Depuis quelques semaines, vous êtes de plus en plus nombreux, ici ou ailleurs, à reprocher à Numerama d'afficher clairement une opposition à Apple. Croyez-le (ou pas), elle n'est pas recherchée. C'est tout simplement que l'actualité est ainsi.

Prenons simplement exemples de ces dernières semaines :

  • Lorsqu'il accuse le protocole SMS d'être à l'origine d'une faille de sécurité sur les iPhone, alors que c'est lui qui implémente mal le protocole, Apple ment  ;
  • Lorsqu'il intente procès contre procès pour pénaliser la concurrence, au point de reprocher à Samsung d'imiter la forme de ses icônes, Apple montre qu'il n'est plus capable d'avoir un temps d'avance sur ses concurrents, et qu'il préfère les empêcher en justice de rattraper leur retard.
  • Lorsqu'il gagne son procès en contrefaçon contre Samsung aux Etats-Unis, c'est dans des circonstances qui mettent en doute le sérieux du jury  ;
  • Lorsqu'il rejette une application qui permet au public de connaître le nombre de morts faits par les drones militaires américaines, sans véritablement s'en expliquer, Apple se prête à une censure politique  ;
  • Lorsqu'il dépose un brevet pour désactiver à distance les fonctionnalités d'appareils mobiles parce qu'il considère que l'utilisateur ne doit pas être libre de prendre lui-même ses décisions, Apple infantilise ses clients  ;
  • Lorsque la presse affirme qu'Apple est devenue la première capitalisation boursière de l'histoire, il nous faut écrire que non, ce n'est pas vrai.

Nous plaidons coupable du fait que, en effet, les articles évoquant Apple sur Numerama sont très majoritairement défavorables à la firme de Cupertino. 

Mais si nous écrivons tant de mal sur Apple, c'est parce que nous ne trouvons que trop rarement de choses positives à écrire (nous l'avons fait dernièrement à propos de l'amélioration des conditions de travail dans ses usines chinoises).

Alors s'il vous plait, messieurs les procureurs, aidez-nous. Dites-nous toutes les actualités positives sur Apple que nous aurions pu (et même dû) relayer ces dernières semaines ou ces derniers mois. Dites-le nous dans les commentaires, ou même envoyez-nous un mail. Nous sommes preneurs. Et nous ferons le bilan.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés