Tesla a présenté sa nouvelle technologie de batterie, pensée pour réduire le prix du kWh et augmenter l'autonomie de ses véhicules.

Durant sa conférence Battery Day organisée le 22 septembre, Tesla a présenté sa nouvelle technologie de batterie maison six fois plus puissante. L’objectif est triple : augmenter l’autonomie des voitures, rendre ses produits plus abordables et améliorer sa rentabilité. Son projet passe par la mise au point d’une cellule révolutionnaire, plus dense que celle actuellement utilisée. C’est le fameux projet Roadrunner, évoqué depuis plusieurs mois.

Tesla est rentré dans les détails complexes pour présenter son plan qui s’articule autour de plusieurs leviers. Outre l’utilisation de ces nouvelles cellules, le constructeur va repenser la chaîne de fabrication, réduire la quantité de cobalt (jusqu’à zéro, au profit du nickel), remplacer le lithium par le silicium (très abondant sur Terre, dixit Tesla) et repenser l’intégration de la batterie dans les véhicules. Grâce à toutes ces avancées (techniques, technologiques et chimiques), Tesla espère pouvoir réduire le prix du kWh de 56 % tout en augmentant l’autonomie de 54 %.

Comment Tesla veut réduire le coût du kWh // Source : Capture d’écran

Comment Tesla veut « révolutionner » la batterie

Tesla a commencé par montrer cette nouvelle cellule baptisée 4680, en référence à sa taille (80 millimètres de haut, 46 millimètres de diamètre). Elle ressemble à une canette, et les ingénieurs ont revu sa conception en supprimant les languettes pour améliorer l’efficience (plus grande proximité des couches, donc meilleure circulation des électrons). En plus d’être plus rapides à recharger, ces nouvelles cellules aboutiraient à une amélioration de l’autonomie de 16 % rien qu’avec cette conception repensée.

Sur l’intégration structurelle des batteries, Tesla compte s’inspirer de ce qui se fait dans le domaine de l’aviation. À la manière des réservoirs placés dans les ailes, la batterie se nicherait directement dans le plancher (plutôt que sur le plancher). Le gain en poids permettra d’améliorer l’efficience et, par extension, l’autonomie.

Les apports de la nouvelle batterie Tesla // Source : Capture YouTube

Il faudra s’armer d’un peu de patience avant de voir cette nouvelle batterie à l’œuvre, avec un premier rendez-vous pris pour 2022. Tout d’abord, elle devrait prendre place dans les véhicules les plus ambitieux de Tesla : le camion Semi, le pickup Cybertruck et le bolide Roadster. À la veille de l’événement, Elon Musk avait prévenu sur Twitter : «  Cela affecte notre production à long terme, plus particulièrement le Semi, le Cybertruck et le Roadster, mais ce que nous annoncerons n’atteindra pas une production à grande échelle avant 2022. »

Enfin, si tout semble indiquer une prise d’indépendance de Tesla vis-à-vis de ses fournisseurs, il n’en sera rien pour l’instant. « Nous prévoyons d’augmenter, non pas de réduire, nos achats de cellules de batterie auprès de Panasonic, LG et CATL (d’autres partenaires sont possibles) », avait déjà expliqué Elon Musk, qui craint une pénurie d’ici 2022. C’est l’autre enjeu de cette nouvelle batterie : répondre à la croissance de Tesla, qui veut vendre de plus en plus de voitures et aura besoin de plus en plus de batteries pour les alimenter.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo