ne soit plus quelques parasites qui décident, mais d'une partie la diffusion - de façon lissée pour favoriser l'émergence des petits - et le public. C'est quand même mieux que ce soit le public qui décide plutôt qu'une poignée d'"ayant tous les droits" non ? Parce que bon tu sembles dire que si c'est pour qu'au final ça soit la même chose mais avec le public qui décide plutôt que les majors, ça sert à rien de changer. Bah dans ce cas, quand on est en dictature, ça sert à rien de changer pour la démocratie : c'est la même chose mais avec le peuple qui décide (enfin pas dans ce qu'on appelle "démocratie" aujourd'hui de fait) au lieu des 2-3 qui ont le pouvoir.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Ce qui fait la justice de la SACEM, c'est qui si ton oeuvre est diffusé, tu es payé, si n'est pas diffusé, tu ne l'es pas.

Si tu fais une oeuvre qui est vachement diffusée (genre, vachement), tu es payé. Sinon, tu paies et tu ne touches rien. C'est ça le système SACEM et consorts. En plus des comptes douteux (voir actualités récentes) et des multiples sociétés de gestion collectives qui servent juste d'intermédiaire et permettent de ponctionner un peu plus d'argent au passage qui n'ira jamais aux créateurs.
musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Dans votre système, vous subventionnerez éventuellement des artistes et des auteurs mais au détriment de ceux qui sont le plus diffusés. Donc en gros vous proposez de plafonner les revenus des plus riches pour les redistribuer aux plus pauvres.

Pas de plafonnement, juste pas une droite ou même une courbe en O(x), mais une courbe en o(x). À l'heure actuelle, c'est l'inverse : si tu es un petit, tu récoltes moins que ta part de ce qu'a récolté la SACEM (en général rien du tout), si t'es un gros tu récoltes plus. Le système de mécénat global mentionné par BRONCO et soutenu par RMS, c'est justement l'inverse : favoriser les petits, ce qui était le but initial (du moins officiellement) de la gestion collective.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
OUI Le système actuel est très démocratique : plus l'artiste est écouté, plus il gagne. La SACEM ne redistribue pas subjectivement mais objectivement. Dans votre système, ce serait subjectif, et cela pénaliserait ceux qui sont le plus écoutés. Cela devient politique, mais c'est opposer le bon artiste ou le mauvais artiste en fonction de critères subjectifs.

Parce que les critères utilisés aujourd'hui sont moins subjectifs que ceux qui seraient utilisés par le mécénat global ? En quoi ? De plus, l'art est naturellement subjectif, et il est ce qu'il est (de l'art) non pas par la décision d'une poignée, mais par la décision de la masse, le public de cet art. Il est somme toute nettement plus naturel que ce soit le public, destinataire de cet art, qui décide ce qui est "bon" ou pas, ce qui "mérite" ou pas, et non quelques entités qui parasitent la société, non ?

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
C'est là ou je nuancerais beaucoup ton propos. Primo, c'est les médias qui décident et pas les maisons de disques. Les maisons de disques peuvent inciter un média à diffuser un artiste en achetant de la publicité à ce média, mais c'est le média qui décide.

Wow, décidément je vois que tu crois les fables... Non, c'est vrai, les maisons de disques ne font qu'inciter, sur la base de "tu fais ce qu'on te dit ou tu crèves". Mais c'est sûr, c'est pas elles qui décident de ce qui passe...

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Secundo, tu as la possibilité de zapper en tant qu'auditeur. On t'impose donc le choix du plus grand nombre.

Zapper, quelle bonne idée. Voyons voir ce qu'il y a à côté. Oh, la même chose contrôlé de la même façon par les mêmes, avec juste une petite variation dans la thématique générale pour toucher une population un peu différente, mais toujours à peu près aucun choix. Forcément, les ondes sont limitées, et depuis le temps les majors ont réussi ce qu'elles n'avaient pas réussi initialement : tuer les radios libres, en l'occurrence en les mettant à leur botte.

Et je ne parles pas de la très grande majorité de l'espace "public" (magasins, gares, etc.) dans lequel on est obligé de passé une grande partie de notre temps, et ou on subit la même chose, sans avoir l'option de zapper ou encore mieux, de COUPER.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Le constat que je fais est que si tu passes 10 fois par jour du Mass, cela génère 100 ventes de plus. Si c'est du Gaga, 10000 ventes de plus. Pourquoi, parce que même si touches plus de monde en diffusion, seule une partie pourra apprécier Mass Hysteria alors qu'une plus grande partie appréciera Lady gaga. Les musiques sont différentes, Gaga marche mieux car elle plaira à plus de monde.

Constat... Ce mot suggère d'en avoir fait l'expérience, et je doute que tu l'aies fait. Dans le cas présent, c'est plus un postulat, qui nie totalement le lavage de cerveau du matraquage, qui est particulièrement effectif. À "spammer" du Mass Hysteria au lieu de Lady Gaga, la différence de ventes sera faible. Au bénéfice de Lady Gaga, certes, mais simplement parce que comme c'est de la soupe insipide, c'est juste plus facile à faire passer à base de matraquage.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Si tu as fait des stats, tu connais sants doute la loi normale et la loi des grands nombres.
la règle qui dit que dès que tu as un regroupement de plus de 30 individus, la répartition des différences se fera plus ou moins selon une courbe de Gauss.

Oui je connais, mais oser parler de grand nombre et de gaussienne sur une population de 30 individus, faut le faire quand même... Et surtout avec l'argument d'autorité d'une présupposée "règle" qui sort de nulle part. J'aurais du mettre des trucs comme ça dans les différents mémoires sur lesquels j'ai travaillé pendant mes études, ça aurait fait fureur tiens.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Si tu FORCES les utilisateurs à n'écouter que Mass, oui ils risquent de s'habituer et d'acheter plus comme des moutons. Mais là cela devient de la propagande, et cela deviens totalitaire. Si tu as un frère ou une soeur, fais le test. Donne lui le choix entre plusieurs radios, elle va zapper jusqu'à trouver ce qui lui convient. Si elle aime le rock, elle ira sur le mouv, si elle aime le classique, elle ira sur le classique. Elle choisit ce à quoi elle est exposée. Et malheureusement dans les faits, ce qui regroupe les plus grands nombres sont les chaines généralistes avec des programmes immondes. Mais si demain, les gens se mettent à adorer les documentaires et que ARTE se met à faire 20% d'audience, je t'assure que TF1 va aussi en programmer.

Si elle aime le rock (et pas la soupe vaguement pop / cochon qu'on égorge qu'on prétend être rock), la personne coupera la radio et ira s'abreuver ailleurs (sauf à tomber sur les quelques heures dans la semaine du mouv ou de oui fm ou ils passent effectivement du rock).

Et ce qui au final passe le plus, ce n'est pas ce qui est le plus apprécié, mais ce qui rapporte en plus en fonction du "coût", en général de la merde. C'est comme ça qu'on te remplace des séries qui ont une bonne audience par des talk shows miteux qui ont 4 fois moins d'audience, mais qui coûtent trois fois rien à faire, ou que les majors imposent la soupe sans saveur qui coûtent rien à faire, et ne demande même pas d'avoir des artistes à la base : tu prends un gars qui sait pas chanter, pas de problème avec un peu de post prod, tu en feras un truc vaguement audible, et ça prendra moins de boulot que de prendre un truc de bien et d'en faire quelque chose de parfait. Mais il semblerait que tu préfères qu'on continuent de tout faire pour que la qualité disparaisse au profit de la musique au mètre à bas coût facile à imposer aux masses par le matraquage. En ce qui me concerne, tout ce qui permet d'aller en sens inverse (ce qui va de paire avec la diminution du pouvoir des majors) est bon.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Je suis d'accord que si tu fais bouffer de la merde à quelqu'un, il finira par en acheter. Mais si tu lui laisses le choix, il n'en bouffera pas. Les individus sont libres de choisir ce qu'ils écoutent.

Si tu lui as fait bouffé de la merde les 5 premières années, et qu'après tu lui demandes ce qu'il veut manger, de la merde ou de la gastronomie, il te dira : de la merde. Simplement parce qu'il aura été conditionné. C'est pareil pour la musique : après des dizaines d'années de conditionnement, toujours un peu plus poussé, bah la majorité vont te demander la merde, ne serait-ce que parce qu'ils ne connaissent pas autre chose. Par contre en général si tu leur passe autre chose, ça va pas les gêner plus que ça.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
J'ai voté bayrou, ni Sarko, ni Hollande. Le peuple a voté Hollande, on m'impose Hollande qui n'a pas été mon choix. Je l'accepte puisque c'est le jeu démocratique. C'est la loi de la majorité qui impose ses goûts aux autres.

Quel est le rapport ?

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
. Je pense pas que le magasin prenne 6 euros. Tu oublies quelque chose, si les magasins prenaient 50% du prix de vente, ce serait abusé.

Si, c'est à peu près 50% du prix HT que prend un magasin comme la FNAC (peut-être plutôt entre 40 et 50%). à‡a vient des chiffres publiés par MyMajorCompany un peu après la sortie du premier album de Grégoire. Et c'est très nettement abusé (et c'est justement ce que je dis).
C'est cela que tu a du mal à comprendre, tu confonds profit et chiffre d'affaires
musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Dans ton exemple,
WARNER va :
- acheter un camion pour faire le tour des FNAC, des VIRGIN, des Carrefours
- le commercial qui va faire le tour de la France pour vendre les produits aux FNAC
- le téléphone du commercial et sa voiture, l'essence de sa voiture
- payer le salaire du chauffeur du camion
- payer l'essence du camion
- payer sa comptable, le gars qui réceptionne la marchandise que lui envoie my major, la charge dans le camion e
- l'ordi de la comptable, l'électricité, le loyer de ses entrepôts, stocker des disques.
ce n'est pas de la marge pure, attention.

Toute la partie distribution, rapporté en coût par CD, tourne aux alentours de 10 centimes. Après, c'est sûr que si Warner dimensionne son activité pour la livraison de 10 milliards de CDs par mois et n'en livre que 10, ils vont couler. Mais les volumes ne changent pas si vite que ça et il n'y a pas de variation brutale engendrant des surcoûts énormes.

Le risque qu'il prend, c'est quand il distribue moins de disques que ce que cela lui coute de les distribuer.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
MY MAJOR COMPANY va :
- Payer l'artiste 20% des recettes
- payer le studio, les musiciens, l'artiste, l'ingé son de l'album
- payer le mastering
- payer la pub, les photos, les bios etc...
- Payer le clip vidéo (réalisateur, location matériel, techniciens, montage)
- Payer le graphiste qui fait les pubs
- payer ses salariés (attachés de presse, responsable fabrication, directeur marketing, standardiste)
- payer du tour support (pour permettre à l'artiste de faire des concerts)
- payer son loyer
- payer son salarié
- Payer ses impôts
Une fois tout cela payé, il fait un profit, dont il reversent 30% de ces bénéfices aux gens qui ont financé le projet.

payer le studio : non, c'est l'investisseur qui l'a fait, pareil pour l'ingé son (bizarre, tu mets considères que l'artiste est payé plusieurs fois toi...), les musiciens, le mastering, bref, toute la production de l'album.
MyMajorCompany derrière fait la promo et la comm', et potentiellement le tour support (+ ses coûts fixes, forcément, comme toute boîte, mais c'est pas parce que tu as 2000 employés que tu peux moralement prétendre à prendre toute la valeur créée quand malgré tes 2000 employés tu n'as contribué qu'une faible partie de cette valeur hein, donc l'argument est plus que fallacieux). Est-ce que la comm' et la promo valent autant que la création et l'investissement financier ? Permets moi d'en doute fortement. D'ailleurs, pendant des années (et d'ailleurs encore aujourd'hui), les majors (et toi de-même dans tes messages de soutien) ont prétendu que s'ils prenaient une part aussi importante, c'est parce que eux ils faisaient les investissements et prenaient les risques, tout ça tout ça. Dans ce modèle ou le public est l'investisseur, qui est nettement plus intéressant pour l'artiste, au final l'investisseur est l'acteur de la chaîne qui touche le moins après l'artiste. Un comble non ?

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
L'artiste n'a pris aucun risque financier, il n'a a payé personne, la seule chose qu'il a fait, c'est passer quatre mois à écrire son album, trois semaines en studio et faire la promotion du disque en allant sur des plateaux TV et répondre à des interviews. J'imagine qu'il doit en plus avoir une avance sur ces recettes, il touche avant que le 1er disque soit vendu.

L'artiste est la matière première, sans laquelle rien derrière n'est possible. Tu considères vraiment que le valeur du créateur n'est que d'à peine 10% de la valeur finale ? Vraiment ? Moi j'appelle ça du parasiter la création. Et bien entendu, tu as comme par hasard occulté l'investisseur qui, lui aussi, alors que c'est lui qui a pris quasiment tous les risques (les risques de MyMajorCompany sont faibles, ceux de Warner quasi inexistants), ne touche qu'une infime partie des revenus.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
S'il vend beaucoup, il gagne beaucoup, s'il vend peut, il gagne peu. il ne perd rien.
Les investisseurs risquent de perdre ce qu'ils ont investis s'il n'y a pas de profit
l'entreprise risque de virer des gens ou de fermer si le CA ne couvre pas les frais et de devoir payer ses dettes.

Qui a investi ? Warner ? Non, à part dans l'outil de production, mais ils facturent chaque CD pressé, donc le seul risque c'est l'effondrement de la production globale. Si la production baisse effectivement régulièrement, cela n'est pas un risque en soit, c'est une tendance à laquelle il est facile de s'adapter, le risque d'un effondrement brutal des commandes (seul risque de leur part) est quasi nul. MyMajorCompany ? Très peu : ils font quelques investissements léger dans de la comm et de la promo. Les investisseurs par contre, eux, ont pris tous les risques, et au final touche une portion ridicule (mais toujours plus que l'artiste) des revenus.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Moralement et éthiquement, c'est tout à fait justifié. Il est normal que CAPITAL et TRAVAIL soient rémunérés.

Sauf qu'en l'occurrence on a le travail, le risque, le capital et la création de certains des acteurs (éditeur, distributeur), qui sont valorisés très largement plus que pour d'autres acteurs (créateur, investisseurs), alors même que leur contribution est très nettement inférieure. Moral et éthique ? On doit pas avoir la même définition de ces mots...

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Crois tu que 50% de la billetterie va à l'artiste sur un concert ???? Je suis pas sûr du tout. Sauf à ce qu'il prenne lui même le risque de producteur de spectacle... (location voiture, roadies, essence, hôtel,salarires musiciens, etc...)

à‡a dépend énormément des concerts. Mais oui, plus les concerts sont petits, plus l'artiste touche une part importante, simplement parce que pour les gros concerts, il y a désormais un cartel qui a un monopole quasi absolu qui leur permet de se sucrer énormément.


musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Je suis bien évidemment d'accord là dessus, si les nouveaux supports créent des emplois. Le P2P n'en crée pas puisque il n'y a plus de commerçants, plus de produit, il n'y a qu'un bien non rival. D'un point de vue sociétal, c'est pas top non ?

Le P2P crée des emplois autour, de la même façon que GNU a créé des milliers d'emplois et fait vivre plus de personnes que Microsoft et Apple réunis. Ce n'est pas parce que la création de valeur ne crève pas les yeux et ne se mesure pas ultra simplement par le fait de compter des "transactions" qu'il n'y a pas de création de valeur. Il y a d'ailleurs eu plusieurs études qui se sont intéressées à l'évolution de la valeur sur le marché élargi avec le partage, et elles concluent que le partage augmente la valeur globale. Certes les transactions directes et unitaires (ventes de galettes) diminuent en valeur. En contre-partie il y a une explosion des fréquentations de concerts, du merchandising, des contributions directes, des différents services autour, qui au final mènent à une création de valeur supérieure et à plus d'emplois. L'automobile a détruit des emplois de cocher et d'éleveurs de chevaux, et n'en a pas dans le même temps créé plus pour la fabrication des voitures et les services de taxi. Par contre elle a créé énormément de valeur en permettant à d'autres secteurs de se développer et fleurir.


musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Oui tu as bien entendu raison la dessus, c'est clair que ramené au nombre d'auditeurs, c'est beaucoup moins. C'est pour ça que je vends le système spotify contre le P2P, car il y a rémunération

Il y aurait pu y avoir rémunération pour le P2P, ça avait même été voté tiens (ce qui t'a été rappelé par BRONTO, d'ailleurs), mais ça a pas duré longtemps les majors et leurs acolytes achetés du gouvernement ont fait un tour de passe passe illégal pour le faire sauter avant de continuer l'examen de la loi. D'ailleurs tu auras peut-être remarqué qu'au final, tes copains des majors, à force de refuser à tout prix d'évoluer, ont contribué au fait qu'aujourd'hui de plus en plus de soutiens initiaux de la licence globale (qui a été améliorée par les débats depuis sa mouture initiale avec le mécénat global) seraient aujourd'hui fermement opposés à un tel système, du moins tant que les majors n'auront pas crevé la gueule ouverte.

Si le P2P ne leur rapporte pas, c'est uniquement parce que les majors l'ont refusé, et ont refusé d'améliorer la qualité des seuls services qu'elles acceptaient (payant les politiques pour faire rendre le reste illégal - c'est tellement plus simple de rendre illégal un service qui est meilleur que le notre que d'essayer de faire aussi bien...), qu'elles en sont là aujourd'hui. Et ne viens pas me dire qu'elles ne pouvaient concurrencer la gratuité : à moins de le faire exprès, tu ne peux pas ne pas savoir que les "pirates" sont très nombreux à PAYER pour pirater : abonnement MEGA, abonnement usegroups, etc. (et payer plus que ce qu'ils paieraient avec le mécénat global, par contre l'industrie arriéré qui refuse d'évoluer n'en voit pas la couleur parce qu'ils ont refusé d'évoluer et d'essayer de satisfaire la demande des clients, préférant essayer de leur imposer par des lois iniques leur offre).
Inscrit le 08/09/2008
768 messages publiés
(suite parce que le forum dit qu'il y a trop de quotes, sans pour autant dire combien y en a ni combien c'est le max)

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Si le business model marche pas, il faudrait trouver autre chose. Mais si Spotify ou Deezer ne marche pas encore, c'est qu'il faut que les gens s'habituent à ce nouveau mode de consommation de la musique. Ceux qui téléchargent en P2P n'iront jamais. Il faut donc patienter pour voir si le modèle tient économiquement la route.


Ils marchent de moins en moins bien parce que les majors en demandent toujours plus, et ne sont encore en vie aujourd'hui que parce qu'il y a des boîtes comme Orange qui investissent dedans pour s'en servir comme valeur ajoutée pour leurs autres services. Aujourd'hui l'un comme l'autre cherchent à limiter ce que peuvent leurs utilisateurs en les faisant payer plus : à au plus moyen terme, c'est la mort assurée, parce qu'ils s'éloignent chaque jour un peu plus de la demande des clients, encore une fois à cause des majors incapables d'évoluer et de comprendre la technologie qui s'est démocratisée il y a une 15aine d'années.

À
vouloir que ce qui est essentiellement la radio par internet et à la demande leur rapporte 1000 fois plus par écoute (oui c'est de cet ordre là que la radio classique, qui plus est en évinçant là encore la majorité des indépendants et des petits acteurs, les majors ont tué l'évolution "légale" du marché. Le retour de bâton leur fera mal au cul, une fois plus, et une fois plus ils ne comprendront toujours pas.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Je ne parle pas du fait que c'est une arnaque ou pas. Je parle du fait qu'on admettait qu'on pouvait payer pour avoir un numéro de téléphone, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui car on peut le trouver aujourd'hui gratuitement puisque c'est financé par la pub.
Rendre un titre MP3 gratuit contre un MP3 payant lui fait de la concurrence, que ce soit un bien non rival ou pas.


Au début, on acceptait de payer l'équivalent de 20 ou 30k euros pour un ordinateur. Aujourd'hui 1000 euros c'est cher. Mon dieu, on a détruit de la valeur... Bah non, le marché génère indéfiniment plus, parce qu'il est accessible au plus grand nombre. Il vaut mieux gagner 1000 fois 1 euro qu'une fois 100 euros hein...

Et pour le MP3, il n'a pas été "rendu" gratuit. C'est juste qu'étant un bien non rival, bah la demande pour le MP3 payant n'est pas là. C'est simplement qu'en tant que tel, contrairement au CD, c'est un bien non rival. Et comme tout bien non rival, son prix évolue pour tendre vers 0. C'est une des bases d'économie (et je serais pas étonné qu'ils apprennent ça au lycée dans les filières "économiques"). Mais bien sûr 15 ans après les majors ne comprennent pas et essaient toujours de reproduire leur économie de la rareté dans un marché de l'abondance, pour ce faire achètent chaque jour de nouvelles lois liberticides. Sans grand succès d'ailleurs, parce que même avec des lois liberticides, ça ne change pas le fait qu'un fichier numérique, contrairement au support précédent, le CD, support physique, est un bien non rival. Les règles économiques ne sont alors plus les mêmes, tout simplement.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Encore une fois je tire sur le message, pas le messager.


En quoi ça pourrait être considéré de près ou de loin comme tirer sur le message et non le messager de dire "vous êtes bons en informatique mais des quiches géantes en économie." ? Il n'y a rien dans cette phrase qui mentionne le message, et tout qui attaque le messager, sans fondement.

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Je dis que favoriser le P2P qui est gratuit contre ITUNES qui est payant, l'un créé de la valeur marchande, l'autre pas. Donc c'est ça la notion que je critique.


Encore fois c'est postulat de ta part, complètement erroné. Pour réitérer, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas paiement à l'acte (ou même à l'abonnement) qu'il n'y a plus de création de valeur.


musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40

Gorkk, le 01/10/2012 - 22:10
Quelle justification y a-t-il à ce que les descendants touchent les revenus du travail de leur parent ? Est-ce que les descendants d'un salarié continuent de toucher son salaire après sa mort ? Non. 70 ans après la mort, quelle justification ? Un brevet technologique c'est 20 ans, point. Pas jusqu'à 80 ans de vie + 70 ans de mort. Pourtant, un brevet technologique, ça demande autrement plus d'investissement et de risque qu'une chanson.


Tout a fait d'accord avec toi la dessus.

Donc tu es pour augmenter la durée des droits sur un brevet à 140 ans après la mort de l'auteur (140 ans c'est un peu au pif, c'était juste pour que ce soit nettement supérieur au droit d'auteur, puisque tu sembles d'accord avec moi que c'est un investissement autrement plus important et plus risqué qu'une chanson) ?

Non ? Alors comment peux-tu défendre ces durées déraisonnées pour la musique ? (d'autant plus que ces protections, initialement prévues pour protéger les auteurs des éditeurs, servent aujourd'hui à asservir les auteurs à ces mêmes éditeurs, et aux éditeurs d'exploiter le public).


musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Oui ils toucheront le gros des recettes, mais ils prendront à leur charge toutes les dépenses ! Et ils peuvent perdre la mise de départ, ce qui fait une sacrée différence.

Toujours la même fable (encore une fois, je t'ai donné l'exemple des proportions avec mymajorcompany, les investisseurs qui supportent le gros du risque et des dépenses toujours une part plus faible que les parasites)

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
Sur ton histoire de fais la poule, donne moi tes sources, je veux bien aller vérifier et comprendre.
car je ne crois pas qu'une maison de disques ait pu reverser 1000 euros sur 100.000 albums. C'est techniquement impossible et illégal.

Encore une fois, n'oublie pas non plus que la maison de disques supporte tous les coûts liés à la distribution. Presser 100.00 disques, acheter de la pub TV, payer le salaire des gens, etc...

Y avait pas besoin d'aller chercher bien loin : http://www.numerama....uve-au-rmi.html

musicosindé, le 02/10/2012 - 17:40
1000 fois d'accord avec toi, j'ai une copine qui bossait sur une chaine musicale depuis 3 ans. Il lui faisait signer un contrat de travail tout les matins pour la déclarer en intermittente. S C A N D A L E U X.

Il faut vraiment faire du ménage pour sauver ce statut précieux pour les musiciens.

Et pourtant tu continues de défendre ceux qui sont à l'origine de cette situation scandaleuse et l'exploite tous les jours un peu plus. Pas très cohérent.



P.S. Bon finalement j'aurai pas répondu court :/
[message édité par Gorkk le 02/10/2012 à 23:33 ]
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Hellor Goork,

Merci d'avoir pris le temps de répondre.

J'ai regardé ton article sur sébasto. Alors c'est pas des albums, c'est des singles, ce qui fait une petite nuance. En calculant grosso modo les royalties :

108.000 singles : 8640 euros sur une base de 8% vendu 1 euro PGHT
30.000 singles : 2.400 euros sur une base de 8% vendu 1 euro PGHT
100.000 compil : 8000 euros sur une base de 8% vendu 10 euro PGHT avec 10 titres dessus.
17.000 téléchargements : 1074 euros sur une base de 8% de 0,79 euros PGHT
TOTAL : 20.114 euros.
Il dit avoir touché une avance donc fonction de l'avance, cela explique pourquoi il touche si peu. Ce ne sont que des singles vendu 2 Euros dans le commerce...

Tu noteras quand même qu'il a accepté de filer 60% de son avance à son manager et 45% des ventes. Je crois qu'il s'est plus fait plumé par le manager que par son label. Mais si ca t'arranges de croire que le plus véreux est la maison de disques, soit...

En l'occurrence vue la portée artistique de son titre, je vais pas le plaindre mais c'est vrai qu'il a été con d'accepter de filer la moitié de ses gains à un manager véreux...

merci pour celui qui a mis le modèle de contrat, l'abattement sur la publicité, je connaissais pas. C'est balèze... Tu dois accepter la baisse du taux de royalties 1 mois avant qu'elle commence. comme si le consommateur allait anticiper la pub dans sa tête. drôle.


J'arrête ici parce que tu commences à m'agresser parce que je pense pas comme toi et là c'est plus du dialogue. J'ai présenté deux fois mes excuses pour un truc qui ne s'adressait pas à toi, tu m'en remets une couche... Je me suis excusé si tu t'es senti blessé. Je le réitère une nouvelle fois sur le quiche géante en économie. Je ne te visais pas toi. Je parlais du modèle P2P, mais je crois en te lisant avoir compris pourquoi on n'arrive pas à s'entendre.

Tu rêves de refaire le monde. Je rêve juste de m'en sortir. Tu cherches à le détruire pour le reconstruire. Je cherche à le comprendre pour savoir comment on s'en sort. Tu raisonnes au niveau macro économique. je raisonne au niveau micro économique. C'est pour cela qu'on arrive pas à se comprendre.

Quand tu dis que le p2p crée de la valeur ou quand bronto prend l'exemple de linux, vous analysez d'un point de vue global. Si j'ai bien compris, mais je reste bien sûr modeste, ce que bronto défend avec linux, c'est que cela a permis a des boites nouvelles de se créer, des développeurs de vendre leur compétence, pas d'enrichir une firme.Quand je te dis que ca en détruit, c'est effectivement pour les artistes et les entreprises de ce secteur dans le schéma actuel.

Oui ce sont des monopoles que je dénonce autant que toi. Je te rassure, mon rêve n'est pas de signer avec une major ni de devenir Metallica.

ton post est la preuve par l'exemple que j'ai bien fait de pas donner le nom de mon groupe, parce que tu m'agresses exactement comme je l'avais prédit trois posts avant : "QUOI, tu oses défendre ce système de merde ? tu veux devenir Metallica ? Mais t'es vraiment trop nul et pas cohérent"

Quand je te donne mes problématiques en calculant combien gagner un SMIC, je deviens automatiquement le connard qui veut devenir Metallica. Qu'est ce que cela veut dire ? que si on demande le salaire minimum, on est déjà un corrompu vendu pour le fric ???

1 salaire net de 1138 euros net coûte 2067, 22 euros avec les charges (SMIC 1er juillet 2012)
Total sur 1 an pour 5 musiciens = 124033 euros.
Cachet moyen d'un concert : 200 euros.
On doit faire 620 concerts (deux concerts par jour impossible)
essence pour faire 70.000 Km : 6000 euros à sortir...(Tour Bus : 1000 euros par jour on a pas les moyens)
si on tourne 300 jours, il reste 64.000 euros de profit à faire sur le merch, soit environ 32,000 T shifts à vendre dans l'année pour se sortir un SMIC. Oui, il faut payer les T shifts avant de les vendre... Donc 30.000 t Shirts à 5 euros = 150.000 euros de factures à payer avant de pouvoir les vendre.
Un concert par jour, on a pas payé un disque, on a pas payé l'ingé son live, on a pas payé le studio pour faire un album...

Quand vous évoquez le mécénat, il faudrait que ce soit Liliane bettencourt qui kiffe notre disque.

Mais comme tu dis si bien c'est une fable ;o) C'est génial l'autoproduction...


Dernier point tout de même .: en te citant :

"L'artiste est la matière première, sans laquelle rien derrière n'est possible. Tu considères vraiment que le valeur du créateur n'est que d'à peine 10% de la valeur finale ? Vraiment ? Moi j'appelle ça du parasiter la création. Et bien entendu, tu as comme par hasard occulté l'investisseur qui, lui aussi, alors que c'est lui qui a pris quasiment tous les risques"

Excuse moi mais il me semble que rendre accessible la discographie de tous les artistes de la planète et les priver de ventes de disques en leur promettant qu'ils vont remplir des salles et vendre plein de T Shirts, je suis pas sûr que ce soit vraiment mieux soit dit en passant. Et je passe sous silence l'investisseur qui a pris tous les risques.


J'ai tenté de vous faire partager mon analyse, je me fais jeter des pierres, donc le zikos il retourne derrière son instrument et il vous fout la paix. Dommage, j'ai cru que le dialogue était possible.


Merci néanmoins de m'avoir lu et répondu...
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
En plus tu m'empêches de dormir tellement c'est injuste. ;o) j'essaie de débattre poliment et tu sous entend que je dis que des bêtises sans savoir. ;o) Il faut quand même que je me défende (même si je conçois qu'on soit pas d'accord, d'ailleurs j'ai pas les chiffres, toi non plus ne nous prenons pas la tête mais je te fais part des chiffres que j'ai rencontré en tant qu'indé :

A propos du prix du CD selon toi aux alentours de 1 centime.
La SACEM prend déjà 9,6% du prix du CD : ca fait déjà 96 centimes d'euro sur un album.
La fabrication du CD pour un boitier cristal avec un livret huit pages cellophané, je pense que sur 1 Millions de pièce, tu dois t'en sortir à 0,30 centimes d'euros grand min.
Rien qu'en fabrication, on est à 1 euros 33. là il arrive juste à ta zone de stockage, tu l'a pas envoyé à ton distributeur.
j'ai pas compté le graphiste et le photographe, les droits graphiques éventuels que peux te demander l'éditeur pour les paroles...

A propos du fait que c'est pas artisanal la distribution
Oui, mais le salaire d'un chauffeur de camion et le prix d'un camion sur une journée, les assurances, l'essence, tu le descends pas à 1 centime d'euros par disque. Quand bien même, on serait à 1,35 euros, soit 100 fois plus que ce que tu supposes...


A propos de la loi normale et de la taille minimum d'échantillon de 30 pour qu'elle puisse s'appliquer, voir Point 2 du document à cet endroit, après j'ai peut être mal compris mais je crois que le gros de l'idée est là (les grands nombre ne faisant référence qu'au fait qu'une population n'est pas soumise autant au hasard que ça, pardon pour les raccourcis)

http://math.unice.fr...atL2/COURS3.pdf

A propos de me connaissances seulement "théoriques" sur la sacem,
j'ai lancé plein de disques en fab, je sais ce qu'est une décla SDRM. Je sais que si tu appelles la SACEM en leur disant que t'es en autoprod, ils acceptent de pas te faire payer.

Si tu veux que j'aille dans ton sens, on a même un CD de reprises qu'on a fait pour lesquels on était prêts à payer, ben on a eu un refus, on s'est mis trois semaines de studios au cul, on a planté un distributeur, parce qu'on aurait pas respecté le droit moral des auteurs selon la sacem. donc, oui, je connais bien le système et j'ai moi aussi souffert du droit moral des auteurs. Ces gens étaient pas morts depuis assez longtemps ;o)

A propos du pas à pas comme technique de promotion
Crois tu vraiment qu'un mec qui joue depuis 1994, qui a sorti cinq disques en autoprod totale, qui est même chroniqué avec une très bonne note sur VS pour un de ces disques peux ne pas connaître cette approche ? Bien sûr que je la connais . Je te parle de bouffer de la musique, pas de mettre 12 mois à faire tomber 20 chroniques et 15 dates...

A propos de n'être que Gojira :
Là aussi, je n'ai pas la prétention d'égaler les dieux absolus du métal des 10 dernières années. j'ai même joué dans le même festival. Gojira, je pense qu'ils ont du vendre moins de 100.000
disques du way of all flesh, grand max. Regarde mes chiffres plus haut. Ils doivent tout juste vivre de la musique, et encore en étant intermittent. c'est ca que j'essaie de défendre.


Chez qui ils sont sur le dernier L'enfant sauvage ? Roadrunner / Warner. Et je suis super content pour eux. c'est la meilleure des nouvelles, ils ont peut être une chance de se professionnaliser après 10 ans de galères absolues. Tu le verras sans doute comme un point négatif, et moi comme un point positif. Tout est question de point de vue.


A propos de l'immigré qui vote le pen ou de la femme battue qui en redemande
Je suis en train d'expliquer que en bon citoyen bête et discipliné qui respecte l'environnement économique, je vois pas la situation favorablement. Je ne prêche aucunement pour plus de concentration. Mais je ne prêche pas non plus pour la destruction.(je suis peut être trop dans le modèles actuel)

A propos de c'est simple "ceux qui percent" pour redistribuer dans le modèle. j'essaie d'expliquer que pour percer, il faut de la thune avant, pas après. Si faire un disque coûte 7.000 à enregistrer, si tu dois tourner sur 100 dates et avancer l'essence, le logement et la bouffe, faire du merch, il faut une grosse mise de départ avant de remonter dans les stats d'écoute, et c'est pas garanti. Ca suppose pas que de faire de la musique, en plus il faut être bon. Les labels prenaient le risque sur certains artistes. Oui dans votre système, vous touchez une audience plus large. Mais pour les mettre en avant auprès de cette audience, vous allez devoir payer aussi cher ou plus cher en promotion pour qu'ils émergent. Ils sortiront naturellement pas du lot. (a mon sens)

Dans l'absolu, je pourrais tout à fait concevoir ce que vous disiez si les lolcats qui font 300 millions de vues sur youtube n'étaient pas réservés aux lolcats. Goijira l'enfant sauvage sur youtube, gratuit et dispo sur tous les ordis de la planète avec une major en label en sont à 339 619 vues en 4 mois. Maru qui pète dans un carton fera 300 000 vues en deux heures. C'est ca qui m'inquiète. Si nous avions été en dictature avec un ministère de la culture qui choisit les titres qui passent, j'aurais signé dans la demie seconde sur votre modèle. Mais encore une fois, c'est basé sur la masse et je crains qu'elle n'ait pas bon gout (si tant est qu'il y est un bon gout).
Oui, c'est plus démocratique si c'est le public qui choisit bien sûr. Mais ce que tu n'acceptes pas de penser comme moi, c'est que les médias font déjà ce choix là, puisque les auditeurs votent tous les jours en zappant les stations radios. Personne ne t'empêche d'écouter Gojira sur ton ordi, mais ce qui fera les gros scores sera ce qui a été exposé et mis en avant dans la masse de musique à dispo. Donc sur le papier j'y crois à votre système. Dans la réalité des faits, je pense que le public reviendra vers Lady gaga parce que les médias continueront à agglutiner les gens avec des musiques pas bien du tout entre guillemets, car si elle a un public, elle est pas critiquable, mais bon vous voyez ou je veux en venir.

A propos de la SACEM : bien sur que je sais qu'il y a des abus,. Je te renvoie en angleterre ou en France avec nos chers élus politiques, représentants du peuple, élus démocratiquement (selon tes souhaits) se prennent des cigares et des pressings. C'est pas parce que le gars est élu par le peuple qu'il devient naturellement vertueux. Il faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Bien sûr que c'est des empêcheurs de, parce qu'ils défendent les droits des auteurs. mais je crois qu'une boite qui reverse 80% de ces réparts sur des mesures réelles et non statistiques peut pas être suspecté de partager le pognon à son bon vouloir. La SGAE que vous prenez en exemple ne gagne pas suffisamment d'argent pour mettre en place un tel suivi, donc elle procède par échantillonnage, raison pour laquelle elle reverse 75% aux seuls 1,75 % des adhérents. (selon le dock espagnol de Bronto, je connais pas les chiffres) parce que ce qui paye le plus sont les choses les plus diffusés et qu'entre les marges d'erreurs des statistiques, ben oui les bouts microscopiques qui permettraient de toucher 123 euros sur un an sont pas répartis.
Bien sûr que c'est imparfait. Mais ne jetons pas non plus le bébé avec l'eau du bain.

A propos de la marge de la FNAC sur sa marge, je vais me rencarder et te redirais

A propos du fait que l'artiste est payé deux fois, oui, quand tu as une SARL tu es un employeur, tu dois faire une DUE aux urssaf dès qu'un musicien entre dans le studio, et tu dois lui filer 350 euros par jour plus les charges, soit 527,50 euros par jour, par musicien et lui payer la location du matos s'il vient avec sa basse. Y'a un truc ca s'appelle les conventions collectives, et tout label qui emploie de zicos doit s'y soumettre.
http://www.irma.asso...n-brut-artistes
http://www.irma.asso...te-des-artistes
http://www.irma.asso...nce-chomage-des
Sinon il touche pas son intermittence le zicos...

dans le business MMC, tu trouves que c'est un comble que l'investisseur qui est le public est celui qui touche le moins
H A L L E L U I A H.
Car c'est exactement le même modèle que n'importe quel mini label de la planète que tu trouveras over cool. Sauf qu'au lieu que ce soit les actionnaires traditionnels qui misent, c'est le public qui prend le risque. Raison pour laquelle je te dis que c'est une industrie de malades, super par rentables et que tous les labels (indés et majors) sont des doux rêveurs car le rendement d'un euro dans ce business est pourri de chez pourri. Et que sans ces fous dingos, sans eux les musiciens ne vivraient pas. Parce qu'il faut mobiliser une quantité de TRAVAIL (salariés, prestataires) et de CAPITAL (phénoménal) pour espérer en vivre.

Oui philosophiquement, c'est dur pour un artiste de se dire qu'il gagne 1000 euros quand l'attaché de presse de sa maison de disques peut gagner plus.... Oui mais elle elle est derrière un ordi toute la journée à faire ce que son boss lui dit de faire. Le zicos, lui il peut dormir jusqu'13h00 s'il a envie pendant une année entière (c'est bien sur pas le cas mais il a pas de boss), il a passé 10 jours en studio et touché une avance et il peut aller faire des concerts pour se faire plein de tunes. Y'a des plus, y'a des moins.

Il faut que tu saches que la mise à atteindre est de 70.000 euros pour un album et que MMC doit surement mettre la même chose. Donc, un album produit correctement par des gens qui y croient, c'est presque 150.000 d'euros, sans aucune garantie d'en vendre 1 seul sauf à tes actionnaires. Sur Grégoire, ils ont du claqué au moins 1 million d'euros en marketing. c'est pas une campagne d'1 an tous les soirs sur tf1.
il faut avancer une thune de malade pour que le système marche, et être prêt à la perdre, parce qu'il y a 7 disques sur 10 qui sont non rentables.

Pour les lives, c'est pareil. dès que tu passes une échelle,
il faut accepter des jouer des sommes de malades pour des concerts énormes, pour une rentabilité minime car très risqué. Oui tu gagnes gros, oui tu perds encore plus gros. pourquoi crois tu que le producteur de Johnny chialait quand il a du annoncer sur scène devant le public de JH que le concert était annulé ? parce que le gars venait de perdre PERSONNELLEMENT 1 million d'euros à cause de la pluie...Ca ajouté au fait d'annoncer à des gens qui ont fait 500 km pour voir leur idole que la fête n'aura pas lieu... Pas drôle.

Sur ton analogie avec les ordinateurs à 30K puis à 1K, oui je suis d'accord avec toi, mais ca s'explique par le fait que tu as industrialisé le processus pour faire baisser les coûts et amené du CAPITAL et du TRAVAIL (Si possible chinois à ce prix là, merci Apple)C'est un bien non duplicable, donc tu peux te permettre des gros investissements pour faire baisser les coûts. Si toi tu le fais tout seul, il te coutera plus cher forcément et c'est la question de l'autoproduction quelque part.

Mais bon, on sera jamais d'accord parce qu'encore une fois je suis dans un modèle que j'ai tenté de décortiquer pour comprendre comment en vivre, et vous êtes dans une réflexion plus globale.
[message édité par musicosindé le 03/10/2012 à 16:11 ]
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Bon mon dernier commentaire et vraiment j'arrête. (encore une nuit blanche, je vais bloquer NUMERAMA)

@ BRONTO : Je suis super ouvert à la discussion parce que ton ouverture d'esprit, ta soif de convaincre, et tes ressources documentaires font honneur à ta démarche, et j'adore la lutte des idées. Passe moi ton email en MP si tu veux qu'on poursuive les échanges très enrichissants. De là a aller zoner sur le forum de PP, ne m'en demande pas trop pour l'instant, c'est comme si je te proposais d'aller faire un barbecue avec Bernard Miyet, Pascal Nègre et La patronne d'Hadopi. Vas-y mollo quand même. ;o9

@GORKK : Depuis le début, je respecte vos points de vue, les écoute, ne cherchant qu'à démonter les idées. Etant à la fois musicien, producteur, éditeur, et foncièrement nerd, je me suis senti une pseudo légitimité à corriger les erreurs ou donner mon point de vue. Tout ce milieu, par fierté, sans doute n'a jamais pris la peine d'expliquer ce business et c'est leur plus grande erreur. Ils n'ont su que maintenir l'apparence strass et paillettes qui est leur coeur de métier, et n'ont pas vu venir la révolution qu'on leur a imposé.

J'ai fais l'effort de lire le livre de pascal Nègre, qui est passionnant, parce qu'au delà de l'égo du personnage, il y a un gars que j'ai longtemps vomi comme vous (je joue du métal, ne l'oublions pas) et qui m'a totalement bluffé.

Pascal nègre, qui est de loin celui qui est le plus allé dans votre sens. Pourquoi ? Ils ont monté chez Universal en 2002 E compile, en proposant une consommation à l'acte ou par abonnement. Il a parfaitement compris l'enjeu, alors que l'ipod n'était presque pas sorti (on en entend moins parler vous trouvez pas ?). Mais, lui a essayé de le monétiser pendant que d'autres cherchaient à développer le P2P en gratuit. Pascal nègre s'est battu à vendre un bien non rival selon vos mots. Pourquoi ca a capoté ? J'imagine que les autres maisons de disques voulaient surement pas innover comme lui, et en même temps lui prenaient les contraintes de la vie réelle en pleine gueule. Pendant ce temps là, le gars de napster faisait ce qu'il voulait sans contraintes et faisait avancer sa barque. Il aura fallu déclencher la RIAA et lars Ulrich (le pire des deux est suédois) pour l'empêcher de nuire. Mais il avait déjà ouvert la boite de pandore.


Que faisait EMI pendant ce temps ? Il foutait du copy control sur leur disques. Moi qui ai acheté le PLACEBO MEDS en deluxe édition à 19 Euros à la fnac, je le mets dans ma caisse, il me marche pas. Ca a été le pire jour de mon existence. On m'avait dit que le crime ne paie pas. Un pote à moi, téléchargeur et informaticien comme vous l'avait depuis plus d'un mois sur Limewire et il passait très bien avec un cDR dans sa caisse.

J'ai fais un scandale chez EMI qui m'a envoyé un CD non copy control, en me précisant qu'ils n'y étaient pour rien car BLAUPUNKT ne respectait pas la norme RED BOOK et foutaient des lecteurs CDR dans leur autoradio, pour économiser des sous.

Universal n'a jamais mis un seul verrou sur leur disque parce que Pascal Nègre dans son livre explique qu'il lui semble anormal de pénaliser un consommateur honnête, si le système ne marche pas. Il a donc appliqué le précepte que vous suggérez, de diversifier ses revenus pour sauver l'entreprise. 10 ans plus tard, il rachète EMI. Avec votre aide indirect encore une fois, pas toi GORKK, mais suite à la crise engendrée par la révolution du numérique.

Bien sûr qu'ils sont des groupes ultra puissants. Mais ils ne financent pas la guerre dans le monde, ils vendent de la musique. Que vous les voyez comme le symbole de l'atteinte à la liberté via HADOPI, je peux le comprendre, bien entendu. je vous renvoie néanmoins à ma théorie du Radar. L'argument de me dire que personne sait comment freiner, je l'admets volontiers, mais on peut tout aussi bien arrêter d'accélérer avant de freiner. Mais c'est de bonne guerre. ;o9

Oui, je soussigné musicoIndé, reconnait que la théorie du bien non rival, est une théorie économique, pensé par un grand Homme qui sort de Wharton. Oui... Oui...

Néanmoins, vu que c'est un peu votre référence absolue et la légitimation de vos idées (dont je ne démens pas la démonstration que je n'ai pas lu), permettez moi de vous amener à une modeste réflexion de ma part.

Est'ce qu'un économiste peut démontrer des choses théoriquement justes qui ne sont pas valables partout et en tout temps ? Vous me vendez votre bagage en économie. Je vois bronto qui me parle de schumpeter et autres noms barbares, je suis pas con. je me doute bien qu'il lit pas la Redoute avant d'aller se coucher. Vu qu'il a une formation en économie, il a du suivre un cours du type Histoire de l'Economie, ou des courants de pensée opposés se chevauchent. Pourquoi ? Parce que même derrière une démonstration, il y a des idées subjectives, des convictions.

J'appelle à la barre Keynes qu'on nous ressort dès que la machine à croissance se casse depuis 1929, et qu'on remet à la poubelle dès qu'elle repart. On rajoute les cycles KONDRATIEFF, on passe à friedman, on revient à Keynes. Cela prouve bien que rien n'est tranché. Surtout pas en économie. Cf l'actualité.

Votre Lawrence Lessig m'est fort sympathique. Mais il est jeune. Son modèle n'a pas traversé les siècles. Il est accessoirement le fondateur du CC qui a fait ses preuves notamment via LINUX. Maintenant, il traite de la même manière une chanson et un OS de la même manière au prétexte que les deux sont immatériels. OK, je suis le raisonnement

Il faut néanmoins faire l'effort de s'interroger sur les découvertes pour en vérifier la pertinence.

Je vous rappelle un certain Malthus, qui lui aussi a connu un immense succès, avec l'obsession de la rareté.
http://fr.wikipedia..../Thomas_Malthus
Ce mec, religieux de surcroît, est un fou dangereux qui justifie presque philosophiquement le contrôle des naissances en Chine. Je schématise puisque la suite a prouvé qu'il n'avait pas pris en compte la productivité dans son modèle. Mills je crois l'avait alerté sur la remise en cause du modèle. Et pourtant le mec pensait pas du tout faire mal, il a même été l'un des précurseurs de l'assistance sociale...

Vous êtes mes bourreaux, je suis votre condamné à mort. Parler plus serait inutile je pense, nous arrivons au point ou on ne sera jamais d'accord car les convictions de bien faire de chaque côté sont trop profondes. Je descends de ma calèche, j'allume ma bougie, et je retourne copier mes Bibles.

Etant à la fois musicien, producteur, éditeur et nerf, je vous cache pas que cela se tiraille à l'intérieur de moi. Dès fois je suis syndicaliste, dès fois le pire requin de la planète, dès fois le plus utopiste du Monde. J'ai essayé d'enrichir le débat à ma manière. Schyzophrène parfois, mais passionné toujours.


Une dernière fois pardon pour le quiche géante en économie qui ne vous visait pas vous mais bien votre maitre à penser Lawrence Lessig.;o) Si j'avais le temps et les moyens et les connaissances, il me suffirait d'essayer de mesurer la corrélation entre le développement du P2P et les ventes de disques, passer un sondage sur 1000 individus pour leur demander s'ils préfèrent un MP3 gratuit ou un AAC vérolé de DRM payants pour vous démontrer qu'il est tout pourri votre modèle de bien non rival sur une chanson. OU PAS me direz vous ? Oui c'est une évidence. Il faudrait le mesurer et j'ai pas le temps ni les compétences.

changer de paradigme impose de vérifier s'il y a création de valeur ou destruction de valeurs et de modéliser mon sentiment (non vérifié je vous l'accorde), qu'elle ne peut s'appliquer sur un bien TROP disponible, et que vous pensez avoir été non disponible sciemment bloqué par le lobby des majors... Ce qui n'est pas totalement faux, puisque c'était à cette unique condition que le bien avait une valeur marchande à vos yeux, ce qu'encore une fois je comprends.

quand aux questions de copyright, oui c'est anormal de mettre 70 ou 100 ans de protection, mais le législateur n'est pas totalement idiot non plus et ne reçoit pas des disques gratos d'Universal pour voter une loi (j'espère sinon vous avez raison,il faut revoir la démocratie). C'est qu'en regardant bien, c'était le seul moyen de lui donner une valeur partageable et acceptable. C'est ce qui fait INJUSTEMENT la différence entre un texte de journalisme et une oeuvre littéraire.

Merci en tout cas pour le débat d'idées. c'est dur les débats, surtout la nuit, j'ai corrigé mes propos et j'espère ne pas vous avoir trop offensé.


Hasta luego les amigos.
[message édité par musicosindé le 03/10/2012 à 16:07 ]
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
Pour continuer dans la démonstration,

voici un lien de IAMX qui cherche de la thune pour préparer son nouvel album. Vous voyez donc bien qu'il faut faire des investissements lourd pour
REPETER
ENREGISTRER
MIXER
MASTERISER
PROMOUVOIR
TOURNER.

https://www.__youtub...player_embedded

Il n'est pas dit qu'il vende au final beaucoup de disques et qu'ils rentrent dans ses frais. C'est donc un risque financier sur du CAPITAL et du TRAVAIL mobilisé, sans garantie de succès au final.

Il faut donc des investisseurs suffisamment fous pour prendre le risque de tout perdre sans garantie de retour sur investissement...

Ayez en tête que tout disque est un prototype, on ne peut juger qu'après avoir fait le disque s'il est bon, pas avant.
Inscrit le 20/01/2012
196 messages publiés
discussion interessante pas le courage de reprendre tous les points un par un, par rapport à ce que j'ai lu (desolé c'est desorganisé
dans la musique on est quand meme souvent moins decomplexé à l'idée de faire du business que dans pas mal d'autres arts, et realiser son reve d'ado "d'etre une rock star" ça n'as pas un rapport que avec l'art, et c'est pas forcement hyper sain. L'énorme quantité d'offre musicale fait qu'il faut quand même se poser les bonnes questions quand on imagine "vivre de la musique", et etre ouvert à diversifier les formes que ça va prendre. Avoir un plan B ça peut aussi aider (je dis ça mais j'en ai toujours pas...). D'un coté télécharger de la musique gratos et dire "c'est un combat pour la liberté", c'est quand même un peu du foutage de gueule. c'est juste du consumérisme. enfin chacun rationalise ça comme il veut.
Mais il n'y a pas vraiment plus de justification à telecharger un morceau qu'à copier un cd. et non on est bien d'accord ce n'est pas du vol, et chercher des moyens de punition est ridicule au regard de l'arsenal technique nécessaire.
De l'autre traiter ses "clients" (pour les labels) comme des voleurs, fermer completement les yeux à la réalité et considerer que vendre des disques est toujours un modèle idéal, c'est complétement con aussi, et même en prenant l'horrible prisme de l'economie de marché, c'est du suicide commercial. traiter une atteinte au copyright comme un crime c'est tout aussi stupide.
Toucher des droits d'auteur 70 ans après sa mort ça non plus c'est pas serieux. quelques années ce serait très bien. après on considère que ça fait partie du patrimoine culturel et on peut en faire une exploitation non commerciale.
Et surtout les gens ont en juste marre d'etre pris ouvertement pour des pigeons et des voleurs en meme temps. Quand on essaye de leur refourguer de la musique comme de la mousse à raser, ils se mefient un petit peu.
alors que quand on essaye des choses un peu plus respectueuses, qu'on a moins l'impression d'avoir à faire à des VRP de la musique, ben ça marche très souvent. qu'un musicien soit en mesure de proposer sa musique sur son propre site, dans des formats suffisants divers et de qualité (sans drm bien sur), avec au moins quelques morceaux gratuits, et peut etre un prix libre avec de plus en plus de bonus selon ce qu'on y met, (ce qu'a fait trent reznor au début, ou sur ce modèle,
https://www.humblebundle.com/
ben là on donne son argent avec plus de plaisir et de facilité que sur itunes ou à la fnac où on a plus l'impression de payer la résidence secondaire de pascal et négre ou celle de Bernard Myiet. en tout cas sur moi ça marche.
Et bien sur le modèle actuel rend très difficile le fait de combiner une activité musicale remunerée, et une activité musicale non remunerée. La SACEM impose des conditions inacceptables sur ce point, et le modèle economique en general rejette l'idée qu'on puisse passer son temps à faire quelque chose sans gagner de l'argent. Si a un moment je suis "musicien professionel", theoriquement je n'ai pas le droit de jouer gratos (on considere que je me fait exploiter, blabla), et la sacem en rajoute une couche en venant faire son petit racket habituel si j'ai eu le malheur de m'y inscrire. (tout ça est theorique heureusement)
Le musicien doit evidemment se poser la question, est-ce que ça doit necessairement etre un business, est-ce que je peux pas faire ça tout aussi serieusement, sans reclamer d'argent, et dans ce cas là de quoi je vis, et est-ce que j'ai toujours le temps nécessaire pour le faire, et est-ce que "reussir dans la musique" ça a une quelconque signification (et sinon en France il peut encore faire des concerts, être intermittent du spectacle et arrêter de nous les briser avec le droit d'auteur; pour une majorité c'est un petit complement, pas une manne financière)
Inscrit le 19/09/2012
57 messages publiés
hello grrrzz,

super intéressant ce que tu dis. C'est vrai qu'en appliquant un principe économique de marché de masse, on a donné l'impression que cet art pouvait permettre à des gens d'en vivre. Et c'est forcément ceux qui sont les plus diffusés qui gagnent bien leur vie, donc ceux qui plaisent au plus grand nombre. Pas ceux qui sont les meilleurs. Car comme en industrie, il faut atteindre un gros volume pour commencer à gagner de l'argent en ne faisant que ça. TASS au début du débat a relevé un point très juste, c'est qu'on a soit affaire à des millionnaires soit des crevards, mais il n'y a pas vraiment de classe moyenne.
Ce qui serait un traitement juste, c'est qu'on paye pas à l'écoute, mais au plaisir qu'elle nous donne.
Si seulement 100 personnes avaient les moyens de soutenir un artiste en lui donnant 25 euros par mois, le musicien pourrait en vivre.
Si on fait le parallèle avec la peinture, la sculpture, on se retrouve dans un modèle ou une pièce unique ne permet à l'artiste d'en vivre que si plusieurs fous ultra riches sont prêts à payer autant (cela finit par engendrer la spéculation financière ce qui limite le partage car l'oeuvre est moins diffusé si on veut bien).
Tu ne gagnes pas ta vie sur la durée de protection de l'oeuvre, mais bien sur la valeur d'achat au départ. Si un gars paye 300.000 euros une sculpture, l'artiste peut en vivre 10 ans. Il fait 8 sculptures et il est toute sa vie rémunéré.

On a décidé de démocratiser la musique parce qu'elle était reproductible à moindre coût (quasi nulle). Cela a engendré le business des supports et le business de la diffusion, mis à mal par le P2P, sans pouvoir compenser les pertes engendrées.
On se retrouve donc à se rapprocher du business des sculptures, ou on paye de plus en plus cher pour un concert (75 euros le radiohead à Paris) parce qu'il faut trouver des personnes prêtes à payer plus pour l'artiste. Moi perso, j'ai payé 100 euros pour voir MUSE en live, ce qui ne me gène pas dans l'absolu, alors que payer 2 euros pour un live de Madonna est impensable. Chacun finance ce qu'il veut.

J'ai pas précisé que je défendais les 70 ans de protection bien entendu je trouve comme vous que c'est une folie, bien sûr que je dénonce les dérives du système. Mais ce modèle avait le mérite de faire vivre des artistes en demandant une somme minime à chacun des auditeurs, plutôt que de leur demander des sommes en rapport avec le plaisir perçu.

Ce qui m'a toujours saoulé, c'est qu'on a exposé les plus gros vendeurs (TOP 50), qu'on a diffusé les choses les plus faciles (Chaines musicales) parce que c'est à ce seul moyen qu'on gagne de l'argent, en concentrant une grande audience. Je fais le même constat sur la télé. Je suis au moins rassuré que ma redevance ne finance pas TF1 ou M6. Mais je préfèrerais qu'elle ne finance que ce que je regarde et cautionne. Me dire que je paye des émissions minables me démonte.

oui aujourd'hui, en mettant mes titres en P2P, je les mets à la disposition de tout le monde. Je touche une plus grande audience sans que ca me coute rien. Donc ce système est intéressant. Mais encore faut-il qu'il m'écoute, et là ca suppose des moyens colossaux, donc c'est pas une meilleure solution, je pense. Sans le P2P, des petits labels artisans arrivaient à faire vivre des musiciens. Oui pendant ce temps Universal ou Warner empilaient des profits hallucinants. Mais tout le monde s'en sortait avec l'audience qu'il visait. Le P2P a tué beaucoup de labels de petite taille et n'a fait que concentrer encore plus des monstres. Il y a pas vraiment de solutions...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Septembre 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
1 2 3 4 5 6 7