Ca ressemble au début de la fin pour le mirage de la musique disponible à la fois gratuitement et légalement sur Internet. Sauf à imposer une licence globale ou à abandonner tout espoir de rentabilité, un tel dessein ressemble plus à une chimère destinée à rassurer temporairement les maisons de disques qu’à un modèle économique viable. Dès l’accord en 2006 avec SpiralFrog aux Etats-Unis, le premier du genre, il nous semblait clair que la publicité ne parviendrait jamais à financer à la fois les maisons de disques et les éditeurs des plateformes. Les majors elles-mêmes n’y ont tellement pas cru qu’elles ont exigées de soit-disant minimums garantis dont les montants sont en fait tellement élevés qu’il s’agit plutôt pour elles de presser le citron tant que des investisseurs fantasment et remettent le couvert tour de table après tour de table. Jusqu’au jour où le citron ne rend plus de jus.

Selon la BBC, Warner Music Group pourrait décider de retirer ses catalogues de toutes les plateformes de musique en ligne gratuites sur Internet. Jiwa vient déjà de perdre le catalogue de Warner en France faute de régularisation de ses dettes, mais la décision pourrait être plus globale.

« La stratégie qui consiste à proposer toute la musique que vous voulez gratuitement, et ensuite peut-être vous faire migrer vers un tarif premium en agissant quelques clochettes n’est pas le genre d’approche commerciale que nous allons soutenir à l’avenir« , a ainsi confié Edgar Bronfman Jr, le PDG de Warner Music Group.

La maison de disques veut se concentrer sur les offres de streaming exclusivement payantes, ou adossées à des services payants comme la téléphonie mobile ou l’accès à Internet.

Cependant n’est-ce pas trop tard ? Après avoir lutté pendant des années contre le piratage, mais en signant ensuite des accords avec des plateformes gratuites, Warner et les autres majors ont envoyé aux internautes le signal que la musique était effectivement gratuite sur Internet. Ce qui n’est probablement pas faux, mais qui les forcera tôt ou tard à accepter un modèle de licence globale.

Ce qu’avait d’ailleurs initié Warner...

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés