Une société new-yorkaise propose 2000 $ de récompense à qui parviendra à réaliser un driver open-source pour exploiter sur n'importe quel ordinateur le Kinect, le kit de détection de mouvements de la console Xbox 360 de Microsoft.

Dans la bataille que se livrent les constructeurs de jeux vidéo, Microsoft mise énormément sur son Kinect. Le kit de détection de mouvements qui permet de jouer sans aucune manette doit reléguer la Wii et sa wiimote au rang des antiquités, et déjà démoder le Playstation Move qui vient tout juste de sortir. Disponible depuis la semaine dernière aux Etats-Unis, le Kinect sera dans les boutiques européennes à partir du 10 novembre prochain.

Mais une société new-yorkaise a décidé de jouer les trouble-fête. Après le lancement américain du Kinect, Adrafuit Industries a proposé d’offrir 2 000 dollars à qui réaliserait un driver open-source permettant d’exploiter la puissance du kit sur n’importe quel appareil, et non plus seulement la console Xbox 360. Interrogé par CNet, Microsoft s’est dit bien entendu entendu opposé à la conception d’un pilote open-source pour son Kinect, et a prévenu qu’il avait implémenté « de nombreuses contre-mesures matérielles et logicielles conçues pour réduire les chances d’altération du produit« . La firme de Redmond a aussi prévenu qu’elle allait « travailler étroitement avec les autorités judiciaires » si ses mesures étaient contournées.

Malgré l’avertissement, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le défi soit relevé, si l’on croit cette vidéo qui montre qu’au moins le moteur du Kinect est déjà contrôlé. Ce qui ne veut pas dire que l’ensemble des fonctionnalités sont déjà gérées par le driver, et en particulier les deux flux vidéos. Pour remporter le concours, Adrafuit demande aux hackers de démontrer leur capacité à capturer le flux vidéo en couleurs de la webcam, et le flux monochrome généré à partir de la distance des objets. Les deux flux doivent être utilisés simultanément pour analyser les mouvements (voir cet article de Wired pour plus d’explications).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés