Le site français de partage de vidéos Dailymotion assure à qui veut bien l’entendre qu’il sera rentable dès les prochains mois, ce qu’aucun observateur n’arrive véritablement à croire tant que les frais de fonctionnement du site sont élevés par rapport aux recettes publicitaires qu’il semble capable de lever. Mais outre les partenariats qu’il noue avec de grandes marques, Dailymotion veut s’affirmer comme un média de choix pour les publicitaires et les annonceurs, non seulement pour qu’ils choisissent en priorité d’afficher leurs campagnes sur le site de vidéos, mais aussi pour qu’ils acceptent de payer plus cher chacun des affichages.

Pour apporter quelques arguments à ses commerciaux, Dailymotion a fait réalisé une étude par Alenty, un éditeur de services de marketing online, pour mesurer la visibilité des publicités entre les sites éditoriaux « classiques » et lui-même. Les résultats lui font dire qu’il est le « leader de l’engagement publicitaire sur Internet« .

Grâce à la technologie d’Alenty, embarquée dans la publicité elle-même ou installée sur les sites, la société a pu mesurer le temps pendant lequel une publicité est effectivement vue par l’internaute, parce qu’elle s’affiche bien sur son écran et parceque l’utilisateur est bien assis devant. Alenty détecte ainsi lorsqu’un utilisateur descend en bas de page, ce qui masque la bannière du haut, ou lorsqu’il n’y a plus activité de la souris ou du clavier, ce qui est le signe qu’il a probablement quitté son poste.

D’après les résultats de l’étude réalisée du 14 avril au 31 mai dernier auprès de 9 sites de différentes catégories (qui ne sont pas nommés) et 10 millions d’affichages de bannières, une bannière sur le site Dailymotion.fr serait visible pendant 34.9 secondes, contre une moyenne de 19 secondes pour les autres sites. Et les bannières sont vues quasiment dans leur intégralité (93,5 %), alors que sur les sites classiques, elles seraient le plus souvent coupées aux trois-quarts, notamment à cause des skyscrappers qui s’allongent en hauteur au delà de la zone affichée par le navigateur.

Dailymotion profite en effet de ce que ses pages de vidéos appellent très peu de scrolling vers le bas, et permettent donc une mise en page soigneusement étudiée pour assurer la visibilité des bannières en permanence.

Mais le nerf de la guerre pour Dailymotion sera de réussir ce que même YouTube semble avoir du mal à faire : incruster des publicités directement au coeur des vidéos. C’est sans doute inéluctable pour assurer la viabilité économique du site, mais c’est aussi le risque de faire partir un nombre important d’utilisateurs… l’équation est difficile.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés