Comme beaucoup d'internautes le soupçonnaient, Elon Musk a (volontairement ?) parlé trop vite en annonçant avoir obtenu un « accord verbal du gouvernement » pour une ligne d'Hyperloop reliant Washington à New York. La Maison Blanche reconnaît être en contact mais aucune source ne confirme un tel accord.

Jeudi 20 juillet, Elon Musk surprenait Twitter en annonçant avoir obtenu « un accord verbal du gouvernement » en vue de construire un Hyperloop souterrain reliant Washington à New York en seulement 29 minutes. Ce trajet, qui nécessite actuellement 4 heures de voiture, serait accompli grâce aux capsules de l’Hyperloop, lancées à près de 1 200 km/h dans un tunnel construit par la Boring Company.

Si les grandes ambitions du patron de SpaceX et de Tesla sont bien connues, cette affirmation a été accueillie avec scepticisme par de nombreux internautes, qui s’interrogeaient sur la valeur d’un tel « accord verbal », alors que la construction de ce tunnel, long de centaines de kilomètres, nécessiterait forcément des autorisations légales à différents niveaux — national, fédéral, municipal… — et d’importants travaux d’aménagement, sans même parler des millions (ou milliards) de dollars d’investissement nécessaires.

Le scénario paraît d’autant moins probable qu’Elon Musk affirmait, début mai 2017, que la Boring Company occupait seulement 2 à 3 % de son temps et qu’elle était principalement composée de stagiaires et de salariés à mi-temps.

Hyperloop Transportation Technologies
Hyperloop Transportation Technologies

La Maison Blanche reconnaît de simples « échanges prometteurs »

Contactée par Bloomberg, la Maison Blanche a mis un coup de frein à l’annonce de l’entrepreneur par l’intermédiaire d’un porte-parole, qui a reconnu des « échanges prometteurs à ce stade » avec Musk et la Boring Company, mais s’est simplement contenté d’indiquer que le gouvernement était «  favorable aux projets de transformation d’infrastructure », notamment quand ceux-ci sont portés par des entreprises privées.

Le journaliste Ryan Felton a quant à lui décidé d’appeler toutes les agences gouvernementales susceptibles d’avoir donné leur accord, pour compiler leurs réponses. Elles sont toutes négatives, quand certains contacts — comme au sein du Département de la sécurité intérieure — lui demandent même s’il peut leur en dire plus plus sur ce projet inconnu.

Metro, le service des transports de Washington a quant à lui formellement nié tout contact : « Cela n’a aucun lien avec Metro, qui assure les transports en commun locaux dans la région mais pas le réseau entre les villes. » Du côté de New York, Eric Phillips, porte-parole de la municipalité, a quant à lui retweeté l’annonce d’Elon Musk en commentant simplement : «  La mairie vient de l’apprendre ».

Faut-il voir, dans le tweet de Musk, un simple coup de communication visant à motiver les investisseurs potentiels ? L’entrepreneur semble l’avoir reconnu indirectement dans ses tweets suivants, postés après avoir sondé les réactions provoquées par son annonce : «  Il reste encore beaucoup de travail à faire avant d’obtenir une approbation officielle mais je suis optimiste et je pense que ça arrivera rapidement. Si vous voulez que cela se fasse vite, merci de le faire savoir à vos élus locaux. Vos retours feront une grande différence. »

En clair, Elon Musk mise sur le soutien du public pour accélérer son calendrier et concrétiser cet ambitieux projet, qui reste pour l’instant purement théorique.

Partager sur les réseaux sociaux