Apple vient de recruter Jonathan Zdziarski au sein de son équipe en charge de la sécurité de ses infrastructures. Hacker, auteur, expert en matière d'iOS et d'investigation numérique légale... qui est cette personnalité surtout connue des adeptes de la marque à la pomme ?

Son nom n’est pas forcément connu du grand public mais les connaisseurs ont salué son arrivée au sein d’Apple comme un recrutement de choix pour la firme : le spécialiste en sécurité indépendant Jonathan Zdziarski a décidé de poursuivre son travail remarqué sur le système d’exploitation mobile de la firme, iOS, au sein même de l’entreprise de Tim Cook. Il intègre ainsi l’équipe d’ingénieurs d’Apple en charge de la sécurité de ses infrastructures.

Une étape logique après des années passées à partager son expertise sur iOS que ce soit en tant qu’auteur d’ouvrages réputés — Pirater et sécuriser ses applications iOS, Développer des applications ouvertes sur iPhone — ou grâce à ses tutoriels de démonstration vidéo variés, tels que « comment récupérer un iPhone 3G ? »

Hacker expérimenté

Jonathan Zdziarski, qui compte parmi les premiers à avoir percé les secrets de l’iPhone en tant que jailbreaker, s’est d’abord fait connaître grâce à ses activités de hacker sous le pseudonyme « NerveGas ». Une activité qu’il a pu perfectionner depuis son plus jeune âge, de son propre aveu : « Je hacke des trucs depuis l’âge de 8, ce qui m’a amené à m’intéresser de très près à la rétro-ingénierie […], au machine learning et à plein d’autres projets de geek. » Son histoire d’amour avec Apple, elle, a commencé dès les débuts de la marque, à la fin des années 1970, avec un Apple II, suivi d’un PowerBook 180c.

L’éditeur de Jonathan Zdziarski, O’Reilly Media, spécialisé dans l’informatique, le présente comme l’« un des plus grands experts en matière de sécurité relative à iOS » et souligne qu’il « aide régulièrement les forces de l’ordre ou militaires sur des affaires de premier plan », une activité entamée par le hacker en 2008 grâce à ses bonnes connaissances en matière d’investigation numérique légale, une activité qui consiste à collecter des données numériques pour en faire des preuves en justice.

En 2014, il avait notamment révélé l’existence d’un backdoor dans iOS, une affirmation qu’Apple avait tenu à nuancer en évoquant plutôt des «  outils de diagnostic ».

Fervent défenseur d’Apple dans l’affaire de San Bernardino

Plus récemment, Jonathan Zdziarski a pris le parti d’Apple dans le bras de fer juridique et médiatique qui opposait la firme au FBI dans l’affaire de la tuerie de San Bernardino, le constructeur refusant de débloquer l’iPhone 5C du terroriste au nom de la protection des données personnelles de ses utilisateurs, et ce malgré la demande répétée des autorités.

Un soutien d’autant plus parlant que Zdziarski avait déjà collaboré à plusieurs reprises avec l’agence de renseignement américaine, comme il l’expliquait à l’époque : « J’ai commencé à échanger régulièrement avec le FBI aux alentours de 2008, quand j’ai sorti ma première suite d’outils d’investigation sur iPhone pour les forces de l’ordre. […] J’ai depuis développé une relation de travail que je pensais productive avec le FBI. […] Au début, ils étaient [intéressés par mon aide pour débloquer l’iPhone de San Bernardino]. […] La veille de la rencontre prévue, celle-ci a été tuée dans l’œuf par les décisionnaires les plus haut placés. On ne m’a jamais expliqué pourquoi. »

« Cette décision est un aboutissement »

Ce fervent chrétien — et joueur de basse depuis plus de vingt ans — s’est contenté d’un bref message sur son blog pour annoncer son recrutement au sein de la firme de Cupertino : « Je suis heureux de vous annoncer que j’ai accepté un poste au sein […] d’Apple, je suis impatient à l’idée de travailler avec des semblables aussi passionnés à l’idée d’assurer la protection de la sécurité et des données personnelles d’autrui. Cette décision est l’aboutissement de ce qui est devenu pour moi une question de conscience au fil du temps. La vie privée est sacrée : nos vies numériques peuvent en dire tellement sur nous — nos centres d’intérêt, nos pensées les plus profondes, les gens que nous aimons.  »

Contacté par TechCrunch, Apple n’a pas souhaité commenter ce recrutement, qui lui permet de s’offrir les services d’un expert dont les révélations de secrets ou de failles sur iOS ne risquent plus d’être exposées au grand jour.

Partager sur les réseaux sociaux