La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre lundi, et a même été reprise par l'AFP dans une dépêche. Apple aurait "battu lundi le record de la plus grande capitalisation boursière de tous les temps, détrônant son compatriote Microsoft qui détenait ce titre depuis 1999". L'action de la firme de Cupertino a en effet atteint un plus haut historique avec une cotation à 664,75 dollars par action, soit une capitalisation boursière de 623,14 milliards de dollars, légèrement plus forte que les 620,58 milliards de dollars atteints par Microsoft en 1999.

Mais il s'agit-là uniquement des chiffres bruts, qui ne prennent pas en compte l'inflation. Or lorsque l'on fait ramène les chiffres sur une base égalitaire, à dollars constants, il apparaît que les 620 milliards de Microsoft en 1999 équivalent en fait à 856 milliards de dollars de 2012. Il reste encore un bout de chemin à faire à Apple avant d'atteindre le même niveau de valorisation que son concurrent historique.

Par ailleurs, lorsque l'on prend en compte l'inflation, il apparaît que ça n'est même pas Microsoft qui détient le record historique de la plus grande capitalisation boursière, mais IBM. Et là, c'est un très grand chemin qu'Apple doit encore parcourir, puisqu'en 1967 IBM était valorisé à 1 300 milliards de dollars, ramenés à leur valeur actuelle.

"La presse ferme les yeux sur la réalité pour satisfaire un besoin apparemment irrésistible de sortir des gros titres avec "Apple" et "record"", critique le Columbia Journalism Review.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés