Selon Free4Mac, Free devrait couper la télévision sur ses Freebox à partir du 1er février, et obliger les abonnés à payer une option de 1,99 euros pour continuer à en profiter.

Mise à jour : ces grilles tarifaires ont été confirmées par Free au site spécialisé UniversFreebox.

Jeudi dernier, nous émettions l’hypothèse que Free puisse enfin vendre l’accès à Internet séparément de la téléphonie et de la télévision, ce qui lui permettrait de minimiser l’impact de la hausse de la TVA. Ce scénario semble se confirmer, mais sous une forme beaucoup moins attractive que nous l’espérions pour ceux qui n’utilisent pas les services audiovisuels de la Free.

En effet, selon Free4Mac, Free devrait envoyer dans les jours qui viennent un e-mail qui informera ses abonnés des modifications tarifiaires. Pour les abonnés dégroupés, le service de télévision serait coupé à partir du 1er février 2011, sauf s’ils acceptent de payer l’option TV facturée 1,99 euros par mois (une information qui nous paraît cependant hasardeuse, tant les problèmes contractuels seraient nombreux). L’abonnement à Internet + téléphonie serait par ailleurs facturé 29,99 euros par mois pour les Freebox v5, et 35,98 euros par mois pour les Freebox v6 Revolution. Ce qui porterait le triple play à respectivement 31,98 euros, ou 37,97 euros.

Les non-dégroupés, quant à eux, paieraient 35,98 euros par mois, soit une augmentation d’environ 6 euros, mais bénéficieront de la téléphonie illimitée vers les mobiles des réseaux français.

Avec sa Freebox Revolution, si cette information se confirme, Free se mettrait donc à facturer l’audiovisuel comme s’il ne représentait plus que 5 % de la facture, alors que sous l’ancien forfait il était réputé représenter 50 % du montant facturé. Mais c’était à l’époque où le taux réduit de TVA à 5,5 % s’appliquait sur l’audiovisuel…

Effet de bord très désagréable pour les ayants droit, cette réduction plus que drastique de la part prise par l’audiovisuel sur les forfaits ADSL de Free devrait mécaniquement réduire à peau de chagrin la contribution du FAI au COSIP, le fonds de soutien à l’audiovisuel. Celui-ci était en effet abondé par une taxe sur la part de l’audiovisuel, ce que les FAI avaient accepté lorsqu’ils avaient l’avantage fiscal en contrepartie. Une contrepartie qui a disparu…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés