Le fondateur de Nine Inch Nails (NiN) Trent Reznor, qui avait quitté Universal et connu un énorme succès en produisant lui-même ses disques sous licence libre sur Internet, a décidé de signer avec son nouveau groupe chez Sony Music.

Il était devenu pour de nombreux internautes le symbole très prolixe d'une autre façon de concevoir le rapport entre l'artiste et le public, sans l'intermédiaire d'une grande maison de disques. Et l'on peine toujours à comprendre ce qui motive ce spectaculaire virage à 180 degrés. Trent Reznor, le créateur du groupe Nine Inch Nails, a décidé de faire produire son nouveau groupe How To Destroy Angels par Columbia Records, un label de Sony Music. Annihilant du même coup plusieurs années d'efforts pour faire comprendre aux artistes qu'ils pouvaient se dispenser de travailler avec une major.

"Nous avons vraiment beaucoup réfléchi et ça fait sens pour beaucoup de raisons, notamment pour avoir la chance de travailler avec notre vieil ami Mark Williams", a expliqué Reznor sur sa page Facebook, sans s'étendre sur les détails. "Sortir (des disques) en étant complètement indépendant a ses avantages formidables, mais ça a aussi ses défauts", assure-t-il en disant vouloir "expérimenter et essayer de nouvelles choses pour voir ce qui sert le mieux nos besoins".

Trent Reznor, qui avait fondé Nine Inch Nails en 1998, avait annoncé avec fracas en octobre 2007 qu'il quittait le label Universal Interstope Records, pour s'auto-produire et proposer sa musique à beaucoup moins cher. Quelques jours avant, lors d'un concert à Sydney, l'artiste avait en effet dénoncé le coût prohibitif des CD vendus par les majors, et appelé ses fans à les pirater.

Par la suite, en 2008, Reznor a publié son premier album auto-produit sous une licence Creative Commons qui autorisait son téléchargement gratuit, à côté de coffrets payants plus ou moins luxueux. L'opération avait rapporté 1,6 million de dollars en une seule semaine. L'album, qui pouvait pourtant être téléchargé gratuitement sur BitTorrent, en toute légalité, s'était même retrouvé numéro 1 des ventes d'albums sur Amazon MP3 pour toute l'année 2009.

Sans cesse innovant, très proche de ses fans à qui il déléguait même la réalisation de ses DVD Live, à partir de centaines de giga-octets de rushs HD offerts gratuitement sur BitTorrent, Trent Reznor paraissait n'avoir plus aucune raison de retourner dans le circuit traditionnel des majors, sauf l'échec anecdotique de la production de Saul Williams.

Et pourtant.

Pascal Nègre, qui vantait encore récemment les mérites des majors contre l'autoproduction, va pouvoir se réjouir de trouver en son ancien poulain un exemple de choix.

Quant aux fans, si l'on en juge par les commentaires visibles sous l'annonce sur la page Facebook, ils semblent beaucoup plus heureux d'apprendre la sortie d'un nouvel album en novembre, que déçus d'apprendre qu'il sera produit par une major de l'industrie musicale. 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos