Blizzard estime que se battre contre le piratage par des mesures technologies est une bataille perdue d'avance. Ce qui ne l'empêche pas tout de même d'essayer.

En matière de jeux vidéo sur PC, plusieurs écoles s’affrontent face à la question du piratage. Il y a ceux qui ont complètement déserté l’ordinateur au profit des consoles, ceux qui reprochent à leurs clients de préférer leur PC, ceux qui fâchent leurs propres clients dans leur obsession de contrôle, ceux qui au contraire font confiance à leurs clients, ceux qui se disent opposés aux DRM mais en mettent quand même, … l’éventail est large. Et Blizzard ajoute une nouvelle catégorie : les faux-culs.

Dans une interview à PC Gamer, le co-fondateur de Blizzard et producteur exécutif de Starcraft II Frank Pearce se fait passer pour un pragmatique adversaire des DRM. « Nous avons besoin que nos équipes de développement se concentrent sur le contenu et des fonctionnalités sympas, pas sur la technologie anti-piratage« , a-t-il ainsi déclaré.

« Si vous commencez à parler des DRM et de différentes technologies pour essayer de gérer (le piratage), c’est vraiment une bataille perdue d’avance pour nous, parce que la communauté est toujours tellement plus nombreuse, et le nombre de gens qui veulent essayer de contrer cette technologie – soit parce qu’ils veulent pirater le jeu soit par curiosité, sont beaucoup plus nombreux que nos équipes de développement« .

Blizzard veut se distinguer d’Ubisoft qui oblige les joueurs à être connectés en permanence à Internet (sur Assassin’s Creed 2 et Silent Hunter 5), en assurant qu’avec leur plateforme Battle.net, « les gens voudront rester connectés« . Frank Pearce argumente sur le fait que la connexion à Battle.net permettra pendant les campagnes solo d’être tout de même connectés avec ses amis, et de gagner des récompenses sur son compte Battle.net.

Mais la vraie raison qui fera que les joueurs décideront d’acheter le jeu et de créer un compte sur Battle.net, c’est que la création d’un compte à partir du numéro de série du jeu sera obligatoire pour l’installer, et que l’éditeur a décidé de supprimer le multijoueurs local (LAN) au profit de sa seule plateforme Battle.net. Or Blizzard sait très bien que l’intérêt du jeu solo de Starcraft II sera très vite limité par rapport aux richesses du jeu multijoueurs. Si ça n’est pas une technologie anti-piratage imposée au détriment des joueurs (et des ligues de jeux vidéo), qu’est-ce que c’est ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés