Volvo a évoqué la conduite autonome. Le constructeur a choisi la technologie LiDAR pour équiper ses voitures de demain.

Compte tenu du contexte économique actuel, ce n’est peut-être pas la meilleure période pour évoquer une technologie de demain. Pourtant, dans un communiqué publié le 6 mai 2020, Volvo a précisé ses ambitions en matière de conduite autonome. Le constructeur suédois a jeté son dévolu sur le LiDAR pour équiper ses voitures qui pourront rouler seules si les conditions le permettent.

Volvo vise 2022 pour l’intégration des premiers LiDAR sur une plateforme de développement modulaire qui sera baptisée SPA2. L’entreprise s’est associée à Luminar, qui s’est déjà rapproché d’Audi ou encore de Toyota. On notera que Tesla, l’acteur le plus avancé sur la question de la conduite autonome, refuse de faire appel aux LiDAR pour aider ses voitures à mieux modéliser l’environnement.

LiDAR de Luminar // Source : Volvo

Volvo fait confiance à la technologie LiDAR

La technologie LiDAR, ou télédétection par impulsions laser, utilise la lumière pour mesurer les distances, scanner l’environnement et reproduire avec précision des objets. Cela permet d’aider la voiture à se repérer, en plus des autres capteurs installés un peu partout (des caméras, des capteurs de proximité,…). Récemment, on a vu Apple intégrer un LiDAR au dernier iPad Pro, notamment pour les applications de réalité augmentée.

Volvo ne préfère pas trop s’avancer sur les évolutions que lui offrira cette future architecture. Et, dans un premier temps, l’idée sera de proposer de la conduite autonome sur autoroute, « après confirmation que l’environnement géographique et les conditions remplissent toutes les conditions de sécurité », aux clients qui prendront l’option. Tesla offre déjà cette fonctionnalité, sur certaines portions. Comme le LiDAR sera peut-être installé de série (sur le toit), Volvo réfléchit à des moyens de l’utiliser, aussi, pour des assistances au pilotage moins poussées. Dans ce cas, le but sera d’améliorer la sécurité.

Volvo évoque aussi des mises à jour à distance pour améliorer constamment ses futurs véhicules (encore une chose que fait déjà Tesla). Elles permettront d’ailleurs de faire évoluer la conduite autonome de manière graduelle, en étendant les zones où elle pourra être employée. « Vous pourrez vous détendre, détacher votre regard de la route et vos mains du volant », promet Henrik Green, directeur de la technologie. Bien évidemment, Volvo ne peut pas trop s’avancer non plus, puisque le cadre législatif de la conduite autonome est encore loin d’être défini. En ce sens, opter pour une approche prudente paraît pertinent, alors que l’Union européenne a récemment calmé les ardeurs de Tesla

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo