Il en restait encore. Microsoft a trouvé 2 850 emplois supplémentaires à supprimer, principalement chez les anciens de Nokia impliqué dans les activités mobiles du groupe. En deux ans, ce sont 25 000 emplois qui ont été supprimés.

Jusqu’au dernier ? Microsoft a dévoilé, plus discrètement qu’à l’habitude, qu’il allait supprimer encore 2 850 emplois supplémentaires liés à ses anciennes activités de téléphonie mobile, continuant à passer ce qu’il reste à passer de coups de balais sur les cendres de Nokia. La firme de Redmond avait racheté les activités mobiles de Nokia en 2013 pour 5,4 milliards d’euros, et il a décidé de les démanteler un an plus tard. Depuis, il ne cesse de se débarrasser des 25 000 employés dont il avait hérité, principalement en Finlande.

C’est dans ses documents financiers déposés cette semaine que Microsoft a fait savoir qu’il allait encore supprimer 2 850 emplois. L’annonce vient s’ajouter à :

Sur environ 25 000 employés de Nokia dont avait hérité Microsoft en rachetant le constructeur de téléphones mobiles, c’est donc entre 24 000 et 24 500 salariés qui ont été priés de trouver un emploi ailleurs. Certains pourront peut-être tenter de frapper à la porte de HMD Global, une nouvelle structure créée avec d’anciens de Microsoft, qui a pour but de commercialiser de nouveaux téléphones Nokia sous Android.

L’annonce de cette nouvelle vague ne devrait en tout cas pas calmer le gouvernement finlandais, qui en veut beaucoup à Microsoft d’avoir ainsi lessivé l’entreprise étendard du pays, qui était le symbole de l’avancée technologique de la Finlande en matière de mobilité. « L’entreprise doit porter une aussi grande responsabilité que possible dans ce qu’ils ont fait en licenciant ces gens », avait prévenu Jari Lindstrom, le ministre de l’emploi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés