La gamme Lundi de Moustache a été pensée pour la ville et pour donner un peu de plaisir aux trajets du quotidien. Les vélos 27 remplacent en 2020 les iconiques 26. Pour le meilleur ?

Moustache a construit sa réputation dans le milieu du vélo électrique avec un vélo de ville sobre, nommé Lundi 26. En 2020, après des dizaines de modèles souvent réussis, ce vélo iconique de la marque revient avec son guidon en M, avec une ambition : reprendre le meilleur de l’original et l’adapter aux besoin modernes. Pour marquer le coup, le Lundi de nouvelle génération revient avec de nouvelles roues de 27 pouces et se nomme désormais, naturellement, Lundi 27.

Nous avons pu rouler une centaine de kilomètres en ville avec un modèle ocre estampillé 27.3 : il s’agit du modèle milieu de gamme affiché à 3 200 €.

En bref

Moustache Lundi 27

Note indicative : 4/5

Le Moustache Lundi est indéniablement un vélo pensé pour débuter. Confortable, maniable, stable et très bien équipé, il permettra aux personnes souhaitant se lancer dans le cyclisme électrique de le faire avec un modèle parfaitement adapté à la ville. On aime la puissance du moteur Performance Line de Bosch sur les terrains urbains pas si plats.

Celles et ceux souhaitant un vélo plus dynamique seront déçus : la forme du guidon en M et la position que l’on prend grâce au cadre en font un objet roulant assez mou. Il répond cela dit parfaitement à son cahier des charges : transporter en douceur et avec efficacité son conducteur, d’un point A à un point B. Avec une batterie facilement amovible et une mécanique efficace en prime.

Top

  • Intégration parfaite du moteur Bosch
  • Très bonne tenue de route
  • Très confortable

Bof

  • Roues sans antivol
  • Surspécialisé pour la ville
  • Certaines couleurs pas heureuses

Notre test en vidéo

Un grand vélo de ville

Avec un cadre entièrement en aluminium renforcé et un vélo grand gabarit, le Moustache Lundi 27 est assurément un gros vélo, pesant 25,5 kg au compteur. Cela ne l’empêche pas d’être accessible aux personnes de petites tailles : le constructeur estime qu’il est confortable à partir de 1m46 et il est vrai que la position sur la selle et le guidon en M « tombant » permettent tout à fait de se sentir à l’aise pour le conduire. Mais même ces mensurations nous permettent de le faire entrer dans un ascenseur moyen sans trop de souci : le guidon tourne bien à 90 degrés.

Sur la route avec le Lundi 27 // Source : Louise Audry pour Numerama

Sur ce modèle, Moustache a choisi de laisser le cycliste choisir la couleur de son vélo. Une évolution pour la marque qui préférait auparavant attribuer une couleur unique à une gamme. Elles ne sont pas toutes réussies (l’ocre que nous avons vire au rouille peu élégant), mais certaines sont magnifiques (on pense au bleu nuit ou au vert menthe). Quoi qu’il en soit vous aurez le choix.

Moustache est réputé pour son intégration personnalisée des composants fournis par Bosch. C’est l’un des rares constructeurs à travailler directement avec l’équipementier allemand et qui sait adapter ses composants à ses vélos — et non l’inverse, comme on le voit trop souvent. On retrouve sur le 27.3 un moteur Bosch Performance Line, l’un des plus puissants pour un usage urbain — le CX, plus haut de gamme, tire plus sur la batterie et n’est, bien souvent, pas nécessaire. Il est associé à une batterie amovible PowerTube de 500 Wh personnalisée par Moustache avec une poignée et à un ordinateur de bord central à commandes déportées Intuvia.

Moustache Lundi 27 // Source : Louise Audry pour Numerama

Cet ordinateur est extrêmement pratique au quotidien : il ne s’embarrasse pas de gadgets qu’on trouve sur les vélos des startups, mais propose des informations claires et fiables. Vitesse, autonomie, heure, vitesse moyenne, vitesse maximale, distance parcourue, mode de conduite, etc. sont autant d’informations que vous avez sous le pouce. Petit plus : il possède un port USB qui vous permet de recharger un smartphone sur la batterie — tout le monde est à peu près d’accord pour convenir que les applications de nos smartphones sont mieux pensées et plus agréables que celles des systèmes embarqués. Enfin, pour les arrêts longs, il est facilement amovible en un clip.

Côté mécanique, au-delà des roues 27 pouces (pneus Schwalbe un peu trop lisses à notre goût), on retrouve des freins à disque hydrauliques Shimano et un dérailleur 10 vitesses de la même marque. La manette est agréable et permet de passer plusieurs vitesses d’un coup sans dérailler — pratique si on a manqué d’anticiper un dénivelé. On trouve de série un porte bagage arrière compatible bagageries MIK et QL3, ainsi qu’à l’arrière, un antivol Axa Block qui se verrouille avec la même clef que celle du compartiment batterie.

La batterie du Moustache Lundi 27 // Source : Louise Audry pour Numerama

Le vélo de ville 101

Sur la route, il faut reconnaître au Lundi 27 les mêmes avantages que l’Electra que nous testions sur Vroom : un vélo plan plan au bon sens du terme, avec une assise confortable permettant de garder le dos droit. La très large selle sur tige suspendue rend les trajets très peu mouvementés. On est vraiment dans l’antithèse d’une recherche de sensation de conduite — le Lundi 27 est là pour assurer le transport quotidien sur du bitume, comme le serait une petite citadine électrique.

Mais ce confort ne signifie pas que le Lundi 27 est poussif, bien au contraire. C’est un vélo qui atteint les 25 km/h légaux en quelques secondes et qui offre à la conduite musculaire quelques km/h de plus sans trop de problèmes. Pendant notre test, notre vitesse moyenne dépassait les 19 km/h, ce qui est énorme pour un véhicule en ville (à titre de comparaison, une voiture à Paris roule à 14 km/h). Le tout, sans le moindre effort et sans ressentir la moindre gêne au volant. La composition simple du moteur et de l’électronique embarquée y est pour quelque chose.

Le moteur Bosch Performance Line // Source : Louise Audry pour Numerama

Du côté des modes de conduite, les montées s’avalent en mode Turbo jusqu’à des degrés d’inclinaison assez vertigineux — nos pentes de test, parmi les plus inclinées de Paris et de sa banlieue, sont parcourues sans le moindre effort à 20 km/h. Les 10 vitesses, permettant facilement d’enclencher le pédalage même avec un vélo déjà très en pente, y sont pour beaucoup — c’est souvent ces situations qui bloquent les vélos à vitesses uniques. En descente, on peut faire des pointes entre 40 et 50 km/h sans se sentir en danger : le vélo ne tremble pas et les freins à disque hydrauliques, très puissants, sont rassurants à l’usage. La plupart du temps, on oscille entre le mode Sport et le mode Tour, qui conviennent pour du plat et économisent la batterie.

Car le delta de consommation entre les différents modes est assez large : sur du Turbo à 100 % des trajets, on atteindra une quarantaine de kilomètres. Sur de l’Eco, on passera presque la barre des 100 km d’autonomie, au prix d’un effort non négligeable. Mais en jouant bien avec les modes de conduite et selon le dénivelé de votre trajet, un Moustache Lundi utilisé 10 km par jour ouvré n’aura qu’à se recharger une fois le week-end venu. La batterie amovible est d’ailleurs bienvenue quand on habite en ville.

Si le guidon en M, iconique de la marque, est très agréable sur la route, il fait perdre en confort quand on doit être à côté du vélo (pour le pousser ou le ranger dans un garage à vélo par exemple). C’est assez simple à comprendre : si vous le tirez par l’un des côtés du guidon, il va tourner. Il faut donc le guider à deux mains, car la forme en M empêche de saisir le vélo par le centre du guidon. Bref, si vous avez à tenir une porte ouverte et à tirer le vélo, il faudra ruser.

Le volant en M // Source : Louise Audry pour Numerama

On apprécie enfin que Moustache ait pensé à un antivol de selle et un antivol bloquant sur la roue arrière, qui permet de faire des arrêts rapides sans avoir à verrouiller entièrement le vélo. Le seul regret est peut-être de ne pas avoir poussé la logique jusqu’au bout : pourquoi ne pas avoir verrouillé les roues avec des antivol de roues, sachant qu’il n’est pas rare de retrouver son vélo démembré en ville ?

Toutes les photos du Moustache Lundi 27

Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
La batterie du Moustache Lundi 27 // Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
L’ordinateur de bord // Source : Louise Audry pour Numerama
Le moteur Bosch Performance Line // Source : Louise Audry pour Numerama
Le volant en M // Source : Louise Audry pour Numerama
Source : Louise Audry pour Numerama
Le Lundi 27 // Source : Louise Audry pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama
Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama

En bref

Moustache Lundi 27

Note indicative : 4/5

Le Moustache Lundi est indéniablement un vélo pensé pour débuter. Confortable, maniable, stable et très bien équipé, il permettra aux personnes souhaitant se lancer dans le cyclisme électrique de le faire avec un modèle parfaitement adapté à la ville. On aime la puissance du moteur Performance Line de Bosch sur les terrains urbains pas si plats.

Celles et ceux souhaitant un vélo plus dynamique seront déçus : la forme du guidon en M et la position que l’on prend grâce au cadre en font un objet roulant assez mou. Il répond cela dit parfaitement à son cahier des charges : transporter en douceur et avec efficacité son conducteur, d’un point A à un point B. Avec une batterie facilement amovible et une mécanique efficace en prime.

Top

  • Intégration parfaite du moteur Bosch
  • Très bonne tenue de route
  • Très confortable

Bof

  • Roues sans antivol
  • Surspécialisé pour la ville
  • Certaines couleurs pas heureuses

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo