Tesla organise son « Jour de la batterie » ce mardi 22 septembre à 22h30, à l'occasion de l'assemblée générale de ses actionnaires. Pourquoi est-ce un événement important dans le monde de la voiture électrique ?

Que faut-il attendre du Battery Day, la conférence très attendue de Tesla qui se tient ce mardi 22 septembre 2020 ? Au cours de cette allocution, Elon Musk présentera les avancées de ses équipes en matière de batteries de véhicules électriques. Ces annonces sont scrutées dans le monde de la mobilité, car l’amélioration des technologies de batterie représente le nerf de la guerre de l’innovation dans l’électrique.

« De nombreuses choses passionnantes seront dévoilées », a évidemment teasé Elon Musk, le milliardaire à la tête de Tesla, qui sait que des avancées en la matière peuvent représenter gros pour son entreprise. Ce sera « complètement fou », a-t-il même ajouté.

Le projet secret : Roadrunner

En 2019, Tesla avait racheté Maxwell, spécialisé dans le développement de technologies liées aux batteries et au stockage de l’énergie, pour plus de 200 millions de dollars. Un ingénieur de l’entreprise, Matthieu Moors, a récemment évoqué une « réinvention » complète de la batterie Li-Ion.

En septembre 2019, Wired reportait déjà qu’Elon Musk comptait sur une évolution des batteries Li-Ion pour doubler la durée de vie de ses batteries, qui seraient capables de fournir de l’énergie à un véhicule pendant 1,6 million de kilomètres (1 million de miles) au cours de sa durée de vie.

Tesla travaille depuis des années sur un projet secret surnommé Roadrunner, la fameuse « machine qui construit les machines », et qui est censée produire des cellules de batterie à moindre coût et à grande échelle. Une photo a récemment fuité dans la presse : on y voit une cellule lithium-ion (ou accumulateur lithium-ion) beaucoup plus grande que ce que l’on connaît d’ordinaire sur le marché. Elles sont « deux fois plus grosses que celles utilisées actuellement dans les Model 3 et Model Y, produites par Panasonic à la Gigafactory du Nevada », souligne Electrek, à l’origine du leak.

Elon Musk pourrait présenter un ou plusieurs types d’accumulateurs ce 22 septembre, qui varieraient en fonction des formats. Mais encore faut-il parvenir à les produire massivement.

Les nuances d’Elon Musk

Quelques heures avant la conférence du 22 au soir, Elon Musk a multiplié les tweets pour avertir les observateurs sur la nécessité de nuancer leur emballement potentiel — qu’il a pourtant lui-même contribué à générer avec une communication peu avare en hyperboles.

Actuellement, Tesla se fournit en batteries chez des concurrents comme Panasonic, LG ou CATL, et cette consommation va « augmenter », a assuré le milliardaire, et non pas baisser, comme le prévoyaient certains experts. Cependant, il a ajouté que les capacités de production de ces entreprises ne sont pas suffisantes et qu’il anticipait une « pénurie » d’ici 2022, «  à moins que nous prenions aussi les choses en main », s’est-il positionné.

Elon Musk a aussi insisté sur le fait qu’il existe un énorme fossé entre le fait de réussir à construire un prototype de batterie puissante et efficace, et réussir à les fabriquer et vendre à grande échelle : «  La machine qui fabrique les machines est encore plus compliquée à fabriquer que les machines elles-mêmes.  »

C’est pour cette raison que le CEO de Tesla a rappelé que ce qui sera annoncé au cours du Battery Day « en particulier concernant le Roadster, le Semi et le Cybertruck » n’aura pas de large impact avant 2022 en termes de volumes de production. Cela signifie que l’entreprise de véhicules électriques attendra bien d’être en capacité de produire massivement ses nouvelles batteries plus efficaces — et pour un moindre coût qu’actuellement — avant d’en faire profiter ses engins.

Reste malgré tout le problème de la fabrication des batteries en elles-mêmes, qui demandent des ressources naturelles rares et de plus en plus demandées par l’industrie (nickel, cobalt, cuivre ou encore de lithium), parfois extraites dans des conditions très difficiles. Pour l’instant, il est évident que la « batterie écolo » n’existe pas. Néanmoins, la rumeur voudrait que Tesla soit en train de travailler sur des batteries très peu dépendantes en cobalt.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo